projet pour la france

13 septembre 2019

Trump abroge des textes anti-pollution sur les petits cours d'eau datant d'Obama

autant il est bon concernant l'immigration autant c'est une plaie concernant l environnement

https://www.parismatch.com/Actu/International/Trump-abroge-des-textes-anti-pollution-sur-les-petits-cours-d-eau-datant-d-Obama-1646977

pour rappel je suis pour le zero immigration renvoyer au bled tous les sans papiers couler les bateaux des ong collabos à migrants  et pour sortir de l agriculture productiviste 1er pollueur du monde et destructeur de l environnement et de la biodiversité

Posté par stetienne à 20:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

petit rappel pétition contre l'horreur halal et casher

faite circuler la pétition pour que l etat et l union europeenne interdisent définitivement cette pratique horrible qu i n a plus lieu d'etre dans pays civilisé

https://www.mesopinions.com/petition/animaux/contre-abattage-rituel-animaux/41066

Posté par stetienne à 20:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 septembre 2019

les racailles du haut

c'est quand meme dingue le monde que nous vivons, le gars est mis en examen pour prise illegal d'interet, et ils font tous bloc avec lui .... c'est incroyable ... ce 21eS est une farce, les corrompus ont pignon sur rue ....

Macron est loin de d' une présidence exemplaire , vu tous les mis en examen dans son entourage ............

Emmanuel Macron maintient "toute sa confiance" en M. Ferrand" : Qui se ressemble s'assemble ... !

Bien sur, il y a la présomption d'innocence. Elle s'applique à M. Ferrand comme à tout le monde. Cependant, M. Ferrand n'est pas n'importe qui. Si il avait un peu de dignité et d'honneur, de respect pour sa fonction (au delà des nombreux avantages et prébendes...) il démissionnerait. Quitte à reprendre son poste si il est innocenté. Mais pour LaRem, honneur, dignité, respect....

La macronie fait bloc autour de Richard Ferrand mis en examen

Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand à l'Assemblée à Paris le 10 septembre 2019 ( AFP / ERIC FEFERBERG )

Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand à l'Assemblée à Paris le 10 septembre 2019 ( AFP / ERIC FEFERBERG ) >La macronie faisait bloc jeudi matin autour d'un de ses piliers, Richard Ferrand, dont la mise en examen pose la question de son maintien à la présidence de l'Assemblée nationale.

Le président Emmanuel Macron maintient "toute sa confiance" en M. Ferrand , a déclaré sur Europe 1 la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye.

C'est "un homme loyal, droit, qui a un parcours politique exemplaire", a-t-elle insisté en demandant de respecter "la présomption d'innocence".

Richard Ferrand a été mis en examen mercredi soir par un juge lillois, après près de quinze heures d'interrogatoire. Il est soupçonné de "prise illégale d'intérêts" après que les Mutuelles de Bretagne, qu'il dirigeait à l'époque, ont décidé en 2011 de louer des locaux commerciaux appartenant à sa compagne. Il conteste toute irrégularité.

Une première enquête lancée en juin 2017, après des révélations du Canard enchaîné, avait poussé M. Ferrand à quitter le gouvernement après un mois à peine. Elle avait été classée sans suite par le procureur de Brest en octobre suivant. Le parquet avait invoqué la prescription pour la prise illégale d'intérêts, et jugé que les infractions d'abus de confiance et d'escroquerie n'étaient pas constituées.

 

Richard Ferrand et Emmanuel Macron aux assises des maires bretons à Saint-Brieuc, le 3 avril 2019 ( POOL / Damien MEYER )">

Richard Ferrand et Emmanuel Macron aux assises des maires bretons à Saint-Brieuc, le 3 avril 2019 ( POOL / Damien MEYER ) class="c-image-Richard Ferrand et Emmanuel Macron aux assises des maires bretons à Saint-Brieuc, le 3 avril 2019 ( POOL / Damien MEYER )

La mise en examen d'un président de l'Assemblée nationale en cours d'exercice est une première. M. Ferrand y a réagi aussitôt en se disant "déterminé à poursuivre (sa) mission" à la tête de l'Assemblée". Il a également assuré "rester serein sur l'issue de la procédure, au regard du classement sans suite de l'ensemble des griefs de la première plainte (...), d'autant plus qu'aucun élément nouveau n'a été versé à ce dossier dans lequel il n'y a ni préjudice ni victime".

"Il n'y a pas de logique politique" à ce qu'il démissionne, a plaidé Sibeth Nidaye, car "un membre du gouvernement est nommé, un parlementaire est élu; quand on est président de l'Assemblée nationale, on est élu deux fois". L'argument a été repris à peu près tel quel par plusieurs ministres.

- Pilier de la campagne -

L'autre angle de riposte de la majorité est de souligner la présomption d'innocence. Ainsi de Stanislas Guerini, patron du parti présidentiel LREM: "Gardons-nous de confondre instruction et condamnation". "Il faut respecter la démocratie et ne pas tout confondre", a abondé la secrétaire d'Etat Marlène Schiappa.

Le député LREM Damien Pichereau parle avec le patron du parti présidentiel Stanislas Guerini le 4 juin 2019 à l'Assemblée nationale ( AFP / Lucas BRIOULET )"

Le député LREM Damien Pichereau parle avec le patron du parti présidentiel Stanislas Guerini le 4 juin 2019 à l'Assemblée nationale ( AFP / Lucas BARIOULET )Le député LREM Damien Pichereau parle avec le patron du parti présidentiel Stanislas Guerini le 4 juin 2019 à l'Assemblée nationale ( AFP / Lucas BARIOULET )

Dans l'opposition, le premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure et le président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan ont appelé à sa démission.

Pour Christian Jacob, candidat à la présidence du parti Les Républicains, "c'est à Richard Ferrand d'apprécier la situation (...). Je reste attaché à la présomption d'innocence: une mise en examen ne vaut pas condamnation".

M. Jacob a réservé ses flèches à Emmanuel Macron. "Ce que je trouve déplacé voire choquant, c'est l'intervention du président de la République", a-t-il asséné, compte tenu de "la séparation des pouvoirs".

La mise en examen de Richard Ferrand est un coup dur pour la majorité, dont trois autres poids lourds, -François Bayrou, Marielle de Sarnez et la nouvelle commissaire européenne Sylvie Goulard- ont été entendus mardi et mercredi dans l'affaire des emplois présumés fictifs des assistants parlementaires MoDem.

En serrant pour l'heure les rangs autour de Richard Ferrand, la macronie veut protéger l'un de ceux qui étaient là au tout début de l'aventure présidentielle d'Emmanuel Macron, et qui conserve un rôle de conseiller éminent.

Cet élu du Finistère âgé de 57 ans, député socialiste de 2012 à 2017, est relativement peu connu du grand public malgré son rang de 4e personnage de l'Etat. Mais il est "le mec le plus important chez les politiques auprès d'Emmanuel", affirmait ces derniers jours à l'AFP un marcheur de la première heure, lui-même pilier de la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron: "C'est sans commune mesure avec tous les autres. C'est le plus intelligent, le plus fin et le plus libre. C'est pour ça que ça marche avec Macron."

Posté par stetienne à 13:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 septembre 2019

Portraits de Macron: un rassemblement et un nouveau décrochage pendant le procès

soutient totale mini minuscule micron macron n est pas le president de la France ni des Français juste un gigolo à vieilles qui aiment le pognon

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/portraits-de-macron-un-rassemblement-et-un-nouveau-decrochage-pendant-le-proces-20190911

Insultes : plusieurs chefs d'État ont apporté leur soutien à Brigitte Macron

l élite mondiale s'autoprotege comme les nobliaux d'europe en 1793  vivement l effondrement totale de cette pègre mondialisé  quand à la marie antoinette trogneux si elle est pas contente ben qu'elle reste chez elle au lieu de s'afficher partout

 

Posté par stetienne à 20:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

zero pointé au putes en marche concernant l environnement

Sécheresse : le gouvernement annonce la construction de 60 retenues d'eau

bullshit

il serait beaucoup plus important de sortir de l agriculture productiviste  par exemple interdire les plantations de mais qui sont une véritable hérésie environnemental

bref encore un zero pointé pour ce gouvernement de merde suce boule de la fnsea

Posté par stetienne à 20:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Justice des mineurs : les grands axes de la réforme de Belloubête comme ses pieds

Justice des mineurs : les grands axes de la réforme de Belloubet

ce que j en pense: en construction

Ce mardi à 23h55, rue Édouard-Vaillant à Rive-de-Gier, la brigade anticriminalité (Bac) croise la route d’une voiture dont le conducteur leur semble bien jeune. Au volant, un individu né en 2003, mineur, et de fait n’ayant pas le permis de conduire.

Habitant dans le Gier, le jeune homme est connu des services de police. Il n’a pas été placé en garde à vue mais sera convoqué avec ses parents ultérieurement. « Ce n’est pas rare que l’on constate des mineurs au volant » s’inquiète-t-on du côté des forces de l’ordre.

À la fin du mois d’août, plusieurs mineurs avaient été interpellés en quelques heures par la police, alors qu’ils adoptaient une conduite dangereuse. Dans la nuit du 26 au 27 août, un jeune de 15 ans avait été contrôlé au volant d’un véhicule rue Antoine-Durafour, à Saint-Étienne, entassé en compagnie de cinq autres âgés de 13 et 16 ans. Un autre, âgé de 17 ans avait été contrôlé rue Calixte-Plotton, à Saint-Étienne.

Les services de police notent une recrudescence des conduites sans permis de conduire, plus d’une dizaine de défauts enregistrés par semaine, quand cela ne dépasse pas vingt. Un fléau qui touche surtout l’agglomération de Saint-Étienne.

10 septembre 2019

- Plus l'argent est cher, plus les américains empruntent

voir a 5'10

encore des cadeaux aux ultrariches

Posté par stetienne à 16:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Le député LREM Jean-Jacques Bridey se fait rembourser deux fois ses notes de frais : il plaide "l'erreur d'inattention" !!!!

ca porte le repas a 180€ à ce prix la il devait avoir du homard lol frequentait pas les routiers ou les restau à sans dents le gugusson socialiste

Le député LREM assure qu'il va rembourser les notes de frais payées deux fois, après les révélations de Mediapart lundi. 

Le député LREM du Val-de-Marne Jean-Jacques Bridey le 29 2018. ( AFP / PHILIPPE LOPEZ )Le député LREM du Val-de-Marne Jean-Jacques Bridey le 29 2018. ( AFP / PHILIPPE LOPEZ )Le député LREM du Val-de-Marne Jean-Jacques Bridey le 29 2018. ( AFP / PHILIPPE LOPEZ )

Le député LREM du Val-de-Marne Jean-Jacques Bridey aurait bénéficié d'un double remboursement de plusieurs de ses notes de frais en 2016 et 2017, a révélé lundi 9 septembre Mediapart. Ces notes ont été générées alors qu'l'élu était président de la Société d'économie mixrte locale d'aménagement de Fresnes (Semaf) et maire PS de cette commune du Val-de-Marne. 

4807,70 euros concernés

Selon le site d'investigation, Jean-Jacques Bridey, l'un des premiers soutiens d'Emmanuel Macron note BFMTV, se serait fait rembourser deux fois, par la Semaf et par la commune, certaines de ses notes de frais du restaurant À la marée, situé au marché international de Rungis. Montant total des frais remboursés ? 4807,70 euros dont 3975,90 euros en 2016 et 831,80 euros en 2017, selon Mediapart. En tout, 25 repas seraient concernés en 2016, une petite dizaine en 2017.  

Interrogé par le site d'information, le député LREM a expliqué qu'il "demandait des doublons des tickets adressés à la mairie et conservait le deuxième document "avec ses autres justificatifs de frais". "Il est alors peut-être arrivé que je transmette ces justificatifs en même temps que les notes de frais Semaf" a commenté l'élu qui a reconnu s'être peut-être trompé sur "quelques doublons".

"Une escroquerie"

Interrogé par Le Parisien, l'élu minimise. "On ne va pas en faire un fromage", a-t-il déclaré avant d'assurer qu'il allait "rembourser" ces notes de frais. Et d'ajouter qu'il ne s'agit que d'une "simple erreur d'inattention sur quelques doublons". 

Du côté de la mairie, l'affaire pourrait se poursuivre devant les tribunaux. La maire (PS) de Fresnes, Marie-Chavanon a dénoncé "une escroquerie" dans les colonnes du Parisien, assurant que l'affaire "ne va pas en rester là". 

Posté par stetienne à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
09 septembre 2019

La rencontre entre Edouard Philippe et le chef indien Raoni rêvet "une forme de cynisme" et "d'obscénité",

effectivement un gouvernement qui fait des cadeaux aux chasseurs  soutient les gros pollueurs d ela fnsea signe traité libre echange avec pays à agriculture ultraproductiviste  fait tuer les loups les ours

une belle foutaise

La rencontre entre Edouard Philippe et le chef indien Raoni rêvet "une forme de cynisme" et "d'obscénité", a estimé lundi David Cormand, député européen et secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts.

"Il y a une forme de cynisme et même, je dirais, d'obscénité à afficher sa proximité avec le chef Raoni pour se mettre en valeur, et en même temps, en tant que Premier ministre, ne pas interrompre les politiques de destruction de l'Amazonie contre lesquelles lutte le chef Raoni", a déclaré l'élu écologiste sur RFI.

Le chef Raoni, figure de la défense de la forêt amazonienne dans laquelle vit la tribu qu'il dirige, a été samedi l'invité surprise du campus de rentrée de La République en marche, à Bordeaux, où il a rencontré le Premier ministre Edouard Philippe.

"Nous nous donnons bonne conscience en faisant de belles photos avec le chef Raoni", a regretté David Cormand, pointant les "contradictions" d'un gouvernement qui "soutient, y compris en Guyane, des projets d'exploitation minière".

"Il faut regarder notre responsabilité en face", a ajouté le dirigeant écologiste, estimant que "ce sont les pays occidentaux qui sont aussi responsables de la destruction de l'Amazonie" en bénéficiant du modèle économique international dénoncé par les écologistes comme cause de celle-ci.

La déforestation de la forêt amazonienne a presque doublé entre 2019 et 2018, touchant 6.404,4 km² supplémentaires entre janvier et août, contre 3.336,7 km² sur la même période un an plus tôt, selon des données officielles.

Spécialistes et défenseurs de l'environnement expliquent cet accroissement de la déforestation par la pression des forestiers et des éleveurs encouragés par le soutien du président brésilien, Jair Bolsonaro, à l'ouverture de réserves indigènes et de zones protégées pour développer ces activités ainsi que les prospections minières.

 

Posté par stetienne à 10:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
06 septembre 2019

Les talibans n'ont pas changé", alertent les femmes afghanes

les nazis de l'islam quoique c'est une redondance ca

Un couple dans un café, à Kaboul le 5 août 2019 ( AFP / Wakil KOHSAR )

Un couple dans un café, à Kaboul le 5 août 2019 ( AFP / Wakil KOHSAR )

>Elles sont celles qui ont le plus bénéficié de la présence internationale après la chute des talibans en 2001. Ce sont aussi celles qui ont le plus à perdre. A Kaboul, les femmes afghanes voient avec autant de crainte que d'espoir la perspective d'un accord américano-taliban.

Pendant 18 ans, elles ont étudié, travaillé, se sont émancipées, dans la capitale comme dans les grandes villes afghanes, les campagnes restant fermées à toute avancée des droits des femmes. Aujourd'hui, elles ont peur de revenir à zéro si les insurgés viennent au pouvoir, tout en souhaitant la fin des violences.

- Suraya: "on ne veut pas que ça se reproduise" -

"Nous ne savons pas ce qu'ils ont en tête pour nous", s'inquiète Suraya Pakzad, 48 ans, la fondatrice de l'ONG La voix des femmes. "Nos droits ont été sacrifiés pour la paix avec les talibans."

"Une jeune femme attablée dans un café tape sur son téléphone portable, à Kaboul le 5 août 2019 ( AFP / Wakil KOHSAR )">

Une jeune femme attablée dans un café tape sur son téléphone portable, à Kaboul le 5 août 2019 ( AFP / Wakil KOHSAR )Une jeune femme attablée dans un café tape sur son téléphone portable, à Kaboul le 5 août 2019 ( AFP / Wakil KOHSAR )

Les insurgés "n'ont pas changé. Ils veulent leur interprétation stricte de la charia", assure-t-elle, alors que les talibans sont pour l'instant restés très discrets sur le rôle qu'ils comptaient donner aux femmes s'ils revenaient au pouvoir.

Quand ils étaient à la tête de l'Afghanistan, entre 1996 et 2001, "toutes les voix" ont été "réduites au silence, dit-elle. "On ne veut pas que ça se reproduise", souligne Suraya Pakzad, désignée comme l'une des 100 personnes les plus influentes au monde en 2009 par le magazine américain Time.

Des femmes afghanes ont connu des "succès remarquables", dans la vie civile comme en politique depuis 2001, rappelle-t-elle. "Je crains qu'(elles) ne soient les premières victimes d'un mauvais accord."

- Zahra: "les femmes souffriront" -

"Si les talibans reviennent, les femmes souffriront beaucoup", prédit, inquiète, Zahra, artiste plasticienne de Kaboul. "La plupart, voire toutes celles qui travaillent, perdront leur emploi", affirme-t-elle. 

Zahra peint notamment des fresques murales sur les murs anti-explosion qui pullulent dans la capitale. Elle se dit "fière" et "heureuse" d'exercer une profession qu'elle aime malgré les railleries dont elle a été victime.

L'artiste plasticienne afghane Zahra au travail dans son atelier à Kaboul, le 6 août 2019 ( AFP / Wakil KOHSAR )

>L'artiste plasticienne afghane Zahra au travail dans son atelier à Kaboul, le 6 août 2019 ( AFP / Wakil KOHSAR )

"Des gens me disaient: +pourquoi une femme devrait-elle travailler? Une femme devrait rester à la maison+", se souvient-elle.

Mais dans une société afghane profondément patriarcale, au fin fond d'un classement de l'Onu sur l'égalité femmes-hommes, "l'opinion de la population sur les droits des femmes s'est améliorée", se félicite l'artiste.

Dès lors, une paix avec des talibans assortie d'une privation des libertés pour les femmes "ne vaut pas la peine". "Nous avons beaucoup lutté pour obtenir nos droits. Nous ne pouvons pas nous permettre de les perdre."

- Haida: "une génération différente" -

"L'Afghanistan de 1990 est radicalement différent de celui de 2019", observe Haida Essazada, 23 ans, la directrice du Réseau des jeunes Afghans. "Ma génération est une génération totalement différente."

Une Afghane qui enseigne l'anglais, Shukofa Ahmadi, devant sa classe, à Kaboul le 5 août 2019 ( AFP / Wakil KOHSAR )Une Afghane qui enseigne l'anglais, Shukofa Ahmadi, devant sa classe, à Kaboul le 5 août 2019 ( AFP / Wakil KOHSAR )Alors que les femmes "travaillent dur tous les jours pour changer cette société", "si les talibans ne l'acceptent pas, nous ne l'accepterons pas non plus", affirme cette jeune femme aux longs cheveux blonds .

"C'est là le grand défi pour les talibans, note-t-elle. Ils devront faire de gros compromis pour faire partie de ce gouvernement, pour être acceptés par cette génération".

Et de souffler : "j'ai peur qu'on ne veuille plus d'eux car personne n'est prêt à céder sur les avancées conquises ces 18 dernières années".

- Marghuba: "aller travailler" -

Marghuba Safi, 40 ans, dirige depuis 2016 une entreprise à Kaboul qui fabrique des savons, des crèmes et des sacs. Elle se dit "heureuse" des perspectives de paix qui sont en même temps pour elle source de "préoccupations".

ratio-auto="">Masuma Moravej, jeune Afghane de 19 ans, photographiée le 5 août 2019 dans le café de Kaboul où elle travaille comme serveuse ( AFP / Wakil KOHSAR )<

Masuma Moravej, jeune Afghane de 19 ans, photographiée le 5 août 2019 dans le café de Kaboul où elle travaille comme serveuse ( AFP / Wakil KOHSAR )

"Je suis mère célibataire, je suis responsable de famille et la seule personne à gagner de l'argent. Ma grande inquiétude est que les talibans ne permettent pas aux femmes, comme moi entrepreneuses, d'aller travailler."

Pour monter son entreprise, son "rêve", la businesswoman a dû surmonter moult difficultés. "Au début, on me disait que ce n'est pas bon pour une femme de sortir et de parler avec des hommes", raconte-t-elle. Des interdits incontournables lorsque les talibans régnaient.

Aujourd'hui, Marghuba Safi emploie vingt personnes, toutes d'anciennes toxicomanes. "Si on ne me permet pas de continuer, ce sera comme une explosion au sein de ma famille."

Posté par stetienne à 10:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,