et oui on gaspille l argent du contribuable pour ses assos totalement bidon et inutiles elle est bien cette marine au moins elle na pas sa langue dasn la poche et pratique pas la langue de bois comme les bouffoneux de  l'umps

En déplacement ce lundi à Nanterre, la candidate du Front National a dressé la liste des subventions allouées par l’Etat à des associations qu’elle souhaiterait supprimer, notamment celles qui favorisent le repli communautaire et les fondations et autres «think-thanks» qui selon elle sont liés «aux partis du système».

Y figurent ainsi celles qui selon elles favorisent le repli communautaire. Elle a donc dans son collimateur France Terre d’Asile, «association immigrationniste par excellence» (602.000 € en 2010), SOS Racisme (490.000 €), Ni Putes Ni Soumises (276.000 €), l’Assfam, Service social et familial des Migrants (239.460 €), Unafo, qui rassemble nombre d’associations gestionnaires de foyers de travailleurs migrants (188.605 €).

Elle a également cité pêle-mêle le Centre national des Marocains de France (12.000 €), Fasti Solidarité Immigrés (20.000 €), Haut conseil des Maliens de France (25.000 €), etc…

Pour la présidente du Front National, «ces associations ont le droit d’exister bien sûr» mais par d’être financées. […]

France Soir


http://www.frontnational.com/2011/12/co ... ociations/

AFAVO, Association des Femmes Africaines du Val d’Oise : 130 000 € (peut-on faire plus communautariste ?…)

ELLER, Visages pluriels de Turquie : 85 500 €
Association de mise en place de la fédération nationale Laique des Français et Françaises d’origine arabe ou de sensibilité musulmane : 100 000 €

IFAFE, Initiative Femmes Africaines France Europe : 5000 €

Ni Putes ni Soumises, une autre association étroitement liée au Parti Socialiste, mais aussi à l’UMP et Nicolas Sarkozy puisqu’on se souvient du porte-feuille ministériel offert à Fadela Amara, unanimement reconnue comme une des ministres les plus médiocres de ces dernières années : 276 000 €

Il faut savoir que les subventions à ces associations sont redoublées, retriplée, multipliées au niveau :
- des conseils régionaux,
- des conseils généraux (100 départements)
- des communes comme Paris, Lyon, Toulouse, et des communautés de communes comme Lille-Roubaix-Tourcoing.