31 mai 2012

Le gouvernement s'attaque aux rémunérations des patrons :

Le gouvernement s'attaque aux rémunérations très élevées dans les grandes entreprises où l'Etat français possède des participations, une promesse électorale symbolique qui est aussi l'une des plus faciles à mettre en oeuvre.

Jeudi, le gouvernement a ainsi annoncé qu'il s'opposait à une confortable prime de départ pour le PDG de l'équipementier aéronautique et de défense Safran, dont il détient 30% des droits de vote. Le "parachute doré" de ce dirigeant, Jean-Paul Herteman, a dans la foulée été rejeté par l'Assemblée générale des actionnaires.

Dans la même veine, il a indiqué qu'au nom de la "décence salariale", il voterait jeudi contre le versement d'une prime de non-concurrence de 400.000 euros à Pierre-Henri Gourgeon, l'ancien patron de la compagnie aérienne Air France/KLM, dont il est actionnaire minoritaire (15%).

Le président socialiste multiplie les mesures symboliques sur les salaires des dirigeants d'entreprises comme des responsables politiques, cherchant à marquer les esprits en début de mandat. Le maître-mot du nouvel exécutif est "l'exemplarité".

Le nouveau pouvoir avait donné le ton le 17 mai, en annonçant une baisse de 30% du salaire du chef de l'Etat et des ministres. Face à la crise, il s'agissait de montrer que les efforts demandés à la population concernent aussi le plus haut niveau de l'Etat.

Même cure d'amaigrissement pour les salaires des entreprises du secteur public ou dans lesquelles l'Etat possède une participation.

"La réduction de la hiérarchie des salaires au sein des entreprises publiques, de 1 à 20, pour les mandataires sociaux sera faite et, comme l'a dit (le Premier ministre) Jean-Marc Ayrault, elle sera faite rapidement", a martelé jeudi le ministre des Finances, Pierre Moscovici.

Selon ce calcul, la rémunération des patrons ne doit pas dépasser vingt fois le salaire le plus bas de ces entreprises. La question sera à l'ordre du jour du Conseil des ministres dans deux semaines.

"Cette moralisation des dirigeants des entreprises, elle doit intervenir maintenant, tout de suite, et il faut aussi que (l'écart des rémunérations) soit décent, surtout lorsqu'il y a des situations sociales et économiques difficiles", a souligné Pierre Moscovici.

La limitation des salaires des grands patrons est une mesure très populaire, approuvée par quatre Français sur cinq selon un récent sondage. Elle intervient dans un contexte de crise et de rigueur budgétaire, qui empêche toute politique de redistribution des revenus et toute relance par les salaires.

Mais la mesure risque surtout d'avoir une portée très limitée, en se bornant à quelques patrons de groupes détenus à plus de la moitié par l'Etat.

"Partout où l'Etat est majoritaire, il imposera notre politique, c'est-à-dire une politique de limitation de l'échelle salariale. Là où il est minoritaire, il cherchera à convaincre", avait d'ailleurs expliqué la semaine dernière le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg.

Six grands groupes sont contrôlés majoritairement par l'Etat: Aéroports de Paris, Areva (nucléaire), La Poste, la Française des Jeux, la SNCF (transport ferroviaire) et EDF (énergie).

Avec des situations très disparates: le salaire du président de la SNCF, Guillaume Pepy, serait au-dessous de la limite, selon une source proche du dossier. Mais celui d'EDF, Henri Proglio, déjà dans le collimateur pour sa proximité avec l'ancien président conservateur Nicolas Sarkozy, très largement au-dessus (64 fois le salaire de base).

Dans les conseils d'administration mixtes (associant Etat et privé), à l'instar de ceux de GDF Suez (énergie), Renault (automobile), EADS (aéronautique) ou Air France-KLM, tout sera histoire de négociations.

"Je crois au patriotisme des dirigeants, qui peuvent comprendre que la crise suppose l'exemplarité des élites politiques et économiques", a déclaré M. Ayrault.


quid des salaires des sportifs et notament des footeux?????????car la aussi faudrait voir a controler en les taxants un peu plus en taxant les transfert entre club car le salaire des footballeurs personnages totalement inutilkes a la societe est bien  encore bien plus scandaleux que les salaires des grands patrons maffieux x enarques

Euro 2012 : le sacndale des primes


Posté par stetienne à 15:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 mai 2012

Environnement. L’éclairage public menacerait la biodiversité

projet pour la france,environnement,frpna,pollution lumineuse,anpcen,ministere d elenvironnement,maire ,mairie

Environnement. L’éclairage public menacerait la biodiversité

quand on voit la com de certain service municipaux ( par exemple saint etienne) ou bien pire la com des eclairagiste la pollution lumineuse pour eux se resume a la consommation d eleur lampadaire alors qu il n en ai rien un lamapdaire consommant zero courant electrique genererait de la pollution lumineuse qui ai une veritable calamité pour la faune nocturne.

et il faut savoir que dans le domaine d eleclairage publique c est le maire qui prend les decisions il n existe aucune loi obligeant a mettre de leclairage publique dans une commune

Posté par stetienne à 08:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
28 mai 2012

une femme saoudienne dfie les trous de balls censuers de l'islam

les emirs saoudienne vont baiser des jeunes filles de 12 ans en inde et vont regner une loie moyen ageuse dans leur pays merdique

bravo a elle et au chiot l islam et les islameuh ils doivent etre eradiquer de la terre

Posté par stetienne à 20:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

apres l espagnol la lagarde

apres l'espagnol directeur du fmi qui a laisse une ardoise de 20 milliards autour de notre grande asperge lagarde

qui demande aux Grecs de payer leurs impôts, alors que cette tordue avec son salaire mensuel de
31 000 dollars n en paie pas.

"Vous savez quoi? Quand je pense à Athènes, je pense aussi à tous ces gens qui essayent d'échapper aux impôts en permanence. Tous ces gens en Grèce qui cherchent à échapper aux impôts.» "

http://www.slate.fr/lien/56741/lagarde- ... pots-crise

En fait le gros problème, vient aussi de tous ces riches qui ont pris la poudre d'escampette avec la bénédiction de la Lagarde et de ces amis !!!! Et maintenant, ils laissent la facture au petit peuple ! C'est tellement plus simple !!! Et tout ça avec l'accord de tous les dirigeants européens !!!

De plus tous ces riches n'ont jamais payés d'impôts !!! Mais Lagarde a surement un trou de mémoire !!!

 

et be le fmi ca craint un max quand meme lagarde l espagnol et ses 20 milliard de dette le dsk et ses putes

Posté par stetienne à 19:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

1er tour des législatives : la gauche donnée gagnante avec 45% des voix

lecons de se sondage:

le ps reflu: normal beaucoup de gens ont voter hollande juste pour se debarasser du nabotsky bling bling maintenant que cest fait ils ne se deplaceront plus pour hollande et le ps

le front de gauche reflu: c etait juste une bulle mediathique finalement

les verts s'enfoncent de plus en plus: normal c est plus un parti ecologiste mais juste un nieme parti d'extreme gauche

l ump sombre

le fn se stabilise  et fidelise son electorat populaire et classe moyenne

pour l ump l alliance avec le fn va devenir un enjeux  vital si il ne veulent pas disparaitre du paysage francais

Le Parisien

Si le 1er tour des législatives avait lieu dimanche, la gauche recueillerait 45% des suffrages, contre 31% à la droite et 16% à l', selon un sondage d'OpinionWay* réalisé pour Le Figaro et LCI publié vendredi. Mais pour les deux grands partis, cela se jouerait dans un mouchoir de poche :  le , crédité de 32% des suffrages, ne devancerait l'UMP  que d'un point.

Le Front national obtiendrait un score conséquent de 16%, alors qu'en 2007 il avait subi une cuisante défaite avec 4,29% des voix.

A gauche, Europe-Ecologie-Les Verts comptabiliseraient selon cette enquête 4% des voix, le Front de gauche 8%, l'extrême gauche 1%. Avec les 32% du PS, une majorité en faveur de François Hollande semble se dégager. Un raz-de-marée est peu probable. L'UMP et ses alliés sont crédités de 31% des intentions de vote.

Le Modem obtiendrait 4%, l'Alliance écologiste indépendante (divers écologistes) 1%. 3% des intentions de vote se portent sur d'autres candidats (7% des personnes interrogées n'ont pas exprimé d'intention de vote). La personnalité du candidat importe pour 29% des sondés, 70% privilégiant un courant politique proche de leurs idées.

La participation serait proche de celle de 2007

A un peu plus de deux semaines du scrutin du 10 juin, une courte majorité (51%) des personnes interrogées s'intéresse à la campagne. Mais toutefois 62% d'entre elles ont l'intention de se rendre aux urnes pour les deux tours du scrutin.  Un taux bas et voisin de celui enregistré au 1er tour en 2007 (60,42%) mais inférieur à 2002 (64,42%). Et quelque 55% des sondés disent souhaiter que le président François Hollande «dispose d'une majorité à l'Assemblée nationale», contre 43% qui ont l'opinion inverse (2% ne se prononcent pas).

* Sondage réalisé par internet du 23 au 25 mai auprès d'un échantillon de 1.836 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d'un échantillon de 1995 personnes représentatif de la population française de 18 ans et plus. Méthode des quotas. Notice complète consultable auprès de la Commission nationale des sondages.

Posté par stetienne à 09:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
26 mai 2012

gouvernement hollande

Les deux tiers des membres du gouvernement sont issus de la fonction publique, un tiers vient du milieu enseignant, quatre sont énarques, les autres sont médecins ou avocats. Ni chefs d'entreprises, ni salariés du privé : ce gouvernement représente-t-il vraiment la "diversité" de la France ?

AtzSbOgCIAE5MITDes auditions ont été effectuées jeudi au siège de la Soginorpa à Douai (Nord), qui gère 63.000 anciens logements miniers, dans le cadre d'une enquête sur l'utilisation de la carte bleue de cet organisme par le député-maire PS de Liévin Jean-Pierre Kucheida.9pc7jl

Posté par stetienne à 10:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 mai 2012

Une indemnité pour frais de mandat des députés sur la sellette :

Les députés disposent, outre leur indemnité parlementaire, d'une enveloppe pour couvrir les frais de leur mandat mais l'absence de transparence sur son utilisation alimente les suspicions, comme l'illustre la mise en cause vendredi par deux médias de l'un d'entre eux.

Pascal Terrasse, député socialiste de l'Ardèche, a utilisé son indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) pour des dépenses personnelles, tels des billets de train pour sa famille, sa cotisation de parlementaire au PS et surtout des voyages privés au mois d'août, en Espagne, au Sénégal et en Egypte, selon le site Mediapart, qui publie notamment des fac-similés de son compte bancaire dédiés à cette indemnité.

L'hebdomadaire Marianne publie en partie les mêmes documents, en ne donnant toutefois pas le nom du député, car "son cas n'est qu'un parmi des dizaines" et qu'il "ne serait pas juste, dès lors, de le pointer du doigt plus que ses nombreux comparses".

Le député a vivement réagi en accusant Mediapart de livrer "en pâture" sa vie privée, en se fondant sur des "relevés bancaires personnels" qui ont "été volés", et en soulignant être "en conformité avec la loi".

"Jusqu'à preuve du contraire, un élu dispose de ses indemnités et cette ingérence dans l'usage que je fais de mes revenus personnels n'a d'autre effet que de stigmatiser les élus dont on sait qu'il est de bon ton de les dresser contre leurs concitoyens", a ajouté M. Terrasse dans un communiqué.

L'indemnité représentative de frais de mandat, d'un montant de 6.412 euros par mois, doit permettre aux députés "de faire face aux diverses dépenses liées à l'exercice de leur mandat qui ne sont pas directement prises en charge ou remboursées par l'Assemblée", selon le site de l'Assemblée nationale. Elle est virée sur un compte bancaire à part.

Elle est distincte de l'indemnité parlementaire proprement dite, de 7.100,15 euros brut par mois, dont le député dispose à sa guise, puisqu'il s'agit de sa rémunération, et d'un crédit mensuel de 9.138 euros pour le salaire de ses collaborateurs, qu'il doit reverser à l'Assemblée ou à son groupe s'il ne l'utilise pas en totalité.

En revanche, aucune obligation ne s'attache à l'IRFM. Une proposition de loi du député Vert François de Rugy sur la transparence de la vie publique, qui aurait notamment obligé les députés à rendre publique l'utilisation qu'ils font de cette somme, a été rejetée en décembre par la majorité de droite de l'Assemblée, la gauche votant pour.

"Adopter ce texte, c'est présumer coupables les élus", avait alors estimé au nom de l'UMP le député Claude Bodin.

Le député Nouveau Centre Charles de Courson avait prêché dans le désert, en proposant lors d'une discussion budgétaire en 2009, que la Cour des comptes puisse "vérifier, sur un échantillon tiré au hasard, s'il est fait bon usage" de l'IRFM.

François de Rugy a publié en 2011 sur son blog l'utilisation de son IRPM, principalement le loyer de sa permanence de circonscription, et l'édition d'un journal distribué à ses électeurs.

Jean-Jacques Urvoas et Arnaud Montebourg (PS) avaient fait de même en 2009, avec là aussi une grande part des dépenses liées à leur permanence, ainsi que l'apparenté socialiste René Dosière.

Ce dernier consacrait notamment 1.700 euros à sa permanence, 700 euros à accroître les dépenses de rémunération de ses collaborateurs, 900 euros à des frais de restaurant "liés à l'activité parlementaire", 800 euros à des frais de déplacement et 200 euros à un "surcoût d'habillement".

M. Dosière, se déclare, dans une interview à Marianne, pour un contrôle de l'IRFM, non par le gouvernement, qui pourrait s'en servir pour "faire pression sur les élus", mais par "l'Assemblée elle-même", qui déciderait que "la partie de l'IRFM non utilisée pour des frais parlementaires serait rendue"

Posté par stetienne à 19:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,