Syrie: Présence de djihadistes français parmi les rebelles

Cofondateur de l'organisation Médecins sans frontières (MSF), le médecin de 71 ans a soigné pendant deux semaines les blessés dans un hôpital contrôlé par les rebelles dans la capitale économique de la Syrie, où font rage les combats entre gouvernementaux et insurgés.

Il a précisé que, contrairement à ce qu'il avait vu lors de ses précédentes missions cette année à Homs et à Idlib, la majorité - environ 60% - des blessés qu'il a soignés à Alep étaient des combattants et non des civils, et au moins la moitié d'entre eux n'étaient pas des Syriens.

«Il y a une assez forte proportion de fondamentalistes et de djihadistes (...) Ce qui les intéresse, c'est surtout l'après-Assad, l'établissement d'un régime islamiste et de la charia, en vue de l'Emirat mondial», a-t-il poursuivi. Parmi ces islamistes étrangers figuraient «quelques djihadistes français», a ajouté le docteur Bérès, pour lesquels Mohamed Merah, qui a tué sept personnes en mars dans le sud-ouest de la France, est «un exemple à suivre».

http://www.20minutes.fr/article/999721/ ... i-rebelles

Les services de renseignement allemands estiment que "près de 90 attaques terroristes pouvant être attribuées à des organisations qui sont proches d'Al-Qaïda ou de groupes jihadistes" ont été effectuées en Syrie entre la fin de Décembre et le début de Juillet, tel que rapporté par le quotidien allemand Die Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ). Cette information vient du gouvernement allemand en réponse à une question parlementaire.

En réponse à la même question, le gouvernement allemand a admis qu'il avait reçu plusieurs rapports des services de renseignements étrangers allemands, le BND, sur le massacre du 25 mai dans la ville syrienne de Houla. Mais il a noté que le contenu de ces rapports était resté classés "en raison de l'intérêt national"

Pendant ce temps, au moins trois grands journaux allemands - Die Welt, la FAZ, et le tabloïd Bild - ont publié des rapports attribuant la responsabilité du massacre aux forces rebelles anti-gouvernementales ou de traitant ce scénario comme étant le plus probable.

Écrivant dans Bild, le correspondant de guerre allemand de longue date Jurgen Todenhofer a accusé les rebelles de "tuer délibérément des civils et ensuite les présenter comme des victimes du gouvernement". Il a décrit cette "strategie du marketing du massacre" comme étant "parmi les choses les plus dégoûtantes que je n'ai jamais rencontrées dans un conflit armé".

en un mot laissons les trous de balles islamistes se faire massacrer et envoyons ballader les amerlocks qui ont crée cette guere avec leur allier merdique du quatar et de l arabie saoudite ou regne un islam integriste ultraarchaique et antidemocratique