7h14 : La piste de l'éventuelle homosexualité d'Omar Mateen apporte un nouvel éclairage sur la tuerie qu'il a commise. Après des témoignages disant qu'il avait fréquenté plusieurs fois le club dans lequel il a commis son crime, et qu'il utilisait un réseau social gay, un ancien camarade de promotion affirme que Mateen lui a fait des avances.

Les deux hommes étudiaient ensemble à l'académie de police d'Indian River Community College, en 2006.

6h40 : Selon plusieurs témoins, l’auteur de la tuerie, Omar Mateen, a fréquenté le club gay le Pulse à plusieurs reprises.

«Parfois il allait dans un coin et allait s’asseoir et buvait seul, et d’autres fois, il était tellement ivre qu’il était bruyant», a déclaré Ty Smith au quotidien Orlando Sentinel.

Il a déclaré également au quotidien local qu’il avait vu le tireur à l’intérieur du club gay au moins une douzaine de fois.

«Nous n’avons pas vraiment beaucoup discuté avec lui, mais je me souviens de lui disant des choses à propos de son père», a précisé Ty Smith.

Un autre habitué de la boîte de nuit a déclaré au Los Angeles Time qu’Omar Mateen lui avait envoyé un message via une application destinée aux gays.

Quelques-unes des 49 victimes. Photos DRQuelques-unes des 49 victimes. Photos DR

49 morts en plus du tueur, 53 blessés

Le bilan de la tuerie de dimanche, dans la discothèque gay le Pulse, est de 49 victimes, plus le tireur.

Toutes les victimes ont été identifiées, sauf une. Elles étaient âgées de 19 à 50 ans et leurs noms sont en majorité à consonance hispanique.

Les hispaniques représentent la principale minorité américaine dans l'État de Floride. Il s'agit de la pire tuerie de masse de toute l'histoire des États-Unis. 

Les autorités américaines ont rendu publics les noms des morts, au fur et à mesure de leur identification et seulement après que les proches sont prévenus. Une liste est publiée sur le blog de la mairie d'Orlando.

Le Pulse, à Orlando. Photo AFPLe Pulse, à Orlando. Photo AFP

Le Pulse, un club gay emblématique

Le club Pulse s'affiche comme l'une des boîtes de nuit emblématiques de la défense des personnes LGBTI (lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres, intersexuées) aux États-Unis mais aussi ailleurs.

L'établissement a été fondé en 2004 après un drame familial: la mort en 1991 du frère de la copropriétaire, qui avait été emporté par le sida.

Omar MateenOmar Mateen

Un homme autoradicalisé sur internet

Selon le FBI, le tueur d’Orlando, Omar Mateen s'est radicalisé seul, notamment sur internet.

De même, le président américain Barack Obama a expliqué que, selon l'enquête, il n'y a "pas de preuve" que l'attaque a été commanditée depuis l'étranger.

Le tueur aurait été "inspiré" mais pas "dirigé" par Daech. Omar Mateen était un Américain d'origine afghane né en 1986 à New York.

Mateen habitait à quelque 200 km au sud-est d'Orlando, à Port Saint Lucie. Il travaillait pour une société privée de sécurité.

D'après son ex-femme, Mateen était un homme violent qui la battait.

Hommage aux victimes. Photo AFPHommage aux victimes. Photo AFP

Hommages à travers le monde

Les hommages se sont multipliés depuis la tuerie à travers le monde.

Lundi soir, la Tour Eiffel a été illuminée aux couleurs du drapeau américain et du drapeau arc-en-ciel.

Depuis dimanche, l'hôtel de ville de Paris arbore deux banderoles aux couleurs de l'arc-en-ciel et des drapeaux américains.

Aux États-Unis, les hommages se multiplient à travers le pays, et les drapeaux ont été mis en berne. En France, où se déroule l'Euro de football, une minute de silence a été observée dans toutes les fan-zones lundi soir.