Symbole depuis sa création de la lutte contre le patriarcat, contre toutes les formes d’extrémisme et pour l’émancipation des femmes, le mouvement « Ni Putes Ni Soumises » (NPNS) a été mis à la rue par la volonté des pouvoirs publics.

Ce matin, les forces de police ont procédé à l’expulsion du mouvement « Ni Putes Ni Soumises ». Historiquement située à la maison de la mixité dans le 20ème arrondissement de Paris grâce au soutien de Bertrand Delanoë et de Jacques Chirac, l’association a été mise à la porte sur ordre du bailleur (Paris Habitat, organisme HLM géré par les élus parisiens) et les dossiers de victimes ont été mis sous scellés.

Officiellement décidée pour des motifs financiers, cette expulsion concerne d’abord les femmes victimes des violences et de l’oppression, qui se trouvent par cet acte brutal encore plus démunies face à leurs souffrances.

Comme beaucoup d’associations laïques, le mouvement « Ni Putes Ni Soumises » a été clochardisé par la quasi-absence de subventions de la part de pouvoirs publics – à l‘exception notable de la politique de la Ville – pourtant prompts à s’afficher comme les garants des valeurs de la République.

Ce que subit NPNS ces dernières heures soulève dans notre démocratie une question essentielle : la liberté d’expression et l’émancipation des femmes peuvent-elles être bâillonnées pour des questions d’argent ?

En ces temps perturbés, le mouvement NPNS tient à remercier chaleureusement SOS Racisme qui, par solidarité, a décidé d’accueillir le mouvement au sein de ses locaux pour assurer la continuité de la plateforme d’accueil des femmes victimes.

Au-delà de cette solution provisoire, NPNS appelle les pouvoirs publics à faire connaître leurs véritables intentions à l’endroit d’un mouvement que l’on veut réduire au silence alors qu’il a été à la pointe de la lutte contre l’omerta qui entourait les violences faites aux femmes dans les quartiers.

Si le mouvement – cri de ralliement, de colère et d’espoir – a su résister à toutes les attaques, les intimidations, les agressions et les menaces de mort des ennemis avérés de la République, le mouvement ne pouvait imaginer que les mauvais coups viendraient de ceux dont le devoir est d’être les gardiens des valeurs de cette République.

Et nous le disons clairement : ces valeurs fondamentales qui protègent les femmes dans leur dignité et dans leurs droits méritent plus et mieux que des sourires hypocrites et des paroles apaisantes.



Hidalgo (de gôche) accueille des migrants par milliers mais fout à la porte une association de femmes qui a le malheur de dénoncer, notamment et parce que c'est l'un des principaux vecteurs de la discrimination des femmes, l'islam et sa vision rétrograde et discriminatoire des femmes !

Et ça c'est un crime qu'oser dire la vérité et dénoncer la place des femmes dans l'islam qui les considère comme des mineurs incapables qui doivent être soumises aux hommes !

La gôche islamo collabo dans toute sa splendeur !!! [smilie=icon_smile119.gif]

bref hidalgogote la collabo sera tondu