je rappel que je suis pour le rétablissement de la peine de mort pour les trafiquants de drogue

"Un Nigérian de 38 ans, Chijioke Stephen Obioah, a vu sa condamnation à mort exécutée le 18 novembre 2016 au complexe pénitentiaire de Changi", a précisé le Bureau des affaires de stupéfiants (CNB) dans un communiqué. Obioha, qui était venu à Singapour dans l'espoir de devenir footballeur, a été condamné à mort en 2008 pour un trafic portant sur 2,6 kilos de cannabis. Ses avocats avaient déposé hier un ultime recours pour commuer la peine en réclusion criminelle à perpétuité, mais la Cour suprême l'a rejeté.

Selon la législation de cet archipel d'Asie sud-Est, toute personne interpellée avec plus de 500 grammes de cannabis risque la peine capitale. Le deuxième homme exécuté est un Malaisien de 31 ans condamné à mort pour trafic d'héroïne, a ajouté le CNB. Devendran Supramaniam avait été arrêté en 2011 en possession d'une matière poudreuse contenant 83,36 grammes d'héroïne. Un ultime recours en justice du condamné a également été rejeté hier.

Des groupes de défense des droits de l'homme qui appellent Singapour à abolir la peine de mort ont condamné ces pendaisons. "En exécutant des personnes pour des infractions liées à la drogue, qui ne font pas partie des crimes les plus graves, Singapour enfreint la législation internationale", a déploré le directeur pour l'Asie-Pacifique à Amnesty International, Rafendi Djamin.

En 2015, Singapour avait exécuté quatre condamnés à mort, trois pour trafic de drogue et un pour meurtre, selon des statistiques officielles.