« L'exécuteur » : confessions d'un DRH

Il s’appelle Didier Bille et, pendant vingt-deux ans, il a été DRH pour des multinationales, dans le secteur de la télécommunication ou encore de l’industrie automobile.

Aujourd’hui, il témoigne pour la première fois des redoutables méthodes qu’il a employées pour mettre la pression aux salariés et les licencier en quinze minutes sur un coin de bureau, parfois sans aucun motif.

Il a fait le calcul : dans toute sa carrière, il a congédié au total 1 000 personnes, un salarié tous les sept jours !

L’une de ses armes : le « ranking forcé », une pratique en vogue dans de nombreuses entreprises selon lui. Elle consiste à mal noter des salariés pourtant irréprochables afin d'avoir un prétexte pour les licencier.

Ce qu’il raconte sans détour, c’est un monde de l’entreprise sans foi ni loi, où le salarié est broyé.

Un témoignage édifiant sur la brutalité du métier.

Un reportage de Virginie Vilar et Laura Aguirre de Carcer 

Que voit on dans cette vidéo: que des multinationales payent des drh mercenaires pour virer les gens et dégraisser les entreprises mais il aurait été plus interessant  de montrer qui sont les employeurs de ces mercenaires.

l'élite mondialisé qui se réunit à Davos  les draghi les bouyghes les carlos gosh ( je cite la france ) mais ils ont leur equivalent dans le monde entier

Ces patrons de multinationales disent qu ils ouvrent usines ou centre d'étude dans pays étrangers pour etre plus pres de leur clients les gens dans la rue croient que c est parceque  les salaires sont plus bas dans ces pays mais la vrai raison  c'est que cette élite mondialisé rapace cherche a creer un réseau peer to peer d'usine de centre d'etude de recherche à l échelle mondiale  comme ca  si dans un pays ou une region il y a trop de revendication social et même si on les menace de nationalisation ca les genera pas leur multinational étant conçu  pour fonctionner à l échelle mondiale ( un peu comme lorsque un ordinateur de réseau peer to peer tombe en panne ce n impacte nullement le réseau)

bref l'arme ultime pour détruire les acquis sociaux et continuer a s'en mettre plein les poches en nous exploitant ( et je paris que même leur bien personnel sont mondialisé de manière a échappe à toute confiscation par un gouvernement  si il y a révolution

De plus il faut savoir que pour ce type de multinational les dirigeants considèrent qu il n y a que 2% de personnel vraiment vital pour l entreprise les 98% autres sont justes variables d'ajustement dont ils peuvent se débarrasser  quand ils le désirent ( cadre ingénieur chercheur ouvrier technicien qu importe)

En plus on voit bien les mercenaire(e)s qu ils emploient  généralement jeune  moins de 35 ans  qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez  ( meme si ils se doutent qu ils se feront vider à leur tour ils doivent se dire je suis jeune je trouverais un nouveau poste  sauf qu ils finiront aussi à l'abattoire comme les autres quand ils auront dépasser 45 ans)

Bref pour pouvoir lutter contre cet élite destructrice de nos acquis sociaux ( dont le minuscule mini micron fait parti d'ailleurs) il faut bien comprendre leur mode de fonctionnement et de raisonnement