instauration du zero immigration

perte des droits civiques  pour les collabos à migrants

licenciment des jugeottes laxistes et collabos a racailles ils iront travailler sur chantier.

avec l'argent economisé sur les jugeottes inutiles  on construit bagnes et prisons sans le moindre confort où on enfermera toutes ces racailles de merde

et bien sur rétablissement de la peine de mort pour les trafiquants de drogue avec prelevements des organes pour rentabiliser l opération

Sur fond de communautarisme rampant, une racaille délinquante est mort lynché par une douzaine de tout jeunes racailles de merde. Ce qui ressort du dossier inquiète les forces de l'ordre.

Ils l'ont littéralement «fini» avec des barres de plexiglas et une chaise, après l'avoir roué de coups de pied à la tête. En plein jour, le 18 mai dernier, devant des mères de famille et leurs enfants, dans l'espace de jeux du quartier sensible de Saragosse, à Pau (Pyrénées-Atlantiques), un groupe de mineurs de 14-15 ans a battu à mort un délinquant burkinabé de 32 ans. On parle même de gamins de 10 à 12 ans mêlés à cette expédition punitive.

Ce qui ressort du dossier inquiète. La plupart des agresseurs étaient d'origine tchétchène. Des jeunes d'origine maghrébine et subsaharienne seraient également suspectés. «Il y a, c'est vrai, une importante communauté tchétchène à Pau et elle fait parfois parler d'elle», concède un responsable policier de la ville. Selon lui, «la délinquance du quotidien est indéniablement le fait d'auteurs de plus en plus jeunes et de plus en plus radicaux».

Un officier de police local renchérit: «Qu'ils soient d'origine tchétchène, nord-africaine, africaine ou issus de la communauté des gens du voyage, les “grands frères” nous disent tous qu'ils n'arrivent plus à tenir leurs cadets. Cela part dans tous les sens. Chacun veut faire mieux que les aînés, comme dans une surenchère de violence.»

Depuis vendredi, en tout cas, les Palois sont sous le choc, tant les agresseurs se sont déchaînés. Certains habitants traumatisés par un tel «acharnement» songent à quitter le quartier. La PJ et la Sûreté départementales ont été co-saisies de l'enquête. L'autopsie du corps a été ordonnée. À partir de traces d'ADN prélevées sur un des objets ayant servi à frapper la victime, la police a pu remonter à un suspect et procéder d'abord à trois interpellations ce lundi à l'aube. Un autre suspect s'est aussi présenté à l'hôpital pour se faire soigner après la rixe. D'autres arrestations étaient attendues ce lundi.
http://www.lefigaro.fr/actualite-france ... ct_premium