la solution zero immigration

interdiction d el islam en France et grand retour au bled avec les faces de collabos en paquet cadeau

Révélations. Le rapport des deux journalistes du Monde décrit un islam en rupture avec la société française et ses valeurs, dans un département dont la moitié de la population est musulmane.

Est-ce là l’enquête qui mènera à une véritable prise de conscience de la part de nos politiques ? On ne peut que l’espérer. Gérard Davet et Fabrice Lhomme, grands reporters au journal Le Monde, étaient les invités de France Inter lundi 15 octobre. L’occasion pour eux d’évoquer les conclusions de leur enquête, intitulée « Inch’allah », sur l’islamisation rampante en Seine-Saint-Denis. Les révélations sont effarantes.

« Des quartiers complets sont sous la coupe du halal »

Pour mener leurs investigations, les deux reporters se sont appuyés sur les travaux de cinq étudiants en journalisme, qu’ils ont envoyés arpenter le département francilien en quête des symptômes d’une sécession avec la République française. Il y en a pléthore, relève Marianne, qui a consulté le livre enquête. Parmi tant d’autres, on retrouve ainsi le témoignage d’une directrice d’école qui lutte face aux tentatives d’intrusion religieuse, celui d’une gynécologue atterrée par l’obscurantisme de ses patientes ou encore celui d’un syndicaliste, qui réclame des salles de prière dans les dépôts de la RATP. « Oui, l’islamisation est à l’œuvre en Seine-Saint-Denis », écrivent les auteurs de l’enquête, qui précisent que la moitié des habitants du département seraient musulmans.

« La troisième boucherie halal, ensuite la librairie religieuse et le muslim style qui vend des niqabs… Qu’est-ce que ça fabrique ? Des normes. Des quartiers complets sont sous la coupe du halal », déplore ainsi la préfète à l’Égalité des chances de Seine-Saint-Denis, Fadela Benrabia. « Il y a une volonté, dans une petite partie de ces musulmans, d'imposer l'islam comme norme sociale dans la vie publique », confirme Fabrice Lhomme lors de son passage à France Inter . Selon son collègue de travail, Gérard Davet, « pour les municipales de 2020, les élus vont devoir composer avec ce terreau islamisant ».

La Seine-Saint-Denis est en partie déjà perdue pour la république. Le mouvement est lancé, ne fait qu'accélérer, on ne reviendra plus en arrière. Tout ceux qui disent le contraire nous mentent et se mentent à eux-mêmes. Les gens de ces quartiers se savent depuis longtemps abandonnés par un état faible et démissionnaire et des élus clientélistes. En manque de repères, ces populations finissent de toutes façons par se tourner bon grès mal grès vers l'islam et ses dérives. C'est du plus haut comique de voir ces reportages où les journalistes font mine de découvrir un phénomène connu par eux depuis longtemps !! Le "il ne faut pas stigmatiser" est vraiment la plus grande trouvaille des islamistes et des racailles pour leur permettre d'étendre leur idéologie et leurs trafics en toute impunité ! En France la stigmatisation est réservée à ceux qui tirent la sonnette d'alarme par amour pour leur pays...