https://amp.lepoint.fr/2275075

les jugeottes américaine s ne valent guère mieux que nos jugeottes françaises

on remet en liberté des criminels et on enferme innocents

Le plus stupéfiant, c'est qu'à plusieurs reprises Samuel Little a été arrêté pour meurtre. En 1976, une prostituée droguée a réussi à s'enfuir et a appelé à l'aide, assurant qu'il avait essayé de l'étrangler, l'avait rouée de coups et violée. La police l'a arrêté, et a retrouvé les vêtements et les bijoux de cette femme dans sa voiture. Pourtant, il n'a fait que trois mois de prison, sans doute parce que sa victime héroïnomane n'apparaissait pas comme un témoin crédible.

En 1982, Melinda LaPree, une prostituée du Mississippi, a disparu après avoir été vue pour la dernière fois dans la voiture de Samuel Little. Un mois plus tard, son cadavre est découvert et Little est arrêté. Deux autres prostituées l'accusent de les avoir tabassées. Mais il n'est pas inculpé, une nouvelle fois en raison du manque de crédibilité de ses accusatrices.

Deux ans plus tard, en Floride, il est acquitté du meurtre, en 1982, de Patricia Ann Mount, une jeune handicapée mentale, alors qu'un de ses cheveux est retrouvé sur le corps. Quelques mois plus tard, il retourne en prison pour une tentative de meurtre sur deux prostituées qu'il a kidnappées à quelques semaines d'intervalle et emmenées sur le même terrain vague à San Diego. Samuel Little est arrêté avec l'une d'elles. Mais le jury n'arrive pas à se mettre d'accord sur sa culpabilité. Il plaide néanmoins coupable pour d'autres chefs d'accusation et sera condamné à quatre ans de prison. Pourtant, il sort au bout de deux ans et demi. « Je pense qu'il a tourné en ridicule le système judiciaire américain », a commenté au Los Angeles Times Beth Silverman, le procureur adjoint du comté de Los Angeles.