31 mai 2019

voitures pollution

auto pollution-Marianne1157 - 2019-05-17-23

poid voitureAuto_PlusMaicontroletechniquereglagephareetconsommation19

Posté par stetienne à 19:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

c'est le trumpinou qui nous faudrait en europe

ca nous changerait du collabo micron le tout petit minuscule

Face à l'afflux de clandestins, Trump emploie les grands moyens contre le Mexique

AFP31/05/2019 à 11:46

Certains des migrants appartenant au plus grand groupe jamais interpellé par la police aux frontières en entrant aux Etats-Unis, le 29 mai 2019 à El Paso, au Texas ( US Customs and Border Protection / USBPA Edward Butron El Paso Sector )">

to="">Certains des migrants appartenant au plus grand groupe jamais interpellé par la police aux frontières en entrant aux Etats-Unis, le 29 mai 2019 à El Paso, au Texas ( US Customs and Border Protection / USBPA Edward Butron El Paso Sector )Certains des migrants appartenant au plus grand groupe jamais interpellé par la police aux frontières en entrant aux Etats-Unis, le 29 mai 2019 à El Paso, au Texas ( US Customs and Border Protection / USBPA Edward Butron El Paso Sector )

Donald Trump a décidé jeudi d'employer les grands moyens contre le Mexique, accusé de laxisme sur le dossier de l'immigration clandestine: il va imposer dès le 10 juin des droits de douane sur les produits en provenance de son voisin du Sud. 

Le président américain a annoncé que les Etats-Unis allaient mettre en place "des tarifs douaniers de 5% sur tous les biens en provenance du Mexique" et que ces derniers allaient "progressivement augmenter tant que le problème de l'immigration clandestine n'est pas résolu".

Les droits de douane pourraient passer à 10% au 1er juillet et grimper de 5 points de pourcentage chaque mois jusqu'à la limite de 25% en octobre si le Mexique "n'arrête pas considérablement le flux d'étrangers illégaux passant par son territoire", a-t-il précisé dans un communiqué publié par la Maison Blanche. Les Etats-Unis se réservent le droit de retirer ces tarifs à "(leur) seule discrétion", a-t-il ajouté.

Le président mexicain, Andres Manuel Lopez Obrador, l'a invité au dialogue : "Je vous informe que je ne veux pas la confrontation (...) Je propose d'approfondir le dialogue, de rechercher des alternatives au problème de l'immigration", a-t-il écrit dans une lettre adressée à son homologue.

L'annonce américaine avait été précédemment qualifiée de "désastreuse" par le Mexique. "Cette menace mise en oeuvre serait très grave (...) Si cela devait arriver, nous devrions réagir énergiquement", avait déclaré Jesus Seade, un responsable du ministère des Affaires étrangères en charge de l'Amérique du Nord et négociateur commercial mexicain.

ass="c-image-news"> 6739/cache/i/content/images/c/f/f/cffdea9f69f95d1cf192fba7b52dce0d-768x545.jpg" data-image-class="c-thumb-lazy__img" data-image-alt="Evolution des arrestations de migrants à la frontière Mexique-Etats-Unis ( AFP / )">Evolution des arrestations de migrants à la frontière Mexique-Etats-Unis ( AFP / )"> ="c-thumb-lazy__ratio" style="padding-bottom: 70.9636%;" data-ratio-filler="" data-ratio-auto="">Evolution des arrestations de migrants à la frontière Mexique-Etats-Unis ( AFP / )Evolution des arrestations de migrants à la frontière Mexique-Etats-Unis ( AFP / )

Donald Trump avait déclaré plus tôt jeudi qu'il comptait faire "une annonce majeure sur la frontière" entre les Etats-Unis et le Mexique plus tard dans la journée ou vendredi, en précisant qu'il n'en ordonnerait pas la fermeture, comme il l'avait menacé à plusieurs reprises ces derniers mois.  

"Nous allons faire quelque chose de vraiment spectaculaire sur la frontière", avait déclaré le milliardaire devant des journalistes.

D'après le Washington Post, certains membres de son administration étaient opposés à l'imposition de droits de douane --une des armes favorites du président-- sur les produits mexicains, craignant que cette décision n'enraye le processus de ratification du nouvel accord de libre-échange entre les Etats-Unis, le Mexique et le Canada (AEUMC), qui a paradoxalement été lancé le même jour par le gouvernement américain.

Le chef de cabinet de la Maison Blanche Mick Mulvaney a cependant tenté de séparer les deux dossiers. "Ce ne sont pas des tarifs douaniers dans le cadre du conflit commercial, ce sont des tarifs douaniers dans le cadre du problème d'immigration", a-t-il déclaré lors d'une conférence téléphonique.

- Interpellation massive -

Donald Trump avait préparé le terrain, quelques heures auparavant, en annonçant qu'un groupe record de plus d'un millier de clandestins avait été interpellé après avoir franchi la frontière séparant le Mexique des Etas-Unis au niveau d'El Paso, au Texas. 

Image tirée d'une vidéo de la police américaine aux frontières et postée sur Twitter par le président Donald Trump montre un groupe de migrants traversant la frontière avec le Mexique, le 29 mai 2019 ( US Customs and Border Protection / - )Image tirée d'une vidéo de la police américaine aux frontières et postée sur Twitter par le président Donald Trump montre un groupe de migrants traversant la frontière avec le Mexique, le 29 mai 2019 ( US Customs and Border Protection / - )

Source: Externe

"Les démocrates doivent défendre notre incroyable police aux frontières et enfin colmater les brèches à notre frontière!", avait-il tweeté, accompagnant son message d'une vidéo nocturne de plus de deux minutes montrant des dizaines de silhouettes franchissant, apparemment facilement, une barrière. 

Ce groupe était composé en majorité de familles (934 personnes) et de mineurs non accompagnés (63), selon la police aux frontières (CBP), qui a publié des images montrant des dizaines de personnes debout devant une barrière en métal, surveillées par des agents. 

L'arrestation du "plus grand groupe jamais découvert par les agents de la police aux frontières démontre la gravité de la crise humanitaire et de la sécurité aux frontières" dans le Sud américain bordant le Mexique, a souligné le numéro deux de la CBP, Robert E. Perez, dans un communiqué. 

"Tous les membres du groupe", ajoute le communiqué, venaient du Guatemala, du Honduras ou du Salvador", les trois pays d'où proviennent la majorité des migrants qui se rendent aux Etats-Unis via le Mexique.

Donald Trump avait fait de la construction d'un mur à la frontière avec le Mexique l'une des promesses centrales de sa campagne de 2016. 

Il accuse sans relâche l'opposition démocrate, qui contrôle depuis janvier l'une des deux chambres du Congrès, de bloquer toute initiative sur la frontière.

José, 27 ans, et son fils José Daniel, 6 ans, interpellés par un agent de la police aux frontières le 16 mai 2019 à El Paso, au Texas, après avoir parcouru des milliers de kilomètres au Mexique en provenance du Guatemala ( AFP / Paul Ratje )">josé, 27 ans, et son fils José Daniel, 6 ans, interpellés par un agent de la police aux frontières le 16 mai 2019 à El Paso, au Texas, après avoir parcouru des milliers de kilomètres au Mexique en provenance du Guatemala ( AFP / Paul Ratje )"José, 27 ans, et son fils José Daniel, 6 ans, interpellés par un agent de la police aux frontières le 16 mai 2019 à El Paso, au Texas, après avoir parcouru des milliers de kilomètres au Mexique en provenance du Guatemala ( AFP / Paul Ratje )

Le bras de fer avec les démocrates autour du financement de ce mur avait plongé les Etats-Unis dans la plus longue impasse budgétaire, ou "shutdown", de leur histoire en décembre 2018 et janvier 2019.

Face au refus du Congrès de lui accorder l'enveloppe budgétaire nécessaire, Donald Trump a déclaré en février une situation d'urgence nationale à la frontière et a demandé à la Défense de réaffecter des milliards de dollars à sa construction. 

Débordées par l'afflux de clandestins à la frontière mexicaine, les autorités américaines n'ont plus les moyens de tous les maintenir en détention. Elles ont donc récemment officiellement décidé de relâcher "les familles" dont aucun membre n'a de casier judiciaire en attendant qu'un tribunal examine leur cas.

Posté par stetienne à 17:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 mai 2019

Les serbes du Kosovo isolés dans leur commune

honte aux amerlocks qui ont permis l installation d'un regime islamiste en europe

Posté par stetienne à 20:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 mai 2019

The People's Republic of The Future

mes commentaires:en construction

Posté par stetienne à 21:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

lol

Source: Externe

Posté par stetienne à 20:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

voter utile c est voter contre micron donc rn

https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/05/28/il-y-a-un-basculement-du-vote-ouvrier-vers-la-droite-et-surtout-vers-l-extreme-droite_5468601_823448.html

deja qu on arrette de nous tanner avec la monnaie : que je sois payer en Franc ou en euro j aurais exactement le meme niveau de vie

regardez au portaugal  les portugais  ont ils un meilleur niveau de vie en euro qu en réal   réponse non exactement le meme les seuls gagnants sont les etrangers d'europe qui viennent s'y installer

par contre oui à une France souveraine et qu on fasse passer els lois europeennes en seconde position

quand a l environnement  qu on arrette de nosu tanner avec le rechauffement climatique  les  1er polleurs mondiaux sont la chine les usa l inde ... bref messieurs les boboides ridicules d eelv allez donc manifester la bas et lacher nosu les baskets

par contre l'urgence c est de sortir de la griculture productiviste  qui detruit toute la biodiversité en France et pour cela il faut déchirer les traités de libre echange et instaurer une taxe préservation de la biodiversité sur les produits agricoles et transformes importés

 

Posté par stetienne à 11:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

la dinde schiappa agressée lol

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/05/28/violence-et-menaces-de-mort-des-gilets-jaunes-chez-marlene-schiappa-que-s-est-il-passe_5468723_4355770.html

bof m en tape les putes en marche nous pourrissent la vie pourquoi ja aurais la moindre empathie pour ces tetes de cons

Posté par stetienne à 10:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Vers la fin de la redevance télé ?

pour ma part je suis pour la suppression de le redevance télé et il n y a pas d'exception cuculturelle française

on a pas defendu  les ouvrieres du textiles face à la mondialisation je vois pas pourquoi on defendrait les parasites de la télé et radio

C'est le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin qui a fin mars dernier émis cette proposition : supprimer la contribution à l'audiovisuel public, encore aujourd'hui adossée à la taxe d'habitation. Cette taxe qui concerne près de 30 millions de foyers chaque année et rapporte plus de 3 milliards d'euros est jugée « injuste » par le ministre et plus en phase avec les modes de consommation actuels. Un projet qui effraie les professionnels du secteur de l'audiovisuel public dont c'est le principal mode de financement.

iStock-scanrail

La redevance télé en chiffres

Après avoir annoncé la fin de la déclaration de revenus obligatoire dès 2020, c'est à la redevance TV que semble vouloir s'attaquer Gérald Darmanin. Comme il s'en est ouvert aux journalistes de BFM-TV le 29 mars « la redevance télé doit évoluer, car beaucoup n'ont plus d'appareils mais regardent [la télévision] sur internet » puis à ceux de France Inter le 1er avril, le ministre de l'Action et des Comptes publics estime que « c'est un impôt payé essentiellement par les personnes âgées et je crois que nous ferions bien de reposer cette question ». Cette taxe touche pourtant les 3/4 des contribuables, soit environ 29,3 millions de personnes payant la taxe d'habitation (chiffres 2016). Cette année-là, seuls 3,4 millions de foyers (11 %) ont déclaré au fisc de ne pas posséder de téléviseur. Autre argument avancé par M. Darmanin, la redevance télé est perçue en même temps que la taxe d'habitation. Or comme celle-ci ne concernera plus que 20 % des foyers français en 2020 et à terme plus personne, son recouvrement va rapidement poser des problèmes de coût.

Le financement de l'audiovisuel public

Matignon confirme que le sujet est « sur la table » puisque « nous regardons par principe d'un œil favorable toutes les propositions de baisse d'impôts, mais encore faut-il résoudre la question du financement de l'audiovisuel public et donc quelles économies faire en parallèle ». Le ministre Darmanin ne s'est quant à lui pas montré favorable à une modification de la nature de la taxe ou à une extension aux tablettes, smartphones et ordinateurs arguant qu'il est « pour qu'on supprime des impôts, pas pour qu'on les réinvente ». Une position qui inquiète beaucoup les acteurs de l'audiovisuel public pour lesquels la redevance télé représente quasiment l'essentiel de leur budget annuel (3,2 milliards d'euros sur un total de 3,8 milliards). Le groupe France-Télévisions et le groupe Radio-France bénéficient en effet à eux seuls de plus de 3 Mds € de l'État, respectivement 2,56 Mds € et 596 M€. Des sommes difficiles à trouver... Les syndicats (CGT, CFDT) et les organisations de l'audiovisuel (SPI, ARP, Scam, SACD...) se disent « abasourdis » par la proposition du ministre affirmant que « vouloir jouer ainsi avec le financement du service public pour des raisons comptables et de petits calculs électoraux n'est ni responsable ni à la hauteur de la réforme globale de l'audiovisuel public que le gouvernement entend mener ».Fixée à 139 € (89 € dans les DOM-TOM) en 2018 pour chaque foyer disposant d'un téléviseur ou d'un « dispositif assimilé » associé à un écran, la redevance télé rapporterait quelque 3,2 milliards d'euros chaque année.

Posté par stetienne à 09:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 mai 2019

ce gouvernement de merde

fait taper sur les journalistes et gilets jaunes et rappatrie les sous  merdes djihadistes

des vrais pourris vivement qu on en soit débarassé

Posté par stetienne à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

le droit de vote des prisonniers encore une belle reussite des putes en marche

Un détenu parti voter... n'est pas revenu

En France, un prisonnier du Centre de détention d'Eysses (Lot-et-Garonne) est parti voter dimanche matin pour les élections européennes et n'est jamais revenu, a-t-on appris auprès du parquet d'Agen

Posté par stetienne à 10:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,