04 mars 2015

Paris triste 27e d'un classement mondial sur la qualité de vie

paris c est tres cher tres sale mal famée et plus de francais

La ville-Lumière fait moins rêver face à la concurrence internationale toujours plus accrue. La capitale autrichienne Vienne a la meilleure qualité de vie au monde, suivie de Zurich (Suisse) et Auckland (Nouvelle-Zélande), selon le classement international Mercer 2015, réalisé à partir du point de vue des expatriés.

Vienne prisée comme les villes allemandes

Ce classement, dont l'essentiel des données a été collecté entre septembre et novembre 2014, est vendu à des sociétés internationales pour les aider à rémunérer équitablement leurs salariés expatriés. Etabli par le leader mondial du conseil en ressources humaines, il porte sur 230 villes et a été réalisé à partir de 39 critères, dont la stabilité politique, le niveau de criminalité, la pollution de l'air, la qualité des infrastructures et l'économie. Il est dominé par les villes d'Europe occidentale mais Paris apparaît bien bas dans le classement, à la 27e position. 

Le podium se compose de Vienne (Autriche), Zurich (Suisse) et, au bout du monde, Auckland (Nouvelle-Zélande). L'Allemagne se taille la part du lion dans le peloton de tête, avec trois villes: Munich (4e), Düsseldorf (6e) et Francfort (7e). Vancouver (Canada), en 5e position, est la seule ville d'Amérique du Nord figurant dans les 10 premières de ce classement. Genève (Suisse) se situe au 8e rang, suivie de Copenhague (Danemark) (9e) et de Sydney (Australie) (10e).

Seule autre ville française classée, Lyon (39e) devance Londres (40e) ou New York (44e).

Les villes africaines en queue de classement

Les Etats-Unis et le Canada «continuent d'offrir un niveau de qualité de vie élevé». Au Canada, outre Vancouver, l'étude distingue Toronto (15e) et Ottawa (16e). Aux Etats-Unis, San Francisco (27e, ex-aequo avec Paris donc), Boston (34e) et Honolulu (36e) sont les villes les mieux placées.

Montevideo (78e), en Uruguay, occupe la 1ère place pour l'Amérique du Sud, devant Buenos ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Posté par stetienne à 20:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 novembre 2014

Grenoble-supprime-les-panneaux publicitaires

publicité ,affichage publicitaire,grenoble,seguala,decaux,projet pour la france,sncf,gare sncf,

http://www.bastamag.net/Grenoble-supprime-les-panneaux

excellente nouvelle j approuve a 100% [smilie=icon_smile033.gif]
si je suis elu president les gares sncf n auront plus le droit de mettre affichage publicitaire et obligation de mettre fontaine eau potable.

Posté par stetienne à 09:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 novembre 2014

londre par categorie sociale

tumblr_nef5tbAxsy1rasnq9o1_1280

Posté par stetienne à 11:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 février 2014

ND-des-Landes : des milliers d'opposants défilent à Nantes

non a l ayraultporc non a l a45 non au bétonnage massif de la france pour faire plaisir a grand groupe

Manifestation des opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, le 22 février 2014 à Nantes ( AFP / Jean-Sébastien Evrard)
Manifestation des opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, le 22 février 2014 à Nantes ( AFP / Jean-Sébastien Evrard)

Des milliers d'opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ont commencé samedi à défiler dans les rues de Nantes pour réaffirmer leur rejet du projet, deux mois après la publication d'arrêtés autorisant la reprise des travaux.

"Ayraultport non merci", "Non à l'Ayrault porc", "Vinci dégage Ayrault aussi", "Ni aéroport ni métropole, la ville est à nous": à un mois des municipales, les manifestants visent directement dans leur slogans comme sur leurs banderoles le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, ancien député-maire de Nantes et fervent partisan du projet.

En tête de cortège, l'ambiance est bon enfant: clowns et punks à chiens font une ronde à un rond-point. Ils font mine ensuite de charger vers l'avant. Plus loin, lors d'un face-à-face entre CRS et tracteur, des manifestants tapent sur les barrages de police en plexiglas.

Des opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes arrivent en tracteurs devant la préfecture de Nantes, le 22 février 2014 ( AFP / Franck Perry)
Des opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes arrivent en tracteurs devant la préfecture de Nantes, le 22 février 2014 ( AFP / Franck Perry)

"La mobilisation est grande ici aujourd'hui. Nous sommes ici pour montrer notre détermination pour l'abandon de ce projet inutile et coûteux en cette période de pénurie", déclare à l'AFP Eva Joly, députée européenne EELV.

"La mobilisation, vous le voyez est très forte, elle se développe. Et d'ailleurs on réussit à convaincre de plus en plus de Français de l'inutilité de ce dossier", commente le sénateur EELV Jean-Vincent Placé.

Christian Troadec, leader des "Bonnets rouges" bretons mais venu "à titre personnel", "bonnet rouge dans la poche", s'est dit "opposé de longue date à la création de cet aéroport".

Des opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes arrivent pour manifester à Nantes, le 22 février 2014 ( AFP / Jean-Sébastien Evrard)
Des opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes arrivent pour manifester à Nantes, le 22 février 2014 ( AFP / Jean-Sébastien Evrard)

En fin de cortège, alors que l'ambiance était rythmée par une fanfare brésilienne, la tension est montée d'un cran. Des oeufs et des bombes de peintures ainsi que des pétards puissants sont lancés en direction des forces de l'ordre. Des CRS sont couverts de peinture. Mais les manifestants continuent d'avancer. "Vinci, dégage, résistance et sabotage!", entend-on dans le cortège.

Compte tenu de la composante anti-capitaliste de la manifestation et des précédents, la préfecture a imposé vendredi par arrêté une modification du tracé de la manifestation afin qu'elle évite l'hypercentre.

Les organisateurs de la manifestation n'ont pas souhaité donner le nombre de personnes attendues mais plus de 200 tracteurs et 60 cars ont été annoncés. Lors d'un grand rassemblement sur le site même du projet, à 15 km au nord de Nantes, entre 13.000 et 40.000 manifestants selon les sources s'étaient rassemblés en novembre 2012, un record pour les adversaires du projet.

Une semaine plus tard, à Nantes même, ils avaient rassemblé entre 3.000 et 8.000 personnes lors d'une manifestation qui avait donné lieu à des heurts à la fin du défilé.

- Important dispositif policier -

Un important dispositif de maintien de l'ordre - autour d'un millier d'hommes - est mobilisé. Peu avant la mi journée, des gendarmes mobiles, des véhicules tractant des canons à eau, ainsi que d'autres installant des barricades amovibles se sont déployés tout autour du centre-ville.

La manifestation est organisée deux mois après la publication des arrêtés préfectoraux autorisant le début des travaux préalables à la construction de l'aéroport: transfert des espèces, diagnostics archéologiques et défrichage. Des recours ont été déposés contre ces arrêtés mais n'ont pas de caractère suspensif. Les travaux n'ont toujours pas commencé.

Selon un sondage Ifop publié samedi, une majorité de Français (56%) se disent opposés au futur aéroport, 24% y étant favorables et 20% ne se prononcent pas. Ce sondage a été réalisé pour le compte d'Agir pour l'environnement, d'Attac et de l'Acipa, la principale association d'opposants au projet.

Depuis l'arrêt d'une première opération d'expulsion des opposants installés sur le site, en novembre 2012 à la suite d'intenses affrontements avec les forces de l'ordre, les travaux préalables qui auraient dû se dérouler au premier semestre 2013 n'ont pratiquement pas avancé.

L'inauguration du futur aéroport, prévue initialement en 2017 est désormais envisagée seulement "en 2019 ou avant 2020" par les partisans du transfert.

Le projet, reconnu d'utilité publique en 2008, est justifié par ses partisans, du PS comme de l'UMP, par le risque de saturation de l'actuel aéroport de Nantes Atlantique ainsi que par les entraves qu'il génère sur les constructions du centre de Nantes, soumises au bruit des avions.

Posté par stetienne à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
29 septembre 2013

La folie des grandeurs de certains projets d’infrastructures majeurs

La folie des grandeurs de certains projets d’infrastructures majeurs

personnellment je n'ai pas de grand projet d'infrastructure

1/creer micro peripherique pour tous les petits villages de france pour eviter qu ils ne soient traversé par nationale et redynamikser le centre des villages qui souvent part a l 'abandon (les villages connaissent le meme etalement urbain que les villes)

1/mettre en place zone industrielle commune a plusieur village pour eviter destruction campagne

2/planter des arbres le long des nationales et departemental et preserver les petites routes avec plein de virages

3/creer et entretenir les chemins en terre  ( utilisation delinquants pour travaux entretiens)

 

 

Posté par stetienne à 10:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 septembre 2013

propriete privée

« L'abus de la propriété doit être réprimé toutes les fois qu'il nuit à la société. » napoléon bonaparte

ca correspond bien a ma vision de la propriete privée

je n ai rien contre la propriete prive tant qu elle n interfere pas avec le droit a la nature pour tous le monde en gros je suis contre toute plage prive tout site naturelle privée les chemins les plages sont a tous le monde

articlre en construction

 

Posté par stetienne à 17:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

La France des villages

http://www.france5.fr/emission/la-france-des-villages/diffusion-du-03-09-2013-20h45

Depuis cinquante ans, la désertification des zones rurales progresse à mesure que les villages se dépeuplent. A certains endroits, rien ne semble pouvoir arrêter ce déclin. Pourtant, parallèlement à ce phénomène récurrent, d'autres bourgs se maintiennent en vie ou renaissent grâce à l'initiative de leurs habitants. C'est le cas de la petite île de Porquerolles, située dans le Var, au large d'Hyères. L'été, ses 200 habitants voient arriver une foule de touristes. Pour faire que son village reste attractif en basse saison, Laurence s'est engagée à ouvrir son hôtel de 50 chambres toute l'année. A Castelnau de Montmiral, petite cité médiévale du Tarn, Paul Salvador, le maire, joue sur l'accession à la propriété pour maintenir voire attirer une population aux revenus moyens. Zoom sur le combat de citoyens engagés pour leur localité.

mes propositions pour les villages et la campagne

1/la voiture a detruit les centres des villages qui se desertifient ( les jeunes aisées faisant construire dans lotissement or village  il y a un etalement urbain meme pour petit village) donc creation de micro peripherique pour les villages de maniere a ce que les voitures roulant sur nationale ou grosse departementale  ne passe plus par centre village

2/malgre le retour a une agriculture non productiviste exportatrice la campagne a besoin d'industrie pour eviter desertification mais l industrie defigure les campagnes car il faut route a camion donc j obligerais la construction de zone industrielle partager par plusieur commune  on aura donc a la place 5 zones industrielles +5 routes a camion  1 plus grosses zone industrielles et 1 seul route a camion

Posté par stetienne à 17:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
15 avril 2013

ND-des-Landes: vifs affrontements entre opposants et forces de l'ordre

ce projet ridicule juste pour faire plaisir a vinci doit etre abandonnée

tiens d'ailleurs dans mes grands projet d'aménagement la plantation d'arbre le long des routes et autoroutes sera une priorité

Des opposants au projet d'aéroport rassemblés à Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, le 15 avril 2013

De vifs affrontements se sont déroulés lundi sur le site du projet d'aéroport contesté de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) après plusieurs mois de calme relatif, mais aucune opération d'évacuation n'avait débuté soulignaient les autorités qui indiquaient juste "rétablir la circulation".

Trois gendarmes ont été blessés, dont l'un a été hospitalisé après avoir été atteint pas un cocktail Molotov, et au moins un opposant anti-aéroport a été pris en charge par les secours. Deux manifestants ont été interpellés, selon la préfecture.

Les heurts ont éclaté vers 07H00, non loin du carrefour de la Seaulce, l'habituel point de contrôle, central, que les forces de l'ordre occupaient jour et nuit depuis fin novembre. Elles s'en étaient retirées à la veille d'une manifestation pacifique qui s'est tenue samedi.

Les opposants affirment que les gendarmes ont voulu reprendre leur position habituelle sur ce carrefour.

De leur côté, la préfecture et les officiers de gendarmerie sur place déclarent que leurs hommes ont été pris à partie en début de matinée et qu'ils ont riposté. Selon un officier de gendarmerie sur place les opposants divisés en quatre groupes, les ont assaillis "50 de l'est, 50 du nord, 50 du sud et 200 à l'ouest".

Effectuant plusieurs charges précédées de sommations, puis de tirs nourris de grenades lacrymogènes, les gendarmes ont essuyé des tirs de cailloux et de cocktail Molotov, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Un gendarme passe devant une bicoque en feu sur le site de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, le 15 avril 2013

Sur le "Chemin de Suez", barré et tenu par les opposants depuis fin décembre, la première barricade a été enfoncée. "Il ne s'agit pas de procéder à des expulsions mais de se donner du champ par rapport au carrefour", a aussitôt précisé sur place le colonel François Alegre de la Soujeole commandant la gendarmerie des Pays-de-la-Loire.

A la mi-journée, plusieurs dizaines de véhicules de gendarmerie et quelque 200 gendarmes mobiles, étaient présents sur place. Les forces de l'ordre ont entrepris d'enfoncer les barricades sur la route départementale 81, un axe qui traverse la zone du nord au sud. "Nous rétablissons la circulation", a précisé le colonel Alegre de la Soujeole.

Ces barricades avaient été construites ce week-end au moment d'une manifestation de "remise en culture" sur la zone du projet d'aéroport.

En début d'après-midi il restait encore une barricade, a constaté l'AFP. Et peu après 14H00, un calme relatif était revenu.

"Points de suture"

Au moment de la charge sur le Chemin de Suez, un homme d'une soixantaine d'année est venu au contact des gendarmes et des journalistes, demandant un arrêt de l'intervention et des "destructions". "Nous avons travaillé pendant quatre mois sur ces terres, pendant tout l'hiver n'essayez pas d'avancer, prenez votre carrefour et faites ce que vous voulez de votre carrefour", a-t-il demandé en se mettant à genoux dans l'herbe devant gendarmes et caméras.

Dans un communiqué, le Préfet de Loire-Atlantique, Christian de Lavernée, a "regretté profondément ces incidents qui interviennent alors qu'il engage des discussions avec les différentes catégories d'opposants au projet, pour évoquer les modalités de mise en oeuvre des préconisations des différentes commissions qui ont rendu leurs conclusions la semaine dernière".

Des opposants érigent des barricades à Notre-Dame-des-Landes, le 15 avril 2013

"Ils étaient là pour agresser des gendarmes", a souligné sur place le colonel Frédéric Boudier, commandant du groupement de Loire-Atlantique. "Un gendarme mobile a été bousculé par un groupe dans un fossé, il a fait l'objet d'un jet à tir tendu et a bout portant d'un cocktail Molotov alors qu'il se trouvait à terre", a-t-il assuré. Protégé par ses équipements le gendarme a été évacué à l'hôpital pour des points de suture. "On a eu à faire à une agression extrêmement violente", a dit le colonel Boudier.

Les opposants ont aussi annoncé une manifestation à Nantes à 16H00.

Dans un communiqué dimanche à l'issue du week-end de remise en culture baptisé "Séme ta zad" du nom de la zone d'aménagement différé du projet, les opposants avaient déclaré en parlant des gendarmes qui avaient quitté leurs positions: "Soit ils nous virent, soit ils se cassent!", avant d'ajouter: "(et s'ils nous virent, on revient!)".

Le projet d'aéroport, confié au groupe Vinci, prévoyait à l'origine que le transfert d'aéroport de Nantes vers Notre-Dame-des-Landes, soit mis en oeuvre en 2017, une date que même les partisans du projet admettent désormais voir glisser vers 2018.

Posté par stetienne à 15:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
22 septembre 2012

entretien des chemins en terre

en construction

je me ballade en moto tout terrain sur les chemins a la campagne et je constate que  malheureusement ils sont de plus en plus deterioré ( pluie orage mauvais entretien)

je vais creer un ministere des chemin en terre la france devra etre le pays ou il y a le plus de chemin en terre en europe

ce ministere chapotera dde regionale de creation et entretien des chemins pour eviter toute uniformassiation je laisserai un peu de concurence entre des dde pour la creation paysagere et methode d'entretien.le ministere veiellera au respect de la biodiversite lors de l entretien et creation et de la protection du paysage.

les moto et engin tout terrain ( qui je le rappel vont vivre le tourisme dans campagne) auront le droit de circuler en payant une vignette dont le montant sera affecter a l entretien et la creation de chemin en terre ( pour les etranger vignete provisoire sur 1 moi 2 mois)

les detenus et delinquants ne presentant pas de risque pour citoyen et de risque d'evasion pourrons etre affecter a l'entretien de ces chemins

Posté par stetienne à 13:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,