14 mai 2019

Ingénieur, entrepreneur, puis prisonnier au Qatar

Posté par stetienne à 17:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

la gauche la plus bête du monde

non non pas la gauche française la gauche américaine :)

islamiste usa la gauche la plus bete du monde-Marianne_-_10_Mai_2019b

Posté par stetienne à 11:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 avril 2019

islam=terrorisme=nazis

il est plus que temps de prendre cette religion de merde pour ce quelle est : les nazis du 21 eme siecle

Carnage au Sri Lanka: au moins 137 morts dans des églises et des hôtels

AFP21/04/2019 à 09:23

"des personnels de sécurité montent la garde devant l'église Saint-Anthony à Colombo après une explosion meurtrière, le 21 avril 2019 ( AFP / ISHARA S. KODIKARA )">

lt="Des personnels de sécurité montent la garde devant l'église Saint-Anthony à Colombo après une explosion meurtrière, le 21 avril 2019 ( AFP / ISHARA S. KODIKARA )"> ss="c-thumb-lazy__ratio" style="padding-bottom: 60.9375%;" data-ratio-filler="" data-ratio-auto="">Des personnels de sécurité montent la garde devant l'église Saint-Anthony à Colombo après une explosion meurtrière, le 21 avril 2019 ( AFP / ISHARA S. KODIKARA )Des personnels de sécurité montent la garde devant l'église Saint-Anthony à Colombo après une explosion meurtrière, le 21 avril 2019 ( AFP / ISHARA S. KODIKARA )

Au moins 137 personnes ont péri dimanche dans une série d'attentats contre trois hôtels de luxe et trois églises du Sri Lanka, où était célébrée la messe de Pâques, a annoncé la police.

Le bilan pourrait s'aggraver encore car on dénombre des dizaines de blessés dans cette vague d'attaques d'une violence rare, selon des sources hospitalières.

Un responsable de la police a indiqué sous couvert de l'anonymat qu'au moins 45 personnes avaient été tuées dans la capitale, où trois hôtels et une église ont été frappés.

Soixante-sept personnes ont aussi péri dans l'église Saint-Sébastien de Negombo, une localité juste au nord de la capitale. Et 25 autres ont trouvé la mort selon la police dans une explosion dans une église de Batticaloa, dans l'est de l'île.

Au moins neuf étrangers ont péri dans ce que le Premier ministre Ranil Wickremesinghe a qualifié d'"attaques lâches".

La nature exacte de ces déflagrations demeurait inconnue dans l'immédiat et aucune revendication n'a été faite.

Des ambulances stationnent devant l'église Saint-Anthony de Colombo après une explosion meurtrière, le 21 avril 2019 ( AFP / ISHARA S. KODIKARA )

>Des ambulances stationnent devant l'église Saint-Anthony de Colombo après une explosion meurtrière, le 21 avril 2019 ( AFP / ISHARA S. KODIKARA )

Mais le chef de la police nationale, Pujuth Jayasundara, avait alerté ses services il y a dix jours en indiquant qu'un mouvement islamiste appelé NTJ (National Thowheeth Jama'ath) projetait "des attentats suicides contre des églises importantes et la Haute commission indienne".

Le NTJ s'était fait connaître l'an passé en lien avec des actes de vandalisme commis contre des statues bouddhistes. Le bouddhisme est la religion majoritaire de l'île.

- "Scènes horribles" -

Le président srilankais Maithripala Sirisena s'est dit choqué par les explosions. De son côté, le ministre des Finances Mangala Samaraweera a déclaré sur Twitter que les attaques avaient tué "de nombreux innocents" et semblaient "une tentative coordonnées pour provoquer des meurtres, le chaos et l'anarchie".

Des ambulances stationnent devant l'église Saint-Anthony à Colombo frappée par une explosion meurtrière, le 21 avril 2019 ( AFP / ISHARA S. KODIKARA )

Des ambulances stationnent devant l'église Saint-Anthony à Colombo frappée par une explosion meurtrière, le 21 avril 2019 ( AFP / ISHARA S. KODIKARA )

Les premières explosions qui ont été rapportées se sont produites à l'église Saint-Anthony, dans la capitale, et à l'église de Negombo.

Des dizaines de blessés de l'explosion de Saint-Anthony ont été admis à l'Hôpital national de Colombo.

"Attentat contre notre église, s'il vous plaît, venez nous aider si des membres de votre famille s'y trouvent", peut-on lire dans un message en anglais posté sur le compte Facebook de l'église Saint-Sébastien de Katuwapitiya, à Negombo.

La police a précisé qu'au total six lieux avaient été le théâtre d'explosions dont, dans la capitale, trois hôtels de luxe et une église.

Au moins une des victimes a péri dans le Cinnamon Grand Hotel de Colombo, situé près de la résidence officielle du Premier ministre, a indiqué à l'AFP un responsable de cet établissement, qui a précisé que l'explosion s'était produite dans un restaurant.

Un responsable de l'hôpital de Batticaloa avait affirmé que 300 personnes avaient été blessées.

"Réunion d'urgence dans quelques minutes. Les opérations de secours sont en cours", a tweeté de son côté le ministre des Réformes économiques Harsha de Silva.

Il a fait état de "scènes horribles" à l'église Saint-Anthony et dans deux des hôtels visés où il s'est rendu.

- "Restez calmes" -

"J'ai vu des morceaux de corps éparpillés partout", a-t-il tweeté, ajoutant qu'il y avait "beaucoup de victimes dont des étrangers".

"S'il vous plaît restez calmes et à l'intérieur", a-t-il ajouté.

Environ 1,2 million de catholiques vivent au Sri Lanka, dont la population totale est de 21 millions d'habitants. Le pays compte environ 70% de bouddhistes, 12% d'hindouistes, 10% de musulmans et 7% de chrétiens.bref ces 10% de merde vont chier la majorité 

Les catholiques sont perçus comme une force unificatrice car on en trouve chez les Tamouls comme chez la majorité cinghalaise.

Des personnels de sécurité sri-lankais se tiennent près d'une ambulance devant l'église Saint-Anthony à Colombo après une explosion meurtrière, le 21 avril 2019 ( AFP / ISHARA S. KODIKARA )">
Des personnels de sécurité sri-lankais se tiennent près d'une ambulance devant l'église Saint-Anthony à Colombo après une explosion meurtrière, le 21 avril 2019 ( AFP / ISHARA S. KODIKARA )
ss="c-image-news__legend">Des personnels de sécurité sri-lankais se tiennent près d'une ambulance devant l'église Saint-Anthony à Colombo après une explosion meurtrière, le 21 avril 2019 ( AFP / ISHARA S. KODIKARA )

Certains chrétiens sont cependant mal vus parce qu'ils soutiennent des enquêtes extérieures sur les crimes de l'armée sri-lankaise contre les Tamouls pendant la guerre civile qui s'est achevée en 2009.

Selon les Nations unies, le conflit de 1972 à 2009 a fait de 80.000 à 100.000 morts.

Deux décennies après Jean Paul II, le pape François avait effectué une visite dans l'île en janvier 2015 au cours de laquelle il avait célébré une messe devant un million de participants rassemblés à Colombo.

La police de la capitale, donnant le chiffre d'un million, avait estimé qu'il s'agissait de la foule la plus importante rassemblée lors d'une manifestation publique. Le Vatican avait parlé pour sa part de plus de 500.000 personnes.

Dans son sermon, le pape avait insisté sur la liberté de croire sans contrainte dans un pays blessé par les tensions ethniques et interreligieuses.

Avant l'élection de François en mars 2013, le cardinal sri-lankais Malcolm Ranjith avait été cité comme un candidat possible au pontificat.

Posté par stetienne à 10:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 avril 2019

soutient à julian Assange

Posté par stetienne à 14:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 avril 2019

Arrestation de Julian Assange : «Est-ce que l'Equateur a reçu des pressions ?»

on doit lui donner la legion d'honneur

Posté par stetienne à 15:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
21 janvier 2019

Egypte : un présentateur condamné à un an de prison pour avoir interviewé un homosexuel

n oublions pas que la grosse merde molle enarque hollande avait vendu des bateaux au dictateur egyptien

En août 2018, le présentateur avait invité un homme gay dans son émission télévisée sur la chaîne privée LTC TV et avait débattu avec lui sur le thème de l’homosexualité à l’antenne.

Un présentateur d’une émission télévisée a été condamné à un an de prison ferme par un tribunal égyptien pour avoir interviewé un homosexuel en 2018.

Ce présentateur, Mohamed al-Gheiti, qui s’était plusieurs fois dit opposé à l’homosexualité, a été reconnu coupable de promouvoir cette orientation sexuelle ainsi que d’outrage à la religion.

Le présentateur a également été condamné à une mise sous surveillance d’un an, et d’une amende de 3 000 livres égyptiennes (130 €), a indiqué Samir Sabri, l’avocat de la partie plaignante.

Mohamed al-Gheiti peut faire appel du verdict, et dans le cas échéant rester en liberté en attendant son nouveau verdit, à condition de payer une caution de 1 000 livres égyptiennes (50 €), selon Samir Sabri, sans indiquer si Mohamed al-Gheiti avait pris une décision en ce sens.

En août 2018, le présentateur avait invité un homme gay dans son émission télévisée sur la chaîne privée LTC TV et avait débattu avec lui sur le thème de l’homosexualité à l’antenne.

Durant l’interview, l’invité, dont le visage était flouté pour rester anonyme, avait confié être un travailleur du sexe et avait parlé de sa relation avec un autre homme.

Après la diffusion de cet entretien, le Conseil suprême de régulation des médias, un organisme d’Etat, avait suspendu la chaîne durant deux semaines pour « violations professionnelles ».

Campagne de répression contre les homosexuels

Selon un communiqué du Conseil, LTC TV n’avait pas respecté l’interdiction du conseil concernant « la présence d’homosexuels ou la promotion de leurs slogans » à la télévision. Le conseil avait instauré cette interdiction après qu’un drapeau arc-en-ciel --symbole de la communauté LGBT-- avait été brandi lors d’un concert au Caire en 2017.

A l’époque, les autorités avaient lancé une large campagne de répression contre les personnes suspectées d’être homosexuelles, s’attirant les critiques des groupes de défense des droits de l’Homme.

Le code pénal égyptien ne prohibe pas explicitement l’homosexualité, mais les tribunaux utilisent les incriminations de « débauche » ou de « prostitution » pour condamner les homosexuels.

Posté par stetienne à 09:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
19 janvier 2019

L'espace : enjeu de puissance ? - Le Dessous des cartes

Posté par stetienne à 20:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
18 décembre 2018

Inflation, corruption, inégalités,surnatalité: le cercle vicieux de la paupérisation d'Haïti

comme les pays d'afrique haiti souffre de la corruption,inégalités,surnatalité, du à  sa classe politique sauf que la ils peuvent pas accuser la france de colonialisme et les vialains racistes comme ils savent si bien le faire sans se remettre en question

le seul truc à part c est que la religion n y est pour rien pour une fois.

il faut qu ils fassent la révolution et qu ils tranchent la tete de leur dictateur c est tout( en france on a fait plein de révolution avant d'arriver à un peu de démocratie)

Vue aérienne du quartier Fort National de Port-au-Prince, le 13 décembre 2018 ( AFP / HECTOR RETAMAL )Vue aérienne du quartier Fort National de Port-au-Prince, le 13 décembre 2018 ( AFP / HECTOR RETAMAL ) <

Dans le dédale des constructions anarchiques qui s'étale sur les collines de Port-au-Prince, les Haïtiens les plus pauvres subissent durement les conséquences d'une forte inflation, d'une corruption au long cours et, depuis quelques mois, de la dévaluation de la monnaie.

À Fort National, quartier à moins d'un kilomètre du palais présidentiel, maisonnettes en béton et simples abris de fortune en tôles et bâches de plastique se serrent le long de chemins étroits, parcourus d'eaux usées et jonchés d'ordures.

Henry Germain cherche auprès de ses voisins un petit boulot pour pouvoir acheter son repas du soir. En vain. Sans travail depuis dix ans, il ne survit que grâce aux quelques dizaines de dollars envoyés chaque trimestre par un cousin vivant aux États-Unis.

"En décembre, comme il y a plein de fêtes, j'avais l'habitude de me faire plaisir, d'acheter des chaussures neuves et de nouveaux vêtements. Cette année, je peux rien faire, les prix sont trop chers: tout part dans la nourriture", confie l'homme de 44 ans.

Des vêtements, Elina Jean-Louis n'en manque pas. Sa petite maison aux murs de tôles est encombrée de textile d'occasion, mais elle ne veut plus se rendre au marché le revendre à cause des gangs qui s'y affrontent pour en prendre le contrôle.

"De toute façon, les clients refusent de payer plus alors que moi j'achète les lots de vêtements bien plus cher qu'avant", se lamente cette commerçante de 32 ans, contrainte aussi désormais à se restreindre au quotidien.

"Avant, j'achetais régulièrement du poulet, mais je ne peux plus me le permettre. Même les bananes sont devenues trop chères pour moi", confie-t-elle, tout en veillant à ce que son fils de 4 ans finisse son assiette de riz accompagné seulement de légumes.

Pour Elina et Henry, "avant" remonte au temps où la gourde était stable par rapport au dollar américain. Mais depuis l'été, la monnaie haïtienne a perdu près d'un tiers de sa valeur.


Une dévaluation lourde de conséquences dans un pays important quatre fois plus qu'il n'exporte. Insupportable pour les 60% de la population qui vivaient déjà sous le seuil de pauvreté, la hausse des prix induite est également rude pour la classe moyenne déjà très réduite.

- Cohabitation -

"Beaucoup de parents ont des difficultés pour scolariser leurs enfants car ils doivent choisir entre mettre de la nourriture sur la table et envoyer l'enfant à l'école", relève l'économiste Kesner Pharel, s'inquiétant des inégalités grandissantes.

Un bidonville s'étire au pied d'une colline où sont baties des villas cossues à Pétion-Ville (Haïti), quartier de Port-au-Prince, le 14 décembre 2018
Un bidonville s'étire au pied d'une colline où sont baties des villas cossues à Pétion-Ville (Haïti), quartier de Port-au-Prince, le 14 décembre 2018 ( AFP / HECTOR RETAMAL )Un bidonville s'étire au pied d'une colline où sont baties des villas cossues à Pétion-Ville (Haïti), quartier de Port-au-Prince, le 14 décembre 2018 ( AFP / HECTOR RETAMAL )

"Les chiffres sont édifiants: les 20% les plus riches d'Haïti contrôlent plus de 60% des richesses et les 20% les plus pauvres ont moins de 2% des richesses. Cette cohabitation de villas et de bidonvilles est une situation explosive, un cocktail extrêmement dangereux comme on l'a vu en juillet", prévient-il.

La tentative du gouvernement le 6 juillet d'augmenter le prix des carburants jusqu'à 51% a entraîné une révolte à travers le pays, avec des violences en particulier à Port-au-Prince où des incendies volontaires et des pillages ont été répertoriés. Au moins quatre personnes ont été tuées.

Pour essayer de répondre aux besoins les plus urgents, l'exécutif a présenté jeudi devant le parlement une loi de finances prévoyant de doubler le budget du ministère de la Santé, tandis que celui du ministère des Affaires sociales bondirait de plus de 40%.

Pour financer ces mesures, le gouvernement table sur une augmentation de 75% des recettes douanières. Elle semble présager un plan de lutte contre la contrebande.

Sur la seule frontière terrestre, avec la République dominicaine, la perte pour l'État haïtien en droits de douane est estimée à 500 millions de dollars par an.

"On ne parle pas là de ceux qui passent à moto ou à dos d'âne, mais de gros camions voyageant avec des gens lourdement armés et qui passent comme ça, sans déclarer leur marchandise", dénonce George Sassine, président de l'association des industries de Haïti.

Selon lui, "la contrebande profite à une minorité qui comprend des sénateurs, des députés et aussi des personnes du secteur privé, car il faut bien écouler cette marchandise".

Mais l'omerta prévaut à cause des carences et de la corruption du système judiciaire.

C'est cet enrichissement illicite de la classe politique qui est dénoncé par les Haïtiens les plus pauvres.

"Les politiciens ne savent rien de notre misère. Demandez-leur le prix du sac de riz, ils ne savent pas. Quand on a de l'argent on ne s'en soucie pas, mais moi je meurs à petit feu. Eux sont bien gras, moi je n'ai que mes os", déplore Henry Germain, levant son T-shirt trop grand pour montrer ses côtes saillantes.

Posté par stetienne à 09:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
10 décembre 2018

La Nobel de la paix Murad réclame une "protection internationale" des Yazidis

La Nobel de la paix Murad réclame une "protection internationale" des Yazidis
Comme des milliers de femmes yazidies, Nadia Murad été enlevée, violée, torturée et échangée par les jihadistes après l'offensive de l'EI contre cette communauté kurdophone du nord de l'Irak en 2014.

ben faut voir avec les usa vu que c est eux qui ont foutu un bordel mosntre

Source: Externe

Posté par stetienne à 17:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,