19 février 2015

Au Bénin, une "école de la deuxième chance" pour enfants déscolarisés

Félix, un Béninois de 17 ans, n'a jamais été inscrit dans une école et travaille depuis plusieurs années dans un atelier de couture. Mais depuis 2012, il bénéficie de cours gratuits dans le cadre d'une "école de la deuxième chance", une initiative visant quelque 700.000 jeunes non scolarisés ou déscolarisés à travers son pays.

"Avant d'aller à l'école, j'étais comme les gens qui sont morts, parce que je ne savais pas lire et écrire. Mais aujourd'hui, je sais. Et je suis content", dit à l'AFP Félix Ayededjou, un des 18 élèves du Programme de cours accéléré (PCA) de Pobè, commune rurale de 150.000 habitants dans le sud-est du Bénin.

des jeunes qui apprecient l ecole ca change des racailles de banlieue

Posté par stetienne à 20:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
26 janvier 2015

Le caricaturiste algérien Ali Dilem "souhaite bon courage" à la France !

courageux et lucide

Ali Dilem est un dessinateur qui inspire la loi : en 2001, le Code pénal algérien s'est enrichi d'une disposition surnommée "amendement Dilem", une disposition législative qui prévoit jusqu'à un an de prison pour offense au président de la République ou aux corps de l'État. Ce texte, taillé sur mesure pour le dessinateur du journal Liberté, aurait dû lui faire passer l'habitude de caricaturer les généraux du régime algérien. Mais cela n'a pas marché. Selon ses dires, il aime toujours les croquer : "Gros, moustachus, un peu moches et avec des mouches qui leur tournoient autour de la tête." Jusqu'ici, il a toujours échappé à la prison. Son humour grinçant l'a conduit plus de 50 fois devant les juges, à l'occasion de procès intentés par le pouvoir. Les islamistes radicaux ont eu moins d'égards. Ils n'ont pas eu besoin de procès pour le condamner à mort. Pourtant, Ali Dilem n'a jamais caricaturé de prophète. Tout juste a-t-il dessiné, un jour, une main sortant d'un nuage. Cette suggestion lui vaut des haines tenaces qui le poursuivent encore aujourd'hui sous la forme de menaces répétées. Même s'il vit reclus et caché, il refuse qu'on le présente comme "le dessinateur algérien menacé". Venu à Paris pour enterrer ses amis de Charlie Hebdo, le caricaturiste a accepté d'évoquer sa vie quasi clandestine à Alger. Il préférerait ne pas avoir à la raconter. "J'ai longtemps considéré que cela revient à jouer le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Posté par stetienne à 12:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 janvier 2015

mou 1ere en arabie saoudite

arabie saoudite islam humour

ps hollande arabie saoudite humour liberte d'expression

ps hollande humour arabie saoudite

Posté par stetienne à 14:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
18 janvier 2015

quel faux cul se popov

Sergeï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, participait à la marche.

De nombreux médias et responsables russes se démarquent désormais de la solidarité mondiale que continue de susciter l'attentat la semaine dernière contre Charlie Hebdo, qui a fait 12 morts.

Ainsi, l'autorité russe de surveillance des médias, Roskomnadzor, a appelé vendredi les médias russes à « s'abstenir de publier » les caricatures sur le prophète Mahomet de Charlie Hebdo. Les caricatures vont à « l'encontre des normes éthiques et morales établies pendant des siècles de cohabitation entre différents peuples et confessions religieuses » sur le territoire de Russie, a-t-elle estimé dans un communiqué.

 

la liberte d'expression est universelle et non negociable point barre

Posté par stetienne à 14:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
16 janvier 2015

oblamerde finance le terrorisme

Posté par stetienne à 17:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 janvier 2015

merci sarko merci sarko

et oui hollande et sarko la peste et le cholera

on veut plus ne de l'un ni de l'autre

et oui c est notre petit nabot de merde qui a foutu une belle merde en libye

http://www.express.be/joker/fr/platdujour/que-se-passe-t-il-maintenant-en-libye-les-incendies-de-reservoirs-de-petrole-sont-visibles-depuis-lespace/210374.htm

Posté par stetienne à 20:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 janvier 2015

soutient aux homos egyptiens

Egypte : répression accrue de l'homosexualité sous le régime de Sissi

en tous cas c'est pas sissi l imperatrice cette enculé de fils de pute

Huit hommes jugés le 1er novembre 2014 au Caire pour être apparus dans une vidéo filmée, selon le parquet, lors d'un "mariage gay" ( AFP/Archives / - )
Huit hommes jugés le 1er novembre 2014 au Caire pour être apparus dans une vidéo filmée, selon le parquet, lors d'un "mariage gay" ( AFP/Archives / - )

"Maintenant, même à la maison tu as peur", s'alarme Hassan Shérif, un jeune Egyptien gay dont la crainte d'être inquiété par les autorités a décuplé depuis l'arrestation dans un hammam du Caire de 26 hommes soupçonnés d'homosexualité et poursuivis pour "débauche".

Habitués à se faire discret dans un pays où seul 3% de la population estime que "la société doit accepter l'homosexualité" --selon un sondage publié en 2013 par le centre de recherches américain Pew--, ce médecin de 32 ans redoute d'être à son tour victime de la répression ciblant la communauté gay.

Cette chasse aux sorcières s'est intensifiée depuis que l'ex-chef de l'armée et actuel président Abdel Fattah al-Sissi a destitué l'islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013.

"Nous vivons constamment dans la peur et l'angoisse. De toute ma vie, je n'ai jamais ressenti ça", poursuit M. Shérif, qui habite un appartement du Caire avec son compagnon et s'exprime sous un pseudonyme.

Les images de la dernière descente policière, diffusées sur une chaîne de télévision privée et montrant les prévenus à moitié nus, portant seulement leurs sous-vêtements, le hantent toujours. M. Shérif explique s'être déjà rendu dans cet établissement, mais dément les accusations "d'orgies sexuelles" lancées par les autorités et les médias.

- Arrestation médiatisée -

Les 26 hommes arrêtés lors de ce raid du 7 décembre sont actuellement jugés pour "débauche" et une nouvelle audience du procès est prévue dimanche. La journaliste qui a filmé l'intervention, Mona Iraqi, s'était targuée d'avoir dénoncé le hammam à la police, après avoir découvert son existence au cours d'une enquête sur le sida.

Huit hommes jugés le 1er novembre 2014 au Caire pour être apparus dans une vidéo filmée, selon le parquet, lors d'un "mariage gay" ( AFP/Archives / - )
Huit hommes jugés le 1er novembre 2014 au Caire pour être apparus dans une vidéo filmée, selon le parquet, lors d'un "mariage gay" ( AFP/Archives / - )

Cette affaire est loin d'être un cas isolé: fin décembre, huit hommes ont ainsi été condamnés à un an de prison après être apparus dans une vidéo filmée, selon le parquet, lors d'un "mariage gay".

Si la loi égyptienne n'interdit pas formellement l'homosexualité, plusieurs personnes ont été condamnées ces dernières années pour "débauche" dans des procès qui ont défrayé la chronique.

Et dans un pays où l'homosexualité reste décriée, le gouvernement peut multiplier les exactions sans craindre l'opinion publique. L'ONG Human Rights Watch accusait en septembre les autorités d'avoir "à plusieurs reprises arrêté, torturé et détenu des hommes soupçonnés de conduite homosexuelle".

De nombreux gays et militants expliquent l'intensification de cette répression par la volonté du nouveau pouvoir de se montrer encore plus soucieux du respect des bonnes mœurs que les Frères musulmans, le groupe islamo-conservateur de M. Morsi, dont les sympathisants sont la cible d'une sanglante répression ayant fait plus de 1.400 morts.

- 'Plus islamique que les islamistes' -

Dalia Abdel Hamid, experte de l'Initiative égyptienne pour les droits individuels (EIPR), parle ainsi de "répression systématique", alors que plus de 150 personnes ont été arrêtées depuis novembre pour des accusations de débauche ou de prostitution.

"L'Etat essaye de prouver qu'il est plus islamique que les islamistes", avance-t-elle.

Une position qui n'est pas pour déplaire aux autorités religieuses. "Il y a une différence entre les libertés et la décadence", assène Abbas Shoman, un représentant d'Al-Azhar, l'une des plus prestigieuses institutions théologiques de l'islam sunnite. "Si le pouvoir et le président n'interdisent pas une telle turpitude, quelle est leur fonction?", poursuit-il.

Dans ce contexte, les homosexuels font profil bas. "Je me souviens de l'époque où tout le monde allait aux mêmes fêtes et fréquentait les mêmes endroits (...) aujourd'hui, on reste en petit groupe", regrette M. Shérif, en couple depuis sept ans.

De son côté, Bouthaina Halim, écrivain lesbienne de 34 ans, qui s'exprime sous un pseudonyme, juge les dernières arrestations "inquiétantes."

"Cela montre que nous sommes moins protégés que nous le pensons", affirme Mme Halim, qui a révélé son homosexualité à ses amis à l'âge de 18 ans.

Pour elle, l'avenir de la communauté s'annonce "extrêmement triste". Être gay en Egypte, "c'est une lutte constante", résume-t-elle. "Pas seulement pour nous ajuster à l'espace que nous concède l'Etat, mais aussi une lutte interne, pour réaffirmer que nous avons le droit de disposer de notre corps."

Posté par stetienne à 13:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
16 décembre 2014

les usa et l oblamerde veulent une nouvelle guerre mondiale

il est vital pour la france de sortir de l'europe et de l otan

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/au-bord-de-la-guerre-et-de-l-160782

Posté par stetienne à 13:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,