13 avril 2019

soutient à julian Assange

Posté par stetienne à 14:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 avril 2019

Arrestation de Julian Assange : «Est-ce que l'Equateur a reçu des pressions ?»

on doit lui donner la legion d'honneur

Posté par stetienne à 15:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
08 avril 2019

les bienfaits de l'immigration lol

quand on pense que nos merdes de collabos de l umpuante ripoublicain pspuant la republic en merde font rentrer ces merdes en France au lieu de leur enlever nationalite française et les renvoyer au bled où ils iront traire leurs chameaux

Isère : les invités d'un mariage sèment la panique sur l'autoroute

Le chauffeur du marié a été contrôlé à 213 km/h sur l'autoroute, rapporte « Le Dauphiné ». Le cortège s'était déjà fait épingler dans la matinée.

Par
Modifié le 08/04/2019 à 08:51 - Publié le 07/04/2019 à 15:24 | Le Point.fr
En fin de matinee, les proches de la mariee ont dans un premier temps enchaine les infractions au Code de la route alors qu'ils allaient la chercher a Lyon.

En fin de matinée, les proches de la mariée ont dans un premier temps enchaîné les infractions au Code de la route alors qu'ils allaient la chercher à Lyon.

© MaxPPP

Ce n'est sans doute pas de cette manière que les nouveaux époux auraient voulu fêter leur mariage. Leur journée a été marquée par plusieurs rebondissements dont ils se seraient bien passés. Un cortège de mariage isérois s'est fait remarquer des forces de l'ordre. Samedi 6 avril, les invités d'un couple se sont fait épingler à deux moments différents de la journée, et ce, avant même que la cérémonie ait commencé, rapporte Le Dauphiné. En fin de matinée, les proches de la mariée ont dans un premier temps enchaîné les infractions au Code de la route sur l'A48 alors qu'ils allaient la chercher à Lyon. En plus de klaxonner joyeusement, les invités avaient orné leur capot de drapeaux qui, sous l'effet du vent, masquaient leur plaque d'immatriculation et gênaient les autres conducteurs. Selon le quotidien régional, certains d'entre eux se sont même arrêtés sur la route pour ensuite accélérer et ont dépassé d'autres voitures sans les avertir.

Le chauffeur du marié contrôlé à 213 km/h

Ce comportement dangereux est arrivé jusqu'aux oreilles des gendarmes, qui ont accueilli les conducteurs au péage et les ont verbalisés pour changement de file non justifié, usage intempestif des avertisseurs sonores ou encore stationnement sur voie de circulation. Si le cortège a pu reprendre sa route tranquillement, un autre invité du couple a donné du fil à retordre aux autorités un peu plus tard dans la journée. Lors d'un contrôle de vitesse sur l'autoroute A43, les gendarmes ont arrêté un conducteur roulant à 213 km/h. Surprise, il s'agissait du chauffeur du marié, très en retard pour aller chercher l'homme du jour et l'emmener à la cérémonie.

Lire aussi Gilets jaunes : brutal épilogue pour les amoureux du péage

Le jeune homme, âgé de 21 ans, explique alors avoir pris du retard après avoir accroché sa voiture de location. Problème, il est titulaire d'un permis probatoire et a donc dépassé de 103 km/h la vitesse maximum autorisée. Pour couronner le tout, le jeune homme a été dépisté positif au cannabis et conduisait donc sous l'usage de stupéfiants. Les gendarmes ont récupéré les clés du véhicule, qui a été immobilisé sur une dépanneuse. Quant au jeune conducteur, rien ne dit s'il a pu finalement rejoindre la noce et à quelle heure. Espérons que la mariée n'a pas attendu trop longtemps son futur époux.

Posté par stetienne à 09:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
02 avril 2019

Nice: 14 prévenus d'un trafic de drogue libérés après une erreur de la justice

ben c est simple licenciment pour faute grave pour les jugeottes responsablent de ce fiasco

il faut reformer le systeme judiciaire ubuesque de la tete au pied et rétablir la peine de mort pour les trafiquant de drogue( avec prelevement de leur organe pour payer les frais de justice et mise à mort)

Quatorze prévenus, dont un trentenaire soupçonné d'être un poids lourd du trafic de drogue à Nice, ont obtenu leur remise en liberté en raison d'une erreur de la justice, a-t-on appris auprès de l'un de leurs avocats mardi, confirmant une information de Nice-Matin.

La qualification des faits les plus graves reprochés aux prévenus relevait de la cour d'assises, et non pas du tribunal correctionnel où les prévenus comparaissaient lundi pour une audience relais.

"C'est une situation totalement inédite, un cas d'école", a déclaré Me Paul Sollacaro, qui défendait un chauffeur de bus incriminé en toute fin de procédure en 2018, à tort selon son avocat, deux ans après le coup de filet qui avaient conduit les autres sous les verrous.

"La juge, dans son ordonnance de renvoi, a inclus des crimes: direction d'un groupement en vue d'un trafic de stupéfiants et blanchiment aggravé", a-t-il expliqué.

"Le tribunal s'est déclaré complètement incompétent car il ne peut juger que des délits, et pas des crimes, et il a été obligé de lever les mesures coercitives: ceux qui étaient détenus ont été remis en liberté, ceux qui avaient un contrôle judiciaire ou un bracelet électronique, ne l'ont plus", a poursuivi Me Sollacaro.

"C'est ce qui se passe quand on confond vitesse et précipitation", a estimé l'avocat qui critique l'emballement de la police et de la justice dans cette enquête qui avait permis de saisir 600 kg de cannabis, 8 kg de cocaïne, une quinzaine de pistolets automatiques ou armes de guerre, et des véhicules volés.

Le principal protagoniste du dossier, Christophe D., lunettes fumées, cheveux gominés et physique d'athlète dans le box des prévenus, devrait rester en prison quelques mois pour purger une condamnation pour une tentative d'évasion.

Présenté par les enquêteurs comme une figure montante du banditisme niçois et déjà condamné pour des faits de trafic de stupéfiants, l'homme affichait un avantageux train de vie, voiture de sport Lamborghini, vélos de compétition haut de gamme et voyages à travers le monde pour assouvir une passion pour le triathlon, et son épreuve reine, l'Ironman.

Interrogé par l'AFP, le parquet a indiqué qu'il allait réagir pour relancer la procédure.

Posté par stetienne à 13:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
01 avril 2019

elton-john-soutient-lappel-au-boycott-dhotels-lies-au-sultan-de-brunei-

https://www.europe1.fr/international/elton-john-soutient-lappel-au-boycott-dhotels-lies-au-sultan-de-brunei-3883691

Le chanteur britannique Elton John a soutenu dimanche l'appel au boycott lancé par George Clooney contre les hôtels de luxe liés au sultan de Brunei, un petit État pétrolier qui s'apprête à instaurer la peine de mort en cas d'homosexualité ou d'adultère.

des vrais tarés du bulbe ces émirs vivement qu on leur tranche la tete

Posté par stetienne à 17:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
31 mars 2019

un nouveau scandale de ce gouvernement de merdes

https://www.lesechos.fr/economie-france/social/0600991571931-exclusif-reforme-des-retraites-pas-de-reversion-pour-les-pacses-2256424.php?xtor=EPR-130&_ope=eyJndWlkIjoiMjE1NzUyNyJ9

L'équipe de Jean-Paul Delevoye va rediscuter de la transformation des pensions de réversion dans le futur régime universel. Les couples non-mariés en seraient toujours exclus.

Tant pis pour les unions libres et les couples pacsés. Dans le cadre de la réforme des retraites , il n'est pas prévu qu'ils accèdent au droit à une pension de réversion - versée aux veufs ou veuves du conjoint décédé. C'est ce que laisse entendre le document de travail que l'équipe du haut-commissaire à la réforme des retraites Jean-Paul Delevoye a fait parvenir aux partenaires sociaux pour en discuter la semaine prochaine.

« La pension de réversion s'inscrit dans la continuité d'une obligation légale de solidarité au sein du couple. Le mariage impliquant cette obligation, il demeurerait une des conditions au bénéfice de la pension de réversion », est-il mentionné dans ce texte dont « Les Echos » ont obtenu une copie.

Sujet explosif

La possibilité d'ouvrir les droits aux non-mariés avait été laissée ouverte, suite aux séances de juin-juillet 2018, qui portaient déjà sur ce sujet explosif. La multiplication des unions libres, et la diversité des formes de vie commune, plaident pour une meilleure prise en compte des veufs et veuves ayant vécu en concubinage. Cinq mariages sont conclus chaque année pour 4 pacs. Cependant, comme l'a souligné le haut-commissariat, un mariage dure en moyenne quinze ans contre moins de trois ans pour un pacs.

Refermer cette porte permet en tout cas d'éviter un dérapage des coûts, la réversion bénéficiant  déjà 4,4 millions de personnes pour un coût de 34 milliards d' euros, soit 1,5 point de PIB. On ne devra donc pas réduire les futurs droits des couples mariés pour créer de nouveaux droits, sachant que la réforme doit se faire à budget constant.

L'option du partage des droits au moment du divorce

Comme promis en octobre, lorsque les fondements du futur régime universel ont été posés par Jean-Paul Delevoye, le document de travail réaffirme que les retraités actuels (et ceux qui partiront d'ici à 2024) conserveront leurs pensions de réversion et leurs droits à réversion en cas de décès du conjoint.

En revanche, les générations qui prendront leur retraite à partir de 2025 « bénéficieront des mêmes prestations pour chaque euro cotisé », comme promis par Emmanuel Macron via Twitter en juin 2018. Qu'ils soient indépendants, fonctionnaires, ou salariés, les mille nuances des 42 régimes de retraite actuels vont disparaître pour laisser place à une règle unique.

Tout devra être négocié pied à pied : faudra-t-il avoir au moins 62 ans pour bénéficier d'une réversion, ou avoir déjà liquidé sa propre retraite, demande le haut-commissariat ? Le montant versé devra-t-il être plafonné ? Faudra-t-il comme dans plusieurs régimes actuels gagner moins de 1.700 euros pour y avoir droit ? Y aura-t-il une durée de mariage minimale, et une suppression des droits en cas de remariage ? Pour les divorcés, l'option du partage des droits à retraite entre époux demeure ouverte : elle permet de solder les comptes dès le divorce.

Maintien du niveau de vie du conjoint survivant

Mais la grande question, non tranchée à ce stade par l'équipe Delevoye, sera celle du taux de réversion. Actuellement, on a grosso modo droit à 50 % de la pension du disparu dans la fonction publique, 54 % au régime général, 60 % chez les non-salariés. Le principe retenu est le maintien du niveau de vie du conjoint survivant.  Dans l'OCDE, la moyenne tourne autour de 50 %.

C'est aussi le taux qui permet de compenser la dissymétrie des rôles entre les femmes et les hommes, selon le Conseil d'orientation des retraites (COR), sachant qu'en moyenne au sein des couples en âge de travailler en 2011, femmes et hommes apportent respectivement 36 % et 64 % des revenus d'activité et de remplacement.

Toutefois, ajoute-t-il, une réversion à 50 % ne garantit pas en soi le maintien du niveau de vie. Pour jouer ce rôle d'« assurance-veuvage », il faudrait un taux variant entre 33 % et 67 % : la réversion ne serait plus un pourcentage de la pension du disparu, mais « la différence entre les deux tiers de la somme des pensions des deux conjoints et la pension du conjoint survivant », explique le COR dans ses travaux publiés en janvier.

Posté par stetienne à 10:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 mars 2019

des nouvelles de la racaille du haut:carlos ghosn


https://www.capital.fr/entreprises-marches/nissan-aurait-paye-la-scolarite-des-e nfants-de-carlos-ghosn-1333011

Nouvelle affaire !

Nissan aurait réglé les frais de scolarité des 4 enfants de Carlos Ghosn, pour un montant d'environ 600 000 dollars.

« Bloomberg révèle que Nissan aurait payé les frais de scolarité des enfants de Carlos Ghosn, le président déchu de Renault/Nissan, lors de leur passage à l'Université de Stanford entre 2004 et 2015. Dans le détail, Caroline l'aînée, est sortie diplômée après quatre années d'étude en 2008, suivie des filles Nadine et Maya en 2011 et 2013 puis du fils Anthony en 2015. Total de la facture : au moins 601.000 dollars (532.000 euros). D'après des sources proches du dossier, cet avantage aurait fait partie du contrat de travail de Carlos Ghosn signé en 1999. Date à laquelle Renault a racheté une partie du groupe Nissan et y a mis l'homme d'affaires à sa tête.

Par ailleurs, Renault semblerait avoir accordé des dons à l'Université de Stanford. En effet, cette dernière mentionne l'entreprise française comme donatrice au cours de l'année universitaire 2016-2017, mais ne précise pas le montant ni même si d'autres ont été effectués lorsque les enfants de Carlos Ghosn y étudiaient. De son côté, la U.S. Securities and Exchange Commission, l'organisme américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers, a ouvert une enquête afin de déterminer si Nissan avait bien donné tous les détails du contrat de rémunération de Carlos Ghosn. En droit américain, les avantages des dirigeants des entreprises sont imposables et les sociétés ouvertes au marché américain doivent les déclarer aux investisseurs. »

Question : à votre avis, quel habillage légal Carlos Ghosn va-t-il donner à cela ?

Proposition 1 : « c'était légal parce que j'avais l'intention de les embaucher chez Nissan. La formation qui leur aurait été inculquée à Stanford aurait bénéficié par effet de ruissellement à Renault. C'est donc bien dans l'intérêt social de Renault-Nissan que la société a financé leurs études »

Proposition 2 : « c'est dans l'intérêt social de Renault/Nissan, puisque cela permet à mes enfants, en côtoyant la future élite de Stanford, de faire rayonner indirectement Renault »

Proposition 3 : « c'est faux. Oui, il y a un contrat de mécénat par lequel Nissan verse de l'argent à Stanford. Mais ça n'a rien à voir avec le fait que Stanford ait offert les frais de scolarité à mes enfants ! C'est un cadeau de la part de Stanford ! »

Proposition 4 : « je n'étais pas au courant. Vous vous doutez bien que ce n'était pas moi qui m'occupe de ces détails logistiques. Mais je suis prêt à rembourser »

Posté par stetienne à 09:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 mars 2019

Prisons, émeutes de banlieues : La guerre civile en marche ? Avec Xavier Raufer

pour le systeme judiciaire ubuesque mon programme est tres clair: trop de jugeottes et d'avocaillons gratte papiers pas assez de bagnes et prisons low cost je vire 50% des jugeottes et avocaillons inutiles et avec l argent économisé je construis bagnes et prisons low costs

Posté par stetienne à 14:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
12 mars 2019

la mobilite urbaine de demain

Gotcha : bientôt des tricycles électriques en libre-service dans nos villes ?

Source: Externeca sera ce type d'appareil( peut etre legerement plus gros) avec une bulle protectrice pour proteger pluie car ils sont

adapté à tous public contrairement aux vélo électriques et adapté à trajet de moins de 20 km

ils seront couplés à une intelligence artificielle  qui leur permetra de circuler à vide et d'étre autonome ainsi lorsque j aurais besoin d'un déplacement j'en reserverais et il m attendra au lieu souhaité. Le soir ils se rendront automatiquement dans un parking vidéo surveille pour éviter les dégradations du aux racailles malfaisantes ou dans un parking de rechargement de batterie quand leur batterie aura besoin recharge

apple à tout a fait raison de laisser tomber les smartphones pour se recentrer sur les intelligences artificielles qui gereront le trafique routier ils vont se faire des couilles en or avec ca.

Posté par stetienne à 15:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,