13 décembre 2012

La France, un paradis fiscal pour résidents qataris...

nicolas-sarkozy-ici-avec-le-cheikh-tamim-bin-hamad-al-thani.jpg

Nicolas Sarkozy, ici avec le cheikh Tamim Bin Hamad Al Thani, a donné son aval à l’arrivée des qataris au PSG
Plutôt réservée aux pays frontaliers, la France a signé avec le Qatar en 1990 une convention fiscale très avantageuse pour les résidents et investisseurs qataris en France. Révisée en 2008 après l'intervention des émissaires qataris dans la libération des infirmières bulgares, elle permet entre autres aux résidents qataris de payer moins d'ISF. Du sur mesure fiscal qui explique bien des investissements qataris récents...

Posté par stetienne à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

l algerie au capital de chez peugeot

algérie,ps,hollande,ump,raffarin,ump,corruption,projet pour la france,peugeot,racailles,x enarque,economie,mon projet pour la france,

ca promet lol mort de rire

pour rappel:Avec une note de 71 sur 100, la France se situe seulement au 22ème rang mondial et au 9ème rang européen des Etats perçus comme les moins corrompus. Notre pays est ainsi moins bien noté que le Danemark, la Finlande, la Suède, les Pays-Bas, l’Allemagne, la Belgique ou encore le Royaume-Uni. 

humour islam corruption_monde_algerie_classee_105e

Posté par stetienne à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

dans la serie mega gaspillage:Le Grand Paris Express coûtera 9,5 milliards d'euros de plus que prévu

un truc inutile de plus on ferait mieux de decentralisé de stopper l immigration et de rentrer en decroissance de population

ca va se terminer comme le titanic ce bidule

Le projet de supermétro francilien Grand Paris Express coûtera 9,5 milliards de plus que prévu, affirme le rapport du haut fonctionnaire Pascal Auzannet remis jeudi à la ministre de l'Egalité des territoires, Cécile Duflot.

Le montant acté dans l'accord Etat-région de janvier 2011 était de 20,5 milliards d'euros. "Depuis ce montant a évolué et le travail d'expertise engagé conduit à un montant de l'ordre de 30 milliards d'euros en valeur 2012, soit une majoration de 9,5 milliards d'euros, mais sur des périmètres différents", affirme le rapport qu'a pu consulter l'AFP.

Ce surcoût a plusieurs explications: trois milliards supplémentaires sont à imputer à la "ligne orange", pour laquelle seuls deux milliards correspondant à la contribution de la Société du Grand Paris avaient été inscrits dans l'accord du 26 janvier 2011.

1,8 milliard correspond au coût des interconnexions, qui n'avait pas fait l'objet d'une évaluation.

Le reste correspond à la dérive monétaire (3 milliards d'euros), à une dérive des coûts des projets sous maîtrise d'oeuvre de la Société du Grand Paris (1,4 milliard d'euros), au surcoût du rallongement de la ligne 14 (500 millions).

Cette nouvelle évaluation des coûts du projet conduit Pascal Auzannet, qui fut notamment un dirigeant de la RATP, à envisager trois scénarios pour la réalisation des travaux. Le plus réaliste conduirait à un étalement des travaux jusqu'à 2030.

Le projet du Grand Paris, lancé par l'ancien président Nicolas Sarkozy, prévoit la construction de trois lignes de métro automatique (bleue, rouge et verte) formant une double boucle autour de la capitale, longue de 175 km et jalonnée de 57 gares.

Posté par stetienne à 14:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

gaspillage argent par les politicards

projet pour la france impot gaspillage banlieue

Posté par stetienne à 14:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
12 décembre 2012

En Alsace, un village "en transition" prépare l'après-pétrole

mes commentaires:en constrction

Chaufferie à bois, panneaux solaires, cantine "100% bio" et espaces verts sans pesticides: le village d'Ungersheim (Haut-Rhin), "en transition" vers l'autonomie énergétique et alimentaire, fonctionne au quotidien comme un laboratoire de l'après-pétrole.

Lassé par "l'inertie et les beaux discours" des politiques, le maire de cette commune de 2.000 âmes proche de Mulhouse multiplie les projets écologiques.

"Un maire peut avoir beaucoup de leviers dans la contribution pratique", relève Jean-Claude Mensch, qui dirige sa commune depuis 1989. "Le fait de passer à la transition, ça évite de trop parler d'écologie".

Sous l'impulsion de ce mineur retraité de 66 ans, fidèle compagnon de route des Verts mais élu sans étiquette, Ungersheim a entamé sa "reconversion" au début des années 2000 en faisant la chasse aux énergies fossiles (pétrole, gaz et charbon).

Désormais, l'éclairage public est moins énergivore, la piscine municipale est chauffée par des panneaux solaires et plusieurs bâtiments municipaux sont alimentés par une chaufferie à bois.

Le recours à la biomasse ayant fait ses preuves, la mairie envisage maintenant de relier cette chaudière à un futur lotissement voisin, pour avancer un peu plus vers l'autonomie.

Autre mesure forte, le désherbage des espaces verts, du cimetière ou encore du terrain de foot se fait sans pesticides. "On fait tout à la main!", s'amuse David, un des employés communaux.

En plus des espaces verts, le jeune homme est affecté à une mission bien spéciale: c'est lui qui, tous les midis, assure une partie du ramassage scolaire... en calèche.

En 2008, le conseil municipal s'est offert un cheval, "Richelieu", et du matériel d'attelage, pour quelque 20.000 euros. L'objectif: assurer la desserte du midi pour une vingtaine d'enfants vivant loin du centre-ville, dont les parents sont les plus susceptibles de prendre leur voiture.

"On change de trajet tous les jours pour faire plaisir à tout le monde, les enfants sont ravis", raconte David, tandis que les écoliers viennent caresser Richelieu.

Devenu la coqueluche du voisinage, l'étalon assiste également les employés communaux pour l'élagage et les travaux d'arrosage. Parfois, la commune le prête aussi aux "Jardins du Trèfle Rouge", une exploitation maraîchère "bio" à la sortie du village.

L'autre cheval de bataille d'Ungersheim est en effet d'offrir une "alimentation saine pour tous", via l'agriculture biologique.

Pour y parvenir, la mairie a racheté un terrain de 8 hectares et l'a mis à disposition d'une association employant une trentaine d'ouvriers maraîchers en réinsertion.

Les légumes sortis du Trèfle Rouge atterrissent tout droit dans les assiettes de la cantine, offrant aux enfants une alimentation 100% bio. "Goûter inclus!", précise le maire avec fierté.

Une bonne partie de la population reste cependant circonspecte face à un tel dynamisme. "Leur soutien n'est pas toujours évident, ils sont parfois un peu récalcitrants", admet le président d'une association locale, Serge Heckmann. "Mais si on ne prend pas d'initiatives, personne ne le fera".

Ce volontarisme politique s'est traduit par l'implantation à Ungersheim de la plus grande centrale solaire d'Alsace (40.000 m2), dont la mise en service est prévue le 31 décembre.

Après avoir racheté une friche industrielle de 6 ha, la ville a lancé un appel d'offres pour y attirer un entrepreneur spécialisé dans le photovoltaïque.

Une société basée à Mulhouse va transférer son siège social à Ungersheim, payer un loyer à la ville et vendra au réseau ERDF "une production équivalant à la consommation énergétique de 800 foyers", selon M. Mensch.

Ce maire hyperactif a encore des projets plein la tête. Tandis qu'il réfléchit à la création d'une unité de méthanisation, pour assurer une réelle autonomie énergétique, il tente d'attirer de futurs habitants avec la mise en place d'un éco-hameau constitué de "maisons passives" (qui ne consomment que l'énergie produite localement

Posté par stetienne à 12:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 décembre 2012

pollution lumineuse

Google vient d'annoncer avoir établi un partenariat avec la NASA et la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) et propose désormais, dans cette optique, une version « de nuit » de Google Maps.

google Maps nuit
C'est à travers un court message publié sur Google+ que la firme de Mountain View a annoncé cette collaboration, qui, qui lui permet d'exploiter des prises de vue réalisées par le satellite Suomi National Polar-orbiting Partnership (également connu sous le nom de Suomi NPP).

La semaine dernière, la NASA publiait un très beau cliché de la Terre vue de nuit, nommé Black Marble, et déjà réalisé à l'aide de prises de vue de Suomi NPP. Pour proposer un rendu similaire dans Google Maps, il a fallu au satellite 312 orbites autour de la planète. Les photos ont été récupérées durant 9 jours en avril et 13 jours en octobre. Il a ensuite fallu adapter les clichés à la cartographie de Google Maps.

Le résultat est réussi mais ne semble pas, pour l'heure, avoir d'autre intérêt que d'explorer la Terre plongée dans une obscurité globale en découvrant les zones les plus éclairées du globe. A noter qu'il faut se rendre sur une page spécifique pour y accéder, puisque la fonction n'est pas proposée dans la version de base de Google Maps.

google Maps nuit

La suite sur Clubic.com : Black Marble : Google Maps dévoile la Terre vue de nuit http://www.clubic.com/internet/univers-google/google-maps/actualite-530258-black-marble-google-maps-terre-vue-nuit.html#ixzz2EkzXcATy
Informatique et high tech

Posté par stetienne à 16:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Mourir à l'hôpital reste la norme en France malgré le désir de changement

La fin de vie se déroule encore très généralement à l'hôpital en France malgré la volonté de "limiter la médicalisation" des derniers instants de l'existence, indique un rapport publié mardi.

Un infirmier aide une personne atteinte de la maladie d'Alzheimer à marcher, le 22 décembre 2006 dans le département gériatrie de l'hôpital Saint-Jean de Dieu à Lyon

"Près de 60% des Français décèdent à l'hôpital", indique ce rapport, basé sur des chiffres de 2008 et publié par le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH).

Pourtant, "la +déhospitalisation+ de la mort est un enjeu important tant pour répondre aux souhaits de la population qu'en raison du coût financier lié à une hospitalisation", souligne l'étude, signée par des responsables de l'Observatoire national de la fin de vie et de CépiDC (organisme collectant les données sur les décès).

La plupart des patients expriment le désir de finir leur vie chez eux et, parallèlement, se développent des politiques de santé pour favoriser le maintien à domicile des patients, y compris en fin de vie, avec par exemple le développement des soins palliatifs à la maison.

Mais les chiffres montrent une réalité toute différente: "En 2008 en France, 57% des décès sont survenus à l'hôpital, 27% à domicile et 11% en maison de retraite", indique ce rapport, notant au passage que la probabilité de mourir à l'hôpital n'a pas varié en 15 ans.

L'étude ne propose pas de comparaison globale avec les autres pays européens, mais un précédent rapport ("La mort à l'hôpital", de l'Inspection générale des affaires sociales) notait que la France occupait une "position intermédiaire" en Europe ou par rapport aux pays nord-américains.

Ce dernier rapport notait une proportion de décès à domicile bien supérieure en Italie (40,6% en 2006), mais inférieure au Royaume-Uni (19,5% en 2007) et aux Etats-Unis (24,4% en 2004).

L'étude du BEH donne quant à elle le détail des lieux de décès en fonction de la cause de la mort et note que "la grande majorité des décès par tumeur se produisent à l'hôpital (72%)".

Vieillissement de l'entourage

Cette proportion est nettement plus importante que celle observée dans plusieurs autres pays européens comme le Royaume-Uni, les Pays-Bas ou la Belgique (moins de 60%). Ces différences peuvent s'expliquer par l'existence dans ces pays de soins palliatifs hors hôpitaux.

En revanche en France, les décès par maladies du système nerveux (principalement la maladie d'Alzheimer) "se produisent moins souvent à l'hôpital" grâce au développement "des prises en charge alternatives" dans le cadre des plans Alzheimer mis en place depuis 2001.

Les décès des malades d'Alzheimer se déroulent autant en maison de retraite (34,4%), qu'à domicile (30,8%) ou à l'hôpital (31,8%).

L'étude montre encore que les célibataires meurent moins souvent à l'hôpital que les personnes mariées: "L'hospitalisation peut être influencée par les proches" et "la solitude pourrait favoriser le décès à domicile en raison d'un défaut de prise en charge", note-t-on.

L'étude souligne aussi que plus on est âgé plus on a de chance de mourir à l'hôpital, ce qui s'explique en partie par "le vieillissement de l'entourage" et la difficulté pour un conjoint âgé d'assumer la fin de vie à la maison de son époux/épouse.

La semaine passée, une enquête sur la fin de vie de l'Ined montrait que près de la moitié des décès survenus en décembre 2009 avaient été précédés d'une décision médicale ayant pu hâter la mort.

Ces études sont publiées alors que, d'ici la fin de l'année, le Pr Didier Sicard doit rendre les conclusions d'une mission, demandée par François Hollande, au sujet de la fin de vie et de l'euthanasie.

Posté par stetienne à 14:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

DSK-Diallo un accord financier confidentiel clôt l'affaire à New York

projet pour la france,dsk,ps,dominique strauss kan,president de la republique,fmi,front monetaire international,europe,politicien,projet pour la france

quand je pense qu on nous presentait cette  merde de dsk comme grand favori pour devenir president de la france

pauvre france elle s'effondre completement  diriger par une bande de merde sans scrupule

et que dire du fmi institution archiverolé de l interieure

en tous cas l autre a bien eu raison de faire racker cette salete de dsk

Un accord financier confidentiel a été annoncé lundi à New York entre Dominique Strauss-Kahn et la femme de chambre guinéenne Nafissatou Diallo qui l'accusait d'agression sexuelle à New York, épilogue d'une saga judiciaire qui avait mis fin aux ambitions présidentielles de l'ancien patron du FMI.

"Il y a environ dix minutes, nous sommes parvenus à un accord", a annoncé dès le début d'une très brève audience au tribunal du Bronx à New York, le juge Douglas McKeon, précisant que les termes en étaient "confidentiels".

Il a précisé que les négociations avaient commencé "plus tôt dans l'année", mais s'étaient intensifiées depuis le 28 novembre dernier.

La femme de chambre de 33 ans, pantalon et veste noirs, foulard léopard gris sur les cheveux, n'a rien dit durant l'audience qui a duré moins de 10 minutes.

En sortant, elle a brièvement remercié "tous ceux qui (l')ont soutenue à travers le monde. Je remercie Dieu et que Dieu vous bénisse tous", a-t-elle ajouté. "Mme Diallo est une femme courageuse qui n'a jamais perdu confiance dans notre système judiciaire. Avec ce règlement elle peut maintenant continuer sa vie", a ensuite déclaré son avocat Kenneth Thompson.

Dans un communiqué, les avocats de DSK muets au sortir de l'audience - se sont dits "satisfaits d'être parvenus à un règlement dans cette affaire".

Accord aussi avec le New York Post -

Durant l'audience, le juge a ajouté que Mme Diallo était également parvenue à un accord financier avec le quotidien New York Post, qu'elle avait poursuivi l'an dernier au civil après qu'il l'eut traitée de prostituée.

Les accords financiers, qui mettent fin aux poursuites civiles, sont extrêmement fréquents aux Etats-Unis. Ils évitent aux deux parties un procès long et coûteux à l'issue incertaine. Ils ne sont pas un aveu de culpabilité, mais évitent à un accusé d'avoir à donner sa version des faits et lui permettent d'en finir avec un dossier.

Le magistrat n'avait pas requis lundi la présence de DSK.

Combien l'ancien patron du FMI a-t-il accepté de verser ?

La confidentialité de l'accord empêche de le savoir. Son avocat William Taylor avait qualifié la semaine dernière de "complètement fausses" des informations selon lesquelles il aurait accepté de payer six millions de dollars. Mais selon l'avocat et ancien procureur Matthew Galluzzo, ce montant serait plausible.

Avec cet accord, DSK est définitivement débarrassé de l'affaire Diallo, 19 mois après le scandale planétaire qui l'avait contraint à démissionner du FMI et mit fin à ses ambitions présidentielles en France. Il s'est aussi depuis séparé de son épouse, la journaliste Anne Sinclair.

Il n'aura jamais à expliquer ce qui s'était passé le 14 mai 2011 dans sa suite de l'hôtel Sofitel de New York. Selon Mme Diallo, une veuve élevant seule une adolescente, DSK, sorti nu de sa salle de bains, l'avait contrainte à une fellation, alors qu'elle venait faire le ménage. Dominique Strauss-Kahn avait quelques heures plus tard été arrêté à l'aéroport JFK en partance pour la France, incarcéré plusieurs jours, inculpé et assigné à résidence à New York.

Mais trois mois plus tard, dans une étonnante volte-face, le procureur chargé de la procédure pénale en avait demandé le classement, effectif le 23 août. Il avait expliqué que Nafissatou Diallo avait menti de manière répétée aux enquêteurs sur certains épisodes de son passé, et "sérieusement entamé sa crédibilité de témoin" en cas de procès au pénal.

Sans attendre, la jeune femme avait porté plainte au civil le 8 août, pour obtenir des dommages et intérêts. C'est cette plainte qui s'est terminée lundi par un accord financier.

Libre de rentrer en France, DSK avait ensuite reconnu dans une interview télévisée une relation sexuelle de quelques minutes avec la jeune femme qu'il ne connaissait pas, "une faute morale", mais "sans violence ni contrainte".

DSK a depuis été mis en examen en France, pour proxénétisme aggravé en bande organisée dans l'affaire dite du Carlton, qui porte sur l'organisation de soirées libertines avec des prostituées. Ses défenseurs ont demandé la nullité de la procédure et la justice doit se prononcer le 19 décembre.

Ces derniers mois, DSK a fait quelques réapparitions dans la vie publique. On l'a vu flâner au marché de Sarcelles, la ville dont il a été le maire, il a accordé une interview à un hebdomadaire et participé à plusieurs conférences à l'étranger. Il a aussi créé une société de conseil à Paris.

Mme Diallo n'a elle jamais repris le travail, toujours en congé maladie. Elle a déménagé nul ne sait où dans l'Etat de New York.

humour florange dsk01

 

Posté par stetienne à 12:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Banque HSBC paie une amende record pour échapper aux poursuites aux Etats-Unis

revons pas juste la face visible de l'iceberg le jour ou les grands patrons et dirigeants des banques iront moisir 10 ans en prison pour complicité avec maffieux la ca changera pas avant

 

Une agence HSBC à Hong Kong, le 30 juillet 2012

La banque britannique HSBC a annoncé mardi qu'elle allait payer 1,92 milliard de dollars US (1,5 milliard d'euros), un montant record, pour mettre fin aux poursuites aux Etats-Unis dans une affaire de blanchiment d'argent sale appartenant notamment à des cartels de la drogue.

Le titre de la première banque britannique, cotée à Londres et Hong Kong, n'a quasiment pas bougé après l'annonce, largement attendue après la parution d'informations de presse en ce sens dans la nuit.

Il progressait même de 0,37%, à 79,75 dollars de Hong Kong, dans un marché étale, peu avant la clôture.

"HSBC a conclu un accord avec les autorités américaines dans le cadre d'investigations concernant des infractions aux lois sur les sanctions (frappant certaines entités criminelles ou assimilées) et la lutte contre le blanchiment d'argent", a annoncé la banque dans un communiqué boursier.

Accusée de complicité de blanchiment, HSBC entend ainsi mettre fin à une série d'enquêtes menées par le Trésor, le Département de la Justice, des agences fédérales et le procureur général de Manhattan à New York.

Une agence HSBC à Hong Kong, le 11 décembre 2012

"Nous assumons la responsabilité de nos erreurs passées (...). HSBC est toutefois aujourd'hui une organisation fondamentalement différente de celle qui a commis ces erreurs", a déclaré le patron de la banque, Stuart Gulliver.

Et de citer en particulier le quasi décuplement des fonds et du personnel consacrés à ses instruments internes anti-blanchiment entre 2009 et 2011, et la rupture de liens d'activité douteux avec 109 entités diverses.

La banque avait reconnu en juillet des "défaillances" et présenté publiquement ses excuses devant une commission d'enquête du Sénat américain pour avoir manqué de vigilance face à de possibles opérations de blanchiment d'argent.

Le rapport du Sénat américain avait souligné de "graves carences" dans les garde-fous anti-blanchiment de la banque qui a fait prendre des risques au système financier du pays en l'exposant à de possibles activités de blanchiment d'argent lié au trafic de drogue ou au financement du terrorisme dans les années 2000.

Selon ce rapport, HBUS - filiale américaine de HSBC - a notamment réalisé en six ans 16 milliards de dollars de transactions secrètes avec l'Iran, tandis que sa filiale mexicaine a transféré 7 milliards de dollars vers HBUS entre 2007 et 2008 qui pourraient être de l'argent appartenant à des cartels mexicains de la drogue.

L'accord conclu avec le ministère américain de la Justice prévoit la désignation d'un auditeur indépendant qui évaluera régulièrement la mise en oeuvre des engagements de la banque dans les cinq années à venir.

HSBC est également dans le collimateur de la justice britannique après la publication d'articles de presse indiquant que de gros trafiquants vivant au Royaume-Uni avaient ouvert des comptes offshore chez HSBC à Jersey pour blanchir de l'argent ou frauder le fisc.

Selon les informations du Daily Telegraph, il s'agirait notamment d'un client condamné pour trafic de drogue qui se trouve actuellement au Venezuela, d'un homme condamné pour possession de centaines d'armes et de trois banquiers poursuivis pour des fraudes de grande ampleur.

HSBC avait récemment augmenté à 1,5 milliard de dollars ses provisions pour couvrir les pénalités financières qu'elle risque de devoir payer aux Etats-Unis.

Ces provisions ne couvrent pas les pénalités mais le règlement judiciaire définitif évite ainsi à HSBC de coûteuses réparations civiles.

Posté par stetienne à 09:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 décembre 2012

Education opération séduction du gouvernement pour recruter des profs

je n ai qu un conseil a vous donner ne mettez jamais les pieds dans cette boite de merde hyper mal geré

on fait pas de l enseignement juste du gardiennage dans ce fouttoir qu est le mamouth et je le sais car je suis un ex enseignant

bon je suis d'accord la pluspart des gens qui rentrent dans le mamouth ( engagez vous qu ils disaient lol) le font pour pas etre au chomage parcequ il n ont pas trop le choix mais arreté de croire a la com mensongere des bouffons des rectorats et des abrutis du ministere qui essayent de vous faire croire que vous aller faire de l enseignement vous serez juste la pour gardé des imbeciles qui en ont rien a faire d'apprendre

un prof actuel  c'est plus proche d'un os de chez renaults que d'un enseignant qui ai la pour transmettre savoir l os voit defiler les carroseries de bagnoles et on lui demande jamais son avis ben un enseignant cest pareil on vous imposera une 100 d'eleves et ferme ta geule demmerde toi avec .....


bref n imaginez surtout pas que c est mieux que le privé vous vous mettez le doigt dans le cul

 

Le gouvernement a lancé lundi une campagne de recrutements massifs d'enseignants, une opération séduction pour redorer l'image du métier et tenir la promesse emblématique de la campagne de François Hollande de créer 60.000 postes sur le quinquennat.

"Je viens dire aux étudiants de France, la France a besoin de vous", a déclamé Vincent Peillon dans un amphithéâtre de l'Université Sorbonne Nouvelle Paris III, vantant "le plus magnifique des métiers".

"Cette année, nous allons recruter 43.000" enseignants en deux concours, a rappelé le ministre de l'Education. En tenant compte des 60.000 créations de postes et des remplacements des départs à la retraite, "nous avons besoin de 150.000 professeurs pour les années qui viennent" afin de former "des millions d'enfants", a-t-il souligné. "Nous avons besoin de nouveaux hussards noirs".

"S'il faut faire dans la durée évoluer le métier, j'y suis prêt. Si derrière cette évolution il y a des conséquences salariales, j'y suis prêt aussi", a-t-il déclaré à la presse.

Sur RMC/BFMTV, M. Peillon s'est dit prêt à ouvrir en janvier "une grande négociation" sur "les contenus (qu'est-ce qu'on fait quand on enseigne ?), le développement de carrière, le temps de travail et bien évidemment la question de la revalorisation".

S'il est "réjouissant" de voir de nouveau l'Etat recruter, "il va falloir remobiliser les vocations", "notamment avec une politique salariale digne de ce nom pour des gens recrutés à bac+5", a prévenu Sébastien Sihr, du SNUipp-FSU, principal syndicat du primaire.

"Nous allons changer le métier d'enseignant" en leur donnant une formation et de la considération, a estimé M. Peillon devant les étudiants.

"Il était urgent de redonner à ce beau métier toute son attractivité", a souligné la ministre de l'Enseignement supérieur Geneviève Fioraso, rappelant qu'enseigner "s'apprend".

Pour soutenir les vocations, le gouvernement a lancé une campagne multimédia baptisée "Ambition enseigner". Sur chaque affiche, un jeune souriant lève la main en réponse à la question "Qui veut la réussite de tous ?", "Qui veut étudier l'esprit libre ?" ou "Qui veut apprendre à enseigner ?".

Arguments mis en valeur: plus de 43.000 recrutements en 2013-2014, mise en place d'une formation rémunérée et création sur trois ans de 18.000 "emplois d'avenir professeur" pour aider des étudiants modestes à poursuivre ces longues études - cinq ans depuis 2010.

Ce volume de recrutement, inédit depuis longtemps, permettra aussi de relancer la formation initiale des enseignants, quasi-disparue sous la droite, qui avait supprimé 80.000 postes.

Mais même avec un nombre de postes réduits, l'Education nationale ne parvenait pas ces dernières années à recruter suffisamment de professeurs dans certaines disciplines. Lors des derniers concours du Capes, 706 postes sont restés vacants (978 en 2011), soit près de 15% des postes.

"Les viviers" d'étudiants qui se présenteront aux concours "sont suffisants", a estimé M. Peillon, concédant que pour des matières comme les mathématiques, l'anglais et les lettres, il y aura "plus de difficultés".

"On sait un peu plus à quelle sauce on va être mangés, bien que ce ne soit pas encore clair", a réagi Cathleen, en 3e année de licence.

"Ce qui bloque les gens, c'est la difficulté du métier, qui a énormément perdu au niveau de la reconnaissance", selon Catherine, professeur d'histoire-géographie et formatrice. "Les étudiants sont aujourd'hui terrorisés par la gestion de classe", tandis que pour les matières où il y a d'autres débouchés, le salaire bloque".

Posté par stetienne à 15:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,