12 septembre 2019

les racailles du haut

c'est quand meme dingue le monde que nous vivons, le gars est mis en examen pour prise illegal d'interet, et ils font tous bloc avec lui .... c'est incroyable ... ce 21eS est une farce, les corrompus ont pignon sur rue ....

Macron est loin de d' une présidence exemplaire , vu tous les mis en examen dans son entourage ............

Emmanuel Macron maintient "toute sa confiance" en M. Ferrand" : Qui se ressemble s'assemble ... !

Bien sur, il y a la présomption d'innocence. Elle s'applique à M. Ferrand comme à tout le monde. Cependant, M. Ferrand n'est pas n'importe qui. Si il avait un peu de dignité et d'honneur, de respect pour sa fonction (au delà des nombreux avantages et prébendes...) il démissionnerait. Quitte à reprendre son poste si il est innocenté. Mais pour LaRem, honneur, dignité, respect....

La macronie fait bloc autour de Richard Ferrand mis en examen

Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand à l'Assemblée à Paris le 10 septembre 2019 ( AFP / ERIC FEFERBERG )

Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand à l'Assemblée à Paris le 10 septembre 2019 ( AFP / ERIC FEFERBERG ) >La macronie faisait bloc jeudi matin autour d'un de ses piliers, Richard Ferrand, dont la mise en examen pose la question de son maintien à la présidence de l'Assemblée nationale.

Le président Emmanuel Macron maintient "toute sa confiance" en M. Ferrand , a déclaré sur Europe 1 la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye.

C'est "un homme loyal, droit, qui a un parcours politique exemplaire", a-t-elle insisté en demandant de respecter "la présomption d'innocence".

Richard Ferrand a été mis en examen mercredi soir par un juge lillois, après près de quinze heures d'interrogatoire. Il est soupçonné de "prise illégale d'intérêts" après que les Mutuelles de Bretagne, qu'il dirigeait à l'époque, ont décidé en 2011 de louer des locaux commerciaux appartenant à sa compagne. Il conteste toute irrégularité.

Une première enquête lancée en juin 2017, après des révélations du Canard enchaîné, avait poussé M. Ferrand à quitter le gouvernement après un mois à peine. Elle avait été classée sans suite par le procureur de Brest en octobre suivant. Le parquet avait invoqué la prescription pour la prise illégale d'intérêts, et jugé que les infractions d'abus de confiance et d'escroquerie n'étaient pas constituées.

 

Richard Ferrand et Emmanuel Macron aux assises des maires bretons à Saint-Brieuc, le 3 avril 2019 ( POOL / Damien MEYER )">

Richard Ferrand et Emmanuel Macron aux assises des maires bretons à Saint-Brieuc, le 3 avril 2019 ( POOL / Damien MEYER ) class="c-image-Richard Ferrand et Emmanuel Macron aux assises des maires bretons à Saint-Brieuc, le 3 avril 2019 ( POOL / Damien MEYER )

La mise en examen d'un président de l'Assemblée nationale en cours d'exercice est une première. M. Ferrand y a réagi aussitôt en se disant "déterminé à poursuivre (sa) mission" à la tête de l'Assemblée". Il a également assuré "rester serein sur l'issue de la procédure, au regard du classement sans suite de l'ensemble des griefs de la première plainte (...), d'autant plus qu'aucun élément nouveau n'a été versé à ce dossier dans lequel il n'y a ni préjudice ni victime".

"Il n'y a pas de logique politique" à ce qu'il démissionne, a plaidé Sibeth Nidaye, car "un membre du gouvernement est nommé, un parlementaire est élu; quand on est président de l'Assemblée nationale, on est élu deux fois". L'argument a été repris à peu près tel quel par plusieurs ministres.

- Pilier de la campagne -

L'autre angle de riposte de la majorité est de souligner la présomption d'innocence. Ainsi de Stanislas Guerini, patron du parti présidentiel LREM: "Gardons-nous de confondre instruction et condamnation". "Il faut respecter la démocratie et ne pas tout confondre", a abondé la secrétaire d'Etat Marlène Schiappa.

Le député LREM Damien Pichereau parle avec le patron du parti présidentiel Stanislas Guerini le 4 juin 2019 à l'Assemblée nationale ( AFP / Lucas BRIOULET )"

Le député LREM Damien Pichereau parle avec le patron du parti présidentiel Stanislas Guerini le 4 juin 2019 à l'Assemblée nationale ( AFP / Lucas BARIOULET )Le député LREM Damien Pichereau parle avec le patron du parti présidentiel Stanislas Guerini le 4 juin 2019 à l'Assemblée nationale ( AFP / Lucas BARIOULET )

Dans l'opposition, le premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure et le président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan ont appelé à sa démission.

Pour Christian Jacob, candidat à la présidence du parti Les Républicains, "c'est à Richard Ferrand d'apprécier la situation (...). Je reste attaché à la présomption d'innocence: une mise en examen ne vaut pas condamnation".

M. Jacob a réservé ses flèches à Emmanuel Macron. "Ce que je trouve déplacé voire choquant, c'est l'intervention du président de la République", a-t-il asséné, compte tenu de "la séparation des pouvoirs".

La mise en examen de Richard Ferrand est un coup dur pour la majorité, dont trois autres poids lourds, -François Bayrou, Marielle de Sarnez et la nouvelle commissaire européenne Sylvie Goulard- ont été entendus mardi et mercredi dans l'affaire des emplois présumés fictifs des assistants parlementaires MoDem.

En serrant pour l'heure les rangs autour de Richard Ferrand, la macronie veut protéger l'un de ceux qui étaient là au tout début de l'aventure présidentielle d'Emmanuel Macron, et qui conserve un rôle de conseiller éminent.

Cet élu du Finistère âgé de 57 ans, député socialiste de 2012 à 2017, est relativement peu connu du grand public malgré son rang de 4e personnage de l'Etat. Mais il est "le mec le plus important chez les politiques auprès d'Emmanuel", affirmait ces derniers jours à l'AFP un marcheur de la première heure, lui-même pilier de la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron: "C'est sans commune mesure avec tous les autres. C'est le plus intelligent, le plus fin et le plus libre. C'est pour ça que ça marche avec Macron."

Posté par stetienne à 13:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 septembre 2019

Portraits de Macron: un rassemblement et un nouveau décrochage pendant le procès

soutient totale mini minuscule micron macron n est pas le president de la France ni des Français juste un gigolo à vieilles qui aiment le pognon

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/portraits-de-macron-un-rassemblement-et-un-nouveau-decrochage-pendant-le-proces-20190911

Insultes : plusieurs chefs d'État ont apporté leur soutien à Brigitte Macron

l élite mondiale s'autoprotege comme les nobliaux d'europe en 1793  vivement l effondrement totale de cette pègre mondialisé  quand à la marie antoinette trogneux si elle est pas contente ben qu'elle reste chez elle au lieu de s'afficher partout

 

Posté par stetienne à 20:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 septembre 2019

Le député LREM Jean-Jacques Bridey se fait rembourser deux fois ses notes de frais : il plaide "l'erreur d'inattention" !!!!

ca porte le repas a 180€ à ce prix la il devait avoir du homard lol frequentait pas les routiers ou les restau à sans dents le gugusson socialiste

Le député LREM assure qu'il va rembourser les notes de frais payées deux fois, après les révélations de Mediapart lundi. 

Le député LREM du Val-de-Marne Jean-Jacques Bridey le 29 2018. ( AFP / PHILIPPE LOPEZ )Le député LREM du Val-de-Marne Jean-Jacques Bridey le 29 2018. ( AFP / PHILIPPE LOPEZ )Le député LREM du Val-de-Marne Jean-Jacques Bridey le 29 2018. ( AFP / PHILIPPE LOPEZ )

Le député LREM du Val-de-Marne Jean-Jacques Bridey aurait bénéficié d'un double remboursement de plusieurs de ses notes de frais en 2016 et 2017, a révélé lundi 9 septembre Mediapart. Ces notes ont été générées alors qu'l'élu était président de la Société d'économie mixrte locale d'aménagement de Fresnes (Semaf) et maire PS de cette commune du Val-de-Marne. 

4807,70 euros concernés

Selon le site d'investigation, Jean-Jacques Bridey, l'un des premiers soutiens d'Emmanuel Macron note BFMTV, se serait fait rembourser deux fois, par la Semaf et par la commune, certaines de ses notes de frais du restaurant À la marée, situé au marché international de Rungis. Montant total des frais remboursés ? 4807,70 euros dont 3975,90 euros en 2016 et 831,80 euros en 2017, selon Mediapart. En tout, 25 repas seraient concernés en 2016, une petite dizaine en 2017.  

Interrogé par le site d'information, le député LREM a expliqué qu'il "demandait des doublons des tickets adressés à la mairie et conservait le deuxième document "avec ses autres justificatifs de frais". "Il est alors peut-être arrivé que je transmette ces justificatifs en même temps que les notes de frais Semaf" a commenté l'élu qui a reconnu s'être peut-être trompé sur "quelques doublons".

"Une escroquerie"

Interrogé par Le Parisien, l'élu minimise. "On ne va pas en faire un fromage", a-t-il déclaré avant d'assurer qu'il allait "rembourser" ces notes de frais. Et d'ajouter qu'il ne s'agit que d'une "simple erreur d'inattention sur quelques doublons". 

Du côté de la mairie, l'affaire pourrait se poursuivre devant les tribunaux. La maire (PS) de Fresnes, Marie-Chavanon a dénoncé "une escroquerie" dans les colonnes du Parisien, assurant que l'affaire "ne va pas en rester là". 

Posté par stetienne à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
04 septembre 2019

l'immigration à tué la gauche

la mort du parti communiste et du parti socialiste,communautarisme,immigration,la gauche est morte,projet pour la france

bon revez pas le ps et le pc sont morts et enterrés  ( le pauvre jaures doit se retourner dans sa tombe de voir comment ont finis ces deux partis)

ils se sont décomposés en deux petits partis communautaristes  qui vivoteront dans quelques banlieues merdiques sans ames

tout à une fin mais certaines sont glorieuses d'autres laides

bref le ps et pc vont disparaitre totalement ( et bon debaras sur leur forme actuelle) maintenant on doit batire une nouvelle gauche qui instaurera zero immigration remettra frontiere et enverra les délinquants aux bagnes 

l'immigration a tue la gauche-Marianne1162_-_2019-06-21

Posté par stetienne à 10:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
31 août 2019

micron démission

Posté par stetienne à 21:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 août 2019

Le Havre: démission du maire après la diffusion de photos de lui nu

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/le-havre-demission-du-maire-apres-la-diffusion-de-photos-de-lui-nu-20190321

ce que j'en pense:

ben ca vie privée ne regarde que lui( à partir du moment ou il respecte la loi)  il n'avait pas à démissioner pour cela

je n ai aucune envie de vivre dans une societé hypocrite et puritaine ( cf les usa avec leur caché ce sein que je ne saurais voir)

par contre il y en a deux qui doivent démissioner: le mini micron et le castagner

car on ne va pas au ski ou en boite de nuit quand la situation est tendue et qu on occupe un poste de responsabilité.

est ce qu un capitaine de bateau va faire la fete en pleine tempete? réponse non

https://siecledigital.fr/2019/08/28/pornodivulgation-condamnation-3-2-millions-de-dollars/?amp

Posté par stetienne à 20:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 août 2019

pour mini micron et ses saletées de putes en marche

qui détruisent nos acquis sociaux et nous font envahir par les migrants africains

article XXXV de la déclaration des droits de l'homme:Quand le gouvernement viole les droits du peuple ,l'insurrection est pour le peuple ,et pour chaque portion du peuple ,le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

en un mot va te faire enculer le mini micron et ta vieille rombiere liftée jusqu à l anus et les députes putes en marche le peuple Français vous pisse dessus.

 

Posté par stetienne à 16:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
10 août 2019

les fakes news des putes en marche de mini micron

retrouvez un François de Rugy qui se prétend blanchi un peu vite, explorez le tour de passe-passe de Muriel Pénicaud, ministre du Travail, qui qualifie de "généreux" le régime d'indemnisation des cadres, remémorez-vous les obséquieuses omissions médiatiques des erreurs de parcours de Christine Lagarde, récemment nommée à la tête de la BCE, découvrez "l'audace" du gouvernement à oser qualifier sa loi Pacte de bonne nouvelle pour les salariés, et enfin, admirez le talent d'un enfumeur comme Jean-Paul Delevoye pour maquiller une réforme régressive sur les retraites.

Posté par stetienne à 11:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,