19 mai 2019

non-la-france-n-a-pas-autorise-le-retour-de-200-jihad?????????????????????????

https://mobile.francetvinfo.fr/politique/les-republicains/laurent-wauquiez/non-la-france-n-a-pas-autorise-le-retour-de-200-jihadistes-comme-le-dit-laurent-wauquiez

ils sont revenus oui

jugé lol mort de rire quand on connait le systeme judiciaire ultralaxiste et ubuesque ils vont se retrouver vite fait dans la nature

surveiller lol mort de rire

bref wauquiez à 100% raisons

france inter arreté de faire de la désinformation c est pas digne d'une chaine d'etat

Posté par stetienne à 20:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
03 mai 2019

les-ficelles-des-black-blocs-pour-echapper-a-la-justice-02-05-2019

https://www.lepoint.fr/societe/les-ficelles-des-black-blocs-pour-echapper-a-la-justice-02-05-2019-2310585_23.php#xtor=CS3-192

bon les jugeottes sont complices des casseurs et des racailles rien de nouveau sous le soleil

le futur sauveru de la France devra avoir un bon crochet du gauche pour taper les racailles du haut la fnsea les chasseurs les lobbys industriels et un bon crochet du droit pour taper sur les jugeottes collabo à racailles les tiers mondiste les promigrants la fsu trouducul et autre merde de gauche

Posté par stetienne à 09:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
29 avril 2019

Un homme jugé pour avoir appelé les policiers au suicide !!!!!!

la c 'est du grand n 'importe quoi

encore qu on l'arrette si il avait lancé pavés sur les flics je veux bien ca serait normal mais la!!!!!!!!!!!!!!!!

toute cette histoire va mal se terminer la guillotine va faire son grand retour on est de plsu en plus en dictature microniene

micron le minuscule démission

PARIS (Reuters) - Un homme soupçonné d'avoir appelé des policiers à se suicider lors des manifestations de "Gilets jaunes" du 20 avril à Paris et arrêté samedi dernier a été déféré lundi au tribunal en vue de sa comparution immédiate dans l'après-midi, a-t-on appris auprès du parquet de Paris.

Il avait été placé en garde à vue pour outrage en réunion à personne dépositaire de l'autorité publique.

Le 20 avril, des manifestants avaient crié "Suicidez-vous, suicidez-vous" aux forces de l'ordre, alors que les policiers sont touchés par une vague de suicides depuis début 2019 - 28 en moins de quatre mois.

Ces cris ont suscité une vive émotion dans les rangs des syndicats de policiers mais aussi dans la classe politique et le parquet avait annoncé le 21 avril l'ouverture d'une enquête.

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a inauguré lundi une cellule alerte prévention suicide pour les policiers.

Posté par stetienne à 16:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
17 avril 2019

de toute facons ca continura

tran qu on aura pas reformé le systeme judiciaire ubuesque et ultra laxiste: trop de jugeottes trop d'avocaillons pas assez de bagnes et prisons

construisons des bagnes et des prisons low cost  ou les racailles devront casser des cailloux si elles veulent boire et avoir de quoi bouffer

https://amp.lefigaro.fr/actualite-france/93-sideration-apres-l-agression-d-une-enseignante-au-cri-de-c-est-un-attentat-20190413

Posté par stetienne à 15:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 avril 2019

incendie de notre dame de paris

Notre drame de Paris ,serait du à une clope mal éteinte d'un ouvrier bulgare payé deux cents euros par mois, embauché par un sous-traitant moldave qui oeuvre pour un donneur d'ordre, dont la boîte aux lettres est située à St Domingue .

La Macronie en pleine effervescence. [smilie=_banker.gif]

l'effondrement d'un systeme dans toute sa splendeur c'est bientot la fin de mini minuscule micron et de ces putes en marche

La dernière fois qu'elle a cramé, c'est pendant la révolution.

Doit on y voir un signe. [smilie=icon_smile035.gif]

Le gros bourdon de ND de Paris qui s'appelle Emmanuel, risque de tomber.
Tombera, tombera pas ?

tiens l'enfer à fusionné avec le paradis pour faire des économies et virér les anges cgt lol

Il est prévu de construire une mosquée en lieu et place.

c'est bien la 1er fosi qu 'une eglise est surchauffée.

 

 

L’hommage de Victor Hugo à Notre-Dame de Paris
« Sans doute, c’est encore aujourd’hui un majestueux et sublime édifice que l’église de Notre-Dame de Paris. Mais, si belle qu’elle se soit conservée en vieillissant, il est difficile de ne pas soupirer, de ne pas s’indigner devant les dégradations, les mutilations sans nombre que simultanément le temps et les hommes ont fait subir au vénérable monument, sans respect pour Charlemagne qui en avait posé la première pierre, pour Philippe-Auguste qui en avait posé la dernière.

Sur la face de cette vieille reine de nos cathédrales, à côté d’une ride on trouve toujours une cicatrice. Tempus edax, homo edacior. Ce que je traduirais volontiers ainsi : le temps est aveugle, l’homme est stupide.

Si nous avions le loisir d’examiner une à une avec le lecteur les diverses traces de destruction imprimées à l’antique église, la part du temps serait la moindre, la pire celle des hommes, surtout des hommes de l’art. Il faut bien que je dise des hommes de l’art, puisqu’il y a eu des individus qui ont pris la qualité d’architectes dans les deux siècles derniers.

Et d’abord, pour ne citer que quelques exemples capitaux, il est, à coup sûr, peu de plus belles pages architecturales que cette façade où, successivement et à la fois, les trois portails creusés en ogive, le cordon brodé et dentelé des vingt-huit niches royales, l’immense rosace centrale flanquée de ses deux fenêtres latérales comme le prêtre du diacre et du sous-diacre, la haute et frêle galerie d’arcades à trèfle qui porte une lourde plate-forme sur ses fines colonnettes, enfin les deux noires et massives tours avec leurs auvents d’ardoise, parties harmonieuses d’un tout magnifique, superposées en cinq étages gigantesques, se développent à l’œil, en foule et sans trouble, avec leurs innombrables détails de statuaire, de sculpture et de ciselure, ralliés puissamment à la tranquille grandeur de l’ensemble ; vaste symphonie en pierre, pour ainsi dire ; œuvre colossale d’un homme et d’un peuple, tout ensemble une et complexe comme les Iliades et les Romanceros dont elle est sœur ; produit prodigieux de la cotisation de toutes les forces d’une époque, où sur chaque pierre on voit saillir en cent façons la fantaisie de l’ouvrier disciplinée par le génie de l’artiste ; sorte de création humaine, en un mot, puissante et féconde comme la création divine dont elle semble avoir dérobé le double caractère : variété, éternité.

Et ce que nous disons ici de la façade, il faut le dire de l’église entière ; et ce que nous disons de l’église cathédrale de Paris, il faut le dire de toutes les églises de la chrétienté au moyen âge. Tout se tient dans cet art venu de lui-même, logique et bien proportionné. Mesurer l’orteil du pied, c’est mesurer le géant.

Revenons à la façade de Notre-Dame, telle qu’elle nous apparaît encore à présent, quand nous allons pieusement admirer la grave et puissante cathédrale, qui terrifie, au dire de ses chroniqueurs : quæ mole sua terrorem incutit spectantibus (« Dont la masse suscite la terreur de ceux qui la regardent », Jacques Du Breul, Le Théâtre des Antiquités de Paris, Paris, Chevalier, 1612).

Trois choses importantes manquent aujourd’hui à cette façade. D’abord le degré de onze marches qui l’exhaussait jadis au-dessus du sol ; ensuite la série inférieure de statues qui occupait les niches des trois portails, et la série supérieure des vingt-huit plus anciens rois de France, qui garnissait la galerie du premier étage, à partir de Childebert jusqu’à Philippe-Auguste, tenant en main « la pomme impériale ».

Le degré, c’est le temps qui l’a fait disparaître en élevant d’un progrès irrésistible et lent le niveau du sol de la Cité. Mais, tout en faisant dévorer une à une, par cette marée montante du pavé de Paris, les onze marches qui ajoutaient à la hauteur majestueuse de l’édifice, le temps a rendu à l’église plus peut-être qu’il ne lui a ôté, car c’est le temps qui a répandu sur la façade cette sombre couleur des siècles qui fait de la vieillesse des monuments l’âge de leur beauté.

Mais qui a jeté bas les deux rangs de statues ? qui a laissé les niches vides ? qui a taillé au beau milieu du portail central cette ogive neuve et bâtarde ? qui a osé y encadrer cette fade et lourde porte de bois sculpté à la Louis XV à côté des arabesques de Biscornette ? Les hommes ; les architectes, les artistes de nos jours.

Et si nous entrons dans l’intérieur de l’édifice, qui a renversé ce colosse de saint Christophe, proverbial parmi les statues au même titre que la grand-salle du Palais parmi les halles, que la flèche de Strasbourg parmi les clochers ? Et ces myriades de statues qui peuplaient tous les entrecolonnements de la nef et du chœur, à genoux, en pied, équestres, hommes, femmes, enfants, rois, évêques, gendarmes, en pierre, en marbre, en or, en argent, en cuivre, en cire même, qui les a brutalement balayées ? Ce n’est pas le temps.

Et qui a substitué au vieil autel gothique, splendidement encombré de châsses et de reliquaires ce lourd sarcophage de marbre à têtes d’anges et à nuages, lequel semble un échantillon dépareillé du Val-de-Grâce ou des Invalides ? Qui a bêtement scellé ce lourd anachronisme de pierre dans le pavé carlovingien de Hercandus ? N’est-ce pas Louis XIV accomplissant le vœu de Louis XIII ?

Et qui a mis de froides vitres blanches à la place de ces vitraux « hauts en couleur » qui faisaient hésiter l’œil émerveillé de nos pères entre la rose du grand portail et les ogives de l’abside ? Et que dirait un sous-chantre du seizième siècle, en voyant le beau badigeonnage jaune dont nos vandales archevêques ont barbouillé leur cathédrale ? Il se souviendrait que c’était la couleur dont le bourreau brossait les édifices scélérés ; il se rappellerait l’hôtel du Petit-Bourbon, tout englué de jaune aussi pour la trahison du connétable, « jaune après tout de si bonne trempe, dit Sauval, et si bien recommandé, que plus d’un siècle n’a pu encore lui faire perdre sa couleur ». Il croirait que le lieu saint est devenu infâme, et s’enfuirait.

Posté par stetienne à 09:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 avril 2019

les bienfaits de l'immigration lol

quand on pense que nos merdes de collabos de l umpuante ripoublicain pspuant la republic en merde font rentrer ces merdes en France au lieu de leur enlever nationalite française et les renvoyer au bled où ils iront traire leurs chameaux

Isère : les invités d'un mariage sèment la panique sur l'autoroute

Le chauffeur du marié a été contrôlé à 213 km/h sur l'autoroute, rapporte « Le Dauphiné ». Le cortège s'était déjà fait épingler dans la matinée.

Par
Modifié le 08/04/2019 à 08:51 - Publié le 07/04/2019 à 15:24 | Le Point.fr
En fin de matinee, les proches de la mariee ont dans un premier temps enchaine les infractions au Code de la route alors qu'ils allaient la chercher a Lyon.

En fin de matinée, les proches de la mariée ont dans un premier temps enchaîné les infractions au Code de la route alors qu'ils allaient la chercher à Lyon.

© MaxPPP

Ce n'est sans doute pas de cette manière que les nouveaux époux auraient voulu fêter leur mariage. Leur journée a été marquée par plusieurs rebondissements dont ils se seraient bien passés. Un cortège de mariage isérois s'est fait remarquer des forces de l'ordre. Samedi 6 avril, les invités d'un couple se sont fait épingler à deux moments différents de la journée, et ce, avant même que la cérémonie ait commencé, rapporte Le Dauphiné. En fin de matinée, les proches de la mariée ont dans un premier temps enchaîné les infractions au Code de la route sur l'A48 alors qu'ils allaient la chercher à Lyon. En plus de klaxonner joyeusement, les invités avaient orné leur capot de drapeaux qui, sous l'effet du vent, masquaient leur plaque d'immatriculation et gênaient les autres conducteurs. Selon le quotidien régional, certains d'entre eux se sont même arrêtés sur la route pour ensuite accélérer et ont dépassé d'autres voitures sans les avertir.

Le chauffeur du marié contrôlé à 213 km/h

Ce comportement dangereux est arrivé jusqu'aux oreilles des gendarmes, qui ont accueilli les conducteurs au péage et les ont verbalisés pour changement de file non justifié, usage intempestif des avertisseurs sonores ou encore stationnement sur voie de circulation. Si le cortège a pu reprendre sa route tranquillement, un autre invité du couple a donné du fil à retordre aux autorités un peu plus tard dans la journée. Lors d'un contrôle de vitesse sur l'autoroute A43, les gendarmes ont arrêté un conducteur roulant à 213 km/h. Surprise, il s'agissait du chauffeur du marié, très en retard pour aller chercher l'homme du jour et l'emmener à la cérémonie.

Lire aussi Gilets jaunes : brutal épilogue pour les amoureux du péage

Le jeune homme, âgé de 21 ans, explique alors avoir pris du retard après avoir accroché sa voiture de location. Problème, il est titulaire d'un permis probatoire et a donc dépassé de 103 km/h la vitesse maximum autorisée. Pour couronner le tout, le jeune homme a été dépisté positif au cannabis et conduisait donc sous l'usage de stupéfiants. Les gendarmes ont récupéré les clés du véhicule, qui a été immobilisé sur une dépanneuse. Quant au jeune conducteur, rien ne dit s'il a pu finalement rejoindre la noce et à quelle heure. Espérons que la mariée n'a pas attendu trop longtemps son futur époux.

Posté par stetienne à 09:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
02 avril 2019

Nice: 14 prévenus d'un trafic de drogue libérés après une erreur de la justice

ben c est simple licenciment pour faute grave pour les jugeottes responsablent de ce fiasco

il faut reformer le systeme judiciaire ubuesque de la tete au pied et rétablir la peine de mort pour les trafiquant de drogue( avec prelevement de leur organe pour payer les frais de justice et mise à mort)

Quatorze prévenus, dont un trentenaire soupçonné d'être un poids lourd du trafic de drogue à Nice, ont obtenu leur remise en liberté en raison d'une erreur de la justice, a-t-on appris auprès de l'un de leurs avocats mardi, confirmant une information de Nice-Matin.

La qualification des faits les plus graves reprochés aux prévenus relevait de la cour d'assises, et non pas du tribunal correctionnel où les prévenus comparaissaient lundi pour une audience relais.

"C'est une situation totalement inédite, un cas d'école", a déclaré Me Paul Sollacaro, qui défendait un chauffeur de bus incriminé en toute fin de procédure en 2018, à tort selon son avocat, deux ans après le coup de filet qui avaient conduit les autres sous les verrous.

"La juge, dans son ordonnance de renvoi, a inclus des crimes: direction d'un groupement en vue d'un trafic de stupéfiants et blanchiment aggravé", a-t-il expliqué.

"Le tribunal s'est déclaré complètement incompétent car il ne peut juger que des délits, et pas des crimes, et il a été obligé de lever les mesures coercitives: ceux qui étaient détenus ont été remis en liberté, ceux qui avaient un contrôle judiciaire ou un bracelet électronique, ne l'ont plus", a poursuivi Me Sollacaro.

"C'est ce qui se passe quand on confond vitesse et précipitation", a estimé l'avocat qui critique l'emballement de la police et de la justice dans cette enquête qui avait permis de saisir 600 kg de cannabis, 8 kg de cocaïne, une quinzaine de pistolets automatiques ou armes de guerre, et des véhicules volés.

Le principal protagoniste du dossier, Christophe D., lunettes fumées, cheveux gominés et physique d'athlète dans le box des prévenus, devrait rester en prison quelques mois pour purger une condamnation pour une tentative d'évasion.

Présenté par les enquêteurs comme une figure montante du banditisme niçois et déjà condamné pour des faits de trafic de stupéfiants, l'homme affichait un avantageux train de vie, voiture de sport Lamborghini, vélos de compétition haut de gamme et voyages à travers le monde pour assouvir une passion pour le triathlon, et son épreuve reine, l'Ironman.

Interrogé par l'AFP, le parquet a indiqué qu'il allait réagir pour relancer la procédure.

Posté par stetienne à 13:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
14 mars 2019

Prisons, émeutes de banlieues : La guerre civile en marche ? Avec Xavier Raufer

pour le systeme judiciaire ubuesque mon programme est tres clair: trop de jugeottes et d'avocaillons gratte papiers pas assez de bagnes et prisons low cost je vire 50% des jugeottes et avocaillons inutiles et avec l argent économisé je construis bagnes et prisons low costs

Posté par stetienne à 14:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
05 mars 2019

2 racailles en moins sur terre ca debarasse

plutot que de faire chier les gilets jaunes qu on envoit les crs matraquer ces racailles de merdes ca vaudra mieux

bref deux voleurs racailles en moins sur terre bon debaras Tolérance zéro pour les racailles de merde

et que ceux qui brulent les voitures qu on les envoit au bagnes histoire de leur remettre les idées en place

https://amp.lefigaro.fr/actualite-france/2019/03/03/01016-20190303ARTFIG00156-grenoble-heurts-apres-la-mort-de-deux-racailles.php

Maintenant dans l'ordre des choses c'est aux parents de payer les dégâts commis par leurs enfants, au moins pour l'un d'entre eux qui était mineur... nais non je rigole, inversion des valeurs oblige, on vas enquêter sur les flics éventuellement leurs trouver quelque chose a reprocher et on vas s'excuser envers les familles de ces jeunes d'avoir fait respecter la loi par des agents des forces de l'ordre.

Il faut lire sur le Net, les interviews hallucinantes de certains membres de la famille des délinquants (voleurs et en délit de fuite lors des faits) décédés. C'est hallucinant de mauvaise foi !
Ils reportent tous la faute sur la police alors que ce drame n'est QUE le résultat d'une éducation totalement défaillante de leur part.
Ceci dit, et comme déjà remarqué par d'autres commentateurs, c'est silence radio des macronards et autres Castaner qui s'étranglaient d'indignation il y a peu de temps pour quelques pavés balancés sur une camionnette de police.
Ici dans l'article, nous avons même l'attaque d'une caserne de CRS sans parler des multiples tentatives d'incendie avec dégradations partielles, d'organismes administratifs.
À côté de cela les GJ, même les plus extremistes, passent pour des petits joueurs. Mais chuuut !!

Scooter volé, infractions multiples!!! Il ne faut rien dire??? Soutien aux policiers.

il est plus que temps que les forces de l'ordre face que la peur change de camp -je pense qu'il est inutile de demander qui sont les deux victimes de leur propre faits -

J ai entendu les gens du quartier, en gros c est la faute de la police....surréaliste,un autre monde

effarant de lire une telle connerie quand je vous dit en Franbce trop de jugeottes trop d'avocaillons pas assez de bagnes et de prisons

"Les interrogations des familles - qui se sont constituées parties civiles - sont nombreuses", a souligné leur avocat Me Florent Girault lors d'une conférence de presse à l'issue de la marche blanche. un avocaillon collabo a racaille

"Qu'est-ce qui a pu conduire des services de police à prendre en chasse un scooter avec un mineur et un jeune majeur ? (...) Qu'est-ce qui pouvait fonder une telle prise de risques ?

 et c est le role d ela police de pourchasser et d'arreter les voleurs les crapules les racailles malfaisantes et povre tache d'avocaillon

Posté par stetienne à 16:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,