08 avril 2019

les bienfaits de l'immigration lol

quand on pense que nos merdes de collabos de l umpuante ripoublicain pspuant la republic en merde font rentrer ces merdes en France au lieu de leur enlever nationalite française et les renvoyer au bled où ils iront traire leurs chameaux

Isère : les invités d'un mariage sèment la panique sur l'autoroute

Le chauffeur du marié a été contrôlé à 213 km/h sur l'autoroute, rapporte « Le Dauphiné ». Le cortège s'était déjà fait épingler dans la matinée.

Par
Modifié le 08/04/2019 à 08:51 - Publié le 07/04/2019 à 15:24 | Le Point.fr
En fin de matinee, les proches de la mariee ont dans un premier temps enchaine les infractions au Code de la route alors qu'ils allaient la chercher a Lyon.

En fin de matinée, les proches de la mariée ont dans un premier temps enchaîné les infractions au Code de la route alors qu'ils allaient la chercher à Lyon.

© MaxPPP

Ce n'est sans doute pas de cette manière que les nouveaux époux auraient voulu fêter leur mariage. Leur journée a été marquée par plusieurs rebondissements dont ils se seraient bien passés. Un cortège de mariage isérois s'est fait remarquer des forces de l'ordre. Samedi 6 avril, les invités d'un couple se sont fait épingler à deux moments différents de la journée, et ce, avant même que la cérémonie ait commencé, rapporte Le Dauphiné. En fin de matinée, les proches de la mariée ont dans un premier temps enchaîné les infractions au Code de la route sur l'A48 alors qu'ils allaient la chercher à Lyon. En plus de klaxonner joyeusement, les invités avaient orné leur capot de drapeaux qui, sous l'effet du vent, masquaient leur plaque d'immatriculation et gênaient les autres conducteurs. Selon le quotidien régional, certains d'entre eux se sont même arrêtés sur la route pour ensuite accélérer et ont dépassé d'autres voitures sans les avertir.

Le chauffeur du marié contrôlé à 213 km/h

Ce comportement dangereux est arrivé jusqu'aux oreilles des gendarmes, qui ont accueilli les conducteurs au péage et les ont verbalisés pour changement de file non justifié, usage intempestif des avertisseurs sonores ou encore stationnement sur voie de circulation. Si le cortège a pu reprendre sa route tranquillement, un autre invité du couple a donné du fil à retordre aux autorités un peu plus tard dans la journée. Lors d'un contrôle de vitesse sur l'autoroute A43, les gendarmes ont arrêté un conducteur roulant à 213 km/h. Surprise, il s'agissait du chauffeur du marié, très en retard pour aller chercher l'homme du jour et l'emmener à la cérémonie.

Lire aussi Gilets jaunes : brutal épilogue pour les amoureux du péage

Le jeune homme, âgé de 21 ans, explique alors avoir pris du retard après avoir accroché sa voiture de location. Problème, il est titulaire d'un permis probatoire et a donc dépassé de 103 km/h la vitesse maximum autorisée. Pour couronner le tout, le jeune homme a été dépisté positif au cannabis et conduisait donc sous l'usage de stupéfiants. Les gendarmes ont récupéré les clés du véhicule, qui a été immobilisé sur une dépanneuse. Quant au jeune conducteur, rien ne dit s'il a pu finalement rejoindre la noce et à quelle heure. Espérons que la mariée n'a pas attendu trop longtemps son futur époux.

Posté par stetienne à 09:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
02 avril 2019

Nice: 14 prévenus d'un trafic de drogue libérés après une erreur de la justice

ben c est simple licenciment pour faute grave pour les jugeottes responsablent de ce fiasco

il faut reformer le systeme judiciaire ubuesque de la tete au pied et rétablir la peine de mort pour les trafiquant de drogue( avec prelevement de leur organe pour payer les frais de justice et mise à mort)

Quatorze prévenus, dont un trentenaire soupçonné d'être un poids lourd du trafic de drogue à Nice, ont obtenu leur remise en liberté en raison d'une erreur de la justice, a-t-on appris auprès de l'un de leurs avocats mardi, confirmant une information de Nice-Matin.

La qualification des faits les plus graves reprochés aux prévenus relevait de la cour d'assises, et non pas du tribunal correctionnel où les prévenus comparaissaient lundi pour une audience relais.

"C'est une situation totalement inédite, un cas d'école", a déclaré Me Paul Sollacaro, qui défendait un chauffeur de bus incriminé en toute fin de procédure en 2018, à tort selon son avocat, deux ans après le coup de filet qui avaient conduit les autres sous les verrous.

"La juge, dans son ordonnance de renvoi, a inclus des crimes: direction d'un groupement en vue d'un trafic de stupéfiants et blanchiment aggravé", a-t-il expliqué.

"Le tribunal s'est déclaré complètement incompétent car il ne peut juger que des délits, et pas des crimes, et il a été obligé de lever les mesures coercitives: ceux qui étaient détenus ont été remis en liberté, ceux qui avaient un contrôle judiciaire ou un bracelet électronique, ne l'ont plus", a poursuivi Me Sollacaro.

"C'est ce qui se passe quand on confond vitesse et précipitation", a estimé l'avocat qui critique l'emballement de la police et de la justice dans cette enquête qui avait permis de saisir 600 kg de cannabis, 8 kg de cocaïne, une quinzaine de pistolets automatiques ou armes de guerre, et des véhicules volés.

Le principal protagoniste du dossier, Christophe D., lunettes fumées, cheveux gominés et physique d'athlète dans le box des prévenus, devrait rester en prison quelques mois pour purger une condamnation pour une tentative d'évasion.

Présenté par les enquêteurs comme une figure montante du banditisme niçois et déjà condamné pour des faits de trafic de stupéfiants, l'homme affichait un avantageux train de vie, voiture de sport Lamborghini, vélos de compétition haut de gamme et voyages à travers le monde pour assouvir une passion pour le triathlon, et son épreuve reine, l'Ironman.

Interrogé par l'AFP, le parquet a indiqué qu'il allait réagir pour relancer la procédure.

Posté par stetienne à 13:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
14 mars 2019

Prisons, émeutes de banlieues : La guerre civile en marche ? Avec Xavier Raufer

pour le systeme judiciaire ubuesque mon programme est tres clair: trop de jugeottes et d'avocaillons gratte papiers pas assez de bagnes et prisons low cost je vire 50% des jugeottes et avocaillons inutiles et avec l argent économisé je construis bagnes et prisons low costs

Posté par stetienne à 14:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
05 mars 2019

2 racailles en moins sur terre ca debarasse

plutot que de faire chier les gilets jaunes qu on envoit les crs matraquer ces racailles de merdes ca vaudra mieux

bref deux voleurs racailles en moins sur terre bon debaras Tolérance zéro pour les racailles de merde

et que ceux qui brulent les voitures qu on les envoit au bagnes histoire de leur remettre les idées en place

https://amp.lefigaro.fr/actualite-france/2019/03/03/01016-20190303ARTFIG00156-grenoble-heurts-apres-la-mort-de-deux-racailles.php

Maintenant dans l'ordre des choses c'est aux parents de payer les dégâts commis par leurs enfants, au moins pour l'un d'entre eux qui était mineur... nais non je rigole, inversion des valeurs oblige, on vas enquêter sur les flics éventuellement leurs trouver quelque chose a reprocher et on vas s'excuser envers les familles de ces jeunes d'avoir fait respecter la loi par des agents des forces de l'ordre.

Il faut lire sur le Net, les interviews hallucinantes de certains membres de la famille des délinquants (voleurs et en délit de fuite lors des faits) décédés. C'est hallucinant de mauvaise foi !
Ils reportent tous la faute sur la police alors que ce drame n'est QUE le résultat d'une éducation totalement défaillante de leur part.
Ceci dit, et comme déjà remarqué par d'autres commentateurs, c'est silence radio des macronards et autres Castaner qui s'étranglaient d'indignation il y a peu de temps pour quelques pavés balancés sur une camionnette de police.
Ici dans l'article, nous avons même l'attaque d'une caserne de CRS sans parler des multiples tentatives d'incendie avec dégradations partielles, d'organismes administratifs.
À côté de cela les GJ, même les plus extremistes, passent pour des petits joueurs. Mais chuuut !!

Scooter volé, infractions multiples!!! Il ne faut rien dire??? Soutien aux policiers.

il est plus que temps que les forces de l'ordre face que la peur change de camp -je pense qu'il est inutile de demander qui sont les deux victimes de leur propre faits -

J ai entendu les gens du quartier, en gros c est la faute de la police....surréaliste,un autre monde

effarant de lire une telle connerie quand je vous dit en Franbce trop de jugeottes trop d'avocaillons pas assez de bagnes et de prisons

"Les interrogations des familles - qui se sont constituées parties civiles - sont nombreuses", a souligné leur avocat Me Florent Girault lors d'une conférence de presse à l'issue de la marche blanche. un avocaillon collabo a racaille

"Qu'est-ce qui a pu conduire des services de police à prendre en chasse un scooter avec un mineur et un jeune majeur ? (...) Qu'est-ce qui pouvait fonder une telle prise de risques ?

 et c est le role d ela police de pourchasser et d'arreter les voleurs les crapules les racailles malfaisantes et povre tache d'avocaillon

Posté par stetienne à 16:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Financement du terrorisme en Syrie : l'ex-DG de Lafarge n'est plus poursuivi

Financement du terrorisme en Syrie : l'ex-DG de Lafarge n'est plus poursuivi

finalement la justice Française elle enferme les innocents et remets en liberté les racailles et les racailles du haut

 

Posté par stetienne à 16:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
08 février 2019

les-conducteurs-non-assures-coutent-de-plus-en-plus-cher

au final c est nous qui payons car les fat cats assureurs vous le font payer

quand à la séverite des jugeottes mort de rire

chez moi une racaille non solvable qui conduit sans permis 9 fois choppé par les poulets et  9 fois devant la jugeotte et pas de prisons donc............

 

Si le chiffre de conducteurs qui roulent sans être assurés est relativement stable, le nombre de victimes a progressé de près de 10% en cinq ans. Une augmentation des cas qui se traduit par une hausse des dépenses du Fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages (FGAO).

Un gendarme du peloton autoroutier de Dijon Crimolois contrôle un chauffard sur l'autoroute A39, le 11 août 2011. ( AFP / JEFF PACHOUD )

"Un gendarme du peloton autoroutier de Dijon Crimolois contrôle un chauffard sur l'autoroute A39, le 11 août 2011. ( AFP / JEFF PACHOUD )

Aujourd'hui, en France, 750.000 conducteurs roulent seraient en défaut d'assurance alors que la couverture automobile est obligatoire, relève ce vendredi 8 février Europe 1. Un chiffre relativement stable depuis plusieurs années, mais dont le coût est de plus en plus important, souligne la station.

En effet, en cinq ans, le nombre de victimes des conducteurs non-assurés a augmenté de près de 10%. L'année dernière, 26.000 dossiers, dont 109 accidents mortels, ont été traités par le Fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages (FGAO) qui indemnise les victimes d'accident de la circulation quand le responsable n'est pas identifié, quand il n'est pas assuré ou quand son assureur est insolvable. Dans les autres cas, ce sont les compagnies d'assurance qui prennent en charge l'indemnisation.

Une augmentation des cas qui se traduit par une hausse des dépenses du FGAO. L'an dernier, le coût des indemnisations s'est chiffré à 150 millions d'euros. "Les montants d'indemnisation progressent parce que la médecine progresse, que les prothèses sont meilleures et plus coûteuses, que l'espérance de vie progresse. Ce sont de bonnes nouvelles pour les victimes, mais ça se traduit par des coûts qui augmentent", souligne Julien Rencki, le directeur général du fonds de garantie, à Europe 1.

UN FICHIER DES VÉHICULES ASSURÉS POUR FAIRE LA CHASSE AUX CONTREVENANTS

La conduite sans assurance peut être sanctionnée par une amende de 3.750 euros parfois assortie de peines complémentaires comme la suspension ou l'annulation de permis avec interdiction de le repasser, et la confiscation du véhicule. Le défaut d'assurance est lui passible d'un amende forfaitaire de 500 euros lors d'une première constatation d'infraction. En cas de récidive, la peine peut aller jusqu'à 7.500 euros d'amende et des sanctions complémentaires.

Un fichier répertoriant tous les véhicules assurés (FVA) est mis à disposition des forces de l'ordre depuis le 1er janvier 2019 afin de lutter contre la conduite sans assurance. Il "contient les informations relatives aux contrats souscrits par les assurés : l'immatriculation du véhicule, le nom de l'assureur et le numéro du contrat avec sa période de validité", expliquait en septembre dernier les ministères de l'Intérieur et de l'Économie. À terme, "les lecteurs automatiques de plaques d'immatriculation dont sont équipées les forces de l'ordre pourront détecter les véhicules non-assurés".

Posté par stetienne à 14:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 février 2019

Les centres éducatifs fermés, une alternative ultra couteuse à l'incarcération !!!!

bref un délinquant coute mille fois plus cher à la societe qu un eleve normal mais ne pas oublié que le systeme judiciaire est un lobby comme un autre qui réclame toujours plus de pognon

je suis pour un bufget egale par eleve quelque soit l endroit où l on se trouve en France

que les éleves délinquants soient enlever du mamouth dont c est pas le role de s'occuper de racailles ok mais les organismes s'occupant de ces racailels  auront pas un centime de plus  que le budget alloué à un eleve normal du mamouth

je prefere qu on remette bagne et qu on leur mette un boulet au pied et qu on fasse bosser ces trouducs

http://www.senat.fr/rap/r10-759/r10-759_mono.html#toc258

comme je l'ai deja dit le systeme répressif ne doit pas couter un centime aux contribuables

 

Les centres éducatifs fermés, une alternative à l'incarcération?

Posté par stetienne à 15:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 janvier 2019

le systeme judiciaire ubuesque dans toute sa splendeur

trop de jugeottes trop d'avocaillons et pas assez de bagnes et prisons

à reformer de la tete au pied de toute urgence

Un commando armé a attaqué une escorte pénitentiaire lundi matin devant le palais de justice de Tarascon (Bouches-du-Rhône), permettant à un détenu qui devait être conduit devant un juge d'instruction de s'évader.

Vers 08H30, trois malfaiteurs "lourdement armés" ont fait irruption devant le palais de justice, selon le procureur de la République Patrick Desjardins. Face à eux, trois agents de l'administration pénitentiaire qui escortaient un détenu du centre pénitentiaire de Béziers (Hérault).

Les assaillants ont "tiré sur les pneus" du véhicule de l'administration pénitentiaire, sans faire de blessé, et "un agent pénitentiaire a été victime de coups", a précisé la garde des Sceaux Nicole Belloubet dans un communiqué.

Les agents pénitentiaires, partis de Béziers avec le détenu lundi matin, "étaient descendus du véhicule pour sonner à l'entrée du TGI lorsque des hommes armés leur sont tombés dessus", a ajouté auprès de l'AFP Nicolas Burtz, responsable local du syndical FO pénitentiaire.

Une fonctionnaire qui refusait de lâcher le détenu a reçu un coup sur la tête, a-t-il poursuivi. Une enquête administrative est en cours pour "déterminer si la classification de l'escorte était suffisante par rapport à la dangerosité du détenu", selon lui.

Les agents, membres du pôle régional d'extraction judiciaire et "spécialement formés" pour ces missions, n'ont pas fait usage de leur arme à feu, a précisé la direction de l'administration pénitentiaire à l'AFP. Les trois hommes et le détenu ont pris la fuite.

- "Il a fait le gentil" -

"Le mode opératoire est très violent. Cela fait longtemps qu'on n'a pas vu une attaque de fourgon à l'arme automatique. C'est très choquant pour les agents, qui ont eu de très bons réflexes", a-t-on commenté à la direction de l'administration pénitentiaire. Ils ont été pris en charge "immédiatement" par les pompiers, et une cellule psychologique a été mise en place "pour les fonctionnaires de greffe qui ont assisté à la scène", a précisé la garde des Sceaux.

Un "plan de recherches" a été déclenché pour tenter de retrouver le détenu évadé et ses trois complices, impliquant notamment les gendarmes des compagnies voisines. L'enquête a quant à elle été confiée aux policiers spécialisés de la police judiciaire de Marseille.

Lundi en fin de matinée, l'arrière du palais de justice, où a eu lieu l'attaque, était bouclé, et de nombreux policiers s'affairaient sur les lieux, a constaté un journaliste de l'AFP.

Selon Karim Terki, représentant CGT pénitentiaire, "ce détenu avait déjà tenté de s'évader lors d'une précédente incarcération. L'administration est bien naïve, il a fait le gentil pendant des mois pour tenter de s'évader de nouveau".

Le détenu qui s'est évadé est âgé de 27 ans. Il était écroué, en détention provisoire, depuis le 26 septembre 2017, "pour vol avec arme, vol aggravé, association de malfaiteurs", a précisé l'administration pénitentiaire. Selon une source proche du dossier, il était poursuivi dans quatre affaires, et était notamment l'auteur de plusieurs vols de voiture avec violence, commis à Aix-en-Provence et Tarascon.

La dernière évasion spectaculaire en France remonte à fin décembre : un détenu a franchi les murs d'enceinte de la prison de Fresnes depuis une cour de promenade, en s'aidant d'un grappin de fortune fait de draps noués à un morceau de bois. Les surveillants ont tiré trois coups de feu depuis les miradors sans l'arrêter. Il est toujours recherché.

En juillet 2018, le braqueur récidiviste Redoine Faïd, s'était enfui par hélicoptère sous le nez de ses gardiens à Réau (Seine-et-Marne), grâce à deux complices, cagoulés, armés de fusils d'assaut et de meuleuses. Il avait été arrêté en octobre.

Enfin, le 4 juin 2014, un important trafiquant de drogue de Seine-Saint-Denis, Ouaihid Ben Faïza, 40 ans, incarcéré à Villepinte depuis 2011, avait été libéré par un commando armé à sa sortie d'une consultation à l'hôpital Delafontaine de Saint-Denis. Il sera condamné à 8 ans d'emprisonnement en 2016 pour cette évasion.

Posté par stetienne à 11:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 janvier 2019

elle à raison le systeme judiciaire est ubuesque et doit etre réformé de la tete au pied

trop de jugeottes trop d'avocaillons et pas assez de bagnes et prisons

Posté par stetienne à 09:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,