19 juin 2019

Loi de 1881 : «La réforme risquerait de museler la liberté d'expression», selon Dominique Pradalié

je suis contre toute forme de censure et contre la bete immonde de la censure il faut censurer les tartuffes censuers minuscule mini micron démission avant ton coupage de tete

de toute facons la vieille greluche belloubet c'est une veritable nuisance pour la France et la démocratie totalement si j arrive au pouvoir je vais la faire courir celle la je lui ferais pas de cadeau.

Posté par stetienne à 10:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
18 juin 2019

ras le bol des richards et de leur propriété prives

le riche est une plaie nationalisons tous leurs biens

la nature est à tous le monde

Les riches propriétaires de Saint-Briac-sur-Mer font plier l'Etat

NANTES (Reuters) - La cour administrative d'appel de Nantes a partiellement annulé mardi l'arrêté préfectoral qui avait autorisé en 2015 le passage des promeneurs du sentier côtier sur les propriétés de plusieurs habitants aisés de Saint-Briac-sur-Mer (Ille-et-Vilaine).

Ce sentier de promenade longe les villas et belles demeures de la famille de l'Américain John Kerry, ancien candidat démocrate à la Maison blanche, ou encore celle de l'ancien ministre français de l'Environnement Brice Lalonde.

"Cela fait quarante ans que nous faisons face, dans ce dossier, à des procédures incessantes", avait déclaré à l'audience Patrice Petitjean, le président des Amis des chemins de ronde d'Ille-et-Vilaine, qui milite en faveur du passage des piétons sur les propriétés privées des riverains.

"Mais, depuis l'ouverture [du sentier], les retours des promeneurs sont enthousiastes, les craintes apocalyptiques des riverains ne se sont pas réalisées."

La cour administrative d'appel de Nantes estime néanmoins que, sur certains tronçons, la proximité de la falaise voisine fait courir des risques pour les piétons.

Une étude produite par les propriétaires stipulait en effet que "le passage sur ce chemin présente à plusieurs endroits un risque réel pour les promeneurs", rappelle la cour dans son arrêt. Le "passage répété de nombreux promeneurs risque d'accroître et d'accélérer les phénomènes d'éboulement" de la falaise voisine, mettait en avant l'expert.

"La défense n'établit pas que cette étude de mars 2015, effectuée par un expert géologue, manquerait d'objectivité", considèrent les juges nantais. "Le préfet, en première instance, se bornait à se référer à un constat du Département d'une absence de risques, sans apporter aucun élément de nature à établir celle-ci."

Posté par stetienne à 17:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

une bonne nouvelle

pour la music le mieux c'est interdiction totale

je vois pas pourquoi on aurait a se farcir des racailles et des jeunes débiloides et leur musique de merde

deja qu on est obligé leur tronche de tete de noeud alors..................

A Marseille, la municipalité a pris la décision d’interdire le tabac – et la diffusion de musique trop forte – sur trois de ses vingt et une plages : Pointe-Rouge, Borély et Bonneveine. Il s’agit, selon l’arrêté municipal, de « protéger les non-fumeurs des dangers du tabagisme passif et de préserver le littoral des déchets (mégots, charbons) ». L’utilisation de narguilé, ou chicha, est quant à elle interdite sur toutes les plages de Marseille.

https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/05/31/la-mairie-de-paris-va-etendre-l-interdiction-de-fumer-a-52-parcs-et-jardins_5469848_3224.html

Posté par stetienne à 09:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
28 mai 2019

ce gouvernement de merde

fait taper sur les journalistes et gilets jaunes et rappatrie les sous  merdes djihadistes

des vrais pourris vivement qu on en soit débarassé

Posté par stetienne à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 mai 2019

notre dame de paris les raisons de l'incendie

tout est dit avec la rgent que va couter la reconstruction on aurait pu payer des gardiens pendant des siecles!!!!!!!!!!!!!

Posté par stetienne à 11:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 avril 2019

lamentable tout simplement

l'etat na pas à se substituer aux parents

bon ca doit etre la garce belloubet qui a soufflé cette idée aux gland chauve pour faire faire du blé à danone

et pourquoi pas leur fair leur lessive et reprisser leur chaussette quand on y est

gouvernement va expérimenter la distribution de petits-déjeuners gratuits aux écoliers de zones en difficulté, toute cette année. Ce test devrait concerner, à terme, quelque 100.000 enfants.

Le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer, le 10 avril à l'Élysée ( AFP / JACQUES DEMARTHON )Le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer, le 10 avril à l'Élysée ( AFP / JACQUES DEMARTHON )

 

La mesure sera financée à hauteur de 6 millions d'euros cette année. Pour l'heure, seuls les établissements de huit académies (Amiens, La Réunion, Lille, Montpellier, Nantes, Reims, Toulouse, Versailles) bénéficieront du dispositif, avant une généralisation à l'ensemble du territoire français à la rentrée de septembre, a annoncé le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, mardi 23 avril.

Cette promesse s'inscrit dans le cadre du plan pauvreté, annoncé en septembre dernier par le président de la République. Les écoles doivent être volontaires et appartenir à une zone REP (réseau d'éducation prioritaire), REP+ ou quartiers politique de la ville ou encore certaines zones rurales où "le besoin social est identifié".

"L'objectif est de permettre aux enfants de ne pas commencer la journée le ventre vide, de rester concentrés pendant toute la matinée et ainsi d'apprendre dans les meilleures conditions", ont expliqué le ministre et la secrétaire d'État auprès de la ministre de la Santé, Christelle Dubos, dans un communiqué. "Cette mesure participe à la réduction des inégalités, dès le plus jeune âge", ont-ils ajouté. Les deux représentants du gouvernement étaient attendus dans une école de l'Oise, mardi matin, pour partager un petit-déjeuner avec les élèves.

12 MILLIONS D'EUROS DÈS 2020

Le ministère de l'Éducation nationale pilotera ce dispositif qui sera budgété à hauteur de "12 millions d'euros en année pleine, dès 2020". Ces petits-déjeuners devront être "équilibrés et de qualité", "servis dans le respect des règles de sécurité et d'hygiène alimentaire", "ouverts à tous les enfants" et "accompagnés d'une action d'éducation à l'alimentation", a précisé le gouvernement.

Le plan pauvreté, doté de 8,5 milliards d'euros, comprend également la cantine à un euro mais aussi le revenu universel d'activité (RUA) qui fusionnera "le plus grand nombre possible de prestations", du RSA aux aides au logement, et dont "l'État sera entièrement responsable", avait annoncé Emmanuel Macron en septembre.

Posté par stetienne à 10:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
15 avril 2019

ce n est pas aux contribuable de payer pour les cassos mere célibataire

je ne vois pas en quoi une agence gouvernementale arriverait à mieux recouvrer l argent non versé des pensiosn alimentaires

faudra embaucher plein de fonc gratte papiers

bref encore une ardoise salées pour les contribuables et les classes moyennes

Grand débat : vers la fin des pensions alimentaires impayées ?

Posté par stetienne à 15:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 avril 2019

elton-john-soutient-lappel-au-boycott-dhotels-lies-au-sultan-de-brunei-

https://www.europe1.fr/international/elton-john-soutient-lappel-au-boycott-dhotels-lies-au-sultan-de-brunei-3883691

Le chanteur britannique Elton John a soutenu dimanche l'appel au boycott lancé par George Clooney contre les hôtels de luxe liés au sultan de Brunei, un petit État pétrolier qui s'apprête à instaurer la peine de mort en cas d'homosexualité ou d'adultère.

des vrais tarés du bulbe ces émirs vivement qu on leur tranche la tete

Posté par stetienne à 17:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
31 mars 2019

un nouveau scandale de ce gouvernement de merdes

https://www.lesechos.fr/economie-france/social/0600991571931-exclusif-reforme-des-retraites-pas-de-reversion-pour-les-pacses-2256424.php?xtor=EPR-130&_ope=eyJndWlkIjoiMjE1NzUyNyJ9

L'équipe de Jean-Paul Delevoye va rediscuter de la transformation des pensions de réversion dans le futur régime universel. Les couples non-mariés en seraient toujours exclus.

Tant pis pour les unions libres et les couples pacsés. Dans le cadre de la réforme des retraites , il n'est pas prévu qu'ils accèdent au droit à une pension de réversion - versée aux veufs ou veuves du conjoint décédé. C'est ce que laisse entendre le document de travail que l'équipe du haut-commissaire à la réforme des retraites Jean-Paul Delevoye a fait parvenir aux partenaires sociaux pour en discuter la semaine prochaine.

« La pension de réversion s'inscrit dans la continuité d'une obligation légale de solidarité au sein du couple. Le mariage impliquant cette obligation, il demeurerait une des conditions au bénéfice de la pension de réversion », est-il mentionné dans ce texte dont « Les Echos » ont obtenu une copie.

Sujet explosif

La possibilité d'ouvrir les droits aux non-mariés avait été laissée ouverte, suite aux séances de juin-juillet 2018, qui portaient déjà sur ce sujet explosif. La multiplication des unions libres, et la diversité des formes de vie commune, plaident pour une meilleure prise en compte des veufs et veuves ayant vécu en concubinage. Cinq mariages sont conclus chaque année pour 4 pacs. Cependant, comme l'a souligné le haut-commissariat, un mariage dure en moyenne quinze ans contre moins de trois ans pour un pacs.

Refermer cette porte permet en tout cas d'éviter un dérapage des coûts, la réversion bénéficiant  déjà 4,4 millions de personnes pour un coût de 34 milliards d' euros, soit 1,5 point de PIB. On ne devra donc pas réduire les futurs droits des couples mariés pour créer de nouveaux droits, sachant que la réforme doit se faire à budget constant.

L'option du partage des droits au moment du divorce

Comme promis en octobre, lorsque les fondements du futur régime universel ont été posés par Jean-Paul Delevoye, le document de travail réaffirme que les retraités actuels (et ceux qui partiront d'ici à 2024) conserveront leurs pensions de réversion et leurs droits à réversion en cas de décès du conjoint.

En revanche, les générations qui prendront leur retraite à partir de 2025 « bénéficieront des mêmes prestations pour chaque euro cotisé », comme promis par Emmanuel Macron via Twitter en juin 2018. Qu'ils soient indépendants, fonctionnaires, ou salariés, les mille nuances des 42 régimes de retraite actuels vont disparaître pour laisser place à une règle unique.

Tout devra être négocié pied à pied : faudra-t-il avoir au moins 62 ans pour bénéficier d'une réversion, ou avoir déjà liquidé sa propre retraite, demande le haut-commissariat ? Le montant versé devra-t-il être plafonné ? Faudra-t-il comme dans plusieurs régimes actuels gagner moins de 1.700 euros pour y avoir droit ? Y aura-t-il une durée de mariage minimale, et une suppression des droits en cas de remariage ? Pour les divorcés, l'option du partage des droits à retraite entre époux demeure ouverte : elle permet de solder les comptes dès le divorce.

Maintien du niveau de vie du conjoint survivant

Mais la grande question, non tranchée à ce stade par l'équipe Delevoye, sera celle du taux de réversion. Actuellement, on a grosso modo droit à 50 % de la pension du disparu dans la fonction publique, 54 % au régime général, 60 % chez les non-salariés. Le principe retenu est le maintien du niveau de vie du conjoint survivant.  Dans l'OCDE, la moyenne tourne autour de 50 %.

C'est aussi le taux qui permet de compenser la dissymétrie des rôles entre les femmes et les hommes, selon le Conseil d'orientation des retraites (COR), sachant qu'en moyenne au sein des couples en âge de travailler en 2011, femmes et hommes apportent respectivement 36 % et 64 % des revenus d'activité et de remplacement.

Toutefois, ajoute-t-il, une réversion à 50 % ne garantit pas en soi le maintien du niveau de vie. Pour jouer ce rôle d'« assurance-veuvage », il faudrait un taux variant entre 33 % et 67 % : la réversion ne serait plus un pourcentage de la pension du disparu, mais « la différence entre les deux tiers de la somme des pensions des deux conjoints et la pension du conjoint survivant », explique le COR dans ses travaux publiés en janvier.

Posté par stetienne à 10:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,