25 novembre 2011

Un A340 d'Air France volait avec une trentaine de vis manquantes :

Un Airbus A340 d'Air France sur le tarmac de l'aéroport de Toulouse-Blagnac © AFP/Archives  Eric Cabanis
Un Airbus A340 d'Air France sur le tarmac de l'aéroport de Toulouse-Blagnac
© AFP/Archives  Eric Cabanis

Un Airbus A340 de la compagnie Air France, qui venait d'être entièrement révisé en Chine, a dû être immobilisé mi-novembre à Boston après qu'un mécanicien a constaté l'absence d'une trentaine de vis sur un panneau de carénage, a-t-on appris de sources concordantes.

"Les A340 font également (comme les Boeing 747, ndlr) leur grande visite (révision complète, ndlr) en Chine à Xiamen et le résultat est toujours à la hauteur des ambitions de notre entreprise!", ironise le syndicat Alter dans un bulletin au personnel navigant technique (PNT) dont l'AFP a obtenu une copie.

"Dernièrement, le F-GLZR est rentré de Chine et a volé pendant quelques jours avant d'être arrêté: il lui manquait un tiers des vis sur un panneau de carénage", ajoute le texte.

Un porte-parole de la compagnie, qui a confirmé l'incident, a indiqué qu'une enquête interne était en cours. Mais il a assuré qu'"à aucun moment, la sécurité des vols" n'avait été mise en jeu et souligné que l'avion n'avait été immobilisé "que quelques heures".

"La partie de l'avion concernée est le karman de l'aile droite, un cache d'habillage situé entre l'aile et le fuselage fixé par une cinquantaine de vis recouvertes d'un joint mastiqué", a-t-il précisé, relevant que "le karman a une fonction d'habillage et ne concerne pas une zone pressurisée".

Un expert du constructeur européen Airbus a confirmé que le karman n'était pas une "pièce de structure". "Comme il ne s'agit pas d'une pièce très lourde et étant donné son emplacement, on peut supposer --sous réserve de certaines vérifications--, que si elle s'était détachée, elle serait partie avec le filet d'air", a-t-il commenté.

Mais, a-t-il toutefois reconnu, "lorsqu'une pièce se détache, il y a toujours un risque qu'elle aille percuter une pièce importante. Le trajet d'une pièce est toujours difficile à connaître".

De source syndicale, on déplore la défaillance en matière de maintenance et on rappelle que l'an passé, un Boeing 747-400 avait lui aussi été immobilisé après une grande visite en Chine: certaines parois de l'avion avaient été repeintes avec de la peinture potentiellement inflammable. L'avion avait volé pendant trois semaines.

Cette fois, l'A340 était parti de Chine le 10 novembre. Il avait atterri à l'aéroport de Roissy pour une visite de trois jours. Et l'absence des vis n'a été constatée que le 15 novembre, le panneau ayant commencé à se détacher en vol.

Selon le porte-parole de la compagnie, la présence de joint sur les vis a pu gêner l'inspection.

"Le fournisseur d'Air France qui a procédé à la grande visite est internationalement reconnu et travaille depuis plus de quatre ans pour Air France. Cet incident est le premier de cet ordre", a-t-il déclaré.

Taeco est un des leaders mondiaux du grand entretien gros porteurs, qui travaille pour toutes les grandes compagnies mondiales (Lufthansa, British Airways, American Airlines, JAL, Emirates...), a-t-il rappelé.

 

esperons que l'avion présidentiel est révisé en chine [smilie=icon_smile033.gif]

 

18 novembre 2011

Pour faire 262 km, Nicolas Sarkozy a besoin d’un Airbus présidentiel, de deux hélicos et de deux voitures blindées

gloupsss heureusement qu on est en crise hein :?

Citer:
Pour faire 262 km, Nicolas Sarkozy a besoin d’un Airbus présidentiel, de deux hélicos et de deux voitures blindées

Résultats du déplacement : 17 secondes au JT de LCI et un tacle à Martine Aubry. Ca fait cher la pré-campagne, non ?

"Comment faire compliqué et très cher pour parcourir 262 km ? Nicolas Sarkozy aurait pu prendre un Falcon et atterrir directement sur l’aérodrome de Chaumont-Semoutiers. Mais il a préféré emprunter son Airbus présidentiel pour atterrir sur la base militaire de Saint-Dizier, à 75km de là, puis monter à bord d’un des deux hélicos spécialement acheminés de Paris pour se rendre à Chaumont, où l’attendait une voiture blindée."

Or, comme la météo était incertaine, une autre voiture blindée l’attendait aussi sur la base de Saint-Dizier, au cas où le chef de l’État aurait dû faire le tronçon Saint-Dizier-Chaumont par la route ! Et un gendarme avait été posté à chaque carrefour, sur les 75 kilomètres séparant les deux villes… Pour rien, au bout du compte.

Cerise sur le gâteau, Nicolas Sarkozy a fait faire des travaux aux abords du gymnase du lycée Charles-de-Gaulle de Chaumont, lieu où se déroulait sa table ronde. "Pour éviter que le Président ne fasse un (petit) détour en passant par l’entrée principale afin d’arriver dans ce gymnase, un escalier spécial de ciment, avec rampe, et un chemin goudronné avaient été spécialement construits à son usage exclusif", raconte Le Canard. Un escalier qui lui a permis d’atteindre le vestiaire des filles aménagées en loge afin d’être coiffé et maquillé.

Le Canard enchaîné n°4748, 26 octobre 2011, page 5

Posté par stetienne à 14:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,