14 décembre 2012

aéroport de notre dame des landes zayraultman le maléfique

les arbres sont solides monseigneur leurs racines sont profondes
abattez les tous
zayraultman le maléfique obéit aux ordre du seigneur des ténèbres sarkauron et fait détruire les arbres pour construire l’aéroport de notre dame des landes pour déplacer ses légions d'orc

Posté par stetienne à 13:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 novembre 2012

notre dame des landes

aréoport,notre dame des landes,nantes,ayrault,notable,europe ecologie,projet pour la france,bocage,arbre,nature,environnement,animaux

mais a quoi servent donc les verts du gouvernement?

1071_deplace

et tout ce cachis en arbre parceque les noatabliaux nantais et leur sombre ayrault ont les chevilles qui enflent

notre dame des landes ayrault57521

Posté par stetienne à 13:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
31 octobre 2012

soutient aux opposants à l aeroport

je soutient ses protecteurs des arbres il faut mieux des arbres que des avions a gros cons

ca me fait penser au seigneur des anneaux quand les orc ayraultkaie à la solde du magicien sarhollandouman tentent de detruire la foret de fangorn pour pouvoir construire un aeroport et aeroporter les legions d'orc pour aider le seigneur des tenebres sauronsky :)

Notre-Dame-des-Landes : les opposants à l'aéroport poursuivis dans les arbres

Les forces de l'ordre poursuivaient mercredi matin leur opération d'évacuation des opposants à l'aéroport en projet à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), en grimpant dans les arbres pour les déloger et démonter leurs cabanes, a constaté un photographe de l'AFP.

Un gendarme a été blessé, en chutant au sol lors du démontage d'une première cabane située à environ 6 mètres de haut, selon la même source.

A l'aide d'échelles de corde, des gendarmes mobiles sont montés vers 9H30 dans des arbres de la forêt de Rohanne - au coeur du site réservé au futur aéroport - pour tenter de déloger une cinquantaine d'opposants réfugiés dans une dizaine de cabanes au total, construites sur les branches.

Un tir de gomme-cogne a par ailleurs été effectué par les forces de l'ordre. Les manifestants criaient "gendarmes assassins", "vous êtes dangereux". Certains, réfugiés dans une deuxième cabane, tiraient des projectiles, dont des morceaux de bois, sur les forces de l'ordre qui tentaient de les déloger.

Selon un porte-parole de l'Association des opposants au projet (Acipa), Julien Durand, la forêt de Rohanne, située sur l'emplacement du futur aéroport, sera détruite au printemps 2013.

Il a également indiqué que l'opération d'évacuation des forces de l'ordre sur le site dit du Sabot, l'un des hauts lieux de rassemblement des opposants à cet aéroport - situé à 30 kilomètres de Nantes et dont l'ouverture est prévue en 2017 - avait été "suspendue pour vice de procédure". Le site reste néanmoins encerclé par les forces de l'ordre, selon lui.

En milieu de matinée, la préfecture n'avait pas communiqué sur ces informations.

"Nous lançons un appel à créer partout en France des comités de soutien" à la lutte contre le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, a également affirmé Julien Durand, qui demande "l'arrêt immédiat du projet au président de la République François Hollande".

Mardi, de vifs affrontements ont opposé forces de l'ordre et opposants à ce projet d'aéroport porté de longue date par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, ancien maire de Nantes

Posté par stetienne à 13:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 juin 2012

Avenir du transport aérien : les spécialistes entre euphorie et inquiétude

Le transport aérien se développera-t-il impétueusement d'ici à 2050 suivant la plupart des projections de trafic, ou les avions seront-ils cloués au sol par une énergie trop chère et trop rare? Spécialistes français et européens s'interrogent.

L'Académie de l'air et de l'espace (AAE) française a réuni mercredi et jeudi à Toulouse 200 techniciens réputés sur le thème "Comment volerons-nous en 2050?", avec pour objectif de sortir début 2013 un rapport sur les perspectives techniques, économiques et commerciales du secteur, dans un environnement géopolitique sûrement bouleversé.

Alain Garcia, ancien directeur général technique d'Airbus et vice-président de l'AAE, trace les contours d'une version rose de l'histoire: "Il va y avoir un triplement de la demande de transport par avion. Mais grâce à l'amélioration de l'efficacité des avions (taille, rayon d'action), cela se traduira simplement par un doublement du trafic, et par une demande de carburant en hausse de seulement 60 à 80% par rapport à aujourd'hui grâce aux progrès faits sur les moteurs et l'aérodynamique".

Les défis sont pourtant majeurs pour trouver ce carburant car les études produites au colloque ont montré que la réserve de pétrole disponible baissera à partir de 2030-2035, et tous sont tombés d'accord pour dire qu'il n'y aura "pas de révolution technologique d'ici à 2050".

"Le moteur à hydrogène, ou nucléaire, est un rêve à la Hergé, la propulsion électrique peut être envisagée pour les tout petits avions. Mais sur les avions de transport, les moteurs électriques serviront essentiellement aux autres usages" (éclairage, climatisation, loisirs), prédit Denis Maugars, président de l'organisme public de recherche aéronautique ONERA.

"Pour longtemps encore on ne pourra faire décoller un avion qu'avec du kérosène, mais pas forcément à base de pétrole fossile", ajoute-t-il.

Eviter une crise majuscule

Pour éviter une "crise majuscule" à l'horizon 2035, résume Alain Garcia, "il faudra être prêt dès 2020 à lancer la production industrielle de biocarburants, à la fois performants en termes d'émissions de CO2 et respectant les surfaces agricoles destinées à l'alimentation".

"On a connu des échecs ces dix dernières années dans ce domaine, mais il va falloir choisir. On a huit ans pour se décider", prévient-il.

Scientifiques, constructeurs et motoristes ont mis l'accent au colloque sur l'urgence à développer les moteurs et les architectures des avions futurs dans un secteur où les produits ont une durée de vie de 30 à 40 ans.

"80% des Airbus A380 voleront encore en 2050", fait observer M. Maugars, et les A320 Néo et Boeing 737 Max seront encore là. La majorité des avions ressembleront encore beaucoup à ceux d'aujourd'hui, mais il faut vite préparer la relève, selon les participants.

La solution la plus prometteuse pour 2025 est celle des moteurs open rotors, associant un réacteur à une très grande hélice rapide à l'arrière des avions et permettant une économie de 40%, selon M. Maugars.

Une étude menée par l'ONERA avec ses homologues européens de l'EREA estime par ailleurs que l'architecture la plus envisageable pour les avions du futur sacrifierait le fuselage pour accueillir les passagers au sein d'une aile volante gigantesque.

Les participants au colloque ont souligné qu'il faudrait en outre faire feu de tout bois pour améliorer la gestion du trafic aérien, notamment par guidage satellitaire, et pour limiter la congestion aéroportuaire afin d'éviter l'embolie du système.


bon j aime pas du tout ce en respectant les surfaces agrocoles alimentaire et les autres?????????? quand on voit comme l agriculture productiviste exportatrice detruit la biodiversité ( chez moi les pres fauches 3 fois par ans il n y a plus fleur ( ils arrachent bulbe avec leur engin mecanique)plus d'insecte c est des pres tout vert ( vue la dose d'engrais qu il repande) sans vie  la ca fait vraiement peur les biocarburants qui sont tous sauf bio 

Posté par stetienne à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 novembre 2011

Un A340 d'Air France volait avec une trentaine de vis manquantes :

Un Airbus A340 d'Air France sur le tarmac de l'aéroport de Toulouse-Blagnac © AFP/Archives  Eric Cabanis
Un Airbus A340 d'Air France sur le tarmac de l'aéroport de Toulouse-Blagnac
© AFP/Archives  Eric Cabanis

Un Airbus A340 de la compagnie Air France, qui venait d'être entièrement révisé en Chine, a dû être immobilisé mi-novembre à Boston après qu'un mécanicien a constaté l'absence d'une trentaine de vis sur un panneau de carénage, a-t-on appris de sources concordantes.

"Les A340 font également (comme les Boeing 747, ndlr) leur grande visite (révision complète, ndlr) en Chine à Xiamen et le résultat est toujours à la hauteur des ambitions de notre entreprise!", ironise le syndicat Alter dans un bulletin au personnel navigant technique (PNT) dont l'AFP a obtenu une copie.

"Dernièrement, le F-GLZR est rentré de Chine et a volé pendant quelques jours avant d'être arrêté: il lui manquait un tiers des vis sur un panneau de carénage", ajoute le texte.

Un porte-parole de la compagnie, qui a confirmé l'incident, a indiqué qu'une enquête interne était en cours. Mais il a assuré qu'"à aucun moment, la sécurité des vols" n'avait été mise en jeu et souligné que l'avion n'avait été immobilisé "que quelques heures".

"La partie de l'avion concernée est le karman de l'aile droite, un cache d'habillage situé entre l'aile et le fuselage fixé par une cinquantaine de vis recouvertes d'un joint mastiqué", a-t-il précisé, relevant que "le karman a une fonction d'habillage et ne concerne pas une zone pressurisée".

Un expert du constructeur européen Airbus a confirmé que le karman n'était pas une "pièce de structure". "Comme il ne s'agit pas d'une pièce très lourde et étant donné son emplacement, on peut supposer --sous réserve de certaines vérifications--, que si elle s'était détachée, elle serait partie avec le filet d'air", a-t-il commenté.

Mais, a-t-il toutefois reconnu, "lorsqu'une pièce se détache, il y a toujours un risque qu'elle aille percuter une pièce importante. Le trajet d'une pièce est toujours difficile à connaître".

De source syndicale, on déplore la défaillance en matière de maintenance et on rappelle que l'an passé, un Boeing 747-400 avait lui aussi été immobilisé après une grande visite en Chine: certaines parois de l'avion avaient été repeintes avec de la peinture potentiellement inflammable. L'avion avait volé pendant trois semaines.

Cette fois, l'A340 était parti de Chine le 10 novembre. Il avait atterri à l'aéroport de Roissy pour une visite de trois jours. Et l'absence des vis n'a été constatée que le 15 novembre, le panneau ayant commencé à se détacher en vol.

Selon le porte-parole de la compagnie, la présence de joint sur les vis a pu gêner l'inspection.

"Le fournisseur d'Air France qui a procédé à la grande visite est internationalement reconnu et travaille depuis plus de quatre ans pour Air France. Cet incident est le premier de cet ordre", a-t-il déclaré.

Taeco est un des leaders mondiaux du grand entretien gros porteurs, qui travaille pour toutes les grandes compagnies mondiales (Lufthansa, British Airways, American Airlines, JAL, Emirates...), a-t-il rappelé.

 

esperons que l'avion présidentiel est révisé en chine [smilie=icon_smile033.gif]