29 février 2016

Sous la pression des bobos français islamophiles, l'écrivain algérien Kamel Daoud abandonne le journalisme.

Sous la pression des bobos français islamophiles, l'écrivain algérien Kamel Daoud
abandonne le journalisme.

Voici l'article qui a valu à Kamel Daoud d'être taxé d'islamophobie dans une tribune du journal "Le Monde" par un collectif de coranophiles français qui devraient être traduits en justice pour mise en danger de la vie d'autrui.
Ce collectif de connards met une nouvelle fois la vie de Kamel Daoud et de sa famille en péril, alors que l'écrivain algérien vit déjà depuis 1 an sous la menace d'une fatwa lancée par imam salafiste algérien.

Citer:
La «Colognisation» du monde.

Pour l'agresseur, cela est clair : il vient de ces terres où c'est le sexe qui est un crime, parfois, pas le meurtre. La femme qui n'est pas « fille de… », ou « épouse de… », est un butin. Une possibilité de propriété. Un sexe à prendre. Un corps à emporter sur son dos vers la broussaille. Le spectacle de la femme libre en Occident n'est pas vu comme l'essence même de la liberté et de la force de l'Occident, mais comme un caprice, un vice ambulant, une provocation qui ne peut se conclure que par l'assouvissement. La misère sexuelle du monde « arabe » est si grande qu'elle a abouti à la caricature et au terrorisme. Le kamikaze est un orgasme par la mort. Et tout l'espace social est une prison du désir qui ne peut s'exprimer que dans la violence, la dégradation, la fuite vers d'autres terres ou la prédation et la clandestinité.


http://www.djazairess.com/fr/lqo/5223781

Extrait de l'article paru "Le quotidien d'Oran" dans lequel Kamel Daoud annonce son intention de quitter le journalisme en rappelant les risques que lui font encourir ces universitaires bien-pensants, car il vit en Algérie.

Citer:

Que des universitaires pétitionnent contre moi aujourd'hui, pour ce texte, je trouve cela immoral parce qu'ils ne vivent pas ma chair, ni ma terre et que je trouve illégitime sinon scandaleux que certains me servent le verdict d'islamophobie à partir de la sécurité et des conforts des capitales de l'Occident et ses terrasses. Le tout servi en forme de procès stalinien et avec le préjugé du spécialiste : je sermonne un indigène parce que je parle mieux des intérêts des autres indigènes et post-décolonisés. Et au nom des deux mais avec mon nom. Et cela m'est intolérable comme posture. Je pense que cela reste immoral de m'offrir en pâture à la haine locale sous le verdict d'islamophobie qui sert aujourd'hui aussi d'inquisition. Je pense que c'est honteux de m'accuser de cela en restant bien loin de mon quotidien et celui des miens.


http://www.djazairess.com/fr/lqo/5224963

 

soutient a ce monsieur tres courageux rien a voir le ramassis de vieux debris de mai68attarde planque au cnrs qui nous coutent une fortune et servent a rien du tout

par contre coup de pompe au cul a ce  rammassis de degénerés boboide et de communautaristes parasites de la france

Noureddine Amara (historien), Joel Beinin (historien), Houda Ben Hamouda (historienne), Benoît Challand (sociologue), Jocelyne Dakhlia (historienne), Sonia Dayan-Herzbrun (sociologue), Muriam Haleh Davis (historienne), Giulia Fabbiano (anthropologue), Darcie Fontaine (historienne), David Theo Goldberg (philosophe), Ghassan Hage (anthropologue), Laleh Khalili (anthropologue), Tristan Leperlier (sociologue), Nadia Marzouki (politiste), Pascal Ménoret (anthropologue), Stéphanie Pouessel (anthropologue), Elizabeth Shakman Hurd (politiste), Thomas Serres (politiste), Seif Soudani (journaliste).
http://www.lemonde.fr/idees/article/201 ... _3232.html

la gueule des signataires. un ramassis de gauchistes et d'allogènes. ah elle est belle la France.

Noureddine Amara qui prépare une thèse de doctorat sous la direction de Patrick Weil sur Les pratiques de la nationalité algérienne en situation impériale. Algériens et consuls français au Maghreb et dans l’Empire ottoman, XIXe– XXe siècles

purée on a vraiment du fric à jeter par les fenêtres :o

Posté par stetienne à 14:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
09 octobre 2012

un x prix nobel de physique

dans l ocean de mediocritude de nos politicards umps une bonne nouvelle

tiens a se propos ce qui coute le plus cher par eleve pour la france c est l ena ( 3 fois l x je crois)
on les entends pas trop la dessus les enarques du gouvernement :roll:

Le Nobel de Physique à un Français et un Américain :

Le prix Nobel de Physique 2012 a été attribué mardi à un Français, Serge Haroche, et un Américain, David Wineland, spécialistes d'optique quantique et dont les travaux ouvrent la voie à des ordinateurs surpuissants et des horloges d'une précision extrême.

Le jury les récompense pour "leurs méthodes expérimentales novatrices qui permettent la mesure et la manipulation des systèmes quantiques individuels".

Ils ont ouvert "une nouvelle ère d'expérimentation dans la physique quantique en démontrant l'observation directe de particules quantiques individuelles sans les détruire", a précisé dans un communiqué l'Académie royale des Sciences de Suède.

M. Haroche, 68 ans, né à Casablanca à l'époque où le Maroc était un protectorat français, est sorti major (premier au classement) de Polytechnique. Chercheur au CNRS, et aujourd'hui professeur au Collège de France et à l'Ecole normale supérieure, il a aussi enseigné à l'école Polytechnique et à l'université Paris-VI (Pierre-et-Marie-Curie).

"J'étais dans la rue, passant à côté d'un banc, et j'ai pu m'asseoir immédiatement", a-t-il raconté au jury qui l'a joint depuis Stockholm pour recueillir sa première réaction.

Le président, François Hollande, a salué dans un communiqué un chercheur qui "a su conjuguer une réflexion théorique puissante et des expériences remarquables dans toutes les institutions françaises et étrangères où il a travaillé".

"C'est une fierté pour notre pays. Et une grande satisfaction pour toute la recherche française", a-t-il souligné. Le président lui a également rendu hommage dans un discours à la Sorbonne.

Avec son collègue de l'ENS Jean-Michel Raimond, il a réussi en 2008 à observer le passage d'un état atypique du monde quantique, régissant l'infiniment petit, à un état correspondant parfaitement à la physique classique, valable pour décrire le monde à notre échelle.

Pour cette expérience, ils ont utilisé un dispositif (une cavité tapissée de miroirs) capable de piéger pendant très longtemps des photons, ainsi qu'une méthode d'observation des photons qui ne les perturbe que très peu.

Ils ont ainsi pu observer le passage des photons d'un état atypique du monde quantique, régissant l'infiniment petit, à un état correspondant parfaitement à la physique classique, décrivant le monde à notre échelle. Ce phénomène appelé "décohérence" s'est déroulé sous leurs yeux.

La physique quantique décrit le comportement des atomes et des particules d'une façon complètement novatrice à partir du XXe siècle. Science parfaitement logique sur le papier, elle est contrairement à la physique classique souvent inconcevable dans ses implications concrètes.

M. Wineland, âgé de 68 ans comme son colauréat, docteur à l'université de Harvard, a travaillé séparément de M. Haroche. Il a dit au jury que son prix était "une merveilleuse surprise, bien sûr".

"Leurs méthodes ont beaucoup en commun. David Wineland capture des atomes chargés en électricité, ou ions, en les contrôlant et les mesurant grâce à la lumière, ou les photons", a expliqué l'Académie des sciences.

"Serge Haroche prend l'approche opposée: il contrôle et mesure des photons capturés, ou particules de lumières, en envoyant des atomes vers une trappe", a-t-elle poursuivi.

Leurs découvertes ont permis de franchir "les premiers pas vers la construction d'un nouveau type d'ordinateurs hyper rapides basés sur la physique quantique", selon le comité. Ces ordinateurs restent à concevoir.

Leurs recherches, ajoute l'Académie, doivent aussi conduire à "la construction d'horloges extrêmement précises qui pourraient devenir la base future d'une nouvelle norme de temps, avec une précision cent fois plus grande que les horloges actuelles au césium".

Ils succèdent à trois astrophysiciens spécialistes de l'expansion de l'Univers, l'australo-américain Brian Schmidt et les américains Saul Perlmutter et Adam Riess.

La physique est le deuxième Nobel décerné en 2012. Il sera suivi de de la chimie mercredi, de la littérature jeudi et de la paix vendredi. L'économie lundi finira la série.

La Fondation Nobel a diminué cette année la récompense de 20% à 8 millions de couronnes (929.000 euros) contre 10 millions depuis 2001. Les deux lauréats qui se partageront le prix le recevront lors d'une cérémonie officielle à Stockholm le 10 décembre, date anniversaire de la mort du fondateur du prix, l'industriel suédois Alfred Nobel.

Posté par stetienne à 16:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,