22 septembre 2011

le mamouth s'enlise de plus en plus

Des tests effectués en 2003 et 2009 sur un échantillon de collégiens scolarisés en troisième montre que la proportion des élèves les plus faibles augmente (de 15 à 17,9 %). De même, en l’espace de six ans, la part des plus performants a chuté de 10 à 7,1 %.

Un recul que corroborent les études internationales : selon l’enquête Pisa, réalisée au sein de l’OCDE auprès d’élèves de 15 ans, les Français sont passés de la 12e à la 18e place en lecture entre 2000 et 2009. Sur la période 2003-2009, ils ont été rétrogradés de la 13e à la 16e place en mathématiques.

Cet échec va de pair avec différents phénomènes, comme l’absentéisme (absences non justifiées équivalant au moins à quatre journées et demie par mois) qui concerne 275 000 élèves par an, et le décrochage scolaire (cumuler au moins dix journées et demie d’absence injustifiée), qui en touche 120 000 chaque année.

Également préoccupant, le nombre des « perdus de vue », évalué à 180 000 sur la période allant de juin 2010 à mars 2011. Il s’agit de jeunes de plus de 16 ans, déscolarisés, sans diplôme, sans formation et qui ne bénéficient d’aucun suivi.

http://www.la-croix.com/Actualite/S-inf ... -16-712099

Posté par stetienne à 10:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
05 septembre 2011

Les nouveautés de la rentrée scolaire 2011 et mes commentaires

Les nouveautés de la rentrée scolaire 2011

ecole-tableaux-5

 

 

 

L'année scolaire 2011-2012 débute sur de nombreux débats : suppressions de postes, cours de morale, polémique sur l'identité sexuelle... Mais concrètement, quelles sont les grandes nouveautés de cette rentrée pour les élèves ?

 

 En primaire
 

 Des cours de morale au quotidien
Les cours de morale débuteront dès cette année en primaire et les enseignants devront user de petites phrases, images et autres maximes. Objectif : que les enfants apprennent à distinguer le bien du mal, développent le respect d'eux-mêmes et des autres...  "Des lectures, des récits ou des événements présentant une problématique morale peuvent être aussi utilisés comme supports de travail et prendre la forme d'un dilemme ou d'une alternative", explique la circulaire envoyée aux directeurs d'écoles. "Il est recommandé d'y consacrer un temps régulier et quotidien. (...) Le début de la journée est particulièrement approprié à cet exercice car il permet de placer le travail qui va suivre sous le signe des principes qui auront été dégagés."

 ma maxime preferée pour le 93 et vaux en velin: dans le cochon tout est bon :)

Au collège et au lycée

 Cours le matin, sport l'après-midi
Cette initiative ne concerne pas toutes les classes de France, loin de là. Mais le nombre d'établissements dans lesquels les enfants ont cours le matin et pratiquent des sports l'après-midi passe cette année à 250 collèges et lycées. 15 000 jeunes testeront ainsi ce rythme scolaire sur le modèle allemand en 2011-2012 et plus particulièrement dans des quartiers difficiles.

ridicules remarque au moins ca crevera( peut etre) les racailles des zep et autres bidules pis de toute facons ils sont nuls alors.... mais dans les cours de preparation a lx ou les elites mettent leur rejetons je doute fort qu ils fassent du sport l apres midi

 

 Le dispositif Eclair
Pour le ministre Luc Chatel, il faut "expérimenter une plus grande autonomie des établissements scolaires, notamment quand ils accueillent des enfants en difficultés". Les établissements qui font partie du réseau Eclair pourront donc développer un "projet pédagogique et éducatif spécifique". Le recteur recrute tout le personnel éducatif, administratif, social et de santé sur proposition des chefs d'établissements. Les enseignants postulent ainsi sur des postes à profil et disposent d'une lettre de mission.Ce réseau concerne cette année  297 collèges, 28 lycées et même environ 2100 écoles primaires.

encore un gadget couteux et inutiles


Au collège

 

 La 3e prépa-pro
Certains y voient une menace pour le collège unique. A partir de cette rentrée, des élèves volontaires de troisième expérimenteront la "3e prépa-pro". Ils pourront ainsi passer le brevet au sein d'un lycée professionnel. Objectif affiché : permettre à ces élèves de se familiariser avec les filières du professionnel. Découverte des métiers et des formations des lycées professionnels, visites, stages d'initiation en entreprise ou dans d'autres structures seront proposés à ces jeunes. Ces élèves pourront revenir vers un parcours classique si le lycée professionnel ne les tente finalement pas.

le college unique a ete une grosse erreure de toute facons on doit pourvoir travailler des 14 ans en france

 Evaluations en 5e
Les collèges volontaires pourront faire passer des évaluations à leurs élèves de 5e cette année. Ces tests de maths et de français ressemblent, sur la forme, à ce qui existe déjà en CE1 et à la fin de la primaire au CM2. La possible généralisation de ces évaluations, pour l'instant à l'état d'expérimentations, pourrait déclencher les foudres des syndicats d'enseignants et associations de parents d'élèves.  

 

Au lycée

 

 De la philo dès la seconde
Autre expérimentation pour cette rentrée 2011, la philosophie dès la seconde. Cette initiative ne concerne pas les 4 277 lycées de l'hexagone mais 300 établissements. Il ne s'agira que d'une introduction à la philosophie. Pour les élèves de seconde et de première concernés, cette matière sera intégrée au cours d'éducation civique, juridique et sociale.

ferait mieux de faire du francais ou de l'anglais mille fois plus utile que ce machin

 "Accompagnement personnalisé" en 1re
Cet accompagnement personnalisé concerne toutes les filières de 1re. Deux heures seront ainsi intégrées à l'emploi du temps hebdomadaire. Au programme : soutien scolaire, approfondissement des cours mais également aide à l'orientation. Les élèves devraient aussi pouvoir participer à des stages de remise à niveau ou bénéficier d'un tutorat.

zzzzz encore un machin ou ils vont se faire faire leur devoir par gentil aide educateur fils a papa proviseur ou enseignant

 Le bac histoire-géo en 1re S
Avant, les élèves qui suivaient la filière scientifique au lycée passaient leur épreuve d'histoire-géographie en terminale, en même temps que leurs "grosses" épreuves de sciences notamment. Désormais, ils plancheront dès la fin de la classe de 1re.

devrait le mettre en seconde comme ca programme encore plus leger mouarffffffffffffffffffffff

 1re L : de la littérature en langue étrangère
A partir de la rentrée, chaque semaine, les élèves de la filière littéraire se verront dispenser en 1re un cours de littérature étrangère d'une durée de deux heures. Et ceci en langue étrangère. Ces élèves choisiront également un enseignement obligatoire parmi les matières suivantes : arts, arts du cirque, latin, grec, langue vivante 3, langues vivantes 1 ou 2 approfondies, mathématiques.
arts du cirque tres utile vu que la france est un grand cirque maintenant

 Des manuels scolaires de SVT maintenus
En cause : quelques paragraphes qui expliquent que l'identité sexuelle d'un individu n'est pas seulement biologique mais aussi déterminée par son environnement. Les manuels de Sciences de la vie de la terre en question sont ceux des élèves de 1re et ils scandalisent 80 députés UMP. Mais si ces livres développent la "théorie du genre", ils ne seront pas pour autant retirés des classes.  "Je n'ai rien à redire sur les programmes. (...) Il y a une liberté éditoriale des éditeurs. Moi, je fais confiance à la liberté pédagogique des enseignants", explique le ministre de l'Education nationale Luc Chatel. Les ouvrages incriminés ne disparaîtront donc pas des salles de cours. Les professeurs pourront ou non aborder ces questions avec leurs élèves de 1re.
bon courage aux gnangnants dans les banlieues couscouteuses homophobes

 Classes techno dans les lycées d'élite
Le prestigieux lycée Louis-Le-Grand ouvre une section technologique. C'est la "grande fierté" du ministre Luc Chatel qui y voit une "avancée considérable". Quatre lycées parisiens réputés lancent ainsi cette nouvelle filière Sciences et technologies de l'industrie et du développement durable (STI2D). Outre Louis-Le-Grand, ces classes de 1re et terminale seront proposées à Janson-de-Sailly, Chaptal et Henri-IV. Objectif : donner une meilleure image des filières technologiques en les associant aux établissements élitistes. 

bof les eleves pas chiants mais pas doués sont abandonnés a leur triste sort dans leur banlieue merdique

 

bref pas de quoi sortir le mamouth de ses sables mouvantsses jours sont compté

Posté par stetienne à 20:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
02 septembre 2011

c est la rentrée scolaire

« Les Nations, comme les civilisations, sont mortelles » — et meurent fort bien de leur école, comme on meurt d’un cœur épuisé. [...] le désastre est là, dit Cassandre, dans cette école aux murs écroulés où nous avons laissé entrer les chevaux de Troie du pédagogisme, du constructivisme, des intérêts privés et du crétinisme réunis. « L’école n’est plus l’école de la République » — mais y a-t-il encore une République (et un pilote dans l’avion) pour sauver l’école ? [...] On ne dira jamais assez combien le libéralisme bête a trouvé dans les obsessions anti-élitistes des pédagogistes l’aliment idéologique qui lui manquait. Désormais, c’est sûr, le Bac n’est plus cet examen « qui, horreur !, permettait aux fils ou petits-fils de paysans ou d’ouvriers de devenir médecins ou magistrats ». D’ailleurs, d’ici peu il sera distribué par les établissements eux-mêmes, tout contents d’exercer leur droit imprescriptible à l’autonomie et de couronner ainsi leur auto-évaluation, auto-congratulation, auto-mutilation et autres merveilles pédagogiques du XXIème siècle. Sans notes, ces pratiques d’un autre âge assimilées à des brimades insupportables… [...] Ici et maintenant que l’on a suicidé les vrais impératifs pédagogiques sous une « conception purement économique et techniciste de l’éducation ». « En termes crus », la machine-école fabrique 10% de cadres (il n’en faut pas plus, prétend l’OCDE) dans ce qu’il reste d’établissements prestigieux, « images d’Epinal » soigneusement entretenues dans la naphtaline des beaux quartiers, et 90% de racailles taillables et corvéables à merci, formés dans des Zones d’Exclusion Programmée, et remplacées, à terme, par des sous-traitants installés dans des paradis sous-développés. Désormais, l’école des pauvres fabrique des pauvres. Et même des barbares, note Polony. Le produit de l’Ecole du XXIème siècle, ce sont « des jeunes qui ont passé douze ou treize ans de leur vie sur les bancs de cette école française, dénués de toute compassion, de toute capacité d’identification à l’autre, capables d’actes relevant de la plus pure barbarie ». Le barbare, c’est d’abord celui qui ne sait pas parler — et qui finit par vous massacrer. Ne nous y trompons pas : c’est ce que l’Europe, l’OCDE, et la mondialisation exigent désormais de l’Ecole. [...] « De la civilisation héritée de l’Humanisme et des Lumières, il n’y a plus trace dans l’esprit d’une jeunesse sans mémoire, soumise à l’air du temps et à la concurrence généralisée. La tyrannie des imbéciles étend son empire, et le Nouvel Observateur, organe de l’air du temps, peut devenir sa nouvelle Pravda… » [...] Un retour en arrière est nécessaire pour expliquer le débat entre « pédagos » et « républicains ». Polony se lance donc dans une analyse des pédagogies nouvelles « pour les nuls », expliquant qu’une idéologie — le « constructivisme », en fonction duquel l’élève « construit ses savoirs tout seul » sans passer par la médiation intellectuelle d’un maître désormais réduit au rôle d’« animateur du groupe-classe » — a fini par se donner pour une pratique, et exclut automatiquement tous les (vrais) pédagogues qui ne souscrivent pas à ses oukases. Pour le grand public, ce sera sûrement instructif. Autant désigner au bon peuple ceux qui détruisent lentement et sûrement ses enfants depuis les années 1980. Avec un peu de chance, les classes laborieuses redevenues dangereuses pourraient être tentées de mettre leurs têtes d’œuf au bout de leurs fourches. Il est tout de même sidérant que tant d’apparatchiks survivent et prospèrent en détruisant sur leur passage de carriéristes lèche-culs l’école qui les a formés, eux — et qu’ils veulent interdire à tous les autres, pour être les derniers à y avoir appris quelque chose. [...] Parmi ces « bonnes pratiques », la question de l’apprentissage de la lecture est au cœur du débat. Quand les élèves n’entendent plus ce qu’on leur dit, quand ils ne parviennent à retranscrire le discours de l’enseignant que par une bouillie verbale incompréhensible, on peut effectivement penser qu’un crime quelque part s’est commis, qu’une génération entière a été sacrifiée — et va porter longtemps, économiquement parlant, cette tare si patiemment greffée par des pédagogues si prétentieusement incompétents.