08 septembre 2011

Le rapport de Terra Nova donne la priorité au primaire et à l'éducation prioritaire :

bon pour moi cest une bande de debile mentaux  c'est la qu on se rend compte que le ps est un partie sans avenir et sans idée et qui va perdre de plus en plus d'electeurs francais.

deja moi je suis pour la suppression totale de la carte scolaire et la liberté totale de choix des parents.

ensuite oui le primaire est important mais il faut vraiement recentrer sur les savoirs fondamentaux: lire ecrire compter dessiner et pour cela pas besoin d'embaucher plus d'enseignant de gauche contrairement a ce que dise ses bouffons de terra nova mais vraiement recentrer le travail de lenseignant sur ses savoirs fondamentaux  et en finir avec tous les pedagogos qui hantent les couloirs des rectorats et du ministere de l'education nationale( a ce niveau je ne suis pas contre une regionalisation en donnant beaucoup plus d'independance aux regions une maniere comme une autre de mettre ce systeme sclérosé en concurence)

quand aux eleves fauteur de trouble ils doivent exclus et l on doit retirer les allocs aux parents pour les responsabiliser point barre

La fondation Terra Nova, proche du PS, prône de réinvestir fortement dans le primaire et l'éducation prioritaire, en créant notamment 10.000 postes par an durant le quinquennat dans l'Education nationale, dans un rapport sur l'école en 2012 dont l'AFP a eu copie jeudi.

Selon Terra Nova, "l'école primaire" (maternelle et élémentaire), sous-dotée en France par rapport à la moyenne des pays de l'OCDE, doit bénéficier d'une "priorité de financement et de politique éducative". Elle "sera la principale destinataire des postes nouvellement créés ou redéployés".

Autre priorité : "la politique de l'éducation prioritaire sera relancée" et ses établissements "verront leurs moyens renforcés", tandis qu'il ne faudra "pas augmenter les dépenses dans les établissements privilégiés".

"Après cinq années de réduction de moyens, l'école doit disposer de nouvelles ressources, notamment en personnel, mais celles-ci doivent être affectées de la manière la plus efficace et la plus équitable afin de reconstruire la confiance envers l'école et dans l'école", a commenté à l'AFP le sociologue François Dubet, l'un des rapporteurs du texte.

Terra Nova évalue les coûts de l'ensemble de ses propositions à 5,9 milliards d'euros par an pendant cinq ans.

Mais les créations de postes (10.000 par an) et les aspects de rémunérations, estimés entre 3,5 à 4 milliards par an, seront "en partie financés par l'arrêt progressif, pour ne pas avoir d'effet brutal sur le salaire des professeurs, des heures supplémentaires défiscalisées" (1,3 milliard par an aujourd'hui dans l'Education nationale).

Terra Nova prône aussi une "évolution" des obligations de services des enseignants, afin d'"introduire dans le temps de travail un volant d'heures hors de la présence en classe", mais "contre une revalorisation négociée". Cette évolution serait liée à un allongement de l'année scolaire.

La fondation suggère aussi d'arrêter "les dérives" de l'assouplissement de la carte scolaire et d'"ouvrir un droit à la formation jusqu'à 18 ans".

Intitulé "Ecole 2012: faire réussir tous les élèves", ce rapport est la 14ème contribution thématique de Terra Nova en vue de la présidentielle de 2012.