02 décembre 2016

Députés-patrons : des attachés parlementaires dénoncent leurs conditions de travail

http://www.boursorama.com/actualites/de ... b9a0cc4152

http://www.boursorama.com/actualites/de ... b9a0cc4152

J'étais son grouillot de service payé 2 000 € net par mois. » Il décrit ces cinq ans aux côtés d'une des députées PS chargées des questions sociales passés essentiellement à « aller faire ses courses, chercher les valises de ses enfants, la prendre en photo quand elle était en séance ».

Posté par stetienne à 09:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08 juillet 2016

Mariton veut taxer les pauvres

ps ump humour travail senateur depute humour rsa chomeur

Adversaire acharné du mariage pour tous, ultralibéral décomplexé, le député LR de la Drôme veut supprimer notre système d’impôt sur le revenu à taux progressif (plus le revenu est important, plus le taux d’imposition est élevé) pour le remplacer par un système à taux unique. Conséquence : même des personnes vivant sous le seuil de pauvreté paieraient des impôts (192 euros par an pour un célibataire sans enfant percevant 800 euros par mois). Le même avec un Smic (1 135 euros de salaire net) paierait 747 euros par an alors qu’aujourd’hui il n’est pas imposable.

Le «Mariton fiscal-système» est simple : les revenus inférieurs à 10 000 euros par part fiscale sont taxés à 2 %. Au-dessus, le taux est de 15 %. La règle vaut pour tout le monde : que le revenu du ménage soit de 20 000 euros ou de 100 000 euros par an, tout cela au nom de l’égalité devant l’impôt.

Mais on a beau faire les calculs dans tous les sens, avec la «flat tax», les plus pauvres, les plus modestes, mais aussi la petite classe moyenne paieraient systématiquement plus qu’aujourd’hui. Comme le prince Jean dans Robin des bois, Mariton veut faire payer les pauvres car ils sont plus nombreux.



http://www.liberation.fr/france/2016/07 ... 1467879675

Posté par stetienne à 20:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 mars 2016

a faire absolument

supprimer tous les avantages des députes et minsitre ( mettre retraite de base ) et ce rétroactivement dans le temps

supprimer le senat qui sert a rien du tout

projet pour la france train de vie des élus ps ump

Posté par stetienne à 09:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 septembre 2015

pendant ce temps la

ps,hollande,député,sénateur,salaire,avantage,impot,chienlit,canaille,racaille du haut,pourriture,ump,projet pour la france

bon ils nous tannent avec les refugies  mais ils continuent a s'en mettre plein les fouilles

Les dérives des indemnités parlementaires à nouveau épinglées

une belle bande de pourris les députés umps vivement que marine nous debarasse définitivement de cette chienlit

Posté par stetienne à 09:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 mai 2015

parlement-des-retraites-en-or-massif

parlement-des-retraites-en-or-massif

 

les memes trouducul qui s'etonennt de la monte du fn

ils auraient du regarder l'émission sur louis 16  et sa coupe au ras de la nuque car ils risquent de finir pareil

Posté par stetienne à 20:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
12 juin 2012

élections législatives

les gens sont gavés de ses élections surtout que ca n amene aucun changement on remplace gugusses escrocs par d'autre escrocs

mes propositions:

une elections en un tour a la proportionnelle integrale

suppression de l'affichage electorale

Posté par stetienne à 13:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 mai 2012

Une indemnité pour frais de mandat des députés sur la sellette :

Les députés disposent, outre leur indemnité parlementaire, d'une enveloppe pour couvrir les frais de leur mandat mais l'absence de transparence sur son utilisation alimente les suspicions, comme l'illustre la mise en cause vendredi par deux médias de l'un d'entre eux.

Pascal Terrasse, député socialiste de l'Ardèche, a utilisé son indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) pour des dépenses personnelles, tels des billets de train pour sa famille, sa cotisation de parlementaire au PS et surtout des voyages privés au mois d'août, en Espagne, au Sénégal et en Egypte, selon le site Mediapart, qui publie notamment des fac-similés de son compte bancaire dédiés à cette indemnité.

L'hebdomadaire Marianne publie en partie les mêmes documents, en ne donnant toutefois pas le nom du député, car "son cas n'est qu'un parmi des dizaines" et qu'il "ne serait pas juste, dès lors, de le pointer du doigt plus que ses nombreux comparses".

Le député a vivement réagi en accusant Mediapart de livrer "en pâture" sa vie privée, en se fondant sur des "relevés bancaires personnels" qui ont "été volés", et en soulignant être "en conformité avec la loi".

"Jusqu'à preuve du contraire, un élu dispose de ses indemnités et cette ingérence dans l'usage que je fais de mes revenus personnels n'a d'autre effet que de stigmatiser les élus dont on sait qu'il est de bon ton de les dresser contre leurs concitoyens", a ajouté M. Terrasse dans un communiqué.

L'indemnité représentative de frais de mandat, d'un montant de 6.412 euros par mois, doit permettre aux députés "de faire face aux diverses dépenses liées à l'exercice de leur mandat qui ne sont pas directement prises en charge ou remboursées par l'Assemblée", selon le site de l'Assemblée nationale. Elle est virée sur un compte bancaire à part.

Elle est distincte de l'indemnité parlementaire proprement dite, de 7.100,15 euros brut par mois, dont le député dispose à sa guise, puisqu'il s'agit de sa rémunération, et d'un crédit mensuel de 9.138 euros pour le salaire de ses collaborateurs, qu'il doit reverser à l'Assemblée ou à son groupe s'il ne l'utilise pas en totalité.

En revanche, aucune obligation ne s'attache à l'IRFM. Une proposition de loi du député Vert François de Rugy sur la transparence de la vie publique, qui aurait notamment obligé les députés à rendre publique l'utilisation qu'ils font de cette somme, a été rejetée en décembre par la majorité de droite de l'Assemblée, la gauche votant pour.

"Adopter ce texte, c'est présumer coupables les élus", avait alors estimé au nom de l'UMP le député Claude Bodin.

Le député Nouveau Centre Charles de Courson avait prêché dans le désert, en proposant lors d'une discussion budgétaire en 2009, que la Cour des comptes puisse "vérifier, sur un échantillon tiré au hasard, s'il est fait bon usage" de l'IRFM.

François de Rugy a publié en 2011 sur son blog l'utilisation de son IRPM, principalement le loyer de sa permanence de circonscription, et l'édition d'un journal distribué à ses électeurs.

Jean-Jacques Urvoas et Arnaud Montebourg (PS) avaient fait de même en 2009, avec là aussi une grande part des dépenses liées à leur permanence, ainsi que l'apparenté socialiste René Dosière.

Ce dernier consacrait notamment 1.700 euros à sa permanence, 700 euros à accroître les dépenses de rémunération de ses collaborateurs, 900 euros à des frais de restaurant "liés à l'activité parlementaire", 800 euros à des frais de déplacement et 200 euros à un "surcoût d'habillement".

M. Dosière, se déclare, dans une interview à Marianne, pour un contrôle de l'IRFM, non par le gouvernement, qui pourrait s'en servir pour "faire pression sur les élus", mais par "l'Assemblée elle-même", qui déciderait que "la partie de l'IRFM non utilisée pour des frais parlementaires serait rendue"

Posté par stetienne à 19:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
29 janvier 2012

Pays membres de l'UE: modes d'élection de leurs députés

Ci-dessous la liste des modes de scrutin pour les élections de l'équivalent des députés de l'Assemblée Nationale, dans chacun des pays membres de l'UE.

Il ressort de cette liste que:

-21 pays utilisent uniquement la proportionnelle, avec généralement des méthodes de pondération destinées à favoriser les partis ayant obtenu le plus de voix (la méthode d’Hondt pour au moins 8 d’entre eux).

Parmi ces 21 pays :

*19 pays utilisent des scrutins « à listes » (les électeurs votes pour des listes et non pour une personne seule). On peut citer comme cas particuliers la Suède qui utilise la méthode de Saint-Laguë, la Grèce qui accorde une prime de 40 députés sur 300 au parti ayant obtenu le plus de voix, et l’Italie qui accorde la majorité des sièges à la coalition arrivée en tête, ce qui l’éloigne d’une représentation à la proportionnelle (ce pays devrait sous peu réformer son mode de scrutin pour un système mixte).

*2 pays (Irlande, Malte) utilisent le système à vote unique transférable, système proportionnel utilisant le vote nominal (pour des personnes et pas pour une liste).

- 4 pays, L’Allemagne , Roumanie, la Lituanie et la Hongrie (a priori 5 bientôt avec l’Italie) utilisent un système mixte (proportionnelle+système majoritaire) :

* Une partie des députés (la moitié généralement) est élue à la majorité (on vote pour une personne dans une circonscription, et celui ou celle qui a le plus de voix est élu). L’autre partie est élue à la proportionnelle.

- 2 pays utilisent uniquement le vote majoritaire (pas de proportionnelle) : France et Royaume-Uni.


Mode de scrutin par pays :

- Allemagne : système mixte à finalité proportionnelle (http://www.assemblee-nationale.fr/connaissance/allemagne.asp)
- Autriche : proportionnelle
- Belgique : proportionnelle, méthode d’Hondt
- Bulgarie : proportionnelle
- Chypre (partie grecque) : 56 membres élus à la proportionnelle, 3 sièges pour les minorités (arméniennes, catholiques romaines, maronites)
- Danemark : proportionnelle
- Espagne : proportionnelle, méthode d’Hondt
- Estonie : proportionnelle, méthode d’Hondt
- Finlande : proportionnelle
- France : scrutin uninominal majoritaire à deux tours
- Grèce : proportionnelle avec prime de 40 sièges (sur 300) pour le parti vainqueur.
- Hongrie : système mixte, 176 membres élus au scrutin majoritaire à un tour, 158 à la proportionnelle, 58 sièges « de compensation » pour les votes n’ayant pas produits de siège.
- Irlande : proportionnelle, scrutin à vote unique transférable
- Italie : proportionnelle avec prime pour la coalition arrivant en tête, lui garantissant la majorité. Projet de referendum pour 2012, rétablissement un scrutin uninominal majoritaire pour les ¾ du parlement, le quart restant étant désigné à la proportionnelle.
- Lettonie : proportionnelle
- Lituanie : système mixte, 70 sièges à la proportionnelle (vote unique transférable), 71 sièges au scrutin majoritaire uninominal
- Luxembourg : proportionnelle, méthode d’Hondt
- Malte : proportionnelle, scrutin à vote unique transférable
- Pays-Bas : proportionnelle, méthode d’Hondt
- Pologne: proportionnelle, méthode d’Hondt
- Portugal : proportionnelle, méthode d’Hondt
- République Tchèque : proportionnelle, méthode d’Hondt
- Roumanie : mixte à vocation proportionnelle, comparable au système allemand
- Royaume-Uni : uninominal majoritaire à un tour
- Suède : proportionnelle, méthode de Saint-Laguë pour 310 sièges, 39 sièges compensatoires destinés à se rapprocher au maximum de la représentation des votes.
- Slovaquie : proportionnelle
- Slovénie : 88 membres élus à la proportionnelle, 2 membres pour les minorités ethniques (hongroises, italiennes)

Posté par stetienne à 14:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 septembre 2011

sénateur

comme je lai deja dit il y a deux choses à supprimer d'urgence en france si on ne veut pas finir comme les grecques

le sénat et l ena

dessin-flock-clubic-nos-deputes-ont-du-talent

 

Posté par stetienne à 09:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,