09 juin 2019

les turcos des vrais abrutis

hier ces abrutis turquos qui vivent en France   on kalxonné pendant uen heure  démontrant leur mépris du pays dans lequel ils vivent

je suis personnellement pour le renvoi immediat au bled eux et leurs familles de dégenerés ( de toute facons la France n'a absolumement pas besoin de cette immigration de merde il vaut mieux instaurer la décroissance on vivra 1000 milliard de fois mieux)

en plus leur petit nazillon erdogan commence à faire chier tous le monde

 et il serait grand temps que les usa lui calotte un peu la gueule à ce petit nabot de l islam( je dis usa car de toute facons c est pas l europe qui va le faire lol nos militaire et politicards collabos en sont bien incapables)

/micro-europeen-linsupportable-menace-dankara-contre-la-republique-de-chypre

Posté par stetienne à 14:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 avril 2019

Un homme jugé pour avoir appelé les policiers au suicide !!!!!!

la c 'est du grand n 'importe quoi

encore qu on l'arrette si il avait lancé pavés sur les flics je veux bien ca serait normal mais la!!!!!!!!!!!!!!!!

toute cette histoire va mal se terminer la guillotine va faire son grand retour on est de plsu en plus en dictature microniene

micron le minuscule démission

PARIS (Reuters) - Un homme soupçonné d'avoir appelé des policiers à se suicider lors des manifestations de "Gilets jaunes" du 20 avril à Paris et arrêté samedi dernier a été déféré lundi au tribunal en vue de sa comparution immédiate dans l'après-midi, a-t-on appris auprès du parquet de Paris.

Il avait été placé en garde à vue pour outrage en réunion à personne dépositaire de l'autorité publique.

Le 20 avril, des manifestants avaient crié "Suicidez-vous, suicidez-vous" aux forces de l'ordre, alors que les policiers sont touchés par une vague de suicides depuis début 2019 - 28 en moins de quatre mois.

Ces cris ont suscité une vive émotion dans les rangs des syndicats de policiers mais aussi dans la classe politique et le parquet avait annoncé le 21 avril l'ouverture d'une enquête.

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a inauguré lundi une cellule alerte prévention suicide pour les policiers.

Posté par stetienne à 16:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 décembre 2018

Inflation, corruption, inégalités,surnatalité: le cercle vicieux de la paupérisation d'Haïti

comme les pays d'afrique haiti souffre de la corruption,inégalités,surnatalité, du à  sa classe politique sauf que la ils peuvent pas accuser la france de colonialisme et les vialains racistes comme ils savent si bien le faire sans se remettre en question

le seul truc à part c est que la religion n y est pour rien pour une fois.

il faut qu ils fassent la révolution et qu ils tranchent la tete de leur dictateur c est tout( en france on a fait plein de révolution avant d'arriver à un peu de démocratie)

Vue aérienne du quartier Fort National de Port-au-Prince, le 13 décembre 2018 ( AFP / HECTOR RETAMAL )Vue aérienne du quartier Fort National de Port-au-Prince, le 13 décembre 2018 ( AFP / HECTOR RETAMAL ) <

Dans le dédale des constructions anarchiques qui s'étale sur les collines de Port-au-Prince, les Haïtiens les plus pauvres subissent durement les conséquences d'une forte inflation, d'une corruption au long cours et, depuis quelques mois, de la dévaluation de la monnaie.

À Fort National, quartier à moins d'un kilomètre du palais présidentiel, maisonnettes en béton et simples abris de fortune en tôles et bâches de plastique se serrent le long de chemins étroits, parcourus d'eaux usées et jonchés d'ordures.

Henry Germain cherche auprès de ses voisins un petit boulot pour pouvoir acheter son repas du soir. En vain. Sans travail depuis dix ans, il ne survit que grâce aux quelques dizaines de dollars envoyés chaque trimestre par un cousin vivant aux États-Unis.

"En décembre, comme il y a plein de fêtes, j'avais l'habitude de me faire plaisir, d'acheter des chaussures neuves et de nouveaux vêtements. Cette année, je peux rien faire, les prix sont trop chers: tout part dans la nourriture", confie l'homme de 44 ans.

Des vêtements, Elina Jean-Louis n'en manque pas. Sa petite maison aux murs de tôles est encombrée de textile d'occasion, mais elle ne veut plus se rendre au marché le revendre à cause des gangs qui s'y affrontent pour en prendre le contrôle.

"De toute façon, les clients refusent de payer plus alors que moi j'achète les lots de vêtements bien plus cher qu'avant", se lamente cette commerçante de 32 ans, contrainte aussi désormais à se restreindre au quotidien.

"Avant, j'achetais régulièrement du poulet, mais je ne peux plus me le permettre. Même les bananes sont devenues trop chères pour moi", confie-t-elle, tout en veillant à ce que son fils de 4 ans finisse son assiette de riz accompagné seulement de légumes.

Pour Elina et Henry, "avant" remonte au temps où la gourde était stable par rapport au dollar américain. Mais depuis l'été, la monnaie haïtienne a perdu près d'un tiers de sa valeur.


Une dévaluation lourde de conséquences dans un pays important quatre fois plus qu'il n'exporte. Insupportable pour les 60% de la population qui vivaient déjà sous le seuil de pauvreté, la hausse des prix induite est également rude pour la classe moyenne déjà très réduite.

- Cohabitation -

"Beaucoup de parents ont des difficultés pour scolariser leurs enfants car ils doivent choisir entre mettre de la nourriture sur la table et envoyer l'enfant à l'école", relève l'économiste Kesner Pharel, s'inquiétant des inégalités grandissantes.

Un bidonville s'étire au pied d'une colline où sont baties des villas cossues à Pétion-Ville (Haïti), quartier de Port-au-Prince, le 14 décembre 2018
Un bidonville s'étire au pied d'une colline où sont baties des villas cossues à Pétion-Ville (Haïti), quartier de Port-au-Prince, le 14 décembre 2018 ( AFP / HECTOR RETAMAL )Un bidonville s'étire au pied d'une colline où sont baties des villas cossues à Pétion-Ville (Haïti), quartier de Port-au-Prince, le 14 décembre 2018 ( AFP / HECTOR RETAMAL )

"Les chiffres sont édifiants: les 20% les plus riches d'Haïti contrôlent plus de 60% des richesses et les 20% les plus pauvres ont moins de 2% des richesses. Cette cohabitation de villas et de bidonvilles est une situation explosive, un cocktail extrêmement dangereux comme on l'a vu en juillet", prévient-il.

La tentative du gouvernement le 6 juillet d'augmenter le prix des carburants jusqu'à 51% a entraîné une révolte à travers le pays, avec des violences en particulier à Port-au-Prince où des incendies volontaires et des pillages ont été répertoriés. Au moins quatre personnes ont été tuées.

Pour essayer de répondre aux besoins les plus urgents, l'exécutif a présenté jeudi devant le parlement une loi de finances prévoyant de doubler le budget du ministère de la Santé, tandis que celui du ministère des Affaires sociales bondirait de plus de 40%.

Pour financer ces mesures, le gouvernement table sur une augmentation de 75% des recettes douanières. Elle semble présager un plan de lutte contre la contrebande.

Sur la seule frontière terrestre, avec la République dominicaine, la perte pour l'État haïtien en droits de douane est estimée à 500 millions de dollars par an.

"On ne parle pas là de ceux qui passent à moto ou à dos d'âne, mais de gros camions voyageant avec des gens lourdement armés et qui passent comme ça, sans déclarer leur marchandise", dénonce George Sassine, président de l'association des industries de Haïti.

Selon lui, "la contrebande profite à une minorité qui comprend des sénateurs, des députés et aussi des personnes du secteur privé, car il faut bien écouler cette marchandise".

Mais l'omerta prévaut à cause des carences et de la corruption du système judiciaire.

C'est cet enrichissement illicite de la classe politique qui est dénoncé par les Haïtiens les plus pauvres.

"Les politiciens ne savent rien de notre misère. Demandez-leur le prix du sac de riz, ils ne savent pas. Quand on a de l'argent on ne s'en soucie pas, mais moi je meurs à petit feu. Eux sont bien gras, moi je n'ai que mes os", déplore Henry Germain, levant son T-shirt trop grand pour montrer ses côtes saillantes.

Posté par stetienne à 09:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
25 octobre 2017

le dictateur egyptien en visite en france

triste à dire mais le printemps arabe a vecu

ils reviennent aux fondamentaux dictature vs trouducul islamistes

en tous cas si micron parle pas des arrestations arbitraire d'homo en egypte il n est pas digne d'etre président de la france

Droits de l’Homme en Égypte : 60 000 arrestations politiques depuis 2013

en plus l'egypte est completement fauché: pas d'industrie pas de matiere premiere alors qui finance?

Posté par stetienne à 13:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 mars 2017

je me demande si les putes collabo d'extreme gauche vont le denoncer

l algérie est une dictature rien d'autre il faut prendre nos distances envers ce pays 

zero commerce zero immigration suppression des doubles nationalités

https://www.marianne.net/debattons/tribunes/les-autorites-algeriennes-haissent-les-esprits-libres

L'écrivain Karim Akouche raconte pourquoi il a dû quitter dans la précipitation l'Algérie après la publication de son dernier ouvrage. Il dit souffrir de "censures et de pressions" de la part d'autorités algériennes voulant "maintenir le peuple dans une torpeur religieuse".

Posté par stetienne à 15:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 février 2016

flan 1er et les dictateurs arabe

http://fr.express.live/2016/02/09/4-km-tapis-rouge-el-sisi-president-egypte/

petit rappel flan 1er pour faire plaisir à l'oblamerde et sa clic militaro industrielle a vendu les bateaux du vilain mechant poutine et à un brave democrate arabe

flan 1er leche le cul des pires ordure de la terre

Posté par stetienne à 09:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
20 avril 2015

et si l'on interdidait le ps et rendait ineligible hollande

le ps n est plus un parti démocratique il magouille un max ( carte electorale modifié,alliance contre nature avec les verdatres, manipulation des sondages des statistiques,ne respectent pas les morts avec le vol des organes,manipulation des media) bref je serais assez partisant d'interdire purement et simplement se parti qui ressemble de plus en plus a une dictature molle

heureusement les francais par encore completement lobotomisé par ces merdes

Popularité: grosse merde molle Hollande et trou de ball Valls en recul de 4 et 5 points

PARIS (Reuters) - François Hollande a estimé dimanche que le Front national n'était pas un parti républicain mais qu'il fallait débattre avec lui parce qu'il représente une "réalité" qui "ne peut pas être niée".

Invité sur Canal Plus, le président a fustigé un mouvement qui "reprend toujours les mêmes thèmes", créant un "risque de guerre de civilisation dans le pays".

"Le Front national n'est pas un parti républicain, c'est un parti dans la République", a-t-il dit, estimant que rien ne permet de dire pour le moment que le parti dirigé par Marine Le Pen sera présent au second tour de la présidentielle de 2017.

François Hollande a estimé qu'un débat entre les deux candidats restant au second tour de la présidentielle devrait avoir lieu, quels qu'ils soient.

Pour combattre le FN, le chef de l'Etat a dit vouloir "projeter une autre idée de la France". "Le risque c'est la dislocation, la fracture", a-t-il insisté.

François Hollande a également dénoncé la "mystification" de la présidente du FN, Marine Le Pen, qui parle selon lui "comme un tract de Parti communiste des années 70" pour se donner une image de gauche.

"Parce que c'est ça en réalité, en pensant qu'on peut fermer les frontières, qu'on peut nationaliser les industries, qu'on peut sortir un certain nombre de capitaux de notre pays sans qu'il y ait de risque", a-t-il dit.

"Sauf que le Parti communiste, il ne demandait pas qu'on chasse les étrangers, il ne demandait pas qu'on fasse la chasse aux pauvres, parce que même les pauvres finissent par penser qu'il y a plus pauvres qu'eux".

Posté par stetienne à 09:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
26 janvier 2015

Le caricaturiste algérien Ali Dilem "souhaite bon courage" à la France !

courageux et lucide

Ali Dilem est un dessinateur qui inspire la loi : en 2001, le Code pénal algérien s'est enrichi d'une disposition surnommée "amendement Dilem", une disposition législative qui prévoit jusqu'à un an de prison pour offense au président de la République ou aux corps de l'État. Ce texte, taillé sur mesure pour le dessinateur du journal Liberté, aurait dû lui faire passer l'habitude de caricaturer les généraux du régime algérien. Mais cela n'a pas marché. Selon ses dires, il aime toujours les croquer : "Gros, moustachus, un peu moches et avec des mouches qui leur tournoient autour de la tête." Jusqu'ici, il a toujours échappé à la prison. Son humour grinçant l'a conduit plus de 50 fois devant les juges, à l'occasion de procès intentés par le pouvoir. Les islamistes radicaux ont eu moins d'égards. Ils n'ont pas eu besoin de procès pour le condamner à mort. Pourtant, Ali Dilem n'a jamais caricaturé de prophète. Tout juste a-t-il dessiné, un jour, une main sortant d'un nuage. Cette suggestion lui vaut des haines tenaces qui le poursuivent encore aujourd'hui sous la forme de menaces répétées. Même s'il vit reclus et caché, il refuse qu'on le présente comme "le dessinateur algérien menacé". Venu à Paris pour enterrer ses amis de Charlie Hebdo, le caricaturiste a accepté d'évoquer sa vie quasi clandestine à Alger. Il préférerait ne pas avoir à la raconter. "J'ai longtemps considéré que cela revient à jouer le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Posté par stetienne à 12:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 octobre 2014

Kangamba-le-general-angolais-qui-se-croit-au-dessus-des-lois

http://www.marianne.net/Kangamba-le-general-angolais-qui-se-croit-au-dessus-des-lois_a242261.html

 

sans compter la persecution dont son victime les homos en faite pour voir si un pays est une democratie il suffit de regarder comment sont traité les homos dans se pays

Posté par stetienne à 13:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,