18 novembre 2011

Pour faire 262 km, Nicolas Sarkozy a besoin d’un Airbus présidentiel, de deux hélicos et de deux voitures blindées

gloupsss heureusement qu on est en crise hein :?

Citer:
Pour faire 262 km, Nicolas Sarkozy a besoin d’un Airbus présidentiel, de deux hélicos et de deux voitures blindées

Résultats du déplacement : 17 secondes au JT de LCI et un tacle à Martine Aubry. Ca fait cher la pré-campagne, non ?

"Comment faire compliqué et très cher pour parcourir 262 km ? Nicolas Sarkozy aurait pu prendre un Falcon et atterrir directement sur l’aérodrome de Chaumont-Semoutiers. Mais il a préféré emprunter son Airbus présidentiel pour atterrir sur la base militaire de Saint-Dizier, à 75km de là, puis monter à bord d’un des deux hélicos spécialement acheminés de Paris pour se rendre à Chaumont, où l’attendait une voiture blindée."

Or, comme la météo était incertaine, une autre voiture blindée l’attendait aussi sur la base de Saint-Dizier, au cas où le chef de l’État aurait dû faire le tronçon Saint-Dizier-Chaumont par la route ! Et un gendarme avait été posté à chaque carrefour, sur les 75 kilomètres séparant les deux villes… Pour rien, au bout du compte.

Cerise sur le gâteau, Nicolas Sarkozy a fait faire des travaux aux abords du gymnase du lycée Charles-de-Gaulle de Chaumont, lieu où se déroulait sa table ronde. "Pour éviter que le Président ne fasse un (petit) détour en passant par l’entrée principale afin d’arriver dans ce gymnase, un escalier spécial de ciment, avec rampe, et un chemin goudronné avaient été spécialement construits à son usage exclusif", raconte Le Canard. Un escalier qui lui a permis d’atteindre le vestiaire des filles aménagées en loge afin d’être coiffé et maquillé.

Le Canard enchaîné n°4748, 26 octobre 2011, page 5

Posté par stetienne à 14:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
14 novembre 2011

Indemnités des députés : pas de baisse

et voila encore un magnifique foutage de gueule le pire cest qu il trouvent encore des cons pour voter pour eux

faite ce qu on dit pas ce qu on fait voila la morale de ces sales merdes

L'Assemblée nationale a refusé aujourd'hui de réduire de 10% les indemnités des députés pour faire participer la représentation nationale à l'effort de redressement des comptes publics français.

Le président du groupe UMP, Christian Jacob, et le président de l'Assemblée, l'UMP Bernard Accoyer, étaient opposés à cette mesure, tout comme le groupe socialiste.
"C'est une mesure d'affichage, c'est un gadget", a dit Jean Launay (PS), rapporteur spécial de la commission des Finances.

Réduction des frais de fonctionnement de l'Assemblée

Seuls quelques députés UMP l'on voté ,comme Chantal Brunel qui a vainement plaidé pour qu'en cette période de crise les députés "apportent une petite pierre".
La ministre du Budget, Valérie Pécresse, comme le veut la tradition en matière de fonctionnement des assemblées, s'en est remise "à la sagesse" des députés.

Les députés ont toutefois adopté un amendement de leur président, Bernard Accoyer, qui prévoit pour 2012 une réduction de 3% de la dotation pour frais de fonctionnement de l'Assemblée demandée à l'Etat, entraînant des économies de de 180 millions d'euros sur toute la durée de la législature 2007-2012.

Posté par stetienne à 17:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
10 septembre 2011

Sénat: Ces très chères retraites complémentaires

pour rappel: je suis pour la suppression pure et simple du sénat

POLITIQUE - Certains sénateurs toucheraient jusqu'à 5.000 euros en plus de leur indemnité...!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Etre sénateur, ça a du bon, surtout lorsque l’on est à la retraite. Certains d’entre eux toucheraient des compléments d’indemnité allant jusqu’à plus de 5.000 euros, révèle Médiapart ce vendredi.

Le règlement de la caisse de retraites du Sénat, publié en intégralité sur le site d’informations et «tenu secret jusqu’à présent», indique que les sénateurs les plus gradés (président de groupe, de commission, secrétaire de bureau, etc.) peuvent toucher des compléments allant de 700 à plus de 5.000 euros s’ils ont occupé l’une de ces fonctions pendant trois ans.

Médiapart estime ainsi que l’ancien sénateur Michel Charasse (ex-PS), par exemple, toucherait plus de 13.000 euros du Sénat, «qui s'additionnent à son indemnité de 12.000 euros au Conseil constitutionnel et à ses autres retraites.» Contacté par le site d’informations, le Palais du Luxembourg a refusé de s’exprimer sur un sujet qui pourrait faire tâche à deux semaines des élections sénatoriales

article_senat