01 juillet 2013

ca barde pour les islameuh en egypte

les gens commencent a se rendre compte que ce n est qu une secte dangereuses et qu elle est no futur pour eux

Egypte: des manifestants attaquent le QG des Frères musulmans

sortir d'une dictature pour tomber dans une dictature religieuse c est pas terrible

l avenir de ces pays cest d'abord

controle des naissances

energies solaires

enseignement  pour creer classes moyennes

bon c est a eux de faire leur revolution ne nous en mellons pas

Posté par stetienne à 11:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 janvier 2013

Le gouvernement égyptien face à un mur de défis économiques

en plus avec les nouvelles routes de commerce entre l'allemagne et la chine  qui vont passer par la russie l 'egypte est vraiement mal barrée

il va falloir mettre rapidement en place un rideau de fer sur la méditerranée pour se préserver des violents troubles qui vont eclater dans cette region du monde....

d'ailleurs les emirs du golfe ont planqué des milliards en suisse en previson des futurs révolutions qui vont eclater la bas

 

Déficit budgétaire en hausse, réserves de change en baisse, monnaie sous pression: le gouvernement égyptien, remanié pour mieux affronter la crise économique, fait face à une accumulation de défis dans un contexte politique et social délicat, soulignent des analystes.

Le président islamiste Mohamed Morsi a lui-même fixé un lourd cahier des charges à la dizaine de nouveaux ministres en majorité titulaires de portefeuilles économiques, dont celui des Finances, qui ont fait leur entrée dimanche dans le gouvernement de Hicham Qandil.

Le gouvernement doit "accélérer les efforts pour relancer l'économie et la croissance, attirer les investissements, consolider les exportations, encourager le tourisme, créer de nouveaux emplois et améliorer les services publics", a-t-il déclaré.

Des discussions avec le Fonds monétaire international pour un prêt de 4,8 milliards de dollars devaient reprendre lundi au Caire avec le responsable du Fonds pour le Moyen-Orient, Masood Ahmed. L'obtention de ce prêt est considérée par beaucoup comme une condition indispensable au redressement, mais pas sans dangers sur le plan social.

"Les indicateurs sont alarmants", estime Ahmed el-Naggar, économiste auprès du Centre d'études al-Ahram. "Le tourisme, qui rapportait autrefois 13 milliards de dollars par an, ne rapporte plus que 8,8 milliards".

Chômage en hausse

Quant au chômage, il a progressé de 9 à 12% de la population active en deux ans, ajoute-t-il en considérant toutefois ces chiffres très en deçà de la réalité dans un pays où 40% de la population vit avec deux dollars ou moins par jour.

Devant la Bourse du Caire, le 6 janvier 2013

Dernier signe d'inquiétude en date, la monnaie égyptienne vient de tomber en quelques jours de 6 à 6,4 livres pour un dollar, une dépréciation encore modérée mais dont la soudaineté a mis en exergue la fragilité du pays.

La Banque centrale a reconnu que ses réserves de change, passées en deux ans de 36 à 15 milliards de dollars -soit de quoi couvrir théoriquement trois mois d'importations- avaient atteint un niveau "critique", et a pris des mesures pour limiter les sorties de devises du pays.

L'Egypte a elle aussi son "mur budgétaire".

Le ministre du Plan, Achraf Abdel Fattah al-Arabi, vient de déclarer dans la presse que le déficit pourrait bondir de 50% à 200 milliards de livres (31 milliards de dollars) par rapport aux prévisions pour l'année fiscale 2012-2013 "si de strictes mesures économiques ne sont pas mises en place".

Accord avec le FMI

"Pour que le système marche, la confiance doit revenir rapidement, et il faut commencer par un accord avec le FMI", souligne l'agence de notation Fitch dans un récent communiqué sur la réforme du régime des changes égyptien.

Le nouveau ministre des Finances, El-Morsi El-Sayed Hegazy, un universitaire spécialiste de finance islamique, s'est dès son investiture déclaré "disposé à parachever les consultations avec le FMI pour conclure le prêt".

Ce prêt est jugé décisif pour débloquer d'autres financements internationaux et accompagner des réformes difficiles.

Mais des mesures de rigueur y sont associées, en particulier une révision des coûteuses subventions d'Etat aux carburants ou à des produits alimentaires, qui permettent de garder des prix très bas sur beaucoup de produits de base.

En décembre, M. Morsi a dû geler quelques heures avant leur entrée en vigueur des hausses de taxes sur de nombreux produits de consommation courante, sacrifiant au moins provisoirement le redressement des finances publiques pour éviter des tensions sociales.

La proximité d'élections législatives, prévues dans deux mois environ, risque aussi de peser sur la capacité à mener des réformes.

"Les tout prochains mois vont être critiques", estime l'économiste Angus Blair, qui dirige au Caire le Signet Institute. "On peut espérer que le nouveau ministre des Finances arrive avec un plan créatif, mais force est de constater qu'il va devoir travailler dans un contexte qui impose des limites étroites".

Posté par stetienne à 11:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 novembre 2012

les trosu de balls de l'islam

avec eux on est jamais decu

on est au top !!!
http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?fromval=1&cid=18&frid=18&eid=84891

Un cheikh jihadiste égyptien, Morgan Salem Jaouhari a appelé, lors de son passage sur la chaîne satellitaire "Dream TV" , Samedi à démolir la statue du Sphinx de Gizeh et les pyramides.


Selon le Cheikh Jaouhari, toutes les statues qui remplissent l'Egypte doivent être démolies et les musulmans sont appelés à appliquer les consignes de la Chariaa dans ce sens, comme ça a été le cas en Afghanistan où toutes les statues bouddhistes ont été démolies.

Considérés comme des « symboles païens », plusieurs membres du Parti salafiste égyptien réclament la destruction des monuments mythiques de l'Egypte antique.

A en croire le site Front Page Magazine, plusieurs responsables musulmans auraient récemment demandé que les pyramides d'Egypte soient détruites. Le cheikh du Bahreïn lui-même, Abd-Latif al-Mahmoud, aurait même appelé le nouveau président égyptien Mohamed Morsi à « détruire les pyramides et accomplir ce que le Shabi Amr bin as-As ne pouvait faire », en référence au compagnon du prophète Mahomet qui a conquis l'Egypte en 641. Sous son règne, de nombreuses antiquités, considérées comme des reliques infidèles, avaient été détruites.

mais bon pasdamalgame comme dise les biens pensant umps l islam est une religion d'amour des arts  ce ne sont que quelques integristes mon cher don patillo

Posté par stetienne à 09:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 mai 2012

printemsp arabe lol

tant qu'ils ne se seront pas débarrassé de l islam ils sont mal barré de toute façons dans ces pays quand on construit une mochequeté a la place d'un hôpital ou d'une école c est no futur d'ou la nécessite de mon rideau de fer sur la méditerranée

printemps arabe

 

 

Posté par stetienne à 18:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,