22 septembre 2016

oui a la suppression de l'ena

debat-faut-il-supprimer-l-ena

pour moi la réponse est oui

Source: Externe

Posté par stetienne à 12:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
05 septembre 2016

bruno lemaire veut supprimer l'ena

il a 100% raisons

lemaire et waulquiez sont les deux seuls mecs de droites qui valent un petit peu quelque chose

http://www.marianne.net/fureur-enarques-contre-bruno-maire-vouloir-supprimer-ena-c-est-totalement-demago-100245423.html

reforme du systeme politique

suppression de :

l'ena,le senat,le conseil constitutionnel  association de parasites inutiles à la france

Posté par stetienne à 21:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08 janvier 2013

tiens encore un enarque dingue comme ils sont mega nul quand meme

virgin megastore,champ elysée,enarque,edouard balladur,walter butler goldmans sachs,ump,banque,raffarin,

(...)
Caricature parfaite du petit oligarque à la française, Walter Butler, devenu inspecteur des finances à sa sortie de l’École nationale d’administration en 1983 (promotion Solidarité, en hommage à Lech Walesa), n’aura pas servi l’État bien longtemps… avant d’aller se servir à l’occasion, bien souvent, des vagues successives de privatisation.

Lors de la première cohabitation, entre 1986 et 1988, il entre au ­cabinet de François Léotard, le ministre de la Culture, en tant que conseiller pour l’audiovisuel : il conduira notamment le processus de privatisation de TF1. Pour celui que ­Dominique de Villepin a aidé à préparer le concours d’entrée à l’ENA, voilà de quoi étayer encore son carnet d’adresses: Francis Bouygues, Jean-Marie Messier qui s’occupe des privatisations au cabinet d’Édouard Balladur, Dominique Bussereau et ­Dominique Ambiel, tous les deux proches de Jean-Pierre Raffarin… Après la défaite de la droite, Walter Butler part se ­réfugier dans la banque d’affaires Goldman Sachs aux États-Unis. C’est dans cet établissement extrêmement célèbre désormais que le haut fonctionnaire se transformera en pur financier. « Goldman, c’est là que j’ai ­appris à lire, à écrire et à ­compter dans les affaires », glissera-t-il quelques années plus tard dans l’Expansion.

Revenu en France au début des années 1990, il fonde avec le concours de l’un des parrains du capitalisme français de l’époque, Bernard Esambert, le patron de la banque d’affaires Roth
schild, son propre fonds d’investissement. Très vite, Walter ­Butler devient un spécialiste du « retournement »: selon la ­légende, il achète des entreprises en difficulté, les redresse et les revend en faisant la culbute; en pratique, il s’empare aussi de lambeaux d’entreprises publiques à prix cassés qu’il revend ensuite à prix d’or. L’homme est bien introduit dans les rouages du capitalisme d’État: il bénéficie des conseils d’Alain Minc et surtout de la protection de François Pinault, le puissant patron de PPR qui le fera rentrer au conseil d’administration de la Fnac et lui remettra la Légion d’honneur en 2004.

Les cercles du pouvoir

Dans ses opérations, opaques pour la plupart, ­Walter Butler profite de sa proximité avec les cercles du pouvoir. En 2006, alors que de nombreux observateurs dénoncent un bradage, il devient l’actionnaire majoritaire de la SNCM, la compagnie privatisée qui assure les liaisons entre la Corse et le continent, et quelques années plus tard, il revend en empochant cinq fois sa mise de départ.

À la Sernam, l’issue est un peu différente, même si, là aussi, ça sent le pactole pour Butler: après avoir racheté pour une bouchée de pain (on parle de 10 millions d’euros) le secteur messageries de la SNCF, non sans que l’entreprise publique ne le renfloue à hauteur de 500 millions d’euros, le spéculateur finira par transférer à la collectivité la charge du plan de social en mettant la boîte en redressement judiciaire, avant que la SNCF, via sa filiale de logistique Geodis, ne vienne, début 2012, racheter les derniers morceaux… Chez Virgin, Walter Butler se sauvera-t-il encore sans payer l’addition ?

Virgin déjà retoqué en justice. C’est une épine dans le pied du fonds d’investissement Butler. En mai dernier, le tribunal de grande instance de Paris a donné raison au comité d’entreprise et au syndicat SUD, qui contestaient la façon dont Virgin avait lancé des plans de licenciement distincts pour la fermeture de ses magasins de Metz (janvier 2012) et Toulouse (mars 2012). Le tribunal a estimé que Virgin devait reprendre la procédure à zéro et fournir une « information complète et loyale » sur la stratégie de l’entreprise. Il a aussi souligné que la situation économique justifiant ce plan devait s’apprécier au niveau du groupe Butler, et non de la seule entreprise Virgin. L’affaire sera examinée en appel le 28 janvier.

Posté par stetienne à 13:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
08 novembre 2012

supprimons vite l ena

Le coût de la scolarité d’un élève de l’Ecole nationale d’admistration a augmenté et atteint 84.400 euros l’année. La promotion qui sortira en 2013 va coûter 13 millions à l’Etat.

http://etudiant.lefigaro.fr/les-news/ac ... -etat-354/

Remarquez, c'est encore pendant leur formation que ces gugusses coûtent le moins cher à la société parce qu'après ce sont de véritables générateurs de gabegies.

enarque ane ena hollande

Posté par stetienne à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 octobre 2012

suppression de l'ena

dans mon plan d'action la supression de l ena ( je rappelle qu une enarque sert a rien du tout et coute le plus cher aux contribuable francais ( un enarque revient 3 fois plus cher qu un polytechnicien aux contribuables!!!!!!!!!!!!!) sera faite la 1ere année de mon mandat

c est une de mes priorités

ENA-ANE

------------------------------------------------------------------
Les chroniques racontent qu'en 1994 eut lieu un concours d'aviron entre les rameurs de l'ENA et ceux d'une modeste université de province.

Les rameurs de l'université brillèrent dès le départ et arrivèrent avec une heure d'avance sur l'équipe énarque...
    De retour dans les locaux de l'ENA, le Comité de Consultation (C.C.) se réunit pour analyser les raisons d'un résultat imprévu et déconcertant de surcroît. Ses conclusions furent les suivantes :
1:) L'équipe universitaire était formée d'un Chef d'équipe et de 10 rameurs...
2:) L'équipe de l'ENA était, elle, constituée d'1 rameur et de 10 Chefs d'équipe.
    Ces conclusions furent portées devant la Sphère de Planification Stratégique (S.P.S.) en vue d'une décision pour l'année suivante avec pour cortège une réforme dont les répercussions se feraient sentir à tous les niveaux de la délégation (ça va péter quoi !)
    En 1995, dès le départ du concours, l'équipe universitaire prenait à nouveau une fulgurante avance et, cette fois-là, l'équipe énarque arrivait avec 2 heures de retard sur sa compétitrice.
    La nouvelle analyse du Comité de Consultation (CC) fit par des constatations suivantes :
1:) Dans l'équipe universitaire, il y avait 1 chef d'équipe et 10 rameurs.
2:) Conformément aux reformes décidées par le Comité de Consultation (CC) et approuvées par la Sphère de Planification Stratégique (SPS) l'equipe de l'ENA comprenait : - 1 Chef d'équipe - 2 Assistants de Chef d'équipe - 7 Chefs de section - 1 Rameur
    La conclusion du Comité de Consultation fut rapide et lapidaire : " Ce rameur est un bon à rien ! Nardine Noumock"
    En 1996 se présentait une nouvelle opportunité pour l'équipe énarque. En effet, le Département du Haut Management de l'ENA, en collaboration avec le Département de Recherche sur les Ressources Humaines de cette vénérable école, avait mis au point une stratégie novatrice devant améliorer, sans aucun doute possible, le rendement et la productivité grâce à l'introduction de substantielles modifications de structures.
    C'était la clé de voûte du succès, l'aboutissement d'une méthodologie propre à faire pâlir d'envie même les meilleurs managers au monde... Bref, ça va le faire... Le résultat fut catastrophique, l'équipe universitaire ayant pris cette fois la 3 heures d'avance sur l'équipe ENA.
    Les conclusions du Comité de Consultation (CC) ne se firent pas attendre :
1:) Dans un but évident de déstabilisation spéculative, l'équipe universitaire avait opté pour une formation traditionnelle, a savoir : 1 Chef d'équipe et 10 rameurs.
2:) L'équipe énarque avait introduit une formation avant-gardiste: - 1 Chef d'équipe - 2 Consultants Qualité - 1 Auditeur en Empowerment - 1 Superviseur de Downsizing - 1 Analyste de Procédures - 1 Technologue - 1 Contrôleur - 1 Chef de Section - 1 Technicien Chronomètre - 1 Rameur.
    Après plusieurs jours d'épuisantes réunions et autant de séances de brainstorming, le Comité de Consultation (CC) décida de punir le rameur en lui supprimant ses bourses d'études et en le radiant de l'école dont la Grandeur et la Réputation risquaient de se voir ternies par une telle incompétence.
Lors de la réunion de clôture, le Comité de Consultation (CC) appuyé par le Corps Enseignant, statua ainsi :
    "Pour le prochain challenge, nous engagerons un nouveau rameur, mais par le biais d'un contrat d'Outsourcing afin d'éviter toute friction syndicale et d'esquiver tout contrat de travail et les charges sociales en découlant, éléments qui, sans aucun doute, vont jusqu'à dégrader l'efficacité et la productivité de nos ressources."
    Il manque une suite à l'histoire : après l'échec du nouveau recrutement du rameur sous contrat d'Outsourcing, l'équipe ENA décida de lancer un nouveau modèle de rame en matériaux composites développés par le Plan National de Développement des Matériaux Composites (PNDMC).
Ce nouveau modèle testé en laboratoires avait pour seul et minime inconvénient de ne pas être compatible avec le bateau, mais bon, c'est un détail qui sera bientôt réglé.

Posté par stetienne à 09:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
18 septembre 2012

oser mettre les classes prepas payantes la honte

ena,enarque,ps,hollande,frais de scolarité,université,classe préparatoires aux grandes ecoles,partie socialiste,impots,

Classes préparatoires payantes : la sélection par l'argent !

Communiqué de Presse de Florian Philippot, Vice-président du Front National (17 septembre 2012)

S’il va jusqu’au bout de son projet, le gouvernement portera un coup très dur contre la méritocratie républicaine en rendant payantes les classes préparatoires.

Déjà trop largement réservées aux classes sociales aisées et aux mieux informés, les classes préparatoires deviendraient encore plus inaccessibles pour les enfants issus des milieux populaires et des classes moyennes, alors qu’elles sont souvent des filières d’excellence.

Le meilleur ne doit pas être réservé à ceux qui en ont les moyens !

Au lieu de chercher à faire des économies de bout de chandelle, le gouvernement Hollande serait mieux inspiré de réfléchir à la meilleure façon de rendre l’accès aux classes préparatoires plus juste, en traitant notamment la question du coût du logement étudiant.

Le seul critère de sélection doit être le mérite et le travail, pas les revenus.

 

ayant fait une classe prepa scientifique je fais remarquer que la selection ne porte uniquement que sur le niveau et la capacite a travailler  et qu en plus il y a 30 eleves par classe minimum alors que dans certaine classe a racaille aussi inutile qui couteuse a l etat les prof ne depasse pas 20 eleves

cf les internats de derniere chance ou l on met des eleves mediocres dans des superbes lycee tandis que les eleves normaux sont entassé commed es sardinnes dans des lycees pourris

ah oui autre chose les frais de scolarité par eleve les plus eleves reviennent a l ENA ( un enarque coute 3 fosi plus cher qu un polytechnicien!!!!!!!!!!!)

pourquoi notre gouvernement ne s'attaque pas à se scandale?ah oui suis je bete ils sortent tous de l'ena en majorité[smilie=jester.gif]

Posté par stetienne à 13:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 novembre 2011

hollande est un enarque ne l oubliez pas

les enarques ca fait 50 ans qu ils ruinent le pays

eena-plantu-

 

15 septembre 2011

chirac une crapule un escroc

la prisons pour cette escroc magouilleur voleur de premiere qu il aille en enfer pour l'eternité cette crapule il a ruiné la france

Posté par stetienne à 13:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
07 septembre 2011

financement de l'enseignement superieure?

avant les ingenieurs formes dans grandes ecoles servaient la france puisque ils integraient edf et construisaient cezntrale nucleaire mais maintenant ils bossent pour multinationales delocaliser qui payent pas un centime d'impot

doit on continuer a financer se systeme d'enseignement superieure ou le rendre payant car apres tout ceux qui sortent de science pot de chambre de l x ou de lena ne servent plus la france mais juste leur ambition personnelle dans multinationale .le debat est ouvert

En 10 ans, Sciences Po s'est (un peu) ouvert aux milieux populaires :

Citer:
A voir ceux présents mardi, l'école formant historiquement à la haute fonction publique a bien changé: Nadjia Besseghir travaille chez L'Oréal, Tarek Bestandji pour PricewaterhouseCoopers, Miloud Boudjemai à Barclays Capital, Aurélia Makos chez GDF Suez et Lahlou Meksaoui à HSBC.



question science po de chambre est financer par le contribuable francais et sert a former les cadres de grosses multinationales americaines qui ne payent pas un centime d'impot en france est ce normal???????????????????????????????

Posté par stetienne à 09:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,