22 décembre 2011

Génocide arménien: ouverture du débat à l'Assemblée sous surveillance policière

Génocide arménien: ouverture du débat à l'Assemblée sous surveillance policière

 

1000% en faveur de cette loi les trucs qui sont pas content n'ont cas degager dans leur pays de merde et bon debaras

zero immigration et non a la truquie dans l europe la turquie c est no futur

je comprends meme pas qu'on les laisse manifester au lieu de leur taper sur le crane la democratie cest tout sauf laisser manifester des nazis negasionistes islameuh au contraire faut leur taper dessus

Posté par stetienne à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
21 décembre 2011

Manipulation de masse

Manipulation de masse

les dix commandements de Chomsky

Les 10 commandements des manipulations de masses

Une présentation de 10 "Commandements" qui aident à imposer aux gens une société qui les prive de leur libertés en les empêchant de s’en rendre compte par exemple en détournant leur attention sur des sujets futiles ou en leur faisant croire que ce sont des mesures nécessaires pour les protéger, tout en causant sans le montrer ce qui nécessite ces mesures de protection.

1/ La stratégie de la distraction

Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser ; de retour à la ferme avec les autres animaux. » Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions

Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple : laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.

3/ La stratégie de la dégradation

Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.

4/ La stratégie du différé

Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.

5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge

La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-age ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans ». Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

6/ Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion

Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…

7/ Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise

Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures. Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité

Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte…

9/ Remplacer la révolte par la culpabilité

Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas de révolution !…

10/ Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes

Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.

Posté par stetienne à 21:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
15 décembre 2011

angleterre

Grande-Bretagne : 2,64 millions de chômeurs, un record depuis 1994

Le nombre de chômeurs britanniques a atteint fin octobre un nouveau record depuis 17 ans, à 2,64 millions, malgré un taux global inchangé à 8,3%, selon des chiffres officiels publiés mercredi.

Le nombre de personnes à la recherche d'un emploi a augmenté de 128.000 sur les trois mois achevés en octobre, alors que le chômage des 16-24 ans poursuivait sa progression au-delà de la barre symbolique du million, a indiqué l'Office national de la statistique (ONS).

Autre indicateur scruté de très près, le nombre d'emplois publics a chuté de 67.000 durant l'été dans le cadre du plan d'austérité mis en oeuvre par le gouvernement du Premier ministre conservateur David Cameron.

Selon les dernières projections officielles, ce plan devrait se traduire au final par la perte de 700.000 postes en six ans dans le secteur public.

Le gouvernement comptait sur le secteur privé et les exportations pour prendre le relais et créer des emplois, mais l'anémie de l'économie en a décidé autrement.

M. Cameron a notamment pointé du doigt l'impact de la crise dans la zone euro, avec laquelle son pays réalise plus de 40% de ses échanges commerciaux. L'opposition travailliste l'accuse pour sa part d'avoir "tué la croissance" en imposant son plan de rigueur à marche forcée dans un contexte international de plus en plus défavorable.

Du côté des syndicats, Unite, le premier du pays, a qualifié les derniers chiffres du chômage de "désastreux", estimant que le gouvernement devait "revoir sa stratégie de toute urgence".

Les experts sont en tout cas pessimistes sur l'évolution de la situation de l'emploi britannique.

Pour James Knightley de la banque ING, "la perspective des trois millions de chômeurs se rapproche de plus en plus", couplée à un risque accru du retour du pays dans la récession.

Selon Horward Archer du cabinet Global Insight, le secteur privé n'est pas près de répondre aux espoirs du gouvernement, de nombreuses entreprises étant "en train de revoir à la baisse leurs plans d'embauches".

La montée du chômage devrait inciter la Banque d'Angleterre à injecter dès que possible de nouveaux fonds dans l'économie pour soutenir l'activité, d'autant que l'inflation est en train de ralentir, repassant sous le seuil des 5% le mois dernier.

Le gouvernement a lancé le mois dernier un programme de grands travaux de plus de 35 milliards d'euros sur dix ans pour tenter de contre-balancer les effets du plan de rigueur, qu'il refuse d'assouplir.

Posté par stetienne à 11:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
08 décembre 2011

Les agences américaines en guerre contre l'UE

Les agences de notation américaines mènent contre l'Europe une guerre qu'il faut achever au plus vite, demande le quotidien conservateur Magyar Nemzet : "Au cours des 15 dernières années, une bonne vingtaine de pays au moins ont été mal évalués : il y a des Etats dont la note souveraine a dû être revue de cinq à dix crans à la hausse ou à la baisse pour que celles-ci correspondent au moins après coup à la réalité. … Les deux agences de notation new-yorkaise Standard & Poor's et Moody's tentent visiblement de renforcer les Etats-Unis dans la compétition mondiale. Elles savent très bien qu'elles ne peuvent que nuire à l'Europe en procédant à leurs dégradations. Et c'est aussi leur objectif réel. Nous avons affaire à une guerre économique entre les Etats-Unis et l'Europe. … L'initiative de Standard & Poor's s'apparente ici à un bombardement de masse. … L'UE doit reprendre la main en interdisant immédiatement les évaluations de pays et en créant une agence de notation européenne."

 

les allemand l ont bien compris leur avenir est a lest mais nous avec le petit nabot ursurpateur qui leche le cul d'obama ont est dans la merde

il faut sortir au plus vite de  l'otan et ne plus considere les usa comme nos allié mais comme un partenaire economique comme les autres

Posté par stetienne à 13:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
01 décembre 2011

un projet de loi UMPS visant à interdire les semences fermières,

Communiqué de presse de Philippe Loiseau, Conseiller politique à l’agriculture, à la pêche et aux forêts, de Marine Le Pen du 30/11/2011

Mardi 29 novembre, un projet de loi UMPS visant à interdire les semences fermières, a été adopté avec la complicité de la FNSEA ; Concrètement, les semences devront être achetées auprès des multinationales de l’agro-alimentaire, principalement américaines.

Le lobby semencier anglo-saxon a donc remporté la mise, nos agriculteurs sont désormais amputés d’un droit séculaire fondamental, celui de semer librement leur propre récolte et de pouvoir échanger leur semence.


lamentable je crois que le divorce du ps et des verts va bientot etre consommé( entous cas si certain verdatres font toujours accord avec le ps c'est bien la preuve que leur ideaux ils les ont range a la cave et qu ils sont pret a tout pour conserver leur place lol)

finalement l umps cet vraiment un seul et meme parti

pour ma part je suis contre l'agriculture productiviste exportatrice donc je ne ferais aucun cadeau a la fnsea qui pour moi sont les 1ere polleur de france

non à l'agriculture productiviste exportatrice oui a la protection de notre biodiversité oui à l'instauratrion d'une taxe biodiversité sur les produits agricoles importés

Posté par stetienne à 12:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
09 novembre 2011

la claque de marine lepen aux usa

et oui la petite chérie cest pris un bon claquos aux usa

et c'est tant mieux elle commençait a péter plus haut que son cul

j espère qu elle aura appris que les usa ne sont pas nos amis c'est juste un partenaire commercial comme un autre

si je suis elu le président américain sera rencontré après les présidents européen et apres le président russe

la france sortira tout de suite de l'otan

Posté par stetienne à 18:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

les banquiers sont des voleurs

jean paul chiffet , daniel bouton ,x enarque,banque,voleur,escroc,menteur,magouilleur,tBaudouin Prot,sg,bnp,credit agricol,
Société Générale mardi, Natixis mercredi, Crédit Agricole jeudi : l’heure est à la publication des résultats trimestriels des banques françaises. L’occasion de s’arranger un peu avec la vérité des chiffres…

Les banques françaises publient en ce moment leurs résultats trimestriels, une certaine « opération vérité » se produit sur la dette grecque, dont la valeur est ramenée à son prix de marché. Ainsi BNP Paribas annonce une baisse de 71% de son bénéfice net sur le troisième trimestre, à 541 millions d’euros.

Mais le groupe s’empresse aussitôt d’ajouter qu’en faisant abstraction de cet élément exceptionnel, le bénéfice se serait élevé à 1,952 milliards d’euros, en hausse de 2,4% sur le trimestre précédent. Voilà qui semble rassurant. Mais lorsque l’on regarde les comptes plus en détail, on découvre un élément pour le moins étonnant, une « réévaluation de la dette propre » qui concourt aux résultats à hauteur de 786 millions d’euros.

Ce mécanisme est couramment utilisé par les banques américaines et européennes, et il est d’une profonde perversité. Expliquons-en le fonctionnement.

Entourloupe

Si vous voulez emprunter de l’argent, vous allez voir votre banquier. Vous empruntez 100, et vous remboursez au cours du temps 100 + les intérêts : logique. Mais une grande entreprise ou une banque peut s’y prendre autrement : elle émet des obligations. Elle émet 100 d’obligations sur le marché, elle empoche donc 100 en cash, et s’engage à verser un coupon (les intérêts) tous les ans et à rembourser les 100 à l’échéance.

Ces obligations sont cotées sur les marchés financiers (ce sont les « obligations corporates, » d’entreprises), tout comme celles des États. Mais si les investisseurs doutent de la capacité de la banque à rembourser les obligations qu’elle a émises, leur prix va chuter. Et l’obligation, au lieu de valoir 100, ne vaut plus, mettons, que 60. Et là commence la stupéfiante entourloupe : la banque a donc émis, et empoché, 100. L’obligation ne vaut plus que 60, elle la rachète à ce prix, et réalise donc un bénéfice net de 40. C’est magique !

Mais en réalité ça ne se passe même pas comme cela. Si le prix de sa dette baisse autant, cela signifie que la banque connaît de graves difficultés, et c’est effectivement le cas depuis la crise de 2008. Les bilans sont remplis d’actifs toxiques et de créances douteuses, et c’est tellement vrai que les banques ne se prêtent plus d’argent entre elles (le marché interbancaire est quasiment bloqué) et se refinancent auprès de la BCE. Conséquence, la banque n’a même pas les moyens de sortir 60 en cash pour racheter sa dette. Pas grave, elle fait « comme si » et inscrit 40 en recettes dans son compte de résultat ! Énorme.

Plus tu perds, plus tu gagnes

C’est comme si la Grèce, constatant que sa dette de 350 milliards d’euros ne cote plus que la moitié sur les marchés, décidait d’inscrire 175 milliards de recettes à son budget. Cela ferait rire tout le monde, et c’est pourtant ce que font les banques américaines et européennes depuis la crise de 2008 pour enjoliver leurs résultats, et accessoirement verser des bonus au passage.

Avec ce mécanisme, plus la situation de la banque se détériore, plus elle peut augmenter ses recettes avec de l’argent virtuel. C’est le capitalisme inversé, plus tu perds, plus tu gagnes ! Cette véritable manipulation est bien sûr avalisée par les « normes comptables internationales, » et l’on voit une fois de plus comment la collusion entre le big business, les normes étatiques et l’ingénierie financière détruisent le capitalisme de l’intérieur.

Ce procédé devrait être interdit. En réalité, BNP Paribas n’aurait pas dû annoncer un bénéfice de 541 millions d’euros mais une perte de 245 millions d’euros (541 – 786). C’est moins joli bien sûr. Et cela interdit le versement de bonus aux dirigeants. Très embêtant effectivement. Cela veut surtout dire que la situation réelle des banques dans le monde est bien plus grave qu’elles ne le disent.


http://www.atlantico.fr/decryptage/comm ... herlin-218

 

credit agricole sg bnp patron cac 40 x enarque maffieux voleur

Posté par stetienne à 18:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
31 octobre 2011

hausse des impots et hausses des depences

marine lepen a 100% raison le gouvernement umps n arrete pas de gaspiller l'argent a des conneries et apres ils osent nous dire que la france est fauchée et qu il faut se serrer la ceinture

sarkosy et hollande sont "no future" pour les classes moyennes et n ont rien à nous proposer a part continuer a nous precariser et a gaspiller largent des francais en des conneries inutiles.

Une augmentation ciblée de la TVA ? Une hausse de l'impôt sur les sociétés pour les grandes entreprises ? Les pistes sur lesquelles travaille le gouvernement, pour dégager 6 à 8 milliards de marges de manœuvre supplémentaires dans le budget 2012, n'ont pas les faveurs de Marine Le Pen. «Non, affirme la présidente du Front national, ces mesures ne vont pas dans le bon sens. Comme d'habitude, ce sont les classes moyennes et les classes populaires qui vont souffrir.» Invitée dimanche du «Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI», la candidate FN à la présidentielle de 2012 répète que les économies sont, pour ainsi dire, à portée de main. Elle évoque, pêle-mêle, «l'immigration», «l'aide médicale d'État» ou encore «la contribution française au budget européen». Des économies pourraient également être trouvées, selon Le Pen, dans la fonction publique territoriale, qu'il faut «réduire massivement». «Notre pays est en voie de féodalisation», affirme-t-elle, en évoquant «les centaines de milliers d'associations» financées par les collectivités ou encore «les seigneurs des régions».