26 février 2014

le pays qui va faire disparaitre l euro

Quel est le pays de la zone euro le plus endetté ? Ces gaspilleurs de Grecs, avec leurs généreuses pensions de retraite ? Les Chypriotes et leurs banques pleines à craquer d’argent sale d’origine russe ? Les Espagnols touchés par la récession ou les Irlandais en faillite ? Eh bien, curieusement, ce sont les Hollandais sobres et responsables.
La dette des consommateurs aux Pays-Bas a atteint 250% du Produit intérieur brut et c’est l’une des plus élevées au monde. À titre de comparaison, la dette des consommateurs espagnols n’a jamais dépassé les 125% du Produit intérieur brut.

La Hollande est l’un des pays les plus endettés au monde. Elle s’enfonce dans la récession et montre peu de signes d’amélioration réelle. La crise de l’euro traîne désormais depuis trois ans et, jusqu’à présent, elle n’avait infecté que les pays périphériques de la monnaie unique. La Hollande, cependant, est un membre central tant de l’Union européenne que de la zone euro. Si elle ne peut survivre dans cette zone, tout sera terminé.

Ce pays a toujours été l’un des plus stables et des plus prospères d’Europe, en plus d’être l’un des plus grands défenseurs de l’Union européenne. Il s’agit d’un membre fondateur de l’Union et d’un des partisans les plus enthousiastes du lancement de la monnaie unique.

Doté d’une économie riche, orientée vers les exportations et avec un grand nombre de multinationales au succès mondial, elle était censée avoir toutes les chances de l’emporter lors de la création de la monnaie unique, qui naissait avec l’introduction satisfaisante de l’euro. Au lieu de cela, elle a commencé à suivre un scénario tristement connu. Elle est en train d’exploser de la même façon que l’Irlande, la Grèce et le Portugal, si ce n’est que la mèche est cette fois-ci un peu plus longue.

Une bulle immobilière

Les bas taux d’intérêt, qui obéissent surtout aux intérêts de l’économie allemande, et un important flux de capitaux bon marché ont contribué à la création d’une bulle immobilière et à l’explosion de la dette. Du lancement de la monnaie unique jusqu’au pic du marché, le prix du logement en Hollande a doublé, devenant l’un des marchés les plus en surchauffe au monde. Et maintenant, il est en train de s’écraser avec pertes et fracas. Le prix du logement chute à la même vitesse qu’en Floride lorsque le marché immobilier américain, après une phase d’essor, a commencé à s’étioler.

À l’heure actuelle, les prix sont 16,6% plus bas qu’au plus fort de la bulle, en 2008, et l’Association nationale des Agents immobiliers prévoit une autre chute de 7% pour cette année. A moins que vous n’ayez acheté votre maison aux Pays-Bas au siècle dernier, elle vaudra désormais moins que vous n’avez dû débourser pour l’acquérir et même moins que la somme que vous avez empruntée pour ce faire.

C’est pour cette raison que les Hollandais se noient dans une mer de dettes. Située au-dessus des 250% du PIB, la dette des ménages néerlandais est plus importante encore qu’en Irlande et 2,5 fois supérieure au niveau grec.

Le gouvernement a déjà dû sauver une banque et, avec un prix du logement en constante chute, le plus probable, c’est que bien d’autres banques suivent le même chemin. Les banques néerlandaises ont 650 milliards d’euros injectés dans un secteur immobilier qui perd de la valeur à toute vitesse. S’il y a bien une donnée assurée sur tous les marchés financiers du monde, c’est que lorsque les marchés immobiliers s’effondrent, le système financier ne se fait guère attendre.

Une profonde récession

Les agences de notation (qui n’ont certes pas pour habitude d’être les premiers agents économiques au courant des derniers événements) commencent à s’en rendre compte. En février, Fitch a abaissé la qualification stable de la dette hollandaise, qui conserve un triple A, lequel ne tient désormais plus que par un fil. L’agence a montré du doigt la chute du prix des logements, l’augmentation de la dette publique et la stabilité du système bancaire (c’est le même mélange toxique que pour d’autres pays de la zone euro affectés par la crise).

L’économie s’est enfoncée dans la récession. Le chômage augmente et atteint des sommets jamais vus depuis deux décennies. Le nombre total de chômeurs a doublé en seulement deux ans et il est passé en mars de 7,7% à 8,1% (soit un taux qui augmente encore plus rapidement que celui de Chypre). Le Fonds monétaire international prévoit que l’économie reculera de 0,5% en 2013 mais les pronostics ont la fâcheuse habitude d’être toujours optimistes. Le gouvernement ne respecte pas ses engagements en matière de déficit budgétaire en dépit de l’introduction de sévères mesures d’austérité en octobre 2012.

Comme d’autres pays de la zone euro, la Hollande semble entraînée dans un cercle vicieux fait d’augmentation du taux de chômage et de recettes fiscales en baisse, qui conduit à toujours à toujours plus d’austérité, toujours plus de coupes budgétaires et toujours moins d’emploi. Lorsqu’un pays monte dans ce train-là, il lui est très difficile d’en descendre (surtout lorsqu’il se situe en périphérie de la zone euro).

Jusqu’à présent, la Hollande avait été le grand allié de l’Allemagne lorsqu’il s’était agi d’imposer des mesures d’austérité dans tout le continent en guise de réponse aux problèmes de la monnaie unique. Mais maintenant que la dépression s’aggrave, le soutien néerlandais à cette recette de coupes et de récession (et même à l’euro !) va commencer à s’évanouir.

Les autres effondrements en zone euro se sont toujours produits en périphérie de la devise. Il s’agissait de pays marginaux et l’on présentait leurs problèmes comme des accidents et non pas comme des preuves du dysfonctionnement systémique de la monnaie unique. Les Grecs avaient trop dépensé. Les Irlandais avaient laissé leur marché immobilier s’emballer. Et pour commencer, les Italiens avaient toujours été trop endettés. Mais pour les Néerlandais, il n’y a aucune excuse : eux ont obéi à toutes les règles.

Depuis le début, il était apparu clairement que la crise de l’euro en arriverait à son stade terminal lorsqu’elle atteindrait le centre. Nombre d’analystes supposaient alors que ce serait le cas de la France et, bien que la France ne soit pas précisément dans une situation idéale (le chômage augmente et le gouvernement fait tout ce qu’il peut pour faire baisser la compétitivité du pays), elle n’en reste pas moins un pays riche. Sa dette publique est sans doute élevée mais elle n’est pas encore hors de contrôle et n’a pas non plus commencé à menacer la stabilité du système bancaire. La Hollande en arrive à ce point.

Peut-être faudra-t-il attendre une année de plus, peut-être deux, mais la chute accroît son rythme et le système financier perd de la stabilité chaque jour. La Hollande sera le premier pays central à éclater et ce sera une crise de trop pour l’euro.


http://www.eleconomista.es/opinion-blog ... euro-.html

Posté par stetienne à 21:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
29 janvier 2014

Europe in Colour 1908 - 1928

Posté par stetienne à 11:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
04 octobre 2013

l echec de l europe et des accords de schengen

la france doit sortir de l'europe et remettre ses frontieres pour controler l immigration

Naufrage à Lampedusa:

si le gouvernement  italien veux  des immigrants qu il les gardes et se demerdent avec mais qu ils ne fassent pas de chantage

c est odieux de la part des italiens

stoppons l immigration en remettant des frontieres bien gardées

 

Posté par stetienne à 16:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
17 septembre 2013

Les Pays-Bas vont acheter 37 chasseurs américains F-35:

pourquoi faire ils compte chasser quoi les hollandais?

c est la qu on s 'apercoit que l europe est jsute une marionette aux mains des grosses boites amerlocks

Posté par stetienne à 12:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 avril 2013

teins les roumains sont au louvre

tiens il y a un crétin de modo de fopo le sieur solferino poil au dos  un juif rose  bon socialiste bon teint modéle réduit( dans tous les domaines ) du dskk  qui m a censure sur fopo
(etre censurer par ce type d'individu  est un honneur)

lui et le sieur spitfire dit spit yoable pour les intimes  un robot.com payé par l'ump à la mauvaise fois legendaire commencent à serieusement taper sur le systeme c'est à cause de bouffons de cette espece qui pourrissent la vie des gens que je fais de la politique car ne pas reconnaitre son talent c'est favoriser la reussite de ces mediocres et malfaisants personnages .

pour en revenir au parasite roms

on les mets dans wagons a bestiaux et retour au bled a vitesse grand v

l europe sans frontiere est uen veritable nuisance pour la france et les francais retablissons des frontieres et envoyons ballader les technocrates europeens a la solde  des milliardaire amerlocks

Le Louvre rouvre, avec des policiers en uniforme:

Le Louvre a rouvert jeudi mais en présence de policiers en uniforme, après une grève de ses agents la veille, pour protester contre la recrudescence d'agressions et de pick-pockets dans le plus grand musée du monde.

En milieu de matinée, des centaines de visiteurs étaient déjà sous la pyramide et d'autres à l'intérieur du musée, qui a ouvert à 9H00. La sécurité a été renforcée: une vingtaine de policiers en uniforme patrouillaient dans l'enceinte du musée, selon la direction. Cinq d'entre eux étaient postés jeudi matin sous la Pyramide, principale entrée du Louvre.

"La présence de fonctionnaires de police en tenue a un effet dissuasif important", a affirmé à des journalistes l'administrateur général du Louvre Hervé Barbaret.

"Nous espérons qu'ils vont rester le plus longtemps possible, plusieurs mois, jusqu'à ce que la situation revienne à la normale", a-t-il poursuivi. Des policiers en civil étaient déjà présents, avant même le mouvement social, au Louvre, y compris dans les salles du musée.

Les caméras de surveillance quant à elles sont utiles, mais pour l'enquête, a précisé M. Barbaret, qui explique que le Louvre travaille avec les services du Parquet. "Nous voulons un démantèlement des réseaux", a-t-il dit.

Un mouvement "légitime"

Les voleurs achètent des billets pour pénétrer dans les salles d'exposition, alors que les jeunes de moins de 26 ans, eux, peuvent rentrer gratuitement. Des agents mettent en cause des mineurs d'Europe de l'Est.

"Dans l'aile Denon, où il y a la Joconde, il y a beaucoup d'affluence et beaucoup de pickpockets", a raconté à l'AFP Eric, un agent d'accueil qui n'a pas voulu donner son nom. Les voleurs "sont agressifs", a-t-il poursuivi. "Quand il y a un vol, nous appelons les forces d'intervention, qui les mettent dehors, puis ils reviennent", a affirmé l'agent qui avait cessé le travail mercredi.

"Ils s'attaquent surtout aux Asiatiques", selon un autre agent. "Ce sont des touristes particulièrement vulnérables", a confirmé la direction, qui explique que "les Chinois, par exemple, ont pour habitude d'avoir beaucoup d'argent sur eux". "Nous sommes en contact avec les consulats pour qu'ils mettent bien en garde les touristes".

Des touristes asiatiques avaient visiblement été sensibilisés à la situation car, jeudi matin, certains portaient leur sac à dos collé contre leur buste.

"Le mouvement de grogne des agents est tout à fait légitime", pour Hervé Barbaret. "Il y a un vrai problème sur lequel nous travaillons, mais hier, avec leur mouvement, ils nous ont dit qu'on n'allait pas assez vite", a-t-il analysé. Le musée doit "être un lieu de sérénité", a souligné l'administrateur du Louvre, avant de rappeler qu'ils s'agissait "du musée le plus fréquenté au monde".

Une femme travaillant à l'accueil du musée, sous la Pyramide "doute que la présence de policiers en uniforme suffise à résoudre le problème". "Si ce n'est pas le cas, nous nous remettrons en grève", a mis en garde l'employée. Elle dit réconforter "plusieurs fois par jour" des victimes de vol et les aider à faire des démarches administratives, "alors que ce n'est pas (son) travail".

"Et si le Louvre n'arrive pas à résoudre ce problème, cela va poser un sérieux problème d'image", souligne-t-elle.

 

Posté par stetienne à 15:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
05 avril 2013

la guerre economique fait rage

La guerre des monnaies fait rage, c'est une certitude et l'Euro est attaqué de toute part: La Grande-Bretagne, les USA et le Japon emmêtent des quantités hallucinantes de monnaie pour faire repartir leur économie. ils achètent de l'euro ainsi que des bons au trésor Français dans le but de faire baisser leur monnaie respectives par rapport à la nôtre. Ils rendent ainsi leurs économies plus compétitives par rapport à la nôtre, sans que les Allemands ne réagissent, sûr de leur niveau de compétitivité beaucoup plus haut que le nôtre.. FXCM organise une conférence gratuite sur ce sujet le 12 avril à Paris.

Les taux à 10 ans Français s'effondrent sous les 2%, actuellement à 1,75% en perte de 13% en deux jours. Notre dette n'a jamais été aussi recherché par les financiers, mais il ne faut pas se tromper, ce n'est pas un signe de confiance envers la France, c'est une attaque en règle pour faire monter notre compétitivité, faire monter l'Euro et mettre notre économie à genoux, c'est exactement ce qui s'est passé en 1940 avec les USA et le Japon, obligeant le Japon à réagir par une entrée en guerre contre les USA et l'Histoire, qui est toujours écrite par les vainqueurs, mettra le Japon en position de premier attaquant. Dans notre cas, la solution la plus simple serait une sortie de la France de la zone Euro, si on continue dans cette voie, cela va devenir une évidence. Le fait que les Allemands ne réagissent pas sera d'autant plus pénible pour la France, l'attente des élections Allemandes, en fin d'année 2013, va nous être interminable. Sans parler du fait que notre gouvernement actuel ne réagira pas.

Posté par stetienne à 18:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
07 mars 2013

Bruxelles : la ville où plusieurs milliers de lobbies dirigent l’Union européenne !

c est une veritable plaie pour la democratie ca on leur doit ogm,pesticide,immigration,particule diesel cancerigen la mal bouffe les trafique en tous genres le chomage de masse la pollution la perte de nos valeurs de notre histoire

bref je suis pour l interdiction des lobbys

http://www.contre-info.com/bruxelles-la ... europeenne

Bruxelles : la ville où plusieurs milliers de lobbies dirigent l’Union européenne !

1 mars 2013

Aux abords des institutions européennes, il existe 2500 structures de groupes de pression et plus de 15 000 lobbyistes : ce qui fait de Bruxelles le deuxième pôle de lobbying après Washington. Pour mieux comprendre ces réseaux d’influences, les réalisateurs de la vidéo ci-dessous ont rencontré certains de leurs membres. Pascal Keineis représente à lui seul quarante multinationales dans le secteur des services, des banques et des assurances et du tourisme, soit 50% du PNB de l’UE. A l’opposé, Olivier Hoedeman a créé il y a vingt ans un observatoire pour cerner l’influence de l’industrie sur les décisions de Bruxelles. Au début de ses recherches, il avait notamment découvert l’existence de l’ERT, groupe de pression réunissant les plus gros industriels européens.

http://trends.levif.be/economie/actuali ... 380618.htm

http://sophie.mevel.over-blog.com/artic ... 01088.html


http://www.lesechos.fr/entreprises-sect ... 544629.php

après le cheval de Troie, les tartes à la merde d'ikéa le meilleur reste à venir:

les derniers rapaces made un usa se précipitent sur l'europe....

Posté par stetienne à 22:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
04 mars 2013

la fed et la crise

La Réserve fédérale américaine pourrait préparer une bulle spéculative géante.

Aux dernières nouvelles, Bernard Madoff coule des jours tranquilles à la prison fédérale de Butner, en Caroline du Nord. “C’est beaucoup plus sûr ici que dans les rues de New York“, explique le génial escroc. Le temps doit quand même lui paraître parfois un peu long, occupé à nettoyer le réfectoire (payé 14 cents l’heure) ou à compter les jours qui le séparent de son improbable libération – prévue maintenant dans cent quarante-six ans. Pauvre Bernie !

Ce qui, en revanche, doit lui remonter le moral, c’est de constater qu’il a en matière d’arnaque financière géante fait des émules au sein même des gouvernements et des banques centrales. Partout dans le monde. Au Japon, au Royaume-Uni et surtout aux États-Unis. Là-bas, l’élève est même en train de dépasser le maître. Ben Bernanke, le patron de la Réserve fédérale américaine (Fed), est en train de faire mieux que Bernie, avec la mise en place d’une mécanique infernale dont ne s’inquiètent aujourd’hui que quelques spécialistes, mais qui risque de conduire à une crise financière plus grave encore que celle ayant suivi la faillite de Lehman Brothers en 2008.

Madoff s’était contenté, si l’on peut dire, d’escroquer des milliers de riches clients avec une banale pyramide de Ponzi : on appâte le zozo en lui garantissant un rendement élevé et on rémunère les anciens clients avec l’argent frais des nouveaux. Rien de très nouveau là-dedans, rien de très sophistiqué non plus.

M. Bernanke, lui, se montre beaucoup plus imaginatif et novateur, avec en outre l’avantage majeur d’opérer en toute légalité. Et pour des montants sans commune mesure : 65 milliards de dollars pour Madoff, près de 3 000 milliards de dollars pour Bernanke. Bernie petit joueur.

Pour sauver la chaîne de Ponzi construite par le Trésor américain (faire de nouvelles dettes afin de pouvoir rembourser les anciennes), la Fed s’est lancée à la fois dans la fabrication de fausse monnaie à grande échelle et dans une manipulation sans précédent des taux d’intérêt. Au point qu’à côté le scandale du Libor dans lequel sont impliquées plusieurs grandes banques privées, et qui fait régulièrement la une des journaux financiers, relève de l’amateurisme.

Comme Jésus multiplia jadis les pains, Bernanke multiplie aujourd’hui les dollars. Une méthode pas catholique du tout, mais que M. Bernanke a jugée être la moins pire des mauvaises solutions pour sortir l’Amérique de la crise. Avec tous ces billets verts miraculeusement créés, il a acheté depuis trois ans d’énormes quantités de dette publique américaine : 1 700 milliards de dollars d’obligations du Trésor, 1 000 milliards de dollars d’emprunts immobiliers garantis par l’Etat, soit au total plus que toute la dette de la France. Résultat : les taux d’intérêt à long terme sont tombés aux États-Unis à des niveaux incroyablement bas (2 % à dix ans, contre 4 % avant le début de la crise) ; mais surtout absurdement bas, compte tenu de l’envolée de la dette publique américaine (qui frôle 17 000 milliards de dollars et augmente de 4 milliards de dollars par jour !). Des niveaux aussi fictifs, déconnectés de la réalité, que pouvaient l’être les rendements offerts par Madoff à ses clients.

Cela n’empêche pourtant pas de nombreux économistes de saluer l’audace de M. Bernanke – et de reprocher au passage la pusillanimité dont M. Draghi ferait preuve à la tête de la BCE. Ils considèrent comme une formidable nouvelle ces taux d’intérêt très faibles, inférieurs aux taux de croissance, qui dopent la consommation des ménages américains, l’investissement des entreprises et favorisent la reprise du marché immobilier. Les agences de notation elles-mêmes applaudissent : c’est une raison suffisante pour s’inquiéter. Car le problème de ce genre d’entourloupe géante et de fuite en avant est qu’il est difficile d’y mettre un terme en douceur, sans faire s’écrouler tout le système.

Que risque-t-il de se produire quand la Fed cessera d’acheter chaque mois pour 85 milliards de dollars de dette américaine ? Il risque de se produire un gigantesque krach obligataire causant d’énormes pertes à la Fed elle-même, mais aussi aux banques, aux assureurs et autres fonds de pension. Un krach provoquant une remontée des taux d’intérêt si brutale qu’elle ferait automatiquement retomber l’économie en récession et mettrait l’État américain en réel danger de faillite.

Que risque-t-il à l’inverse de se passer si la Fed, mais aussi la Banque d’Angleterre et la Banque du Japon continuent de maintenir à des niveaux artificiellement bas les taux d’intérêt à long terme ? Il risque de se former de gigantesques bulles spéculatives en comparaison desquelles celle des subprimes fera figure de “bullette” inoffensive et indolore.


Madoff avait ruiné quelques milliers de clients pour la plupart très fortunés, ce qui est très triste pour eux mais sans grande importance. C’est en revanche toute l’économie mondiale que Bernie II (Ben Bernanke) risque, lui, de ruiner. “L’État tout entier est une chaîne de Ponzi”, a récemment déclaré, du fond de sa prison, Bernard Madoff. Parole d’expert.


http://www.lepoint.fr/editos-du-point/p ... 86_493.php

 

Posté par stetienne à 20:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
02 mars 2013

difference france allemagne

306170_459876477418230_366470710_n

Posté par stetienne à 10:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 février 2013

lol helas bien vrai a cause de l'europe

projet pour la france findus humour cheval

Posté par stetienne à 13:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,