11 avril 2016

l algérie le pays le plus endetté aupres des hopitaux francais

il faut prendre nos distance envers ce pays et ne plus les soigner et leur faire rembourser cequ ils doivent a la france

Accord sur la prise en charge des frais médicaux des Algériens en France

Avec une ardoise de 31,6 millions d’euros, l’Algérie était le pays le plus endetté auprès des hôpitaux français. En marge du Comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN) algéro-français, le 10 avril, une nouvelle convention sera signée. Et les organismes de sécurité sociale des deux pays traiteront directement du sujet.
http://www.acteurspublics.com/2016/04/0 ... ce?ref=yfp

Posté par stetienne à 20:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 décembre 2013

La "légalisation du suicide médicalement assisté" préconisée:

tout à fait favorable à ca a quoi bon souffrir si a une maladie incurable.

Patient dans une unité de soins palliatifs ( AFP/Archives / Fred Dufour)

La conférence de citoyens sur la fin de vie a préconisé lundi "la légalisation du suicide médicalement assisté", mais avec des "nuances".

Cette "conférence de citoyens", mise sur pied par le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) à la demande de François Hollande, s'oppose cependant à une inscription dans la loi de l'euthanasie, même si elle propose, dans des cas particuliers, des "exceptions d'euthanasie".

"La possibilité de se suicider par assistance médicale comme l'aide au suicide constitue, à nos yeux, un droit légitime du patient en fin de vie ou souffrant d'une pathologie irréversible, reposant avant tout sur son consentement éclairé et sa pleine conscience", souligne dans son avis le panel qui regroupe 18 citoyens "représentatifs" de la population.

Concernant la question de l'euthanasie, les citoyens estiment que "les mesures contenues dans la loi Leonetti, les avancées en matière de soins palliatifs et l'ouverture de recourir au suicide assisté que nous préconisons dans notre avis permettent d'écarter l'euthanasie comme solution pour la fin de vie".

Mais ils "se déclarent favorables à une exception d'euthanasie" envisageable dans "des cas particuliers ne pouvant entrer dans le cadre du suicide assisté" comme lorsque "le consentement direct du patient ne peut pas être recueilli".

"Ces cas strictement encadrés seront laissés à l'appréciation collégiale d'une commission locale qu'il conviendra de mettre en place", précisent-ils.

Parmi les autres aménagements, les citoyens ont également évoqué "'l'autorisation de la sédation en phase terminale", soulignant que dans cette phase, "l'objectif de soulagement de la douleur et de la souffrance du patient doit primer sur le risque de décès pouvant survenir à l'issue d'une sédation profonde".

Cette sédation doit s'inscrire dans un "échange et une écoute du patient quand cela est possible et sinon de son entourage" ont-ils ajouté.

Le panel de citoyens s'est également prononcé pour le "développement massif de l'accès aux soins palliatifs" et a regretté la faiblesse de la formation du corps médical dans ce domaine.

Jean-Luc Romero, le président de l'Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD) qui milite pour la légalisation de l'euthanasie s'est pour sa part félicité de la "grande avancée" sur le suicide assisté "qui est la porte ouverte au respect de la volonté des patients".

Mais il s'est montré beaucoup plus critique sur "l'exception d'euthanasie", estimant qu'il s'agit "d'une fausse bonne idée qui ne répond pas à toutes les situations puisqu'elle laisse encore trop de place à la décision médicale".

"Conformément à ce que demandent 9 Français sur 10", le président de la République doit "respecter la proposition 21" figurant dans son programme électoral et "légaliser enfin une aide active à mourir comme elle existe déjà aux Pays-Bas, en Belgique et au Luxembourg" ajoute-t-il.

 

Posté par stetienne à 14:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
26 janvier 2013

Les hôpitaux débordés par des tuberculeux d'Europe de l'Est

et voila on a toute la merde du monde qui debarque chez nous a cause de cette europe de merde et de ses technocrates megadebile

Depuis quelques mois, des dizaines de Géorgiens, Tchétchènes et Russes, atteints d'une tuberculose ultrarésistante, débarquent en France. Outre le coût élevé de leur prise en charge, le risque de contagion inquiète les autorités sanitaires. [...]
http://sante.lefigaro.fr/actualite/2013 ... urope-lest

container -> train -> tchétchénie.

remettons vite des frontieres à la france et les humanistes tiers mondistes n ont qu a s'engager a medecin du monde et filler 99% de leur salaire si ca les enchantes

Posté par stetienne à 13:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 décembre 2012

Mourir à l'hôpital reste la norme en France malgré le désir de changement

La fin de vie se déroule encore très généralement à l'hôpital en France malgré la volonté de "limiter la médicalisation" des derniers instants de l'existence, indique un rapport publié mardi.

Un infirmier aide une personne atteinte de la maladie d'Alzheimer à marcher, le 22 décembre 2006 dans le département gériatrie de l'hôpital Saint-Jean de Dieu à Lyon

"Près de 60% des Français décèdent à l'hôpital", indique ce rapport, basé sur des chiffres de 2008 et publié par le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH).

Pourtant, "la +déhospitalisation+ de la mort est un enjeu important tant pour répondre aux souhaits de la population qu'en raison du coût financier lié à une hospitalisation", souligne l'étude, signée par des responsables de l'Observatoire national de la fin de vie et de CépiDC (organisme collectant les données sur les décès).

La plupart des patients expriment le désir de finir leur vie chez eux et, parallèlement, se développent des politiques de santé pour favoriser le maintien à domicile des patients, y compris en fin de vie, avec par exemple le développement des soins palliatifs à la maison.

Mais les chiffres montrent une réalité toute différente: "En 2008 en France, 57% des décès sont survenus à l'hôpital, 27% à domicile et 11% en maison de retraite", indique ce rapport, notant au passage que la probabilité de mourir à l'hôpital n'a pas varié en 15 ans.

L'étude ne propose pas de comparaison globale avec les autres pays européens, mais un précédent rapport ("La mort à l'hôpital", de l'Inspection générale des affaires sociales) notait que la France occupait une "position intermédiaire" en Europe ou par rapport aux pays nord-américains.

Ce dernier rapport notait une proportion de décès à domicile bien supérieure en Italie (40,6% en 2006), mais inférieure au Royaume-Uni (19,5% en 2007) et aux Etats-Unis (24,4% en 2004).

L'étude du BEH donne quant à elle le détail des lieux de décès en fonction de la cause de la mort et note que "la grande majorité des décès par tumeur se produisent à l'hôpital (72%)".

Vieillissement de l'entourage

Cette proportion est nettement plus importante que celle observée dans plusieurs autres pays européens comme le Royaume-Uni, les Pays-Bas ou la Belgique (moins de 60%). Ces différences peuvent s'expliquer par l'existence dans ces pays de soins palliatifs hors hôpitaux.

En revanche en France, les décès par maladies du système nerveux (principalement la maladie d'Alzheimer) "se produisent moins souvent à l'hôpital" grâce au développement "des prises en charge alternatives" dans le cadre des plans Alzheimer mis en place depuis 2001.

Les décès des malades d'Alzheimer se déroulent autant en maison de retraite (34,4%), qu'à domicile (30,8%) ou à l'hôpital (31,8%).

L'étude montre encore que les célibataires meurent moins souvent à l'hôpital que les personnes mariées: "L'hospitalisation peut être influencée par les proches" et "la solitude pourrait favoriser le décès à domicile en raison d'un défaut de prise en charge", note-t-on.

L'étude souligne aussi que plus on est âgé plus on a de chance de mourir à l'hôpital, ce qui s'explique en partie par "le vieillissement de l'entourage" et la difficulté pour un conjoint âgé d'assumer la fin de vie à la maison de son époux/épouse.

La semaine passée, une enquête sur la fin de vie de l'Ined montrait que près de la moitié des décès survenus en décembre 2009 avaient été précédés d'une décision médicale ayant pu hâter la mort.

Ces études sont publiées alors que, d'ici la fin de l'année, le Pr Didier Sicard doit rendre les conclusions d'une mission, demandée par François Hollande, au sujet de la fin de vie et de l'euthanasie.

Posté par stetienne à 14:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
31 août 2011

plus d'ecole et d'hopitaux en libye mais des mochequetés

ils ont de la chance les lybiens grace a notre nabotsky ils n'auront bientot plus d'hopital ni d'ecoile mais a la place des belles mochequetées ou gigoter du groupion

vive nabotsky vive les integristes islameuh le retour de baton laic et communiste va etre a la hauteur de leur desillussion

Posté par stetienne à 21:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,