15 septembre 2011

Que pensez-vous des conditions de versement des allocations familiales ?

Que pensez-vous des conditions de versement des allocations familiales ?

En échange du versement des allocations dès le premier enfant, l’UMP suggère de les intégrer au calcul de l’impôt sur le revenu ou de plafonner le montant à percevoir en fonction des ressources. Et vous, que proposez-vous sur les conditions de versement des allocations familiales ?

 

mes propositions:

comme je suis pour la décroissance et la stabilisation de la population francaise entre 50 et 60 millions d'habitants les allocs ne seront versé que pour deux enfants

pour les familles de delinquants les amendes pourront etre prelevé directement sur les allocations familliales

Posté par stetienne à 10:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
09 septembre 2011

Marine Le Pen espère banaliser la préférence nationale :

deja pour moi

1/la constitution n est pas gravée dans le marbre elle doit evoluer et etre modifiable tous les 7 ans

2/le conseil constitutionel n'a plus de raison d'etre il sera suprimer

3/la france aux francais ce qui veut dire qu il n y aura plus d'argent du contribuable francais qui ira aux institutions internationales:onu,ue..............ni a l' etranger aide dilapider a letranger ( palestine afrique maroc algerie.................)

4/allocation familliale reduite à deux enfants pour immigrés

La présidente du Front national Marine Le Pen reste attachée au projet phare de son parti, la "préférence nationale", qu'elle espère banaliser pour 2012 sans modifier son contenu, qui va à l'encontre du principe constitutionnel d'égalité.

Le premier signe de ce travail est lexical: désormais, les termes de "priorité nationale", voire de "priorité citoyenne", sont couramment utilisés par des leaders frontistes dans les médias.

Selon Marine Le Pen, c'est parce que le terme de "préférence nationale a été dévoyé par ceux qui font croire qu'il s'agit d'une préférence raciale, ethnique ou religieuse".

"C'est la nationalité française qui donne une priorité d'accès à l'emploi, aux logements sociaux" et aux aides sociales comme les allocations familiales, explique-t-elle, une manière moins abrupte de reprendre le slogan historique du FN, "les Français d'abord", qui a alimenté les accusations de xénophobie à l'encontre du mouvement.

Le spécialiste de l'extrême droite Jean-Yves Camus voit dans ce travail un "retour à la stratégie mégrétiste des années 1990 qui consistait à miser sur une victoire dans la bataille des mots avant la victoire politique".

Malgré ces efforts, les constitutionnalistes interrogés par l'AFP estiment que c'est bien l'instauration d'un traitement discriminatoire entre nationaux et étrangers qui pose problème.

Outre les textes, comme la Déclaration des droits de l'Homme et du citoyen de 1789, la Constitution de 1958 ou son préambule de 1946, "la jurisprudence du Conseil constitutionnel est assez claire: les étrangers en situation légale doivent être traités absolument comme des nationaux du point de vue des droits sociaux", explique Didier Maus, professeur de droit constitutionnel à l'université d'Aix-Marseille III.

"Ce serait une rupture du principe d'égalité devant les charges publiques", ajoute Guy Carcassonne, professeur de droit public à Paris-X, qui rappelle que "les étrangers cotisent comme les Français".

En 1998, la maire FN de Vitrolles Catherine Mégret avait tenté de mettre en place une allocation de naissance de 5.000 francs, réservée aux parents français ou de l'Union européenne.

Trois mois plus tard, l'allocation était jugée illégale par le tribunal administratif de Marseille. En 2000, l'épouse de Bruno Mégret était aussi condamnée au pénal, peine confirmée en appel puis en cassation.

Selon Marine Le Pen, l'obstacle serait levé en "inscrivant la préférence nationale dans la Constitution", dont l'article 1er proclame que la France "assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion".

Mais ce principe va aussi à l'encontre de la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne (article 21).

"La France demandera la refonte de tous les traités européens" si le FN est au pouvoir, répond son vice-président Louis Aliot, qui ajoute que "les ressortissants des Etats qui auront notre vision de l'Europe pourront éventuellement bénéficier d'un certain nombre de droits".

Selon Jean-Yves Camus, si le terme de "préférence nationale" reste un tabou, "l'on entend de plus en plus de voix en dehors du FN qui tiennent un langage convergent".

Lors de sa convention sur l'immigration en juillet dernier, l'UMP avait proposé "de conditionner les prestations sociales au respect des obligations scolaires ou de celles des contrats d'accueil et d'intégration" et de "renforcer les sanctions existantes en cas de non-respect".

 en tous cas elle va dans le bon sens contrairement aux liberaux de l umps qui nous ruinent chaque jour d'avantage et nous font aller droit dans le mur.

 

 

Posté par stetienne à 10:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
02 septembre 2011

Clandestins : ces pays qui ne jouent pas le jeu

mes propositions:

ne plus donner un centime d'aide a ses pays, peine de prison a vie pour les maffias de l immigration et confisquation tout les biens, retablir frontiere francaise et sortir de leurope qui est une passoir, expulsion par bateau de tous les illegaux qui je le rappel aux bonne conscience sont des delinquants qui ne fuient pas la misere car les vrais misereux n ont meme pas de quoi faire 50km mais viennent en france pour voler notre systeme de protection sociale que nos anciens ont mis si longtemps a obtenir par la souffrance et le combat ses illegaux sont de veritables parasites et ceux qui les protegent des irresponsable dangereux a qui il faut enlever les droits civiles

 

Claude Guéant dénonce huit pays qui rechignent à reprendre leurs nationaux.

Mali, République démocratique du Congo, Congo, Angola, Mauritanie, Pakistan, Bangladesh et Sénégal. Ces huit pays à forte émigration sont pointés du doigt au ministère de l'Intérieur. En cause: leur refus quasi systématique de réintégrer leurs nationaux lorsque ceux-ci ont été arrêtés en France en situation irrégulière. Et pourtant, ce groupe des huit fait l'objet de sollicitations pressantes. Claude Guéant l'a rappelé jeudi devant les ambassadeurs français réunis à Paris, lors d'une grande conférence: «Un plan spécifique» a été mis en place, a déclaré le ministre, «qui vise notamment à exercer ce qu'il est bien convenu d'appeler des pressions» sur ces huit pays «prioritaires».

Claude Guéant le reconnaît: «Pour éloigner des étrangers, nous sommes tributaires de la bonne volonté des pays d'origine -souvent proches de nous politiquement- à délivrer des laissez-passer consulaires.» Or, l'«affaire», selon son expression, «n'est pas une question subalterne; c'est une question importante, car elle conditionne au moins en partie l'efficacité de notre effort pour limiter l'immigration clandestine.»

Il faudra, en conclut Claude Guéant, «insister encore» auprès de ces États qui ne jouent pas le jeu, sans trop détailler les éventuelles mesures qui pourraient les viser, en cas de refus. Une chose est sûre: au-delà de ces huit pays, la non-délivrance de laissez-passer représente la première cause d'échec des procédures d'éloignement, soit un tiers des quelque 100.000 mesures prononcées par Paris. La clé du problème migratoire est donc largement diplomatique. D'où les efforts déployés jeudi par le «premier flic de France» pour séduire les ambassadeurs réunis jeudi pour leur conclave annuel.

Politique plus restrictive  

Depuis la mi-juillet, la durée de rétention des étrangers en situation irrégulière peut aller jusqu'à 45 jours, au lieu de 32 précédemment. Cet allongement devrait en théorie augmenter les chances de l'administration d'obtenir des laissez-passer consulaires de la part des pays qui traînent des pieds pour reprendre leurs ressortissants. La Chine, par exemple, attend en moyenne 35 jours avant de délivrer le précieux sésame, et le Mali, environ 38.

Aux ambassadeurs désormais de trouver les mots pour convaincre ces États «proches» qu'une solution est toujours possible. La place Beauvau s'est fixée comme objectif au moins 30.000 reconduites à la frontière pour 2011. Elle prône également une politique plus restrictive en matière d'immigration légale, avec 20.000 entrées de moins dès cette année. Et comme pour verrouiller ce changement de cap, le patron de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii), Dominique Paillé, proche de Jean-Louis Borloo et recruté au temps où le gouvernement voulait augmenter l'immigration professionnelle, a annoncé jeudi qu'il serait remplacé. Le puzzle de l'avant-présidentielle se met en place.

31 août 2011

Pour Lefebvre, le chômage est dû au "taux de natalité"

L'analyse du secrétaire d'Etat chargé du commerce est jugée "hallucinante" par le socialiste Manuel Valls.

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualit ... ncais.html

je le rappel je suis pour la decroissan,ce douce et la stabilisation de la population francaise aux alentours de 50 millions d'habitants

cette croissance infini proner par des debiles comme lefebvre n est synonime que de guerre et de mal etre

donc ma politique cest zero immigration et decroissance douce et maitrise de cette decroissance et l on revendra notre savoir faire aux autres pays qui seront aussi oblige de rentré en decroissance

actuellement le japon et l'allemagne et la suisse sont en train de prendre une longueur d'avance sur nous a cause de debile profond genre lefevre et la clic des croissances infinis

Posté par stetienne à 20:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Départ de Maxime Tandonnet : Nicolas Sarkozy se révèle en écartant de l’Elysée son seul conseiller anti-immigration !

bon pas besoin de lire ce blog du fn pour s'appercevoire que le nabot n a rien fait contre l immigration ni contre la delinquance suffit simplement d'avoir des yeux

Départ de Maxime Tandonnet : Nicolas Sarkozy se révèle en écartant de l’Elysée son seul conseiller anti-immigration !

Posté par stetienne à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,