27 novembre 2017

L'industrie sous Emmanuel Macron : la liquidation continue

Philippe Varin, ancien Président de PSA vient d'être nommé vice-président du Conseil national de l'industrie. Le groupe de réflexion Les Avernes dénonce la politique industrielle de Macron et propose des solutions pour mettre fin au processus de désindustrialisation de la France.

Philippe Varin, ancien Président de PSA à la carrière de liquidateur industriel bien connue, vient d'être nommé vice-président du Conseil national de l'industrie, dont la présidence revient traditionnellement au Premier ministre.
...
Disons-le tout net: mettre fin au processus de désindustrialisation de la France est une nécessité impérieuse, pour notre économie, pour nos territoires, et, plus largement, pour notre souveraineté. Dans ce cadre, il faut, en première analyse, se féliciter des initiatives que les pouvoirs publics prennent en ce sens.

Hélas, ces considérations posées, il faut bien reconnaître qu'en fait de relance de notre industrie, Emmanuel Macron s'inscrit dans la continuité des faiblesses et erreurs du passé. Qu'on en juge.
...
Car, en fait de pedigree, celui de Monsieur Varin plaide peu pour lui-même, plus habitué qu'il fut à vendre à la découpe les entreprises où il est passé sous prétexte de redressement. Mais là n'est pas l'important. Emmanuel Macron, moderne entre les modernes, sacrifie une fois de plus aux exercices convenus qui consistent à aller rechercher de vieilles gloires industrielles, dans le sérail rassurant du corps des Mines, alter ego scientifique à l'inspection générale des finances.
...
Surtout, si l'on veut bien s'extraire de la communication et des services rendus entre seigneurs de la noblesse d'Etat, force est de constater que rien, depuis l'accession d'Emmanuel Macron ne marque de changement tangible visant à traiter les problèmes fondamentaux de l'industrie française. Qu'il soit permis de s'arrêter sur trois points.

Premièrement, la baisse des charges pour les entreprises industrielles, seule capable de restaurer partiellement la compétitive-prix de quantités de nos industries, incapables depuis trop longtemps, contrairement à l'Allemagne, d'accroître à suffisance leur compétitivité hors-prix. En la matière, il n'y a pas de miracle à attendre. Impôts et taxes ne baisseront que quand la dépense publique, à laquelle la France est droguée, sera significativement réduite.
... Emmanuel Macron, dans les pas de François Hollande, ne réforme nullement la France à hauteur des problèmes, il escamote temporairement les problèmes! Charge à ses successeurs de traiter le fond ; en cela rien que très habituel sous la Ve république.

Deuxièmement, à défaut d'esprit classique, familier du «ni oui, ni non, bien au contraire», Emmanuel Macron ne craint pas de plaider pour l'industrie, tout en la fragilisant avec méthode. A ce titre, comment ne pas s'étonner que le pouvoir en place n'ait toujours pas compris le rôle central des industries de défense, qui irradient l'ensemble de notre système technologique et économique? C'est la triste conclusion à laquelle il faut se rendre quand l'on considère, exemple parmi d'autres, l'annulation insensée de 850 millions d'euros de crédits budgétaires sur le PLF 2017, qui a débouché par ailleurs sur une crise inédite aux séquelles profondes entre l'armée et le pouvoir politique.
...
De tout ceci une conclusion émerge: en matière industrielle comme en tant de domaines, plus ça change, moins ça change, et Emmanuel Macron, loin d'être le premier des modernes est bien le dernier des anciens.

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017 ... ntinue.php

Posté par stetienne à 12:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 juin 2016

ciment lafarge collabore avec daech

Alors que nous sommes toujours sous la menace d'actes terroristes de Daech, le cimentier Lafarge a passé des arrangements avec l'organisation de l'Etat islamique.

http://www.20minutes.fr/monde/1870171-2 ... -islamique

Le capitalisme n'a strictement aucun état d'âme quand il s'agit de faire du profit. Faut-il rappeler que durant la seconde guerre mondiale, le patronat Français collabora sans état d'âme avec les nazis.

Et dire que ce même patronat ose qualifier de "terroristes" les militants de la CGT (comme sous l'occupation).

Si ce la est vrai :

1 - Tous les dirigeants en prison pour complicité de terrorisme, étant des financiers du groupe islamique.
2 - Confiscation de tous les biens de ces gens pour indemniser les victimes de l'el
3 - Redressement fiscal pour Lafarge car il y forcément du noir

Voila.


Le gouvernement Français va-t-il sanctionner ce patron pour sa collaboration avec les terroristes ?

Posté par stetienne à 12:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 novembre 2014

Nicolas Dupont-Aignan a dévoilé ses propositions pour les entreprises en France

Le pacte de responsabilité et le CICE mis en place par le gouvernement réduisent les charges de façon uniforme et déversent des milliards d’euros pour des secteurs protégés comme la Poste, le secteur bancaire ou celui de la grande distribution. Au contraire, Debout La France propose de cibler le choc de compétitivité sur les entreprises qui produisent, investissent et relocalisent en France avec 10 mesures-clés : - See more at:

477702Industrie

Posté par stetienne à 15:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 mars 2014

Les Atelières, ex-Lejaby, tuées par les banques

triste mais previsible
à partir du moment ou l on signe traité de libre echange elles n'avaient strictement aucune chance
(et pis responsable pas les banques mais belles et bien les politicards j espere qu elles s'en souviendront en tant qu electrice)

mon programme est tres claire : protectionisme pour l'industrie et l'agriculture non productiviste par contre j en fini une bonne fois pour toute avec les aides a la presse et à la culture que j ouvre totalement à la concurence.( mon  systeme est tout a fait viable d'ailleurs)

Les Atelières, c'est fini ! La belle histoire des anciennes ouvrières de Lejaby qui montent leur atelier de lingerie doit prendre fin cette semaine. Vendredi, devant le tribunal de commerce de Lyon, Muriel Pernin, leur présidente fondatrice, va demander la liquidation de la société coopérative qui emploie aujourd'hui trente salariés.

Il y a un peu plus d'un an pourtant, pleines d'espoir, une poignée d'anciennes Lejaby menées par Muriel Pernin, une professionnelle de la communication émue par le sort de ces corsetières, ouvraient leur atelier en embauchant et en formant de jeunes talents. Une ouverture avec le sourire : la perspective du retour de la fabrication française dans un secteur qui avait dû en faire le deuil avait très vite rempli leur carnet de commande. La réponse financière du public à la souscription lancée sur les réseaux sociaux leur avait assuré un bon départ. Et Arnaud Montebourg, à leurs côtés, vantait les vertus du "made in France".

Guillotine

Treize mois plus tard, c'est le désenchantement. Le marché est pourtant là, les commandes tombent. Mais Les Atelières ont épuisé leurs fonds propres sans pouvoir compter sur les aides extérieures promises. Muriel Pernin n'a aujourd'hui pas de mots assez durs pour dénoncer tour à tour la position des banques, celle de la Banque publique d'investissement (BPI) et l'hypocrisie du "made in France" porté en étendard par le gouvernement.

"Dans notre pays, les banques sont plus fortes que la République", crie aujourd'hui haut et fort la présidente des Atelières. "Avec notre argent, elles exécutent chaque jour des dizaines de PME et aujourd'hui, ce sont Les Atelières qui montent à la guillotine."

Si elle est contrainte de demander la liquidation de sa société, c'est qu'il lui manque les 585 000 euros du fonds de revitalisation proposé et soutenu par le préfet du Rhône, mais également par plusieurs grandes entreprises. "Hélas, deux banques s'y opposent, ce qui remet en cause l'ensemble de notre montage financier, regrette-t-elle. C'est d'autant plus rageant que cet argent n'est pas celui des banques, mais celui d'entreprises."

La BPI en prend également pour son grade. Les Atelières pensaient là encore obtenir une aide qui n'est pas venue. "La BPI n'aide que les entreprises qui n'ont pas consommé leurs fonds propres alors que c'est justement quand on a besoin d'aide qu'on se tourne vers elle", relève la chef d'entreprise, "cette clause exclut nombre de PME à potentiel qui ont besoin de temps, la BPI est l'instrument des grands groupes et ne rend pas service aux PME alors que ce sont les PME qui créent l'emploi en France. Ceux qui, comme moi, ont espéré en la BPI ont été leurrés."

"Les personnes valent moins que les robots"

Elle regrette également que la BPI ne reconnaisse que l'innovation technologique et l'intervention d'ingénieurs, alors que Les Atelières travaillent avec les chercheurs de l'Insa sur de l'innovation organisationnelle portée par des ouvrières : "Nous étions en train de mettre au point un modèle à mi-chemin entre la production à la chaîne et l'artisanat, mais ce mode d'innovation n'est pas reconnu par la BPI. Dans notre pays, les personnes valent moins que les robots."

Dans le collimateur de Muriel Pernin pour finir, le discours du made in France porté par le gouvernement et particulièrement le ministre du Redressement productif, qu'elle considère aujourd'hui comme une vaste hypocrisie. Elle a ainsi réalisé que le "made in France" n'était qu'une norme "a minima" qui n'exige pas que le produit ait été entièrement réalisé en France. "Aujourd'hui, les consommateurs sont bernés, quand ils achètent du made in France, ce sont souvent des produits fabriqués à l'étranger et finalisés en France avec une simple étiquette cousue en France", assure-t-elle.

Muriel Pernin fait le constat d'une filière textile française détruite qui ne pourrait se reconstruire que sous l'effet d'une volonté politique forte. Et sincère.( ben oui uniquement si protectionisme et hollandouille a vote libre echange avec usa)

 

 

 

Posté par stetienne à 09:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 décembre 2013

ump =ultra magouilleur profiteur

projet pour la france,ump,sarkosy,rachida dati,coppe,avocat d'affaire,cac 40,x enarque,grand patron,lobby industriel,ministre,cabinet d'avocat,affaire,affairiste,

a ces umpouettes nous ferons toujours marrer
Rachida Dati serait-elle plus riche qu'elle ne le dit ? Il y a un an et demi, dans une interview au magazine Elle, l'ancienne garde des Sceaux affirmait : "Je gagne environ 6 000 euros par mois en tant que députée européenne et rien pour mes fonctions de maire." Pourtant, d'après les informations du Point.fr, Rachida Dati touche en réalité chaque mois huit fois la somme indiquée, soit 50 800 euros par mois.L'élue passe en effet sous silence ses confortables revenus d'avocate, métier qu'elle exerce en parallèle de ses mandats de parlementaire et de maire du 7e arrondissement de Paris. Dans sa déclaration de transparence financière exigée par le Parlement européen, l'ex-ministre de Nicolas Sarkozy chiffre ses "activités annexes" à plus de 10 000 euros par mois. En réalité, Rachida Dati a perçu l'année dernière 512 416 euros d'honoraires d'avocat, auxquels s'ajoute une rémunération de 98 000 euros en tant qu'élue. Qui sont les généreux clients de maître Dati ? C'est ce que veut savoir une ONG bruxelloise spécialiste des questions d'environnement. Dans un courrier daté du 6 novembre rendu public par i<Télé, Friends of the Earth Europe demande des comptes à Rachida Dati. L'association souhaite lever le doute sur un éventuel trafic d'influence. L'eurodéputée, qui siège comme suppléante à la commission de l'Industrie, de la Recherche et de l'Énergie, a pris de manière étonnante fait et cause pour l'industrie gazière. Le 13...

Lire la suite sur Le Point.fr

Mais les parlementaires qui perdent leur mandat, deviennent automatiquement "avocat"..

Encore une connerie incommensurable, non ?

Comme Copé et Zarkozy avocats d'affaires , ces derniers sont d'ailleurs les protagonistes de cette loi , ils l'ont voter en catimini avant les Elections présidentiel en 2012 pour faire profiter ses anciens amis ministres (déchus) de leur carnets d'adresses et de leur influence pour les monnayer aux grands groupes , ont l’aurait compris c'était pas pour défendre la veuve et l'orphelin mais pour le business.

Posté par stetienne à 09:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 novembre 2013

les fab labs

Les industries de demain naissent au coeur des Fab Labs

Ces usines en accès libre, où l'on trouve des imprimantes 3D et des machines-outils pilotées par ordinateur, sont en train de dessiner ce que sera peut-être l'industrie de demain.

ben malheuresuement on ne peut que constater qu une fois de plus les américains ont une longueur d'avance sur nous.

eux ils creent le futur nous on a des abrutis d'enarques et un abrutis de 1er ministre et president qui taxent et gaspillent l argent.

si on veut detruire les usa envoyons leur les enarques ils feront plus de degats que 100000 bombes atomiques lol.quoique je me demande si les enarques ne sont pas une arme secrete américaine faite pour nous detruire.

autant je suis pour envoyer chier les technocrates europeens et remettre des frontieres a la france autant quand j entend dire dans certain milieu nationaliste que l empire américains s'effondre ca me revulse le poil

les usa ont encore 10 à 20  ans d'avance sur nous facilement.

par exemple ils creent la biotechnologie alors qu en france nous on a les vieux cons deontologique( la commiusion deontologique)ramassis de vieux machins atteinds d'alzeimer planquer dans un placard par les politicards  il va falloir faire le grand menage dans tous ca.

Posté par stetienne à 10:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 septembre 2013

la caste qui gouverne la france

et qui  a confisqué les richesses de france à son seul profil qui se optent et cooptent dans les conseils d'adminsitration qui font venir immigres pour casser nos acquis sociaux qui ne meritent pas leur salaire

pour changer de modele societale il ne faut plus d'x enarque a la tete des grandes entreprises francaise les remplacer par des ingénieurs d'ecoles un peu moins cotées mais tout aussi competents pour creer de la richesse

 

Projet France x Enarque Salaire Patron Hautsalaire by stetienne

Posté par stetienne à 15:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
01 septembre 2013

La France des villages

http://www.france5.fr/emission/la-france-des-villages/diffusion-du-03-09-2013-20h45

Depuis cinquante ans, la désertification des zones rurales progresse à mesure que les villages se dépeuplent. A certains endroits, rien ne semble pouvoir arrêter ce déclin. Pourtant, parallèlement à ce phénomène récurrent, d'autres bourgs se maintiennent en vie ou renaissent grâce à l'initiative de leurs habitants. C'est le cas de la petite île de Porquerolles, située dans le Var, au large d'Hyères. L'été, ses 200 habitants voient arriver une foule de touristes. Pour faire que son village reste attractif en basse saison, Laurence s'est engagée à ouvrir son hôtel de 50 chambres toute l'année. A Castelnau de Montmiral, petite cité médiévale du Tarn, Paul Salvador, le maire, joue sur l'accession à la propriété pour maintenir voire attirer une population aux revenus moyens. Zoom sur le combat de citoyens engagés pour leur localité.

mes propositions pour les villages et la campagne

1/la voiture a detruit les centres des villages qui se desertifient ( les jeunes aisées faisant construire dans lotissement or village  il y a un etalement urbain meme pour petit village) donc creation de micro peripherique pour les villages de maniere a ce que les voitures roulant sur nationale ou grosse departementale  ne passe plus par centre village

2/malgre le retour a une agriculture non productiviste exportatrice la campagne a besoin d'industrie pour eviter desertification mais l industrie defigure les campagnes car il faut route a camion donc j obligerais la construction de zone industrielle partager par plusieur commune  on aura donc a la place 5 zones industrielles +5 routes a camion  1 plus grosses zone industrielles et 1 seul route a camion

Posté par stetienne à 17:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 avril 2013

mort de la dame de fer

le seul homme politique qui avait des couilles autre chose que nos deux merdes sarko et hollande

il nous faudrait une dame de fer pour resoudre les problemes des banlieues

apres bien sur comme tout grand homme politique elle a fait des choses bien et des choses moins bien

les profiteurs de l ultraliberalisme qui ont proliférés apres son passage a la tete de l angleterre font partis de ces echecs

elle n avait pas compris le role du travail et la fierté de travailler dans une mine qui na strictement rien a voir avec les boulots merdiques type serveur,assistance a la personne eduquateur social de racaille qu on nous proposent comme la panacé face a la desins dustriallisation massive de notre pays par les trous de balls de technocrates europeens

Thatcher: les mineurs ne lui ont rien pardonné

 

Un homme lit le journal dont la Une est la mort de Margaret Thatcher, le 9 avril 2013 à Armthorpe, dans le Yorkshire

Il suffit de mentionner le décès de Margaret Thatcher dans un "working men's club", ces cercles fréquentés par les anciens mineurs du nord de l'Angleterre, pour réveiller les passions et souvent les invectives.

Cela fait 28 ans que la "Dame de fer" a écrasé la grande grève des mineurs, un des plus importants conflits sociaux qu'ait connus la Grande-Bretagne.

Mais à Armthorpe, dans le Yorkshire, comme dans beaucoup d'autres villages, la rancoeur est tenace.

"Bon débarras", s'exclame un ancien mineur au fond de la salle sombre du club local, où des hommes,visage buriné et mains tatouées, sont assis autour d'une bière.

Le portrait de l'ex-Premier ministre, décédée lundi à 87 ans, s'étale à la Une d'un journal qui traîne sur une table.

"On s'en servira comme papier toilette", lance un autre buveur, déclenchant une tempête de rires.

Des dizaines de milliers de mineurs avaient participé en 1984-1985 à cette grève, un des évènements marquants des années Thatcher.

D'anciens mineurs dans un bar à Armthorpe, dans le Yorkshire, le 9 avril 2013

La violence des affrontements entre les grévistes et la police, qui avaient dégénéré en véritables batailles rangées, avaient stupéfié l'opinion.

La locataire de Downing Street, qui voulait fermer des dizaines de puits déficitaires, s'est retrouvée engagée dans un véritable bras de fer avec Arthur Scargill, président à vie du syndicat des mineurs NUM rebaptisé "King Arthur" par ses troupes.

Ce conflit a également coûté la vie à plusieurs personnes, dont un chauffeur de taxi, assassiné au Pays de Galles pour avoir transporté un mineur non-gréviste jusqu'à un puits.

Les grévistes, "ennemis de l'intérieur" selon Margaret Thatcher, s'étaient retrouvés dans une situation désespérée après une année sans travail.

Et ils ont fini par perdre la partie: Margaret Thatcher les a acculés à la défaite en réussissant à approvisionner le pays en charbon.

Certains mineurs ont repris le chemin de la mine en pleurs.

Dans ses mémoires, l'inflexible "Dame de fer" écrira: les mineurs "avaient voulu défier les lois du pays et s'opposer aux lois de l'économie. Ils ont échoué".

Cette défaite, véritable coup de massue pour le très puissant NUM, a quasiment mis fin à l'extraction souterraine du charbon au Royaume-Uni: en 1984, la Grande-Bretagne avait 170 mines en activité, qui employaient 200.000 ouvriers. Il n'en reste aujourd'hui qu'une poignée, où travaillent environ 2.000 personnes.

Armthorpe a été une des victimes de cette hécatombe industrielle.

D'anciens mineurs discutent de la mort de Margaret Thatcher, dans un bar Armthorpe, dans le Yorkshire, le 9 avril 2013

La grande roue du puits, installée le long de la route principale, est un des rares rappels de son passé minier.

Les anciens mineurs gardent un souvenir amer du moment où la police anti-émeutes a encerclé leur village et des affrontements qui ont suivi.

"Thatcher a détruit cet endroit", explique George Fletcher, 63 ans, ancien contremaître de la mine. "Mon père était mineur, mon grand-père aussi. Mais Thatcher n'aimait pas les ouvriers. Elle a transformé la vie de beaucoup de gens en enfer".

Derrière lui, un jeune homme arrache une photo de la "Dame de fer" d'un journal et la serre rageusement dans ses poings serrés.

Les mineurs sont fiers que le village soit resté si soudé pendant le conflit, développant une entraide à l'opposé de la vision individualiste de la Grande-Bretagne défendue par "Mrs T".

Le boulanger, se souviennent-ils avec gratitude, s'est notamment ruiné en servant les mineurs à crédit.

Mais aujourd'hui, l'humeur est sombre. Les ex-mineurs disent qu'il n'y a plus de travail depuis la fermeture de la mine en 1996.

George Kennedy, 55 ans, ancien mineur à Armthorpe, dans le Yorkshire, le 9 avril 2013

"Les jeunes, ils n'ont rien à faire", explique George Kennedy, 55 ans, qui a travaillé dans la mine pendant 20 ans avant de perdre son emploi et qui souffre de problèmes respiratoires.

La fermeture des puits a "détruit le village", renchérit le gérant du club, Geoff Smith.

"C'est elle qui est responsable de tous les problèmes qu'on a eus depuis, la drogue, les bagarres", assure-t-il.

Il s'attend d'ailleurs à ce que les mineurs organisent une fête le jour des funérailles de Margaret Thatcher, mercredi prochain.

"S'ils en font une, je trinquerai avec eux", promet-il.

"Et si son corps est incinéré et qu'il n'y pas de charbon pour la crémation", "désolé, mais ce sera sa faute", ajoute-t-il avec un gloussement.

Posté par stetienne à 15:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,