20 juin 2016

supprimons l exception culturelle

Une volonté de dialogue social bizarrement passée sous silence. Parce qu'elle manque d'exemplarité ? Difficile, en effet, d'expliquer à tous ceux qui galèrent dans les grèves des transports qu'il fallait d'abord éviter le blocage de la prochaine saison des festivals. Difficile d'affirmer, d'un côté, que l'article 2 de la loi El Khomri (dupliquant le dumping social entre nations par l'instauration d'une concurrence du moins-disant social entre entreprises) n'est pas négociable et, de l'autre, qu'il faut sauver les annexes 8 et 10 de la convention Unedic (demandant à l'ouvrier de Goodyear de financer des spectacles auxquels il n'est jamais invité). Difficile de convaincre les salariés du privé qu'ils doivent devenir les variables d'ajustement d'une adaptation (toujours à la baisse) à la mondialisation, mais que leurs cotisations sociales doivent rester les variables d'ajustement d'une «exception culturelle nationale» consommée par la bourgeoisie.

Posté par stetienne à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 juin 2014

Intermittents du spectacle : menace sur les festivals d'été

Intermittents du spectacle : menace sur les festivals d'été

pas grave mes bichounes personne va voir vos debilites de toute facons.

lol ceux la c est comme la presse tu enleves subventions ils font tous faillites car personne ne va a leur truc bidon

3 mois de boulot ,9 mois de glande et ils touchent le chômage.Leur caisse de retraite est en déficit permanent (comme celle des agriculteurs) et les autres caisses compensent .Le conte de fée ne peut pas et ne doit pas être éternel .

 qu on protege l agriculture non productiviste oui mais la sous culture  non mise en concurence

Posté par stetienne à 10:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 janvier 2013

lamentable ps et hollande qui reforme pas le regime scandaleux des intermitents du spectacle

projet pour la france,intermitents du spectacle,france 2,sous culture,filipetti,ps,hollande,chomage,travailleur,fn,ouvrier,technicien,ingénieur,

pour rappel

je privatise france2

je supprime hadopi et taxe copie privée

finie les credits d'impots pour le cinema

Système abusif et déficit massif, leur régime ne changera pas et ne sera pas soumis à un renforcement des contrôles.

Aurélie Filippetti l'avait déjà laissé entendre mais ne l'avait jamais dit aussi clairement. «L'assurance-chômage pour les artistes et les techniciens du spectacle, ce n'est pas un système pour les privilégiés mais pour des gens pré­caires», a rappelé la ministre dans son entretien au Monde, limitant toute évolution à un renforcement des contrôles et à une meilleure sanction des abus.

Pourtant, le régime d'indemnisation des intermittents et techniciens du spectacle - dont les modalités sont définies par les annexes 8 et 10 de la convention d'assurance-chômage - est un scandale auquel peu de politiques, toutes majorités confondues, ont souhaité s'attaquer depuis dix ans. Selon les dernières données disponibles, les 105 100 intermittents indemnisés (soit les deux tiers des artistes et techniciens recensés) représentent 0,8 % des salariés affiliés à l'assurance-chômage, 3,4 % des allocataires et 5,9 % des dépenses. Pis, ce régime est déficitaire d'un milliard d'euros par an, un niveau très légèrement inférieur, en 2009, à celui du régime général financé par les cotisations de plus de 16 millions de salariés et bénéficiant à 2 millions d'allocataires.

La Cour des comptes dénonce depuis des années cette «dérive massive». En vain. Dans son dernier rapport public, elle fustige même le fait que son «déficit cumulé sur les dix dernières années s'est établi à un montant proche de l'endettement total du régime d'assurance-chômage». Soit plus de 9 milliards en 2009 pour financer pendant dix ans les allocations de 100 000 personnes par an.
Régime ultra «avantageux»

Les intéressés, qui votent massivement à gauche et se sont chargés de le rappeler pendant la campagne à François Hollande, auraient tort de ne pas se battre pour conserver leur régime ultra «avantageux» : huit mois d'indemnisation garantis pour 507 heures de cachet sur dix mois. Et le tout, sans contrôle. La chasse à la fraude, massive, ne mobilise que 21 personnes «sans couvrir les risques les plus forts», dixit la Cour des comptes.Un simple renforcement des contrôles ne suffira donc pas à mettre fin à un système abusif dans lequel tous les protagonistes, à l'exception de la CFDT, se complaisent. François Hollande reconnaissait lui-même d'ailleurs, juste après son élection, que «l'intermittence fait vivre un grand nombre d'industries». Mais à quel prix? Seule une remise à plat radicale serait la preuve que le «redressement dans la justice» n'est pas, dans ce cas précis, qu'un slogan inventé par des spin-doctors en mal de cachets…
http://www.lefigaro.fr/culture/2012/09/ ... ctacle.php

ben voyons. clientélisme lamentable sur le dos des travailleurs.

Posté par stetienne à 21:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 octobre 2012

les privileges inadmissibles de certaine categorie de personnes

nV9AC

Posté par stetienne à 10:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,