Photos liées au tag 'islam'

Voir toutes les photos
21 mai 2019

encore un bienfait de l immigration

tu t 'etonne que les saussiflards vont disparaitre à soutenir les merdes de l islam des vrais petits collabos de service

le pire c est qu il va falloir nourrir cette petite merde de l islam en prisons avec notre argent

Agression transphobe à Paris : 6 mois de prison ferme pour l'agresseur


il est plus que temps d'envisager la suppression de la nationalité francçaise et le retrour ultra massive au bled avec les  couilles des collabos à racailles de banlieuer autour du cou en cadeau

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2019/04/02/01016-20190402ARTFIG00051-paris-enquete-ouverte-apres-une-agression-transphobe-en-marge-d-une-manifestation.php

Julia Boyer, femme transgenre photographiée à Paris le 4 avril 2019, qui avait été agressée le 31 mai, s'apprête à confronter mercredi son agresseur au tribunal correctionnel de Paris. ( AFP / Martin BUREAU )Julia Boyer, femme transgenre photographiée à Paris le 4 avril 2019, qui avait été agressée le 31 mai, s'apprête à confronter mercredi son agresseur au tribunal correctionnel de Paris. ( AFP / Martin BUREAU ) 2>La vidéo virale de son agression à Paris a rendu à nouveau visible les violences et les discriminations subies par les personnes transgenres: Julia Boyer s'apprête à confronter mercredi son agresseur au tribunal correctionnel de Paris.

Les faits remontent au 31 mai. En pleine manifestation contre l'ex-président algérien Adelaziz Bouteflika, Julia tente d'entrer dans une bouche de métro lorsqu'elle est agressée et insultée par plusieurs hommes. L'un d'eux lui assène plusieurs coups au visage, pendant que la foule chante un refrain humiliant.

Filmée et diffusée sur les réseaux sociaux, la scène provoque l'indignation. La vidéo permet de retrouver l'auteur des coups et Julia dénonce la transphobie dans les médias.

Placé en détention provisoire, le jeune homme de 23 ans a reconnu les faits et est poursuivi pour "violences commises à raison de l'orientation sexuelle et de l'identité de genre", un délit passible de trois ans d'emprisonnement et 45.000 euros d'amende.

"Ce procès c'est vraiment pour la communauté, pour toutes les personnes qui ont subi ce genre de violences et qui n'ont pas porté plainte ou dont l'agresseur n'a pas été arrêté", explique Julia à l'AFP. Elle espère "une peine exemplaire".

"Il faut faire de ce procès un symbole pour que les gens prennent conscience de ce qu'est la transphobie et changent leur mentalité", ajoute son avocat Étienne Deshoulières.

Le dernier rapport de SOS Homophobie a défini 2018 comme "une année noire" pour les personnes LGBT (lesbiennes, gays, bis, trans): le nombre d'agressions physiques à leur encontre (231) recensées par l'association a augmenté de 66%.

"Dans l'espace public, les violences les plus fortes sont commises à l'encontre des personnes transgenre", souligne Me Deshoulières. En août, Vanesa Campos, une travailleuse du sexe transgenre, avait été tuée par balle dans le Bois de Boulogne.

"Mon client a honte, il ne faut pas le punir pour l'exemple", défend l'avocate du prévenu, Mariame Touré. "Il m'a dit qu'il avait été bête et qu'il avait été entraîné par un effet de foule. Il a été touché par l'immense dignité de la victime et il espère qu'elle acceptera ses excuses."

"Devant les policiers, il a assumé et il était visiblement très fier de ce qu'il avait fait", rétorque Julia. A 31 ans, cette vendeuse dans une boutique de luxe a entamé sa transition il y a huit mois. Depuis son agression et malgré les messages de soutien, elle raconte continuer à être la cible d'insultes.

Posté par stetienne à 10:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
14 mai 2019

la gauche la plus bête du monde

non non pas la gauche française la gauche américaine :)

islamiste usa la gauche la plus bete du monde-Marianne_-_10_Mai_2019b

Posté par stetienne à 11:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 mai 2019

Certaines salles de sport se communautarisent progressivement

moi je suis pour le retour au bled massif ils n'ont rien à faire en France ces trouduculs de l'islam

je suis aussi pour faire voter des lois anticommunautaristes et dissoudre les associations communautaristes : cran crif sos arabe

Ancien directeur de l'état-major opérationnel de prévention du terrorisme (EMOPT), Olivier de Mazières est aujourd'hui préfet de police des Bouches-du-Rhône. Intégrisme religieux, radicalisation et repli communautaire n'ont aucun secret pour ce haut fonctionnaire qui donne lui-même des formations sur les valeurs républicaines. L'un des enjeux du moment pour lui : anticiper la reconfiguration de la menace terroriste, notamment dans les milieux associatifs et sportifs? En effet, ces îlots de libertés peuvent faire l'objet d'un entrisme religieux ou communautaire, parfois même radical. À Marseille, il a, par exemple, fait fermer une salle de sport dans le 3e arrondissement. Il explique au Point les enjeux de la surveillance de la radicalité.Le Point : À quel moment s'est-on rendu compte que le sport pouvait être vecteur de radicalisation violente ?Olivier de Mazières : Nous avons constaté que de nombreux individus repérés comme radicalisés pratiquaient aussi des sports de combat. Il faut aussi observer le profil sportif des auteurs d'attentats depuis mars 2012. Tous pratiquaient des sports comme la boxe, le MMA, le free fight ou le judo à un niveau intense, voire parfois de compétition. C'est là qu'on a compris qu'il y avait un sujet de sécurité. On a attiré mon attention dès 2015, alors que je prenais mes fonctions à l'état-major opérationnel de prévention du terrorisme. J'ai travaillé sur ces sujets avec l'Uclat après l'attentat de...

https://www.lepoint.fr/societe/certaines-salles-de-sport-se-communautarisent-progressivement-05-05-2019-2310936_23.php#xtor=CS3-192

Posté par stetienne à 10:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
21 avril 2019

islam=terrorisme=nazis

il est plus que temps de prendre cette religion de merde pour ce quelle est : les nazis du 21 eme siecle

Carnage au Sri Lanka: au moins 137 morts dans des églises et des hôtels

AFP21/04/2019 à 09:23

"des personnels de sécurité montent la garde devant l'église Saint-Anthony à Colombo après une explosion meurtrière, le 21 avril 2019 ( AFP / ISHARA S. KODIKARA )">

lt="Des personnels de sécurité montent la garde devant l'église Saint-Anthony à Colombo après une explosion meurtrière, le 21 avril 2019 ( AFP / ISHARA S. KODIKARA )"> ss="c-thumb-lazy__ratio" style="padding-bottom: 60.9375%;" data-ratio-filler="" data-ratio-auto="">Des personnels de sécurité montent la garde devant l'église Saint-Anthony à Colombo après une explosion meurtrière, le 21 avril 2019 ( AFP / ISHARA S. KODIKARA )Des personnels de sécurité montent la garde devant l'église Saint-Anthony à Colombo après une explosion meurtrière, le 21 avril 2019 ( AFP / ISHARA S. KODIKARA )

Au moins 137 personnes ont péri dimanche dans une série d'attentats contre trois hôtels de luxe et trois églises du Sri Lanka, où était célébrée la messe de Pâques, a annoncé la police.

Le bilan pourrait s'aggraver encore car on dénombre des dizaines de blessés dans cette vague d'attaques d'une violence rare, selon des sources hospitalières.

Un responsable de la police a indiqué sous couvert de l'anonymat qu'au moins 45 personnes avaient été tuées dans la capitale, où trois hôtels et une église ont été frappés.

Soixante-sept personnes ont aussi péri dans l'église Saint-Sébastien de Negombo, une localité juste au nord de la capitale. Et 25 autres ont trouvé la mort selon la police dans une explosion dans une église de Batticaloa, dans l'est de l'île.

Au moins neuf étrangers ont péri dans ce que le Premier ministre Ranil Wickremesinghe a qualifié d'"attaques lâches".

La nature exacte de ces déflagrations demeurait inconnue dans l'immédiat et aucune revendication n'a été faite.

Des ambulances stationnent devant l'église Saint-Anthony de Colombo après une explosion meurtrière, le 21 avril 2019 ( AFP / ISHARA S. KODIKARA )

>Des ambulances stationnent devant l'église Saint-Anthony de Colombo après une explosion meurtrière, le 21 avril 2019 ( AFP / ISHARA S. KODIKARA )

Mais le chef de la police nationale, Pujuth Jayasundara, avait alerté ses services il y a dix jours en indiquant qu'un mouvement islamiste appelé NTJ (National Thowheeth Jama'ath) projetait "des attentats suicides contre des églises importantes et la Haute commission indienne".

Le NTJ s'était fait connaître l'an passé en lien avec des actes de vandalisme commis contre des statues bouddhistes. Le bouddhisme est la religion majoritaire de l'île.

- "Scènes horribles" -

Le président srilankais Maithripala Sirisena s'est dit choqué par les explosions. De son côté, le ministre des Finances Mangala Samaraweera a déclaré sur Twitter que les attaques avaient tué "de nombreux innocents" et semblaient "une tentative coordonnées pour provoquer des meurtres, le chaos et l'anarchie".

Des ambulances stationnent devant l'église Saint-Anthony à Colombo frappée par une explosion meurtrière, le 21 avril 2019 ( AFP / ISHARA S. KODIKARA )

Des ambulances stationnent devant l'église Saint-Anthony à Colombo frappée par une explosion meurtrière, le 21 avril 2019 ( AFP / ISHARA S. KODIKARA )

Les premières explosions qui ont été rapportées se sont produites à l'église Saint-Anthony, dans la capitale, et à l'église de Negombo.

Des dizaines de blessés de l'explosion de Saint-Anthony ont été admis à l'Hôpital national de Colombo.

"Attentat contre notre église, s'il vous plaît, venez nous aider si des membres de votre famille s'y trouvent", peut-on lire dans un message en anglais posté sur le compte Facebook de l'église Saint-Sébastien de Katuwapitiya, à Negombo.

La police a précisé qu'au total six lieux avaient été le théâtre d'explosions dont, dans la capitale, trois hôtels de luxe et une église.

Au moins une des victimes a péri dans le Cinnamon Grand Hotel de Colombo, situé près de la résidence officielle du Premier ministre, a indiqué à l'AFP un responsable de cet établissement, qui a précisé que l'explosion s'était produite dans un restaurant.

Un responsable de l'hôpital de Batticaloa avait affirmé que 300 personnes avaient été blessées.

"Réunion d'urgence dans quelques minutes. Les opérations de secours sont en cours", a tweeté de son côté le ministre des Réformes économiques Harsha de Silva.

Il a fait état de "scènes horribles" à l'église Saint-Anthony et dans deux des hôtels visés où il s'est rendu.

- "Restez calmes" -

"J'ai vu des morceaux de corps éparpillés partout", a-t-il tweeté, ajoutant qu'il y avait "beaucoup de victimes dont des étrangers".

"S'il vous plaît restez calmes et à l'intérieur", a-t-il ajouté.

Environ 1,2 million de catholiques vivent au Sri Lanka, dont la population totale est de 21 millions d'habitants. Le pays compte environ 70% de bouddhistes, 12% d'hindouistes, 10% de musulmans et 7% de chrétiens.bref ces 10% de merde vont chier la majorité 

Les catholiques sont perçus comme une force unificatrice car on en trouve chez les Tamouls comme chez la majorité cinghalaise.

Des personnels de sécurité sri-lankais se tiennent près d'une ambulance devant l'église Saint-Anthony à Colombo après une explosion meurtrière, le 21 avril 2019 ( AFP / ISHARA S. KODIKARA )">
Des personnels de sécurité sri-lankais se tiennent près d'une ambulance devant l'église Saint-Anthony à Colombo après une explosion meurtrière, le 21 avril 2019 ( AFP / ISHARA S. KODIKARA )
ss="c-image-news__legend">Des personnels de sécurité sri-lankais se tiennent près d'une ambulance devant l'église Saint-Anthony à Colombo après une explosion meurtrière, le 21 avril 2019 ( AFP / ISHARA S. KODIKARA )

Certains chrétiens sont cependant mal vus parce qu'ils soutiennent des enquêtes extérieures sur les crimes de l'armée sri-lankaise contre les Tamouls pendant la guerre civile qui s'est achevée en 2009.

Selon les Nations unies, le conflit de 1972 à 2009 a fait de 80.000 à 100.000 morts.

Deux décennies après Jean Paul II, le pape François avait effectué une visite dans l'île en janvier 2015 au cours de laquelle il avait célébré une messe devant un million de participants rassemblés à Colombo.

La police de la capitale, donnant le chiffre d'un million, avait estimé qu'il s'agissait de la foule la plus importante rassemblée lors d'une manifestation publique. Le Vatican avait parlé pour sa part de plus de 500.000 personnes.

Dans son sermon, le pape avait insisté sur la liberté de croire sans contrainte dans un pays blessé par les tensions ethniques et interreligieuses.

Avant l'élection de François en mars 2013, le cardinal sri-lankais Malcolm Ranjith avait été cité comme un candidat possible au pontificat.

Posté par stetienne à 10:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
01 avril 2019

elton-john-soutient-lappel-au-boycott-dhotels-lies-au-sultan-de-brunei-

https://www.europe1.fr/international/elton-john-soutient-lappel-au-boycott-dhotels-lies-au-sultan-de-brunei-3883691

Le chanteur britannique Elton John a soutenu dimanche l'appel au boycott lancé par George Clooney contre les hôtels de luxe liés au sultan de Brunei, un petit État pétrolier qui s'apprête à instaurer la peine de mort en cas d'homosexualité ou d'adultère.

des vrais tarés du bulbe ces émirs vivement qu on leur tranche la tete

Posté par stetienne à 17:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
22 janvier 2019

les nazillons de l islam et leurs collabos gauchiottes aux usa

Aux États-Unis, le calvaire d'ex-musulmans

Sarah Haider, fondatrice d\'une association d\'ex-musulmans d\'Amérique du Nord.

>Aux États-Unis, le calvaire d'ex-musulmans >Sarah Haider, fondatrice d'une association d'ex-musulmans, explique être menacée par ses anciens coreligionnaires et méprisée par la gauche progressiste.

la gauche progressiste comprendre petit liberaux de merde bon teint  genre la petasse hilary clinton

Posté par stetienne à 20:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 janvier 2019

les nazis de l islam: le kosovo et l'albanie

Enquête sur la guérilla au Kosovo: soulagement prudent des victimes14/01/2019 à 13:46


Rrustem Mustafa-Remi (d) arrive à l'aéroport de Pristina pour prendre un avions pour La Haye le 13 janvier 2019 ( AFP / Armend NIMANI )

L'attente fut longue, désespérante, mais les victimes accueillent avec un soulagement teinté de scepticisme les premières convocations par le tribunal international chargé des crimes qui auraient été commis par la guérilla lors de la guerre du Kosovo.

Après des mois d'apparent immobilisme, tout s'accélère: la presse kosovare spécule sur de premières inculpations cette semaine de vétérans de l'Armée de libération du Kosovo (UCK) par les cours spéciales formées en août 2015 et installées à La Haye.

Rrustem Mustafa-Remi, 47 ans, et Sami Lushtaku, 57 ans, deux ex-commandants de l'UCK qui a mené la guerre d'indépendance contre les troupes serbes (1998-99), ont quitté dimanche Pristina, leur avocat indiquant qu'ils seraient interrogés respectivement lundi et mercredi.

Un autre, Sylejman Selimi, 48 ans, n'a pas fait le voyage en fin de semaine dernière, invoquant des raisons médicales, tandis qu'un quatrième, Remzi Shala, 54 ans, a prévenu qu'il ne répondrait pas.

En décembre, les enquêteurs du tribunal spécial -- chargés des crimes de guerre qui auraient été commis notamment contre des Serbes -- sont allés à Pristina interroer l'ancien juge militaire Sokol Dobruna, 79 ans, qui n'exclut pas une future inculpation.

Kosovo ( AFP / Vincent LEFAI )

Kosovo ( AFP / Vincent LEFAI )

Dernier conflit en ex-Yougoslavie, la guerre du Kosovo (1998-99) entre forces serbes et guérilla indépendantiste kosovare albanaise avait fait plus de 13.000 morts, dont plus de 11.000 Kosovars albanais, 2.000 Serbes et quelque 500 Roms. Belgrade ne reconnaît toujours pas l'indépendance de son ancienne province, majoritairement peuplée d'Albanais.

D'anciens responsables serbes ont été condamnés par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), qui a clos ses activités il y a un an. L'ancien homme fort de Belgrade, Slobodan Milosevic, était mort avant le verdict.

- Serbes, opposants, Roms -

Mais aucun responsable de l'UCK n'a été condamné par la justice internationale: après plusieurs années de détention, l'actuel Premier ministre, Ramush Haradinaj, avait été acquitté en 2012, tout comme Fatmir Limaj, dont le parti (Nisma) appartient aujourd'hui à la coalition au pouvoir.

Serbes, opposants kosovars ou roms accusés de collaboration, les victimes supposées de l'UCK se sont longtemps senties oubliées. Mais en 2008, l'ex-procureure générale du TPIY, Carla del Ponte, avait évoqué dans un livre des crimes impunis.

Le président du Kosovo Hashim Thaci à Pristina le 13 décembre 2018 ( AFP / Armend NIMANI )
Le président du Kosovo Hashim Thaci à Pristina le 13 décembre 2018 ( AFP / Armend NIMANI )Le président du Kosovo Hashim Thaci à Pristina le 13 décembre 2018 ( AFP / Armend NIMANI )

Puis en 2010, un rapport du Conseil de l'Europe, basé à Strasbourg (est de la France), avait mis en cause l'UCK. A commencer par son chef politique, Hashim Thaçi, actuel président du Kosovo, qui réfute des accusations "motivées politiquement".

En cause, la mort ou la disparition de 500 personnes, dont 400 Serbes, ainsi que diverses exactions après le retrait des troupes serbes consécutif aux bombardements de l'Otan. Durant l'été 1999, l'UCK avait pris le contrôle de la situation au sol.

"Ce qui meurt en dernier, c'est l'espoir", réagit à Belgrade Natasa Scepanovic, 54 ans, présidente d'une association de victimes serbes du Kosovo. Le corps de son père, qui vivait à Istok (ouest), a été identifié en 2003. Sa mère reste portée disparue.

- "Dernier espoir, dernière chance" -

Beriana Mustafa, une journaliste de Pristina de 36 ans, accueille favorablement ce "dernier espoir" pour élucider l'assassinat de son père.

Xhemajl Mustafa était le conseiller du président Ibrahim Rugova (2002-06), dont une immense photo domine toujours la place principale de Pristina.

Le charisme et la légitimité historique du "père de la Nation" représentaient un obstacle dans l'ascension des chefs de la rébellion vers un pouvoir qu'ils occupent encore.

Comme d'autres proches, son conseiller Xhemalj Mustafa a été assassiné en 2000 à l'entrée de son domicile après avoir critiqué publiquement la volonté de la rébellion de monopoliser le pouvoir.

"Le tribunal est la dernière chance de faire la lumière sur les assassinats au Kosovo", observe Beriana Mustafa. Elle relève toutefois que les enquêteurs devront faire avec des preuves partielles, usées par le temps et la mort de témoins.

S'il répond à la loi kosovare, le tribunal est composée de magistrats étrangers et installé à La Haye justement par souci de protection de ces témoins.

Le Premier ministre du Kosovo Ramush Haradinaj à Pristina le 31 décembre 2018 ( AFP / Armend NIMANI )

-news__legend">Le Premier ministre du Kosovo Ramush Haradinaj à Pristina le 31 décembre 2018 ( AFP / Armend NIMANI )Marinko Djuric, un Serbe de 59 ans, a perdu son père et six membres de sa famille. Lui n'est guère optimiste: "Je ne l'étais pas avant, encore moins aujourd'hui. Tous les développements suggèrent qu'il n'y aura pas de conclusions de ces dossiers".

Ramush Haradinaj a assuré qu'il répondrait favorablement à une éventuelle convocation: "Le peuple entier m'a soutenu" dans une guerre qualifiée de "juste" et "s'ils me convoquent encore, je sais que je ne suis pas seul".

Hashim Thaçi s'est lui dit prêt à répondre "à n'importe quelle heure, dans n'importe quelles circonstances, à tout moment, avec tous (ses) moyens".

Posté par stetienne à 14:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
10 décembre 2018

La Nobel de la paix Murad réclame une "protection internationale" des Yazidis

La Nobel de la paix Murad réclame une "protection internationale" des Yazidis
Comme des milliers de femmes yazidies, Nadia Murad été enlevée, violée, torturée et échangée par les jihadistes après l'offensive de l'EI contre cette communauté kurdophone du nord de l'Irak en 2014.

ben faut voir avec les usa vu que c est eux qui ont foutu un bordel mosntre

Source: Externe

Posté par stetienne à 17:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 novembre 2018

Boko Haram - Les origines du mal

Posté par stetienne à 21:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 novembre 2018

des fous

http://www.leparisien.fr/international/acquittement-d-asia-bibi-menace-par-des-fanatiques-son-avocat-a-quitte-le-pakistan-

La France s'empresse de donner l'asile aux clandestins de l'#Aquarius.Mais elle ne montre pas un grand engouement pour aider Asia Bibi.

y a rien a attendre des putes en marche et de mini micron de toute facons.

le droit au blaspheme doit etre inscrit  dans la constitution de tout les pays du monde

ceci dit 5000 nazis de l'islam dans une ville comme islamad qui doit avoir plus de  10 millions d'habitants d'un point de vue statistique c est poil de cul

donc oui le gouvernement pakistanais est complice

Pakistan: troisième jour de manifestations anti-Asia Bibi

Un partisan du parti musulman extrémiste ASWJ (Ahle Sunnat Wal Jamaat) proteste contre l'acquittement de la chrétienne Asia Bibi dont il brandit le portrait barré de rouge, à Islamabad le 2 novembre 2018 ( AFP / AAMIR QURESHI )

Le Pakistan demeurait vendredi en grande partie paralysé par des islamistes protestant contre l'acquittement de la chrétienne Asia Bibi, bien que la puissante armée les ait appelés à ne pas abuser de sa patience.

Tous les grands axes et autoroutes du pays étaient fermés au trafic vendredi, tandis que la circulation apparaissait réduite sur les routes secondaires, beaucoup de gens ayant préféré rester chez eux.

De nombreux commerces et écoles sont restés fermés et le réseau mobile était coupé vendredi dans les grandes villes.

Plusieurs groupes religieux avaient appelé à des manifestations vendredi après la prière et les rues apparaissaient désertées dans la plupart des grandes villes.

Les milieux religieux musulmans extrémistes protestent contre le jugement rendu mercredi par la Cour suprême qui a prononcé l'acquittement de la chrétienne Asia Bibi, condamnée à mort en 2010 pour blasphème, un sujet très sensible au Pakistan.

Asia Bibi dans la prison de Sheikhupura au Pakistan, le 20 novembre 2010 ( DGPR Punjab/AFP/Archives / Handout )"Libérer Asia est un premier pas vers une abrogation de la loi sur le blasphème au Pakistan. L'Occident a toujours essayé de modifier cette loi mais nous résisterons", a lancé un orateur devant la foule.

La plupart des rassemblements sont menés par le parti radical Tehreek-e-Labaik Pakistan (TLP), connu pour sa ligne particulièrement dure en matière de blasphème.

Des négociations jeudi avec les autorités se sont soldées par un échec, a déclaré l'un de leurs chefs de file, Pir Afzal Qadri.

"Nos négociations sont au point mort et ils ont menacé de nous tuer. Nous avons décidé de rester sur place et aucune menace ne nous effraiera", a-t-il dit dans la nuit de jeudi à vendredi, selon une vidéo visible sur le site du parti.

"Des étudiants pakistanais membres de l'Islami Jamiat Talaba (IJT) manifestent contre l'acquittement de la chrétienne Asia Bibi, à Karachi le 1er novembre 2018 ( AFP / ASIF HASSAN )">Des étudiants pakistanais membres de l'Islami Jamiat Talaba (IJT) manifestent contre l'acquittement de la chrétienne Asia Bibi, à Karachi le 1er novembre 2018 ( AFP / ASIF HASSAN )Des étudiants pakistanais membres de l'Islami Jamiat Talaba (IJT) manifestent contre l'acquittement de la chrétienne Asia Bibi, à Karachi le 1er novembre 2018 ( AFP / ASIF HASSAN )

Le TLP avait déjà bloqué l'accès à Islamabad pendant plusieurs semaines en novembre 2017 pour des motifs également liés au blasphème et obtenu la démission du ministre de la Justice."Pourquoi (les manifestants) punissent-ils les pauvres pour ce qu'ont fait des juges?", s'est lamenté vendredi Jabbar Khan, un vendeur de parfums quadragénaire à proximité du site d'une manifestation. "Nous ne pouvons rien dire car sinon ils vont nous frapper", a-t-il dit à l'AFP.- Limites à la patience Les manifestations se poursuivent alors que le Premier ministre Imran Khan vient d'entamer un voyage de 4 jours en Chine, où il devrait négocier l'octroi "Des étudiants pakistanais musulmans membres de l'Islami Jamiat Talaba (IJT) manifestent contre l'acquittement de la chrétienne Asia Bibi, à Karachi ke 1er novembre 2018 ( AFP / ASIF HASSAN )">Des étudiants pakistanais musulmans membres de l'Islami Jamiat Talaba (IJT) manifestent contre l'acquittement de la chrétienne Asia Bibi, à Karachi ke 1er novembre 2018 ( AFP / ASIF HASSAN )"> "> Des étudiants pakistanais musulmans membres de l'Islami Jamiat Talaba (IJT) manifestent contre l'acquittement de la chrétienne Asia Bibi, à Karachi ke 1er novembre 2018 ( AFP / ASIF HASSAN )

M. Khan avait vivement critiqué mercredi les extrémistes, les prévenant que l'Etat ne "tolèrerait pas le sabotage" et "prendrait ses responsabilités" si nécessaire.

De nombreux Pakistanais ont salué ce ton de fermeté mais s'inquiètent de voir le chaos s'installer et les autorités hésiter à intervenir.

L'un des chefs de file des manifestants avait appelé mercredi au meurtre des juges de la Cour suprême et à la mutinerie dans l'armée, poussant cette dernière à entrer dans le jeu vendredi.

"Il s'agit d'une affaire judiciaire et l'armée n'a rien à voir avec cela. (...) Ne nous entraînez pas dans ce genre d'affaires", a déclaré son porte-parole Asif Ghafoor.

"Nous tolérons des remarques contre nous, mais des actions peuvent être prises conformément à la loi et à la Constitution", a-t-il noté. "Ne nous forcez pas à entrer en action", a-t-il dit, ajoutant qu'il espérait une résolution "pacifique".

"Le gouvernement semblait s'être finalement rendu compte qu'il était temps d'affronter les religieux radicaux mais cette perception a commencé à s'estomper dès le lendemain lorsque le gouvernement a annoncé qu'il négociait avec les manifestants", conclut-il.

Posté par stetienne à 15:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,