Photos liées au tag 'islam'

Voir toutes les photos
06 septembre 2019

Les talibans n'ont pas changé", alertent les femmes afghanes

les nazis de l'islam quoique c'est une redondance ca

Un couple dans un café, à Kaboul le 5 août 2019 ( AFP / Wakil KOHSAR )

Un couple dans un café, à Kaboul le 5 août 2019 ( AFP / Wakil KOHSAR )

>Elles sont celles qui ont le plus bénéficié de la présence internationale après la chute des talibans en 2001. Ce sont aussi celles qui ont le plus à perdre. A Kaboul, les femmes afghanes voient avec autant de crainte que d'espoir la perspective d'un accord américano-taliban.

Pendant 18 ans, elles ont étudié, travaillé, se sont émancipées, dans la capitale comme dans les grandes villes afghanes, les campagnes restant fermées à toute avancée des droits des femmes. Aujourd'hui, elles ont peur de revenir à zéro si les insurgés viennent au pouvoir, tout en souhaitant la fin des violences.

- Suraya: "on ne veut pas que ça se reproduise" -

"Nous ne savons pas ce qu'ils ont en tête pour nous", s'inquiète Suraya Pakzad, 48 ans, la fondatrice de l'ONG La voix des femmes. "Nos droits ont été sacrifiés pour la paix avec les talibans."

"Une jeune femme attablée dans un café tape sur son téléphone portable, à Kaboul le 5 août 2019 ( AFP / Wakil KOHSAR )">

Une jeune femme attablée dans un café tape sur son téléphone portable, à Kaboul le 5 août 2019 ( AFP / Wakil KOHSAR )Une jeune femme attablée dans un café tape sur son téléphone portable, à Kaboul le 5 août 2019 ( AFP / Wakil KOHSAR )

Les insurgés "n'ont pas changé. Ils veulent leur interprétation stricte de la charia", assure-t-elle, alors que les talibans sont pour l'instant restés très discrets sur le rôle qu'ils comptaient donner aux femmes s'ils revenaient au pouvoir.

Quand ils étaient à la tête de l'Afghanistan, entre 1996 et 2001, "toutes les voix" ont été "réduites au silence, dit-elle. "On ne veut pas que ça se reproduise", souligne Suraya Pakzad, désignée comme l'une des 100 personnes les plus influentes au monde en 2009 par le magazine américain Time.

Des femmes afghanes ont connu des "succès remarquables", dans la vie civile comme en politique depuis 2001, rappelle-t-elle. "Je crains qu'(elles) ne soient les premières victimes d'un mauvais accord."

- Zahra: "les femmes souffriront" -

"Si les talibans reviennent, les femmes souffriront beaucoup", prédit, inquiète, Zahra, artiste plasticienne de Kaboul. "La plupart, voire toutes celles qui travaillent, perdront leur emploi", affirme-t-elle. 

Zahra peint notamment des fresques murales sur les murs anti-explosion qui pullulent dans la capitale. Elle se dit "fière" et "heureuse" d'exercer une profession qu'elle aime malgré les railleries dont elle a été victime.

L'artiste plasticienne afghane Zahra au travail dans son atelier à Kaboul, le 6 août 2019 ( AFP / Wakil KOHSAR )

>L'artiste plasticienne afghane Zahra au travail dans son atelier à Kaboul, le 6 août 2019 ( AFP / Wakil KOHSAR )

"Des gens me disaient: +pourquoi une femme devrait-elle travailler? Une femme devrait rester à la maison+", se souvient-elle.

Mais dans une société afghane profondément patriarcale, au fin fond d'un classement de l'Onu sur l'égalité femmes-hommes, "l'opinion de la population sur les droits des femmes s'est améliorée", se félicite l'artiste.

Dès lors, une paix avec des talibans assortie d'une privation des libertés pour les femmes "ne vaut pas la peine". "Nous avons beaucoup lutté pour obtenir nos droits. Nous ne pouvons pas nous permettre de les perdre."

- Haida: "une génération différente" -

"L'Afghanistan de 1990 est radicalement différent de celui de 2019", observe Haida Essazada, 23 ans, la directrice du Réseau des jeunes Afghans. "Ma génération est une génération totalement différente."

Une Afghane qui enseigne l'anglais, Shukofa Ahmadi, devant sa classe, à Kaboul le 5 août 2019 ( AFP / Wakil KOHSAR )Une Afghane qui enseigne l'anglais, Shukofa Ahmadi, devant sa classe, à Kaboul le 5 août 2019 ( AFP / Wakil KOHSAR )Alors que les femmes "travaillent dur tous les jours pour changer cette société", "si les talibans ne l'acceptent pas, nous ne l'accepterons pas non plus", affirme cette jeune femme aux longs cheveux blonds .

"C'est là le grand défi pour les talibans, note-t-elle. Ils devront faire de gros compromis pour faire partie de ce gouvernement, pour être acceptés par cette génération".

Et de souffler : "j'ai peur qu'on ne veuille plus d'eux car personne n'est prêt à céder sur les avancées conquises ces 18 dernières années".

- Marghuba: "aller travailler" -

Marghuba Safi, 40 ans, dirige depuis 2016 une entreprise à Kaboul qui fabrique des savons, des crèmes et des sacs. Elle se dit "heureuse" des perspectives de paix qui sont en même temps pour elle source de "préoccupations".

ratio-auto="">Masuma Moravej, jeune Afghane de 19 ans, photographiée le 5 août 2019 dans le café de Kaboul où elle travaille comme serveuse ( AFP / Wakil KOHSAR )<

Masuma Moravej, jeune Afghane de 19 ans, photographiée le 5 août 2019 dans le café de Kaboul où elle travaille comme serveuse ( AFP / Wakil KOHSAR )

"Je suis mère célibataire, je suis responsable de famille et la seule personne à gagner de l'argent. Ma grande inquiétude est que les talibans ne permettent pas aux femmes, comme moi entrepreneuses, d'aller travailler."

Pour monter son entreprise, son "rêve", la businesswoman a dû surmonter moult difficultés. "Au début, on me disait que ce n'est pas bon pour une femme de sortir et de parler avec des hommes", raconte-t-elle. Des interdits incontournables lorsque les talibans régnaient.

Aujourd'hui, Marghuba Safi emploie vingt personnes, toutes d'anciennes toxicomanes. "Si on ne me permet pas de continuer, ce sera comme une explosion au sein de ma famille."

Posté par stetienne à 10:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 septembre 2019

ras le bol des follasses pouffiasses de l'islam

bon qu on commence à les sanctionner  en leur interdisant toutes les piscines de France et amende salées

tolérance zero pour le communautarisme religieux

"Même si les racistes veulent pas, nous on se baignera !" Elles étaient une quinzaine, militantes féministes ou musulmanes, dimanche 1er septembre dans une piscine parisienne, pour réclamer le droit de se baigner en burkini. Leur irruption a provoqué la fermeture de l'établissement.

Le petit groupe a pénétré dans une piscine du 11e arrondissement et cinq femmes musulmanes se sont baignées en burkini, soutenues par d'autres militantes féministes en maillots une ou deux pièces, mais aussi des personnes transgenres et des hommes membres du collectif créé pour l'occasion, a constaté un journaliste de l'AFP.

INTERVENTION DE LA POLICE SANS HEURTS

"On se baignera, on se baignera ! Même si les racistes veulent pas, nous on se baignera !": leurs chants militants ont été accueillis avec des regards tantôt amusés, tantôt indignés des autres nageurs. L'opération coup de poing a provoqué l'intervention des maître-nageurs, puis celle de la police, sans aucun heurt. Lors d'une brève altercation, un homme irrité par l'initiative a montré son sexe aux militantes.

Après une trentaine de minutes, la direction a fait fermer la piscine et les militantes sont reparties en déployant une banderole avec le slogan, "piscine pour toutes, stop islamophobie".

"Le but, c'est d'accéder à la piscine en tant que femmes musulmanes qui portons le voile", a déclaré à l'AFP Nargesse (sans donner son nom de famille), 27 ans, avant de se baigner en burkini. "On veut revendiquer notre choix de le porter et de pouvoir continuer à avoir nos loisirs sans qu'on puisse être importunées par des règlements discriminants", a ajouté la jeune femme, en dénonçant "la montée des idées islamophobes".

UN CHANGEMENT DE RÈGLES RÉCLAMÉ

"C'est important que toutes les femmes et toutes les personnes puissent se baigner et profiter de loisirs", a estimé de son côté Camille, militante féministe de 18 ans. "C'est pas parce qu'elles ont un maillot couvrant que c'est grave ou qu'il faut invoquer des raisons comme on l'a dit 'd'hygiène et de sécurité' (pour l'interdire), ce qui est totalement faux."

Dans un communiqué, le collectif a réclamé "le changement des règlements intérieurs des piscines, et l'accessibilité aux loisirs pour tous-tes". "Nos corps nous appartiennent, nous les couvrons ou les découvrons pour des raisons qui nous regardent", ont fait valoir les militantes.

Une action du même type à Grenoble mi-juin avait suscité une polémique nationale. Le Premier ministre Édouard Philippe avait estimé que les règles des piscines publiques doivent être respectées, et qu'"aucune conviction religieuse" ne pouvait être prise en compte pour y déroger. 

La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye avait elle condamné "les associations à caractère communautariste" qui tentent d'"imposer" un débat sur le burkini "qui n'a pas lieu d'être". on te demande pas de condamner mais de sanctionner ces petasses de l'islam et si vous ne le faite pas marine le pen le fera à bon entendeur salut

Posté par stetienne à 09:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 août 2019

l'homophobie dans les banlieues islameuses

https://www.la-croix.com/France/En-banlieue-homosexuels-victimes-violences-guets-apens-2019-04-25-1201017732

Peu de condamnations

Depuis janvier 2017, commettre une infraction en raison de l’orientation sexuelle constitue une circonstance aggravante, applicable à toutes les infractions punies d’emprisonnement (meurtre, acte de torture et de barbarie, agression sexuelle, violences, vol, menaces, extorsions, etc.).

Le nombre de condamnations pour de telles infractions (atteintes aux personnes aggravées en raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre de la victime, soit atteinte à la vie, violences, menaces) reste faible. La justice française a ainsi condamné 25 personnes en 2017, 39 en 2016, 22 en 2015, 26 en 2014 et 29 en 2013.

Posté par stetienne à 13:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 août 2019

les nazis de l islam

Afghanistan: au moins 95 blessés dans un attentat des talibans à Kaboul

De la fumée après une explosion à Kaboul, le 28 juillet 2019 en Afghanistan ( AFP / STR )

De la fumée après une explosion à Kaboul, le 28 juillet 2019 en Afghanistan ( AFP / STR ) >Un attentat à la voiture piégée revendiqué par les talibans a fait au moins 95 blessés, "dont une majorité de femmes et d'enfants" mercredi matin dans l'ouest de Kaboul, ont indiqué les autorités.

"Un véhicule rempli d'explosifs a explosé à l'entrée du commissariat de police dans l'ouest de Kaboul à 09H00 (04H30 GMT)", a déclaré le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Nasrat Rahimi.

"Ce n'est pas une attaque complexe" --quand des hommes armés donnent l'assaut suite à une explosion, NDLR-- "c'est un attentat à la voiture piégée", a-t-il ajouté.

Au moins 95 blessés ont été transportés dans les hôpitaux de la ville, "dont une majorité de femmes et d'enfants", a indiqué le porte-parole du ministère de la Santé, Wahidullah Mayar.

Le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, a revendiqué l'attentat sur les réseaux sociaux, ajoutant qu'il avait été commis par un kamikaze.

L'attaque "a été lancée contre un centre de recrutement ennemi. Des dizaines de soldats et de policiers ont été tués et blessés", a-t-il indiqué.

Les talibans et la branche afghane du groupe jihadiste Etat islamique (EI) exagèrent continuellement les pertes infligées aux forces afghanes ou de l'Otan résultant de leurs attaques.

 

Carte de l'Afghanistan localisant Kaboul, où une énorme explosion a retenti mercredi matin ( AFP / )Carte de l'Afghanistan localisant Kaboul, où une énorme explosion a retenti mercredi matin ( AFP / )

Carte de l'Afghanistan localisant Kaboul, où une énorme explosion a retenti mercredi matin ( AFP / )

Les talibans mènent depuis un an des pourparlers avec le Etats-Unis. Un huitième round de négociations se tient actuellement à Doha et les deux parties se sont félicitées des "excellents progrès" réalisés, espérant signer un accord de paix bilatéral.

Si un tel accord venait à se conclure, il ouvrirait la voie à des discussions directes entre talibans et une équipe de négociation formée par le gouvernement afghan.

Ces discussions devraient se tenir à Oslo. Les talibans ont jusqu'ici refusé de parler avec le gouvernement du président Ashraf Ghani qu'ils qualifient de "marionnette" de Washington.

- "Gros boum" -

"J'ai entendu un gros boum et toutes les fenêtres de mon magasin ont volé en éclats", a déclaré à l'AFP un commerçant témoin de l'explosion, Ahmad Saleh.

"Ma tête tourne et je ne sais encore pas ce qui s'est passé. Mais les vitrines d'une vingtaine de magasins, certains à un kilomètre du lieu de l'explosion, sont brisées", a-t-il ajouté.

D'après les photos et vidéos visibles sur les réseaux sociaux, un énorme panache de fumée s'est élevé dans le ciel de la capitale, témoignant de la puissance de la charge explosive.

Dans la nuit de mardi à mercredi, les forces spéciales afghanes ont pris d'assaut plusieurs repaires de membres de la branche afghane de l'EI. Les détails de cette opération n'ont pas été révélés.

Mardi en fin de journée dans la capitale, au moins cinq personnes ont été tuées et sept blessées dans un attentat visant un véhicule des services gouvernementaux de lutte contre les stupéfiants.

Les violences ont fortement augmenté en juillet, le mois le plus sanglant depuis mai 2017, avec plus de 1.500 tués et blessés en Afghanistan, selon l'ONU.

Posté par stetienne à 09:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
20 juin 2019

toubon tete de con

nonobstant d'etre un gros parasite inutile payé par nos impots ce mec est un crétin fini

je le met de suite dans le mur des cons( en plus ce cretin à l'age de la retraite donc on devrait le mettre d'office à la retraite la aussi serait grand temsp de faire le ménage dans ces institutions  scérosée et remplis de parasites inutiles)

Enfin, le Défenseur des droits appelle à une "réflexion sur la généralisation du repas de substitution". Le repas végétarien de substitution, proposé dès lors qu'est servi un plat contenant du porc - viande impure pour les juifs et les musulmans, a fait l'objet de nombreux débats ces dernières années.

et ma bichoune toubon le con si ils veulent pas s'adpater a notre mode de vie et donc renoncer aux principes moyen ageux de leur religion de merde qu ils repartent au bled et bon debarras de toute facons le pretendu besoin en immigration est le grand mensonge  du 21 eme siecle

la France n a absoluement pas besoin d'immigration,  les boubourgettes n ont qu a faire leur lessive et leur ménage plutot que de passer des cocmbres sur la figure et lire revues à boubourgettes débiles

Posté par stetienne à 13:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 juin 2019

les turcos des vrais abrutis

hier ces abrutis turquos qui vivent en France   on kalxonné pendant uen heure  démontrant leur mépris du pays dans lequel ils vivent

je suis personnellement pour le renvoi immediat au bled eux et leurs familles de dégenerés ( de toute facons la France n'a absolumement pas besoin de cette immigration de merde il vaut mieux instaurer la décroissance on vivra 1000 milliard de fois mieux)

en plus leur petit nazillon erdogan commence à faire chier tous le monde

 et il serait grand temps que les usa lui calotte un peu la gueule à ce petit nabot de l islam( je dis usa car de toute facons c est pas l europe qui va le faire lol nos militaire et politicards collabos en sont bien incapables)

/micro-europeen-linsupportable-menace-dankara-contre-la-republique-de-chypre

Posté par stetienne à 14:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
30 mai 2019

Les serbes du Kosovo isolés dans leur commune

honte aux amerlocks qui ont permis l installation d'un regime islamiste en europe

Posté par stetienne à 20:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 mai 2019

ce gouvernement de merde complice des nazis de l islam

signer la petition pourqu on ne rapatrie pas ces merdes en France et qu on les laisse se faire flinguer en irak

https://www.change.org/p/la-commission-des-droits-de-l-homme-exigez-que-les-terroristes-soient-automatiquement-d%C3%A9chus-de-leur-nationalit%C3%A9/u/24620496

Posté par stetienne à 09:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 mai 2019

encore un bienfait de l immigration

tu t 'etonne que les saussiflards vont disparaitre à soutenir les merdes de l islam des vrais petits collabos de service

le pire c est qu il va falloir nourrir cette petite merde de l islam en prisons avec notre argent

Agression transphobe à Paris : 6 mois de prison ferme pour l'agresseur


il est plus que temps d'envisager la suppression de la nationalité francçaise et le retrour ultra massive au bled avec les  couilles des collabos à racailles de banlieuer autour du cou en cadeau

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2019/04/02/01016-20190402ARTFIG00051-paris-enquete-ouverte-apres-une-agression-transphobe-en-marge-d-une-manifestation.php

Julia Boyer, femme transgenre photographiée à Paris le 4 avril 2019, qui avait été agressée le 31 mai, s'apprête à confronter mercredi son agresseur au tribunal correctionnel de Paris. ( AFP / Martin BUREAU )Julia Boyer, femme transgenre photographiée à Paris le 4 avril 2019, qui avait été agressée le 31 mai, s'apprête à confronter mercredi son agresseur au tribunal correctionnel de Paris. ( AFP / Martin BUREAU ) 2>La vidéo virale de son agression à Paris a rendu à nouveau visible les violences et les discriminations subies par les personnes transgenres: Julia Boyer s'apprête à confronter mercredi son agresseur au tribunal correctionnel de Paris.

Les faits remontent au 31 mai. En pleine manifestation contre l'ex-président algérien Adelaziz Bouteflika, Julia tente d'entrer dans une bouche de métro lorsqu'elle est agressée et insultée par plusieurs hommes. L'un d'eux lui assène plusieurs coups au visage, pendant que la foule chante un refrain humiliant.

Filmée et diffusée sur les réseaux sociaux, la scène provoque l'indignation. La vidéo permet de retrouver l'auteur des coups et Julia dénonce la transphobie dans les médias.

Placé en détention provisoire, le jeune homme de 23 ans a reconnu les faits et est poursuivi pour "violences commises à raison de l'orientation sexuelle et de l'identité de genre", un délit passible de trois ans d'emprisonnement et 45.000 euros d'amende.

"Ce procès c'est vraiment pour la communauté, pour toutes les personnes qui ont subi ce genre de violences et qui n'ont pas porté plainte ou dont l'agresseur n'a pas été arrêté", explique Julia à l'AFP. Elle espère "une peine exemplaire".

"Il faut faire de ce procès un symbole pour que les gens prennent conscience de ce qu'est la transphobie et changent leur mentalité", ajoute son avocat Étienne Deshoulières.

Le dernier rapport de SOS Homophobie a défini 2018 comme "une année noire" pour les personnes LGBT (lesbiennes, gays, bis, trans): le nombre d'agressions physiques à leur encontre (231) recensées par l'association a augmenté de 66%.

"Dans l'espace public, les violences les plus fortes sont commises à l'encontre des personnes transgenre", souligne Me Deshoulières. En août, Vanesa Campos, une travailleuse du sexe transgenre, avait été tuée par balle dans le Bois de Boulogne.

"Mon client a honte, il ne faut pas le punir pour l'exemple", défend l'avocate du prévenu, Mariame Touré. "Il m'a dit qu'il avait été bête et qu'il avait été entraîné par un effet de foule. Il a été touché par l'immense dignité de la victime et il espère qu'elle acceptera ses excuses."

"Devant les policiers, il a assumé et il était visiblement très fier de ce qu'il avait fait", rétorque Julia. A 31 ans, cette vendeuse dans une boutique de luxe a entamé sa transition il y a huit mois. Depuis son agression et malgré les messages de soutien, elle raconte continuer à être la cible d'insultes.

Posté par stetienne à 10:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
14 mai 2019

la gauche la plus bête du monde

non non pas la gauche française la gauche américaine :)

islamiste usa la gauche la plus bete du monde-Marianne_-_10_Mai_2019b

Posté par stetienne à 11:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,