01 avril 2019

elton-john-soutient-lappel-au-boycott-dhotels-lies-au-sultan-de-brunei-

https://www.europe1.fr/international/elton-john-soutient-lappel-au-boycott-dhotels-lies-au-sultan-de-brunei-3883691

Le chanteur britannique Elton John a soutenu dimanche l'appel au boycott lancé par George Clooney contre les hôtels de luxe liés au sultan de Brunei, un petit État pétrolier qui s'apprête à instaurer la peine de mort en cas d'homosexualité ou d'adultère.

des vrais tarés du bulbe ces émirs vivement qu on leur tranche la tete

Posté par stetienne à 17:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
22 janvier 2019

les nazillons de l islam et leurs collabos gauchiottes aux usa

Aux États-Unis, le calvaire d'ex-musulmans

Sarah Haider, fondatrice d\'une association d\'ex-musulmans d\'Amérique du Nord.

>Aux États-Unis, le calvaire d'ex-musulmans >Sarah Haider, fondatrice d'une association d'ex-musulmans, explique être menacée par ses anciens coreligionnaires et méprisée par la gauche progressiste.

la gauche progressiste comprendre petit liberaux de merde bon teint  genre la petasse hilary clinton

Posté par stetienne à 20:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 janvier 2019

les nazis de l islam: le kosovo et l'albanie

Enquête sur la guérilla au Kosovo: soulagement prudent des victimes14/01/2019 à 13:46


Rrustem Mustafa-Remi (d) arrive à l'aéroport de Pristina pour prendre un avions pour La Haye le 13 janvier 2019 ( AFP / Armend NIMANI )

L'attente fut longue, désespérante, mais les victimes accueillent avec un soulagement teinté de scepticisme les premières convocations par le tribunal international chargé des crimes qui auraient été commis par la guérilla lors de la guerre du Kosovo.

Après des mois d'apparent immobilisme, tout s'accélère: la presse kosovare spécule sur de premières inculpations cette semaine de vétérans de l'Armée de libération du Kosovo (UCK) par les cours spéciales formées en août 2015 et installées à La Haye.

Rrustem Mustafa-Remi, 47 ans, et Sami Lushtaku, 57 ans, deux ex-commandants de l'UCK qui a mené la guerre d'indépendance contre les troupes serbes (1998-99), ont quitté dimanche Pristina, leur avocat indiquant qu'ils seraient interrogés respectivement lundi et mercredi.

Un autre, Sylejman Selimi, 48 ans, n'a pas fait le voyage en fin de semaine dernière, invoquant des raisons médicales, tandis qu'un quatrième, Remzi Shala, 54 ans, a prévenu qu'il ne répondrait pas.

En décembre, les enquêteurs du tribunal spécial -- chargés des crimes de guerre qui auraient été commis notamment contre des Serbes -- sont allés à Pristina interroer l'ancien juge militaire Sokol Dobruna, 79 ans, qui n'exclut pas une future inculpation.

Kosovo ( AFP / Vincent LEFAI )

Kosovo ( AFP / Vincent LEFAI )

Dernier conflit en ex-Yougoslavie, la guerre du Kosovo (1998-99) entre forces serbes et guérilla indépendantiste kosovare albanaise avait fait plus de 13.000 morts, dont plus de 11.000 Kosovars albanais, 2.000 Serbes et quelque 500 Roms. Belgrade ne reconnaît toujours pas l'indépendance de son ancienne province, majoritairement peuplée d'Albanais.

D'anciens responsables serbes ont été condamnés par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), qui a clos ses activités il y a un an. L'ancien homme fort de Belgrade, Slobodan Milosevic, était mort avant le verdict.

- Serbes, opposants, Roms -

Mais aucun responsable de l'UCK n'a été condamné par la justice internationale: après plusieurs années de détention, l'actuel Premier ministre, Ramush Haradinaj, avait été acquitté en 2012, tout comme Fatmir Limaj, dont le parti (Nisma) appartient aujourd'hui à la coalition au pouvoir.

Serbes, opposants kosovars ou roms accusés de collaboration, les victimes supposées de l'UCK se sont longtemps senties oubliées. Mais en 2008, l'ex-procureure générale du TPIY, Carla del Ponte, avait évoqué dans un livre des crimes impunis.

Le président du Kosovo Hashim Thaci à Pristina le 13 décembre 2018 ( AFP / Armend NIMANI )
Le président du Kosovo Hashim Thaci à Pristina le 13 décembre 2018 ( AFP / Armend NIMANI )Le président du Kosovo Hashim Thaci à Pristina le 13 décembre 2018 ( AFP / Armend NIMANI )

Puis en 2010, un rapport du Conseil de l'Europe, basé à Strasbourg (est de la France), avait mis en cause l'UCK. A commencer par son chef politique, Hashim Thaçi, actuel président du Kosovo, qui réfute des accusations "motivées politiquement".

En cause, la mort ou la disparition de 500 personnes, dont 400 Serbes, ainsi que diverses exactions après le retrait des troupes serbes consécutif aux bombardements de l'Otan. Durant l'été 1999, l'UCK avait pris le contrôle de la situation au sol.

"Ce qui meurt en dernier, c'est l'espoir", réagit à Belgrade Natasa Scepanovic, 54 ans, présidente d'une association de victimes serbes du Kosovo. Le corps de son père, qui vivait à Istok (ouest), a été identifié en 2003. Sa mère reste portée disparue.

- "Dernier espoir, dernière chance" -

Beriana Mustafa, une journaliste de Pristina de 36 ans, accueille favorablement ce "dernier espoir" pour élucider l'assassinat de son père.

Xhemajl Mustafa était le conseiller du président Ibrahim Rugova (2002-06), dont une immense photo domine toujours la place principale de Pristina.

Le charisme et la légitimité historique du "père de la Nation" représentaient un obstacle dans l'ascension des chefs de la rébellion vers un pouvoir qu'ils occupent encore.

Comme d'autres proches, son conseiller Xhemalj Mustafa a été assassiné en 2000 à l'entrée de son domicile après avoir critiqué publiquement la volonté de la rébellion de monopoliser le pouvoir.

"Le tribunal est la dernière chance de faire la lumière sur les assassinats au Kosovo", observe Beriana Mustafa. Elle relève toutefois que les enquêteurs devront faire avec des preuves partielles, usées par le temps et la mort de témoins.

S'il répond à la loi kosovare, le tribunal est composée de magistrats étrangers et installé à La Haye justement par souci de protection de ces témoins.

Le Premier ministre du Kosovo Ramush Haradinaj à Pristina le 31 décembre 2018 ( AFP / Armend NIMANI )

-news__legend">Le Premier ministre du Kosovo Ramush Haradinaj à Pristina le 31 décembre 2018 ( AFP / Armend NIMANI )Marinko Djuric, un Serbe de 59 ans, a perdu son père et six membres de sa famille. Lui n'est guère optimiste: "Je ne l'étais pas avant, encore moins aujourd'hui. Tous les développements suggèrent qu'il n'y aura pas de conclusions de ces dossiers".

Ramush Haradinaj a assuré qu'il répondrait favorablement à une éventuelle convocation: "Le peuple entier m'a soutenu" dans une guerre qualifiée de "juste" et "s'ils me convoquent encore, je sais que je ne suis pas seul".

Hashim Thaçi s'est lui dit prêt à répondre "à n'importe quelle heure, dans n'importe quelles circonstances, à tout moment, avec tous (ses) moyens".

Posté par stetienne à 14:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
10 décembre 2018

La Nobel de la paix Murad réclame une "protection internationale" des Yazidis

La Nobel de la paix Murad réclame une "protection internationale" des Yazidis
Comme des milliers de femmes yazidies, Nadia Murad été enlevée, violée, torturée et échangée par les jihadistes après l'offensive de l'EI contre cette communauté kurdophone du nord de l'Irak en 2014.

ben faut voir avec les usa vu que c est eux qui ont foutu un bordel mosntre

Source: Externe

Posté par stetienne à 17:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 novembre 2018

Boko Haram - Les origines du mal

Posté par stetienne à 21:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 novembre 2018

des fous

http://www.leparisien.fr/international/acquittement-d-asia-bibi-menace-par-des-fanatiques-son-avocat-a-quitte-le-pakistan-

La France s'empresse de donner l'asile aux clandestins de l'#Aquarius.Mais elle ne montre pas un grand engouement pour aider Asia Bibi.

y a rien a attendre des putes en marche et de mini micron de toute facons.

le droit au blaspheme doit etre inscrit  dans la constitution de tout les pays du monde

ceci dit 5000 nazis de l'islam dans une ville comme islamad qui doit avoir plus de  10 millions d'habitants d'un point de vue statistique c est poil de cul

donc oui le gouvernement pakistanais est complice

Pakistan: troisième jour de manifestations anti-Asia Bibi

Un partisan du parti musulman extrémiste ASWJ (Ahle Sunnat Wal Jamaat) proteste contre l'acquittement de la chrétienne Asia Bibi dont il brandit le portrait barré de rouge, à Islamabad le 2 novembre 2018 ( AFP / AAMIR QURESHI )

Le Pakistan demeurait vendredi en grande partie paralysé par des islamistes protestant contre l'acquittement de la chrétienne Asia Bibi, bien que la puissante armée les ait appelés à ne pas abuser de sa patience.

Tous les grands axes et autoroutes du pays étaient fermés au trafic vendredi, tandis que la circulation apparaissait réduite sur les routes secondaires, beaucoup de gens ayant préféré rester chez eux.

De nombreux commerces et écoles sont restés fermés et le réseau mobile était coupé vendredi dans les grandes villes.

Plusieurs groupes religieux avaient appelé à des manifestations vendredi après la prière et les rues apparaissaient désertées dans la plupart des grandes villes.

Les milieux religieux musulmans extrémistes protestent contre le jugement rendu mercredi par la Cour suprême qui a prononcé l'acquittement de la chrétienne Asia Bibi, condamnée à mort en 2010 pour blasphème, un sujet très sensible au Pakistan.

Asia Bibi dans la prison de Sheikhupura au Pakistan, le 20 novembre 2010 ( DGPR Punjab/AFP/Archives / Handout )"Libérer Asia est un premier pas vers une abrogation de la loi sur le blasphème au Pakistan. L'Occident a toujours essayé de modifier cette loi mais nous résisterons", a lancé un orateur devant la foule.

La plupart des rassemblements sont menés par le parti radical Tehreek-e-Labaik Pakistan (TLP), connu pour sa ligne particulièrement dure en matière de blasphème.

Des négociations jeudi avec les autorités se sont soldées par un échec, a déclaré l'un de leurs chefs de file, Pir Afzal Qadri.

"Nos négociations sont au point mort et ils ont menacé de nous tuer. Nous avons décidé de rester sur place et aucune menace ne nous effraiera", a-t-il dit dans la nuit de jeudi à vendredi, selon une vidéo visible sur le site du parti.

"Des étudiants pakistanais membres de l'Islami Jamiat Talaba (IJT) manifestent contre l'acquittement de la chrétienne Asia Bibi, à Karachi le 1er novembre 2018 ( AFP / ASIF HASSAN )">Des étudiants pakistanais membres de l'Islami Jamiat Talaba (IJT) manifestent contre l'acquittement de la chrétienne Asia Bibi, à Karachi le 1er novembre 2018 ( AFP / ASIF HASSAN )Des étudiants pakistanais membres de l'Islami Jamiat Talaba (IJT) manifestent contre l'acquittement de la chrétienne Asia Bibi, à Karachi le 1er novembre 2018 ( AFP / ASIF HASSAN )

Le TLP avait déjà bloqué l'accès à Islamabad pendant plusieurs semaines en novembre 2017 pour des motifs également liés au blasphème et obtenu la démission du ministre de la Justice."Pourquoi (les manifestants) punissent-ils les pauvres pour ce qu'ont fait des juges?", s'est lamenté vendredi Jabbar Khan, un vendeur de parfums quadragénaire à proximité du site d'une manifestation. "Nous ne pouvons rien dire car sinon ils vont nous frapper", a-t-il dit à l'AFP.- Limites à la patience Les manifestations se poursuivent alors que le Premier ministre Imran Khan vient d'entamer un voyage de 4 jours en Chine, où il devrait négocier l'octroi "Des étudiants pakistanais musulmans membres de l'Islami Jamiat Talaba (IJT) manifestent contre l'acquittement de la chrétienne Asia Bibi, à Karachi ke 1er novembre 2018 ( AFP / ASIF HASSAN )">Des étudiants pakistanais musulmans membres de l'Islami Jamiat Talaba (IJT) manifestent contre l'acquittement de la chrétienne Asia Bibi, à Karachi ke 1er novembre 2018 ( AFP / ASIF HASSAN )"> "> Des étudiants pakistanais musulmans membres de l'Islami Jamiat Talaba (IJT) manifestent contre l'acquittement de la chrétienne Asia Bibi, à Karachi ke 1er novembre 2018 ( AFP / ASIF HASSAN )

M. Khan avait vivement critiqué mercredi les extrémistes, les prévenant que l'Etat ne "tolèrerait pas le sabotage" et "prendrait ses responsabilités" si nécessaire.

De nombreux Pakistanais ont salué ce ton de fermeté mais s'inquiètent de voir le chaos s'installer et les autorités hésiter à intervenir.

L'un des chefs de file des manifestants avait appelé mercredi au meurtre des juges de la Cour suprême et à la mutinerie dans l'armée, poussant cette dernière à entrer dans le jeu vendredi.

"Il s'agit d'une affaire judiciaire et l'armée n'a rien à voir avec cela. (...) Ne nous entraînez pas dans ce genre d'affaires", a déclaré son porte-parole Asif Ghafoor.

"Nous tolérons des remarques contre nous, mais des actions peuvent être prises conformément à la loi et à la Constitution", a-t-il noté. "Ne nous forcez pas à entrer en action", a-t-il dit, ajoutant qu'il espérait une résolution "pacifique".

"Le gouvernement semblait s'être finalement rendu compte qu'il était temps d'affronter les religieux radicaux mais cette perception a commencé à s'estomper dès le lendemain lorsque le gouvernement a annoncé qu'il négociait avec les manifestants", conclut-il.

Posté par stetienne à 15:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 octobre 2018

Un chauffeur VTC agresse ses passagers qui s'embrassaient

licenciment sur le champ avec interdiction d etre chauffeur de taxiou vtc à vie plus stage de sensibilisation au droit des homosexuels

Deux hommes qui s’embrassaient dans un VTC dans la nuit de dimanche à lundi ont été frappés par leur chauffeur, des faits qui s’inscrivent dans une récente série d’agressions homophobes à Paris.

ils les recrutent dans les banlieues couscouse islam mes deux homophobe leurs chauffeurs uber

Nouvelle agression à caractère homophobe en région parisienne. Dans la nuit de dimanche à lundi dernier, deux hommes qui s'embrassaient dans un VTC ont été agressés par leur chauffeur.

Il ne voulait pas transporter "des gens comme eux"

L'agression s'est déroulée dans la nuit à Paris : alors que les deux passagers échangeaient un baiser, le conducteur a arrêté sa course puis les a fait sortir du véhicule, déclarant "qu'il ne transporte pas des gens comme eux".

Le couple de clients a alors essayé de récupérer ses bagages dans le coffre, mais le chauffeur les en a empêchés, donnant un coup de poing à l'un et des coups de pied à l'autre.

L’une des victimes s’est également fait cracher dessus par un homme qui assistait à la scène en les insultant. Les victimes ont porté plainte et l’enquête a été confiée au commissariat du XIXe arrondissement.

Plusieurs agressions depuis un mois

Plusieurs agressions à caractère homophobe ont eu lieu à Paris ces dernières semaines.

Le 18 septembre, un jeune comédien a été insulté et frappé alors qu’il se trouvait avec son compagnon à la sortie d’un théâtre.

Le 6 octobre, deux hommes ont été agressés par deux personnes alors qu’ils échangeaient un baiser. L’un des auteurs a été condamné à un an de prison ferme.

Le 16 octobre, le président d’Urgences Homophobie, une association d’aide aux étrangers LGBT en danger dans leur pays, a été frappé à la sortie d’un restaurant du IIe arrondissement.

 

Posté par stetienne à 09:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 octobre 2018

"Inch’allah” : une enquête choc dénonce l’islamisation de la Seine-Saint-Denis

la solution zero immigration

interdiction d el islam en France et grand retour au bled avec les faces de collabos en paquet cadeau

Révélations. Le rapport des deux journalistes du Monde décrit un islam en rupture avec la société française et ses valeurs, dans un département dont la moitié de la population est musulmane.

Est-ce là l’enquête qui mènera à une véritable prise de conscience de la part de nos politiques ? On ne peut que l’espérer. Gérard Davet et Fabrice Lhomme, grands reporters au journal Le Monde, étaient les invités de France Inter lundi 15 octobre. L’occasion pour eux d’évoquer les conclusions de leur enquête, intitulée « Inch’allah », sur l’islamisation rampante en Seine-Saint-Denis. Les révélations sont effarantes.

« Des quartiers complets sont sous la coupe du halal »

Pour mener leurs investigations, les deux reporters se sont appuyés sur les travaux de cinq étudiants en journalisme, qu’ils ont envoyés arpenter le département francilien en quête des symptômes d’une sécession avec la République française. Il y en a pléthore, relève Marianne, qui a consulté le livre enquête. Parmi tant d’autres, on retrouve ainsi le témoignage d’une directrice d’école qui lutte face aux tentatives d’intrusion religieuse, celui d’une gynécologue atterrée par l’obscurantisme de ses patientes ou encore celui d’un syndicaliste, qui réclame des salles de prière dans les dépôts de la RATP. « Oui, l’islamisation est à l’œuvre en Seine-Saint-Denis », écrivent les auteurs de l’enquête, qui précisent que la moitié des habitants du département seraient musulmans.

« La troisième boucherie halal, ensuite la librairie religieuse et le muslim style qui vend des niqabs… Qu’est-ce que ça fabrique ? Des normes. Des quartiers complets sont sous la coupe du halal », déplore ainsi la préfète à l’Égalité des chances de Seine-Saint-Denis, Fadela Benrabia. « Il y a une volonté, dans une petite partie de ces musulmans, d'imposer l'islam comme norme sociale dans la vie publique », confirme Fabrice Lhomme lors de son passage à France Inter . Selon son collègue de travail, Gérard Davet, « pour les municipales de 2020, les élus vont devoir composer avec ce terreau islamisant ».

La Seine-Saint-Denis est en partie déjà perdue pour la république. Le mouvement est lancé, ne fait qu'accélérer, on ne reviendra plus en arrière. Tout ceux qui disent le contraire nous mentent et se mentent à eux-mêmes. Les gens de ces quartiers se savent depuis longtemps abandonnés par un état faible et démissionnaire et des élus clientélistes. En manque de repères, ces populations finissent de toutes façons par se tourner bon grès mal grès vers l'islam et ses dérives. C'est du plus haut comique de voir ces reportages où les journalistes font mine de découvrir un phénomène connu par eux depuis longtemps !! Le "il ne faut pas stigmatiser" est vraiment la plus grande trouvaille des islamistes et des racailles pour leur permettre d'étendre leur idéologie et leurs trafics en toute impunité ! En France la stigmatisation est réservée à ceux qui tirent la sonnette d'alarme par amour pour leur pays...

Posté par stetienne à 13:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
31 août 2018

l'islam religion d'arrierés du bulbe et de dégénérés

soutient à Geert Wilders

Pays-Bas: Geert Wilders annule son concours de caricatures

https://information.tv5monde.com/info/pays-bas-geert-wilders-annule-son-concours-de-caricatures-257460?amp

et qu on renvoit tous les abrutis de l islam trairent leur chameau dans leur pays merdiques et arrierés et qu on tonde les collabos à l islam qui sont les memes que les collabos aux nazis

Agression d'Amsterdam: L'auteur voulait venger les offenses faites à l'islam


Posté par stetienne à 11:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 juin 2018

portrait de collabo : estrosi

Nice : Estrosi construit une deuxième mosquée.

Image


Inauguration en catimini du terrain dévolu dans la plaine du Var pour la construction d’une nouvelle mosquée.

La presse n’était pas invitée et en fait Christian Estrosi a envoyé son premier adjoint Philippe Pradal pour planter un "olivier de la paix" avec l’association cultuelle musulmane qui fait partie de Alpes-Maritimes Fraternité.

Cette mosquée sera construite sur un terrain de 3.000 mètres carrés.

https://blogs.mediapart.fr/ficanas/blog ... me-mosquee

Posté par stetienne à 21:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,