19 octobre 2017

professeur-de-lycee-gifle-ou-la-decomposition-francaise.

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/10/18/31003-20171018ARTFIG00142-professeur-de-lycee-gifle-ou-la-decomposition-francaise.php

le probleme est tout simple 50% des eleves n ont rien a faire dans un college ou lycée A quoi sa sert de payer education a des glandos cassos branlos

A rien c est de l'argent jeté par la fenetre

Ma solution ecole obligatoire jusqu à 12 ans apres marché du travail avec juste un jour d'école obligatoire par semaine ( avec retenu sur salaire en cas absenteisme ou mauvais comportement)

Formation : “le mode actuel de recrutement des enseignants est catastrophique ”

pas d'accord avec ce gugusse

deja les iufm ca sert strictement a rien du tout mais alors a rien du tout c est juste un endroit ou des vieux branlos qui ne sont pas devant eleves te font des discours bidons sur comment enseigner devant eleves alors que eux ils n y sont jamais.Sarkosy les avaient supprimés mais helas grosse merde molle hollande les a remis sous nom differents)

mes propositions

1er année stage de 6 mois avec deux enseignants differents  et si possible dans une classe qu aura l enseignant l annee d'apres

2eme annee 1 seul classe le temps de bien preparer cours pour une classe qu il gardera

3eme année 2 classes

antoine-prost-la-semaine-de-4-jours-prepare-des-generations-danalphabetes

perso je suis pour la semaine de  4 jours pour tous le monde  pour une famille avec enfants il faut 1 jour pour s'occuper maison 1 jour pour s'occuper enfants  leur faire faire devoir jouer avec et 1 jour detente marche a la campagne activite physique

par contre j approuve la suppression des vacances de paques et de la toussaint

Posté par stetienne à 09:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
17 octobre 2016

voila ce qu on fait a la france les merdes puantes de l umps

http://www.fdesouche.com/779119-lyon-agressions-en-series-denseignants-frappes-par-leurs-eleves-au-college-longchambon

http://www.fdesouche.com/779077-tremblay-en-france-93-une-proviseure-frappee-cocktail-molotov-dans-le-lycee-des-policiers-pris-pour-cible

http://www.fdesouche.com/779103-argenteuil-95-accuse-de-racisme-pour-avoir-reprimande-un-eleve-un-enseignant-frappe-devant-ses-eleves-de-ce2

Calais: un lycéen casse la mâchoire de son prof

Un élève de terminale d'un lycée professionnel de Calais (Pas-de-Calais) a cassé la mâchoire et plusieurs dents de son professeur vendredi en plein cours d'électricité lors d'une altercation, a-t-on appris aujourd'hui de sources concordantes.

Le professeur d'électrotechnique du lycée Coubertin à Calais demandait une ultime fois à deux élèves de se mettre au travail lorsque ceux-ci l'ont coincé dans un angle avec des armoires, a rapporté à l'AFP Sylvie Vinsard, secrétaire académique du syndicat de l'enseignement professionnel Action et Démocratie CFE-CGC, confirmant une information du quotidien Nord-Littoral. "Il a voulu se dégager et des coups importants lui ont été portés par l'un des deux élèves. Sa mâchoire a été cassée, il a perdu des dents", a-t-elle détaillé.

Le professeur a été immédiatement emmené à l'hôpital de Calais, avant d'être transféré au service ORL d'un hôpital de Boulogne-sur-Mer, où il a été opéré de la mâchoire hier. "Il s'agit d'une altercation entre le professeur et un élève. Une enquête est en cours, menée par les autorités académiques, nous en saurons plus à son issue", a confirmé le rectorat de l'académie de Lille, sans plus de précisions.

Les services de police n'ont pas enregistré de plainte, mais des agents ont été envoyés mardi au chevet du professeur pour l'entendre, a indiqué le parquet de Boulogne-sur-Mer, qui a dit son intention de se saisir de l'affaire.


(...)


http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/10/18/97001-20161018FILWWW00140-calais-un-lyceen-casse-la-machoire-de-son-prof.php

bon les abrutis des rectorats et ministere  envoient les petits bleus se faire taper dessus à la place des ensaignants qui ont droit a leur chellule chichologique lol mort de rire

la solution si je suis élus  tous les pedagogos du minister des rectorats des iufms auront le choix entre pole emploi ou devant eleve dans les zep

ca ils n y couperont pas

quand aux racailles je passerais accord avec poutine pour qu ils lui servent de main d'oeuvre en siberie

Posté par stetienne à 21:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
09 octobre 2016

le désastre du mamouth

institution qui part completement à la dérive

http://www.marianne.net/desastre-scolaire-gauche-100246856.html

ma solution: virer tous les pedagogos du ministere des rectorats  et supprimer iufm : les gugussons pedagogo auront le choix entre etre devant eleve ou pole emploi

ceci dit l institution a reformer de toute urgence cest le systeme judiciaire totalement ubuesque

Posté par stetienne à 11:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
22 septembre 2016

quelle conne la belkassine

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/09/21/01016-20160921ARTFIG00172-najat-vallaud-belkacem-veut-une-ecole-obligatoire-jusqu-a-18-ans.php

mes propositions pour l'école,le collège et le lycée.

obligatoire de 6 a 12 ans.

de 12 a 18 ans juste un jour d'ecole obligatoire par semaine pour ceux qui sont partis sur le marche du travail.

liberte de choix pour les parents fin des cartes scolaires.

suppression de l'allocation de rentré scolaire.Le materiel utile sera acheté directement par ecole.

ca sert à quoi d'envoyer des gamins au college et lycée alors qu ils ne font rien et empechent eleves qui ont envie de travailler et enseignants  de faire correctement leur travail? à rien du tout.

80% d'une classe au bac est une utopie de pedagogos décervelés et les diplômes n'ont plus aucune valeurs sur le marché du travail.

on sacrifie des classes d'age pour faire plaisir  à des pedagogos bornés et planqués dans les iufm les rectorats le ministere et qui soit dit en passant n ont jamais mis les pieds devant des eleves et jamais enseigné!

 

Posté par stetienne à 10:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
23 janvier 2016

oui a la suppression des iufms

ces grands mouroirs des pensées humaine et éducative que sont les IUFM, instituts de phraseux stériles qui se cachent desormais sous le vocale d'"espé" alors même que toute forme d'espérance doit être abandonnée quand on y penètre, comme dans l'enfer de Dante.

 

1/mon programme concernant le mamouth

100% des personnels des rectorats et du ministere auront le choix: soit devant eleves soit pole emploi

Posté par stetienne à 10:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
04 janvier 2012

1/3 des profs souhaitent quitter leur emploi!!!!!

Une étude citée par le journal Le Monde révèle que 17% des professeurs sont victimes d'épuisement, contre 11% dans les autres professions. Bien que l'Education Nationale conteste la fiabilité statistique du rapport, l'étude fait grand bruit, suite au drame qui s'est déroulé au lycée de Béziers il y a deux semaines.

http://www.marianne2.fr/Un-tiers-de-pro ... 11925.html

 


Dans la commission qui s'est chargée de rédiger les items du socle commun de compétences, le fameux LPC, sur 22 membres, deux seulement avaient connu des élèves en directe responsabilité.!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


16 octobre 2011

pedagogophone

Il n'y a apparemment pas de Java sur votre navigateur.

22 septembre 2011

le mamouth s'enlise de plus en plus

Des tests effectués en 2003 et 2009 sur un échantillon de collégiens scolarisés en troisième montre que la proportion des élèves les plus faibles augmente (de 15 à 17,9 %). De même, en l’espace de six ans, la part des plus performants a chuté de 10 à 7,1 %.

Un recul que corroborent les études internationales : selon l’enquête Pisa, réalisée au sein de l’OCDE auprès d’élèves de 15 ans, les Français sont passés de la 12e à la 18e place en lecture entre 2000 et 2009. Sur la période 2003-2009, ils ont été rétrogradés de la 13e à la 16e place en mathématiques.

Cet échec va de pair avec différents phénomènes, comme l’absentéisme (absences non justifiées équivalant au moins à quatre journées et demie par mois) qui concerne 275 000 élèves par an, et le décrochage scolaire (cumuler au moins dix journées et demie d’absence injustifiée), qui en touche 120 000 chaque année.

Également préoccupant, le nombre des « perdus de vue », évalué à 180 000 sur la période allant de juin 2010 à mars 2011. Il s’agit de jeunes de plus de 16 ans, déscolarisés, sans diplôme, sans formation et qui ne bénéficient d’aucun suivi.

http://www.la-croix.com/Actualite/S-inf ... -16-712099

Posté par stetienne à 10:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
02 septembre 2011

c est la rentrée scolaire

« Les Nations, comme les civilisations, sont mortelles » — et meurent fort bien de leur école, comme on meurt d’un cœur épuisé. [...] le désastre est là, dit Cassandre, dans cette école aux murs écroulés où nous avons laissé entrer les chevaux de Troie du pédagogisme, du constructivisme, des intérêts privés et du crétinisme réunis. « L’école n’est plus l’école de la République » — mais y a-t-il encore une République (et un pilote dans l’avion) pour sauver l’école ? [...] On ne dira jamais assez combien le libéralisme bête a trouvé dans les obsessions anti-élitistes des pédagogistes l’aliment idéologique qui lui manquait. Désormais, c’est sûr, le Bac n’est plus cet examen « qui, horreur !, permettait aux fils ou petits-fils de paysans ou d’ouvriers de devenir médecins ou magistrats ». D’ailleurs, d’ici peu il sera distribué par les établissements eux-mêmes, tout contents d’exercer leur droit imprescriptible à l’autonomie et de couronner ainsi leur auto-évaluation, auto-congratulation, auto-mutilation et autres merveilles pédagogiques du XXIème siècle. Sans notes, ces pratiques d’un autre âge assimilées à des brimades insupportables… [...] Ici et maintenant que l’on a suicidé les vrais impératifs pédagogiques sous une « conception purement économique et techniciste de l’éducation ». « En termes crus », la machine-école fabrique 10% de cadres (il n’en faut pas plus, prétend l’OCDE) dans ce qu’il reste d’établissements prestigieux, « images d’Epinal » soigneusement entretenues dans la naphtaline des beaux quartiers, et 90% de racailles taillables et corvéables à merci, formés dans des Zones d’Exclusion Programmée, et remplacées, à terme, par des sous-traitants installés dans des paradis sous-développés. Désormais, l’école des pauvres fabrique des pauvres. Et même des barbares, note Polony. Le produit de l’Ecole du XXIème siècle, ce sont « des jeunes qui ont passé douze ou treize ans de leur vie sur les bancs de cette école française, dénués de toute compassion, de toute capacité d’identification à l’autre, capables d’actes relevant de la plus pure barbarie ». Le barbare, c’est d’abord celui qui ne sait pas parler — et qui finit par vous massacrer. Ne nous y trompons pas : c’est ce que l’Europe, l’OCDE, et la mondialisation exigent désormais de l’Ecole. [...] « De la civilisation héritée de l’Humanisme et des Lumières, il n’y a plus trace dans l’esprit d’une jeunesse sans mémoire, soumise à l’air du temps et à la concurrence généralisée. La tyrannie des imbéciles étend son empire, et le Nouvel Observateur, organe de l’air du temps, peut devenir sa nouvelle Pravda… » [...] Un retour en arrière est nécessaire pour expliquer le débat entre « pédagos » et « républicains ». Polony se lance donc dans une analyse des pédagogies nouvelles « pour les nuls », expliquant qu’une idéologie — le « constructivisme », en fonction duquel l’élève « construit ses savoirs tout seul » sans passer par la médiation intellectuelle d’un maître désormais réduit au rôle d’« animateur du groupe-classe » — a fini par se donner pour une pratique, et exclut automatiquement tous les (vrais) pédagogues qui ne souscrivent pas à ses oukases. Pour le grand public, ce sera sûrement instructif. Autant désigner au bon peuple ceux qui détruisent lentement et sûrement ses enfants depuis les années 1980. Avec un peu de chance, les classes laborieuses redevenues dangereuses pourraient être tentées de mettre leurs têtes d’œuf au bout de leurs fourches. Il est tout de même sidérant que tant d’apparatchiks survivent et prospèrent en détruisant sur leur passage de carriéristes lèche-culs l’école qui les a formés, eux — et qu’ils veulent interdire à tous les autres, pour être les derniers à y avoir appris quelque chose. [...] Parmi ces « bonnes pratiques », la question de l’apprentissage de la lecture est au cœur du débat. Quand les élèves n’entendent plus ce qu’on leur dit, quand ils ne parviennent à retranscrire le discours de l’enseignant que par une bouillie verbale incompréhensible, on peut effectivement penser qu’un crime quelque part s’est commis, qu’une génération entière a été sacrifiée — et va porter longtemps, économiquement parlant, cette tare si patiemment greffée par des pédagogues si prétentieusement incompétents.