24 décembre 2016

moi j aime bien les sites pirates

les pirates permettent l ascenseur social en mettant des livres a disposition des etudiants

je suis pour la suppression de hadopi et de la taxe copie privée véritable arnaque

quand vous achetez un slip made in china ou pakistant est ce que vous vous souciez du fait que vous avez mis une ouvriere du textile au chomage  réponse non ben moi c est pareil quand je pirate si l artiste est pas content ben il peut se reconvertir dans le batiment  de toute facons un de perdu 10 de retrouvé comme on dit

la mondialisation elle est pour tout le monde ou personne point barre le protectionisme c est pour tout le monde ou personne

 

http://www.01net.com/actualites/le-gouvernement-americain-devoile-sa-liste-noire-des-plus-grands-sites-pirates-1073929.html

Il a répertorié plus de 20 sites impliqués dans le piratage et la contrefaçon de marques déposées. Il encourage dans son rapport toutes les autorités responsables à « intensifier leurs efforts » pour lutter contre ces comportements et à utiliser les informations contenues dans ce document pour « poursuivre des actions judiciaires le cas échéant ».

L’USTR précise que cette liste ne reflète pas les actions légales en cours ou ne constitue pas une analyse complète de l’état des violations de la propriété intellectuelle. Ceci étant dit, voici l’essentiel de cette liste noire (liste complète en PDF).

On y trouve, sans surprise, des sites de liens torrents dont le plus célèbre d’entre eux :
The Pirate Bay
Extratorrent.cc
Rutracker.org
RARBG.to
1337x.to

USTR -

Autre catégorie de sites pointée du doigt, ceux permettant le téléchargement direct :
Putlocker.is
darkwarez.pl
Bookfi.net
myegy.to

On continue avec les hébergeurs de fichiers :
4shared.com
Nowvideo.sx
Uploaded.net
Rapidgator.org

On trouve également des sites privés donnant accès à des fichiers piratés en exploitant une faille dans la législation de leur pays comme :
the-watch-series.to
projectfree-tv.to

Nouveauté de cette année, la liste intègre un site de stream ripping, une pratique qui consiste à réaliser une copie pérenne de contenus diffusés en streaming, ce qui cause « de plus en plus de préjudices aux créateurs » :
youtube-mp3.org

Enfin, on trouve des sites « divers », comme le réseau social russe VKontakte, accusé depuis plusieurs années de promouvoir le piratage, la plate-forme de jeux illégale catshare.net et des sites asiatiques proposant des contrefaçons comme taobao.com, gongchang.com ou muaban.net.

Enregistrer

Posté par stetienne à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
12 février 2012

non a acta

projet pour la france anonymous projet pour la france anonymous

ne laisson pas les majors controler internet

Pourquoi le traité ACTA fait-il si peur ?

ACTA, pour Anti-Counterfeiting Trade Agreement, est un traité international relatif à la défense de la propriété intellectuelle. Les signataires du texte s'engagent donc à poursuivre un certain nombre d'objectifs communs, ainsi qu'à harmoniser la réponse législative apportée à la lutte contre la contrefaçon, qu'elle se déroule dans le monde physique ou sur Internet.

Entre autres mesures décriées, ACTA prévoit par exemple d'imposer aux fournisseurs d'accès de fournir, non pas aux autorités ou à la justice mais directement aux ayant-droits, toute information permettant d'identifier l'auteur d'un acte de contrefaçon sur Internet.

De façon plus générale, le traité vise à responsabiliser les acteurs du Net quant aux données qu'ils transportent ou hébergent. De ce fait, les opposants au projet redoutent une restriction des libertés individuelles sur Internet, ainsi que des atteintes à la vie privée réalisées au nom de la défense de la propriété intellectuelle.


La suite sur Clubic.com : ACTA : F. Hollande prend position, l'Allemagne et la Lettonie suspendent la ratification http://pro.clubic.com/legislation-loi-internet/telechargement-illegal/actualite-475528-acta-hollande-prend-position-allemagne-lettonie-suspendent-ratification.html#ixzz1mA86drhP
Informatique et high tech

Posté par stetienne à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 septembre 2011

L’UMP préconise de taxer les FAI pour soutenir la Culture

je vois pas trop ce que la culture a avoir avec les taxes!!!!!!!!!!!!!! soutenir leur petit copain de smajors avide de pognon pour payer leur superbe bureau en marbre oui mais la creation culturelle????????????????????

 

Publiée par Olivier Robillart le Mercredi 28 Septembre 2011

Le parti de la majorité continue l'organisation de conférences thématiques afin de dégager de nouvelles propositions pouvant éventuellement servir à un futur programme présidentiel. L'UMP dévoile ses préconisations pour la Culture et introduit l'idée de taxer certains acteurs du marché afin de soutenir la filière.

Le logo de l UMP
Dans le cadre de son projet présidentiel, l'UMP a organisé plusieurs conventions thématiques. A l'image de la réunion portant sur le numérique (lire L'UMP lance sa "Révolution numérique" et ses 45 propositions), chaque rendez-vous porte donc sur un thème particulier. Cette fois, la Culture était à l'honneur et le parti a présenté 52 propositions afin de développer l'offre culturelle notamment sur Internet.

Outre la création d'un Centre national de la musique (proposition 35) dont la mise en place est sur les rails, l'UMP a dévoilé pas moins de 14 propositions portant particulièrement sur le numérique et la nécessité que le secteur contribue financièrement à l'Economie de la Culture. Dans le document publié par sur son site (.pdf), le parti de la majorité indique vouloir « accompagner les industries culturelles et de médias dans leur transition numérique ».

Précisément, le groupe politique concède que « l'offre légale peine à se développer en France, il est nécessaire pour les pouvoirs publics de créer une nouvelle impulsion » dans ce secteur. Il met donc en lumière plusieurs propositions :

  • Proposition 39 : Faire contribuer les acteurs transnationaux de l'Internet au financement de la production des contenus culturels (qui constituent le principal facteur d'accroissement du trafic et des recettes publicitaires des moteurs de recherche comme Google, ou l'objet même de l'activité de distribution d'Apple et d'Amazon) et de la modernisation des réseaux numériques, notamment en fiscalisant leurs activités dans les pays de consommation. A cet effet, engager immédiatement une réflexion avec nos partenaires européens.

Sur ce point, la volonté est clairement affichée de trouver une solution à la politique menée par certains géants du numérique qui déclarent la totalité de leurs activités dans un pays européen où la fiscalité est plus avantageuse pour eux (Luxembourg, Irlande...). Cette proposition de l'UMP peut être rattachée à la mesure 51 du même projet qui vise à « prévoir un taux de TVA harmonisé sur les biens culturels en général, pour mettre fin au dumping fiscal de certains états sur la TVA des services culturels en ligne ». Deux propositions qui vont dans le sens d'une certaine justice fiscale mais qui risquent de provoquer des remous devant les instances communautaires.

  • Proposition 40 : Faire contribuer les FAI au financement des industries de contenu autre que le cinéma, et dans un premier temps de la musique, sur le modèle du dispositif fiscal existant au bénéfice du COSIP (Compte de soutien à l'industrie de programmes). Cette nouvelle ressource sera gérée par le Centre National de la Musique (CNM).

Ce point risque également de créer la polémique. En effet, même si le point avait déjà été évoqué dans le cadre de la création du CNM et par certains ténors de la Gauche en guise d'alternative à l'Hadopi, la mesure n'avait jamais été exprimée aussi directement. Là aussi, l'application concrète de la mesure risque non seulement de subir les foudres des FAI mais également des internautes si les opérateurs décident de faire répercuter cette contribution auprès de leurs clients…

  • Proposition 41 : Poursuivre la lutte contre le téléchargement illégal et favoriser la coopération judiciaire et policière à l'international, notamment afin de lutter contre l'hébergement et la diffusion de contenus ne respectant pas le droit d'auteur.

  • Proposition 42 : Anticiper le développement du téléchargement en ligne et de la dématérialisation des œuvres en étudiant la possibilité de faire évoluer la rémunération pour copie privée grâce à un transfert du prélèvement sur les supports de copie vers un prélèvement sur les terminaux d'accès (les évolutions de ce prélèvement seraient soumises au contrôle du Parlement).

  • Proposition 43 : Dans le cadre des Investissements d'avenir, favoriser la mise en place d'une offre légale claire, lisible et complète en matière de vidéo, à travers une plateforme commune de téléchargement et de streaming regroupant l'ensemble des détenteurs de catalogues.

Sur ce dernier sujet, l'UMP souhaite prolonger les travaux menés par l'Hadopi afin d'identifier les plateformes légales de téléchargement. A ce titre, la haute autorité a déjà labellisé plusieurs offres grâce à son logo « PUR ».

Reste désormais à savoir ce qu'il adviendra de ces projets. Si certains s'avèrent compliqué à mettre en place d'autres pourraient bien voir le jour prochainement ou servir de base de réflexion à de nouvelles initiatives.


La suite sur Clubic.com : L’UMP préconise de taxer les FAI pour soutenir la Culture http://www.clubic.com/connexion-internet/actualite-449386-convention-ump-culture.html#ixzz1ZFEhmyKr
Informatique et high tech

Posté par stetienne à 13:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,