26 septembre 2016

la collabosphere du haut

Parce que le Système a besoin de ces immigrés pour leur vendre des produits de consommation, payés avec l'argent de tes impôts.

Monsieur Decathlon, Monsieur IKEA, monsieur axa,Monsieur Meuble, Monsieur Nike, Monsieur Darty... ils disent tous oui à l'immigration !

ils disent oui mais allez donc voir dans leur superbe demeures en sologne si il y a hlm immigré à coté

on tond les collabos du bas et on nationalise les biens des collabos du haut

Bolshevik Party Anthem (1937, 1930, 1943) - "Гимн партии большевиков"

Posté par stetienne à 08:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 janvier 2016

racailles du haut

se sont des parasites et des racailles et des voleurs dans les deux cas  il fautnleur faire subir ce qu on a fait subir aux nobliaux de l ancien regime en 1793

nationalisation de tout leur bien immobilier et des grandes entreprises

en plus c est ces racailles du haut qui importent les racailles du bas

Le très généreux père Noël des eurocrates

http://www.lepoint.fr/editos-du-point/m ... 853_55.php

Citer:
10 000 fonctionnaires gagnent plus que David Cameron !

Et qu'au moment où, dans tous les pays membres, on cherche à réduire le nombre des fonctionnaires, la bureaucratie européenne avait augmenté ses effectifs de 60 % en dix ans. Rien que cette année, le nombre de juges européens, rétribués 18 600 euros par mois, a pratiquement doublé.

Les grands patrons britanniques gagnent en quelques jours plus que le salaire annuel moyen

Les grands patrons britanniques auront déjà engrangé plus d'argent mardi soir que le travailleur moyen sur toute l'année 2016, selon le groupe de réflexion High Pay Centre.

D'après cet organisme, les directeurs généraux des 100 entreprises faisant partie de l'indice FTSE-100 des principales valeurs de la Bourse de Londres auront gagné mardi, soit le deuxième jour de reprise du travail après le Nouvel An, plus que le salaire annuel britannique moyen, qui s'élève à 27.645 livres (37.600 euros).

Cette journée, surnommée "mardi des gros bonnets", "met à nouveau en lumière le problème permanent des différences de salaire au Royaume-Uni", relève le directeur du High Pay Centre, Stefan Stern.

Les grands patrons ont gagné en moyenne 4,96 millions de livres (6,75 millions d'euros) en 2014. Selon le centre d'études, cela équivaut à un salaire horaire de plus de 1.200 livres (1.600 euros).

Depuis la crise financière, le gouvernement britannique s'est efforcé de limiter les salaires et les bonus des hauts dirigeants. Les actionnaires peuvent désormais s'opposer à la politique de rémunération lors des assemblées générales.

Les grands groupes sont également obligés depuis 2013 de publier des chiffres plus transparents sur la paie des patrons, qui en général reçoivent en plus de leurs salaire de base des bonus, stock-options et autres avantages.

Le groupe de réflexion note que les chiffres permettent de s'interroger sur l'efficacité de la politique du gouvernement.

quelle-sera-augmentation-elus-votre-nouvelle-region-

Posté par stetienne à 12:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
31 mai 2012

Le gouvernement s'attaque aux rémunérations des patrons :

Le gouvernement s'attaque aux rémunérations très élevées dans les grandes entreprises où l'Etat français possède des participations, une promesse électorale symbolique qui est aussi l'une des plus faciles à mettre en oeuvre.

Jeudi, le gouvernement a ainsi annoncé qu'il s'opposait à une confortable prime de départ pour le PDG de l'équipementier aéronautique et de défense Safran, dont il détient 30% des droits de vote. Le "parachute doré" de ce dirigeant, Jean-Paul Herteman, a dans la foulée été rejeté par l'Assemblée générale des actionnaires.

Dans la même veine, il a indiqué qu'au nom de la "décence salariale", il voterait jeudi contre le versement d'une prime de non-concurrence de 400.000 euros à Pierre-Henri Gourgeon, l'ancien patron de la compagnie aérienne Air France/KLM, dont il est actionnaire minoritaire (15%).

Le président socialiste multiplie les mesures symboliques sur les salaires des dirigeants d'entreprises comme des responsables politiques, cherchant à marquer les esprits en début de mandat. Le maître-mot du nouvel exécutif est "l'exemplarité".

Le nouveau pouvoir avait donné le ton le 17 mai, en annonçant une baisse de 30% du salaire du chef de l'Etat et des ministres. Face à la crise, il s'agissait de montrer que les efforts demandés à la population concernent aussi le plus haut niveau de l'Etat.

Même cure d'amaigrissement pour les salaires des entreprises du secteur public ou dans lesquelles l'Etat possède une participation.

"La réduction de la hiérarchie des salaires au sein des entreprises publiques, de 1 à 20, pour les mandataires sociaux sera faite et, comme l'a dit (le Premier ministre) Jean-Marc Ayrault, elle sera faite rapidement", a martelé jeudi le ministre des Finances, Pierre Moscovici.

Selon ce calcul, la rémunération des patrons ne doit pas dépasser vingt fois le salaire le plus bas de ces entreprises. La question sera à l'ordre du jour du Conseil des ministres dans deux semaines.

"Cette moralisation des dirigeants des entreprises, elle doit intervenir maintenant, tout de suite, et il faut aussi que (l'écart des rémunérations) soit décent, surtout lorsqu'il y a des situations sociales et économiques difficiles", a souligné Pierre Moscovici.

La limitation des salaires des grands patrons est une mesure très populaire, approuvée par quatre Français sur cinq selon un récent sondage. Elle intervient dans un contexte de crise et de rigueur budgétaire, qui empêche toute politique de redistribution des revenus et toute relance par les salaires.

Mais la mesure risque surtout d'avoir une portée très limitée, en se bornant à quelques patrons de groupes détenus à plus de la moitié par l'Etat.

"Partout où l'Etat est majoritaire, il imposera notre politique, c'est-à-dire une politique de limitation de l'échelle salariale. Là où il est minoritaire, il cherchera à convaincre", avait d'ailleurs expliqué la semaine dernière le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg.

Six grands groupes sont contrôlés majoritairement par l'Etat: Aéroports de Paris, Areva (nucléaire), La Poste, la Française des Jeux, la SNCF (transport ferroviaire) et EDF (énergie).

Avec des situations très disparates: le salaire du président de la SNCF, Guillaume Pepy, serait au-dessous de la limite, selon une source proche du dossier. Mais celui d'EDF, Henri Proglio, déjà dans le collimateur pour sa proximité avec l'ancien président conservateur Nicolas Sarkozy, très largement au-dessus (64 fois le salaire de base).

Dans les conseils d'administration mixtes (associant Etat et privé), à l'instar de ceux de GDF Suez (énergie), Renault (automobile), EADS (aéronautique) ou Air France-KLM, tout sera histoire de négociations.

"Je crois au patriotisme des dirigeants, qui peuvent comprendre que la crise suppose l'exemplarité des élites politiques et économiques", a déclaré M. Ayrault.


quid des salaires des sportifs et notament des footeux?????????car la aussi faudrait voir a controler en les taxants un peu plus en taxant les transfert entre club car le salaire des footballeurs personnages totalement inutilkes a la societe est bien  encore bien plus scandaleux que les salaires des grands patrons maffieux x enarques

Euro 2012 : le sacndale des primes


Posté par stetienne à 15:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
17 février 2012

comme les nobliaux de 1793

projet pour la france,ump,sarkosy,medef,salaire,rmi,chomage,chomeur,1793,guillotine,noble,caste,intouchable,inegalité,scandale,mérite

Le chiffre de la semaine : +34%

C'est le genre d'augmentation dont tout le monde rêve... En 2010, la rémunération moyenne des dirigeants du Cac 40 s'est envolée de 34%.

 
 

Selon le cabinet Proxinvest, les patrons des entreprises du CAC 40 ont touché en moyenne en 2010 une rémunération annuelle de 4,11 millions d'euros (dont 1/3 est constitué de stock-options). Soit un bond de 34% par rapport à 2009, après 3 années de diminutions (-17% en 2007, -25% en 2008 et -14% en 2009.)
Onze dirigeants des entreprises les plus riches dépassaient même en 2010, le plafond de 240 Smics par an, soit 4,6 millions d'euros.
Des rémunérations qui sont fixées sans aucune transparence, note Proxinvest qui regrette que les salaires des grands patrons ne soient pas soumis au vote des actionnaires, comme c'est le cas dans beaucoup d'autres pays développés.

 

aucun d'entre eux ne merite de tel salaire ils se comportent comme les nobliaux en 1793 il va falloir faire des lois retrocactives pour les forcer a rendre cet argent des francais qu ils volent tout simplement

Posté par stetienne à 21:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
13 février 2012

Air France : tollé pour un voyage quasi gratuit pour l'Ile Maurice pour l'ex PDG

air france,ump,sarkosy,pdg,haut salaire,retraite dorée,cac 40,x enarque,irreprochable,projet pour la france

L'ancien directeur général d'Air France, Pierre-Henri Gourgeon, sa femme et deux de leurs proches vont bénéficier de billets à tarifs préférentiels pour l'Ile Maurice, ce qui suscite un vif émoi au sein des personnels de la compagnie française soumis à des économies drastiques.

"Nous avons appris que M. Gourgeon, sa femme Mireille allaient partir cette semaine à l'Ile-Maurice en bénéficiant de billets quasi gratuits, 24 euros avec une réservation confirmée en business. Ils partent accompagnés de deux de leurs proches qui bénéficient eux aussi d'un régime de faveur", a indiqué lundi à l'AFP une source syndicale sous couvert d'anonymat.

Selon cette source, les proches de l'ancien dirigeant ont même reçu une approbation spéciale du nouveau patron d'Air France, Alexandre de Juniac, pour pouvoir voyager sur cette destination.

"Il y a normalement un embargo sur les vols Maurice en cette période de l'année qui a été levé pour la famille Gourgeon", a-t-elle poursuivi.

Une autre source syndicale a transmis à l'AFP deux télex internes mentionnant ce voyage ainsi que "la levée d'embargo" accordée par M. de Juniac.

M. Gourgeon a démissionné de la tête d'Air France-KLM en octobre dernier.

"Au même titre que tous les anciens dirigeants d'Air France, Pierre-Henri Gourgeon bénéficie de billets à tarifs préférentiels sur la compagnie. Ces dispositions figurant dans les accords transactionnels de départ -confidentiels- ne sont pas assimilables au système des GP (facilités de transport pour le personnel) et ne sauraient répondre aux mêmes règles de fonctionnement", a réagi un porte-parole.

"C'est dans ce cadre là que l'ancien directeur général d'Air France-KLM peut voyager dans ces conditions tarifaires", a-t-il déclaré.

Il a ajouté que s'agissant des accompagnants de M. Gourgeon, Alexandre de Juniac "a fait droit à une demande en décembre dernier concernant une levée d'embargo à titre exceptionnel afin de permettre l'émission des billets compagnons au tarif R1 High".

Plusieurs pilotes et chefs de cabines se sont indignés auprès de l'AFP, soulignant que la direction a précisément décidé en janvier de supprimer ce niveau tarifaire.

"C'est scandaleux. M. Gourgeon était payé plus d'un million d'euros par an et il ne peut pas payer ses billets et ceux de ses enfants?", s'est exclamé un pilote sur moyen-courrier, qui a requis l'anonymat.

"La direction nous demande de nous serrer la ceinture et elle continue de laisser des privilèges aux ex dirigeants. Je suis écoeurée", a déclaré une chef de cabine.

Le porte-parole de la compagnie a assuré qu'il n'y avait pas eu de demande de surclassement pour ce vol et que la levée d'embargo n'avait "aucune incidence sur l'économie du vol", en d'autres termes, l'avion n'était pas plein.

"Par ailleurs, Alexandre de Juniac a demandé, dès son arrivée, à ce qu'un point précis soit fait de l'ensemble des facilités de transport dont peuvent bénéficier les anciens dirigeants de la compagnie et les dirigeants en fonction, afin d'envisager une remise à plat de ces avantages historiques", a encore expliqué le porte-parole.

Air France-KLM a annoncé en janvier des mesures d'urgence pour économiser deux milliards d'euros sur trois ans.

Il est vrai qu'avec 1,4 millions d'euros d'indemnités de licenciement on comprend que Gourgeon ait du mal à boucler ses fins de mois.Il s'agit, paraît-il, d'un prix d'ami. Car, conforté en juin dernier, le débarqué aurait pu, paraît-il demandfer beaucoup plus. il s'est contenté de deux ans de salaire, juste de quoi payer ses impôts, a fait discrètement savoir son entourage. Même pas doré à l'or fin le parachute ! Source : Le Canard enchaîné - N°4750 - 09 novembre 20111

ce sont tous ces privileges que s'octroient les dirigeants (du privé comme les élus) qui exaspèrent les gens ... ce sont tous ces privilèges aux aristocrates qui ont renversé l'ancien régime.

Posté par stetienne à 15:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
01 octobre 2011

la fausse gauche et limmigration

"La gauche a épousé les thèses du grand patronat avec ce discours irresponsable où il faudrait régulariser tous les sans-papiers, elle prône l’immigration comme le demandent Laurence Parisot et Christine Lagarde pour une main d’œuvre à bon marché.

Non, l’immigration n’est pas une chance pour la France. C’est un mensonge entretenu depuis 30 ans. Oui c’est une chance pour le capitalisme financier, pour diviser, pour exploiter, pour généraliser l’insécurité sociale, exclure, ghettoïser des millions de familles et de jeunes français de la vie sociale et politique."

jaures botterait le cul des elephants du ps si il resucitait