06 octobre 2016

François Hollande va-t-il réduire les privilèges des ex-présidents ? lol revez pas mes bichounes

francois-hollande-va-t-il-reduire-les-privileges-des-ex-presidents

Selon un rapport de la Cour des comptes et du Conseil d'État révélé par Mediapart le 20 septembre, les anciens chefs de l'État Nicolas Sarkozy (2007-2012), Jacques Chirac (1995-2002) et Valéry Giscard d'Estaing (1974-1981)coûtent 10,3 millions d'euros par an aux finances publiques.

pour moi la loi doit etre rétroactive et s'appliquer aux predecesseurs de hollande

les économies doivent commencer  par le haut président ministres sénateurs députés

on peut donc en déduire que Giscard à déjà coûté 120 millions d'euros à lui tout seul depuis 81 , sans parler des dizaines de milliards avec son rapprochement familial stupide !

il devrait aussi supprimer la réserve parlementaire soit 100 millions d'économies par an

bon au final juste un petit coup de com avant election mais on en fait le moins possible

http://www.marianne.net/hollande-diminue-les-privileges-ex-presidents-pas-leur-retraite-100246836.html

Posté par stetienne à 08:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
12 juin 2012

bien trop cher expresident de la republique

projet pour la france,sarkosy,président de  la république,impots,contribuable,retraite

une retraite a vie alors que pour le pekin moyen ce nest qu a partir de 65 ans et en plus ca vie vieux ces machins cf le vieux croutons chirac
Dix gardes du corps pour Sarkozy
plus bureau+secretaire

hollande a interet a faire le menage la dedans sinon le fn va continuer sa monté inexorable

ils doivent etre traité a la meme enseigne que le travailleur lambda retraite cotise sur 5 ans et uniquement apres 65 ans pas de bureau pas de garde .................

 

 

Posté par stetienne à 13:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 octobre 2011

Marine Le Pen dénonce le "gaspillage" d'argent public par les collectivités :

 


Marine Le Pen au salon de la sécurité et de la sureté interieure, le 19 octobre 2011 à Paris.
© AFP Jacques Demarthon

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a dénoncé jeudi le "gaspillage" d'argent public dont sont responsables selon elle les collectivités territoriales, qui ont à leur tête des "roitelets" soucieux de "se constituer une cour".

Invitée de France Inter, Mme Le Pen a déploré qu'aujourd'hui les collectivités territoriales "se mêlent de tout ce qui normalement revient à l'Etat". Elle a évoqué "les milliards qui sont versés à des associations qui n'ont pas d'adhérents", les "palais que se sont fait construire les présidents de conseils généraux" et "les aides multiples qui sont distribuées dans le monde entier (...) juste pour avoir une stature internationale, et pouvoir aller faire des voyages en chemise à fleurs".

La candidate à la présidentielle a affirmé qu'"aujourd'hui, lorsqu'on supprime un poste de fonctionnaire d'Etat, on en crée deux dans la fonction publique territoriale pour permettre aux roitelets dont je parlais tout à l'heure de se constituer une cour".

"Notre pays a une chance dans son malheur, c'est qu'il gaspille", a aussi dit la patronne du parti d'extrême droite. "Il faut faire baisser les dépenses de l'Etat, mais pas de la manière dont le fait le gouvernement en créant des taxes nouvelles sur les classes populaires ou moyennes".

Marine Le Pen a également dénoncé les plans de renflouement aux pays en difficulté de la zone euro, comme la Grèce, et l'aide médicale d'Etat (AME) pour les immigrés sans papiers démunis de ressources. Le montant de ces prestations de soins garanties par l'Etat à l'assurance-maladie s'est élevé à 588 millions d'euros en 2011