Photos liées au tag 'presse'

Voir toutes les photos
16 février 2017

portrait de collabos : les journaleux de liberathon

ca me sidere  qu il y est encore des cons pour lire ce torchon merdique

lauteur-de-la-tribune-anti-flic-dans-libe-est-un-ex-membre-du-cabinet-de-taubira

Source: Externe

 

Posté par stetienne à 10:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
22 janvier 2017

les journaleux malhonettes

malhonnette non mais ils expriment leur opinion au lieu de rester impartial un peu comme les jugeottes d'extreme gauche en france

Trump devant la CIA : « Les journalistes font partie des personnes les plus malhonnêtes au monde »

personnelement je ne crois pas un mot de se que raconte  les journaleux

Posté par stetienne à 11:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
18 septembre 2016

l'énorme bourde d'une journaliste de BFM

«Les CRS tirent à la kalachnikov sur les manifestants» : l'énorme bourde d'une journaliste de BFM

Lors de la manifestation contre la loi travail, en plein direct, une journaliste de BFM TV a confondu militants d'extrême droite et d'extrême gauche après avoir affirmé que la police tirait sur les manifestants... à la kalachnikov.

La bourde a été révélée par le site web des Inrocks qui a parlé d'un «dérapage». La journaliste, qui effectuait un direct sur la place de la République, lieu d'arrivée du cortège de la manifestation contre la loi travail du 15 septembre dernier à Paris, s'est en effet complètement emmêlée les pinceaux. Elle a tout d'abord affirmé d'une voix très assurée et insistante qu'elle et ses collègues auraient vu des manifestants blessés par la police... à l'arme de guerre.

«On a vu, nous, des manifestants au cœur même du cortège qui ont été blessés par des tirs de kalachnikov. C'est ce qui explique cette défiance qui est aujourd'hui de plus en plus forte entre les Français qui manifestent et la police [...] car les méthodes employées [par la police] ne sont pas toujours les bonnes», raconte la journaliste.
De plus, elle ajoute que ces «black box» sont des «blocs identitaires», provoquant un important contresens. En effet, le «bloc identitaire» est un mouvement composé de militants proches des idées politiques d'extrême droite qui se prononcent notamment contre l'immigration et s'opposent fermement à tout affrontement avec les forces de l'ordre en marge des mouvements sociaux, tandis que les «black blocs» qui combattent la police sont composés de militants d'extrême gauche, proches des idées communistes, anarchistes, anticapitalistes et de l'idéologie des «No-Borders» favorables à l'immigration et à l'abolition des frontières.
suite et la vidéo,

https://francais.rt.com/france/26514-cr ... CJ.twitter

bon si on a bien compris , les méchants CRS tirent à la kalachnikov sur les gentils manifestants , les méchants identitaires violentes les forces de l’ordre et casse le mobilier urbain et les très gentil groupuscule d'extreme gauche font des bisounours.
On savait déjà que les médias sont pas objectif mais militants et propagandistes mais maintenant on est averti que leurs stagières journalopes se joute à la blanche c'est pas possible autrement ou alors c'est des parfaits imbéciles. A propos de médias, aucune des chaines d'information en continue n'a diffusé cette après midi le discourt de MLP des estivales de Fréjus , on ne demandais pas de faire la promotion du FN mais d'informer simplement.

Source: Externe

Posté par stetienne à 20:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 juin 2016

les journaleux

Dictionnaire journalistique:
-Terroriste = Islamiste dont l'attentat a réussi
-Déséquilibré = Islamiste dont l'attentat a échoué
:mdr: :mdr:

Posté par stetienne à 20:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 septembre 2014

Le tableau des aides à la presse : estimé à 5 milliards d’euros entre 2009 et 2011

personnellement je suis pour la suppression de ces aides.

Monsieur christophe Barbier de l express regrettera surement de dire que les Français sont des assistés.

Dans le but de faire « une place la plus large possible à la transparence », le ministère de la Culture a publié jeudi dernier sur son site internet le montant total des aides versées à la presse en 2012.

Ainsi peut-on voir la liste de 200 titres qui bénéficient de ces aides publiques. En tête du classement, Le Monde et Le Figaro sont les mieux dotés avec respectivement 18,6 et 18,2 millions d’euros. Viennent ensuite le quotidien régional Ouest-France (11,9 millions), La Croix (10,7 millions), le titre du groupe Le Monde Télérama (10,3 millions), Libération (10 millions), Aujourd’hui en France (9,3 millions), Le Nouvel Observateur (9,3 millions) L’Express (7,2 millions) et Télé 7 jours (6,9 millions). Les « pure player », titres exclusivement sur internet, restent en bas du classement, comme Slate.fr qui est, par exemple, 194ème avec 166 524 euros d’aides.

Selon le ministère de la Culture, ces aides sont calculées en fonction du nombre d’exemplaires diffusés afin de « mettre en lien les volumes d’aides en euros avec le nombre de tirages de chaque titre ». Elles sont aussi bien directes, indirectes (aides postales) ou encore aux tiers (SNCF…).

La Cour des comptes a vivement critiqué le montant de ces aides depuis que celles-ci ont doublé en 2008. La Cour des comptes estime que le plan d’aide déployé entre 2009 et 2011, qui peut être estimé à 5 milliards d’euros, a été « peu efficace » et entraîne inévitablement une inquiétante situation de « dépendance » pour le secteur.

Posté par stetienne à 11:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 juillet 2014

les merdias francais sous tutelle de l etat plus un centime à cette presse

facebook la tribune le progres media presse francaise humour

Posté par stetienne à 20:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
06 mai 2014

Pourquoi le massacre d’Odessa a t-il si peu d’écho dans les médias ?

média,presse,le point,l'express,le figaro,libération,presse française,massacre d'odessa,obama,usa,nazi,hollande,criminel,otan,journaliste,projet pour la france

ein reich ein volk ein obama:la fra,nce doit sortir de lotan au plus vite et ne plus etre complice des criminels de l otan.

Pourquoi le massacre d’Odessa a t-il si peu d’écho dans les médias ?

presse media humour ps ump

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/visuel/2014/05/05/aides-a-la-presse-les-200-titres-les-plus-aides_4411929_4355770.html?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter#xtor=RSS-3208

Posté par stetienne à 09:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
04 avril 2014

Quelle est la couleur politique des médias

Quels journaux lisent les électeurs d’extrême droite ? Quelle radio écoutent les sympathisants de gauche ? Quel JT a les faveurs de ceux de droite ? Notre sondage Ifop – Marianne, consacré aux « habitudes médias » des votants aux dernières municipales, lève le voile sur toutes ces questions

Posté par stetienne à 11:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
04 mars 2014

Les Atelières, ex-Lejaby, tuées par les banques

triste mais previsible
à partir du moment ou l on signe traité de libre echange elles n'avaient strictement aucune chance
(et pis responsable pas les banques mais belles et bien les politicards j espere qu elles s'en souviendront en tant qu electrice)

mon programme est tres claire : protectionisme pour l'industrie et l'agriculture non productiviste par contre j en fini une bonne fois pour toute avec les aides a la presse et à la culture que j ouvre totalement à la concurence.( mon  systeme est tout a fait viable d'ailleurs)

Les Atelières, c'est fini ! La belle histoire des anciennes ouvrières de Lejaby qui montent leur atelier de lingerie doit prendre fin cette semaine. Vendredi, devant le tribunal de commerce de Lyon, Muriel Pernin, leur présidente fondatrice, va demander la liquidation de la société coopérative qui emploie aujourd'hui trente salariés.

Il y a un peu plus d'un an pourtant, pleines d'espoir, une poignée d'anciennes Lejaby menées par Muriel Pernin, une professionnelle de la communication émue par le sort de ces corsetières, ouvraient leur atelier en embauchant et en formant de jeunes talents. Une ouverture avec le sourire : la perspective du retour de la fabrication française dans un secteur qui avait dû en faire le deuil avait très vite rempli leur carnet de commande. La réponse financière du public à la souscription lancée sur les réseaux sociaux leur avait assuré un bon départ. Et Arnaud Montebourg, à leurs côtés, vantait les vertus du "made in France".

Guillotine

Treize mois plus tard, c'est le désenchantement. Le marché est pourtant là, les commandes tombent. Mais Les Atelières ont épuisé leurs fonds propres sans pouvoir compter sur les aides extérieures promises. Muriel Pernin n'a aujourd'hui pas de mots assez durs pour dénoncer tour à tour la position des banques, celle de la Banque publique d'investissement (BPI) et l'hypocrisie du "made in France" porté en étendard par le gouvernement.

"Dans notre pays, les banques sont plus fortes que la République", crie aujourd'hui haut et fort la présidente des Atelières. "Avec notre argent, elles exécutent chaque jour des dizaines de PME et aujourd'hui, ce sont Les Atelières qui montent à la guillotine."

Si elle est contrainte de demander la liquidation de sa société, c'est qu'il lui manque les 585 000 euros du fonds de revitalisation proposé et soutenu par le préfet du Rhône, mais également par plusieurs grandes entreprises. "Hélas, deux banques s'y opposent, ce qui remet en cause l'ensemble de notre montage financier, regrette-t-elle. C'est d'autant plus rageant que cet argent n'est pas celui des banques, mais celui d'entreprises."

La BPI en prend également pour son grade. Les Atelières pensaient là encore obtenir une aide qui n'est pas venue. "La BPI n'aide que les entreprises qui n'ont pas consommé leurs fonds propres alors que c'est justement quand on a besoin d'aide qu'on se tourne vers elle", relève la chef d'entreprise, "cette clause exclut nombre de PME à potentiel qui ont besoin de temps, la BPI est l'instrument des grands groupes et ne rend pas service aux PME alors que ce sont les PME qui créent l'emploi en France. Ceux qui, comme moi, ont espéré en la BPI ont été leurrés."

"Les personnes valent moins que les robots"

Elle regrette également que la BPI ne reconnaisse que l'innovation technologique et l'intervention d'ingénieurs, alors que Les Atelières travaillent avec les chercheurs de l'Insa sur de l'innovation organisationnelle portée par des ouvrières : "Nous étions en train de mettre au point un modèle à mi-chemin entre la production à la chaîne et l'artisanat, mais ce mode d'innovation n'est pas reconnu par la BPI. Dans notre pays, les personnes valent moins que les robots."

Dans le collimateur de Muriel Pernin pour finir, le discours du made in France porté par le gouvernement et particulièrement le ministre du Redressement productif, qu'elle considère aujourd'hui comme une vaste hypocrisie. Elle a ainsi réalisé que le "made in France" n'était qu'une norme "a minima" qui n'exige pas que le produit ait été entièrement réalisé en France. "Aujourd'hui, les consommateurs sont bernés, quand ils achètent du made in France, ce sont souvent des produits fabriqués à l'étranger et finalisés en France avec une simple étiquette cousue en France", assure-t-elle.

Muriel Pernin fait le constat d'une filière textile française détruite qui ne pourrait se reconstruire que sous l'effet d'une volonté politique forte. Et sincère.( ben oui uniquement si protectionisme et hollandouille a vote libre echange avec usa)

 

 

 

Posté par stetienne à 09:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,