16 novembre 2015

des chances pour la france comme dise les merdes du ps et de l ump

merdes du ps merde jack lang merde juppée merde abrutis de l ump tous ces cranes d'aoeuf enarques sans intelligences sans bon sens

faudrait qu on envoie tous nos abrutis senateurs et députes vivre un an en banlieue couscouse et prendre transport en commun pour leur ouvrir les yeux a ces abrutis

au moins les flics de banlieue et les profs de banlieue connaissent la réalité

a-courcouronnes-ismael-omar-mostefai-etait-un-eleve-extremement-difficile-

Posté par stetienne à 17:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
08 mars 2014

Crise de recrutement

je n ai qu un conseil a donné ne mettez jamais les pieds dans ce gourbie qu est l education nationale on vous fera faire n importe quoi

classe ultraheterognes eleves qui en ont rien a glander agressions hierarchie stupide et debile

ok il y a 3 mois de vacances mais pensez au 9 mois d'enfer qui reste ou vous ferez juste gardiennage

Selon le baromètre d'un site d'offres d'emploi, le métier le moins attractif en 2013 a été celui d'enseignant.

c est que le debut de la desaffectation de toute facons
au final ca finira par privatisation et mise en concurence [smilie=icon_smile040.gif]
d'ailleurs les tres riches envoient leur enfants dans pensions privées aux usa ou angleterre
(bon on peut pas leur reprocher de couler le mamouth c est pas eux les responsables de l effondrement de l en)

 

Posté par stetienne à 20:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 septembre 2013

l'ecole se meurt

ben oui l educ nat c est le titanic pas le mamouth

rentree-scolaire-vincent-peillon-hors-sujet-

ceci dit qu on arrette de taper sur les profs qui ne sont que des o.s du systeme les vrais responsables du desastre sont dans les rectorats au ministere.

Posté par stetienne à 13:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 janvier 2012

Ecole en crise : Hollande veut des profs expérimentés en banlieue

Pour lutter contre la violence à l'école et contre le décrochage scolaire, François Hollande a préconisé vendredi de "revoir le mode d'affectation" dans l'éducation, pour qu'il y ait dans les zones difficiles des personnels "ayant de l'expérience".

Pour François Hollande, l'école est un lieu clé : un symbole de "l'échec", à ses yeux, de la politique de Nicolas Sarkozy, et un axe de reconquête idéal pour la gauche. Tous les thèmes s'y croisent : celui de la violence, que le candidat socialiste accuse l'actuel président de n'avoir pas su enrayer ; celui de la gestion des effectifs de la fonction publique ; celui de l'éducation, bien sûr, élément fondamental d'un "ascenseur social" aujourd'hui cassé. Le souhait de François Hollande de créer 60.000 postes supplémentaires dans l'Education nationale a déjà alimenté les flèches de la droite, quand Nicolas Sarkozy martèle qu'il veut "moins de profs, mais mieux payés" ; une semaine après les voeux du président au monde de l'Education, au cours desquels Nicolas Sarkozy avait prôné une "redéfinition du métier d'enseignant" et remis en cause le principe du collège unique, c'est depuis Pierrefitte, en Seine-Saint-Denis, que le candidat socialiste à l'Elysée a proposé des mesures pour lutter contre la violence et le décrochage scolaires.

 

François Hollande était venu rencontrer des associations de soutien aux élèves. Il a notamment suggéré de "revoir le mode d'affection des personnels" pour éviter que des enseignants débutant dans le métier se retrouvent placés d'emblée dans les zones les plus dures, c'est-à-dire celles où les élèves ont le plus besoin de soutien. "Il conviendra d'affecter, dans les établissements qui peuvent être concernés par les phénomènes de difficultés sociales, des personnels ayant de l'expérience", a dit le député de Corrèze.

je vois mal comment il veut motiver prof experimenter a aller enseigner dans zone dangereuse et pis ca changera pas grand chose tu peux mettre einstein a des racailles il n en tirera rien du tout ou alors ils sous entends prof experimenter pour faire regner calme mais dans ce cas autant envoyer gentil aide educateur qui distriburont pognon

"Ne pas laisser un professeur seul"

Autres propositions : "augmenter le nombre des adultes dans les établissements les plus difficiles", intégrer, dans la formation initiale qui sera "restaurée", des "modules pour gérer les conflits". hihi cf la video d'anne roumanoff retomber pedagogiquement sur ses pieds Autant d'éléments qui devraient permettre aux enseignants d'être mieux armés face à la violence.

François Hollande prône aussi le travail en équipe pour "ne pas laisser un professeur seul. Nous avons besoin d'équipes, de lien entre les enseignants, les associations, les assistantes sociales, les médiateurs. Face aux phénomènes de violence", il faut "agir avec tous les personnels concernés : école, justice, police. C'est un travail de coproduction pour qu'il y ait compréhension de la situation et intervention communes".oui l usine a gaz quoi vous me taperez un rapport en 15 exemplaires y veut pas en informer la nasa et le kgb tant qu il y est !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Il veut dans les établissements difficiles des fonctionnaires de l'éducation nationale spécialement formés, et qui travailleront sous l'autorité du chef d'établissement. Il convient enfin, selon le champion socialiste, "d'améliorer la prise en charge des élèves présentant des troubles ou des comportements qui peuvent les mettre en rupture". Et de dire : "Je prends l'engagement" qu'aucun élève ne sera "laissé à lui-même". Qualifiant enfin le décrochage de "gâchis formidable", il a observé que si le nombre de violences augmente à l'école, 5% des établissements concentrent un tiers des incidents.

bon aucune proposition concrete pour enfermer les fauteurs de troubles bientot 10 profs pour une racaille dans les zup et 1 profs pour 100 eleves dans lycee normaux ca va continuer a empirer a la rigueur le nabot avec la suppression du college unique et envoyé sur le marche du travail a 14 ans fait mieux et plus concret

on est pas dans la merde avec sarkolande je vous fait pas un dessin

 

http://www.leprogres.fr/france-monde/2012/01/18/les-eclair-cherchent-des-profs

http://www.leprogres.fr/france-monde/2012/01/18/personne-n-est-motive


Posté par stetienne à 21:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
02 septembre 2011

c est la rentrée scolaire

« Les Nations, comme les civilisations, sont mortelles » — et meurent fort bien de leur école, comme on meurt d’un cœur épuisé. [...] le désastre est là, dit Cassandre, dans cette école aux murs écroulés où nous avons laissé entrer les chevaux de Troie du pédagogisme, du constructivisme, des intérêts privés et du crétinisme réunis. « L’école n’est plus l’école de la République » — mais y a-t-il encore une République (et un pilote dans l’avion) pour sauver l’école ? [...] On ne dira jamais assez combien le libéralisme bête a trouvé dans les obsessions anti-élitistes des pédagogistes l’aliment idéologique qui lui manquait. Désormais, c’est sûr, le Bac n’est plus cet examen « qui, horreur !, permettait aux fils ou petits-fils de paysans ou d’ouvriers de devenir médecins ou magistrats ». D’ailleurs, d’ici peu il sera distribué par les établissements eux-mêmes, tout contents d’exercer leur droit imprescriptible à l’autonomie et de couronner ainsi leur auto-évaluation, auto-congratulation, auto-mutilation et autres merveilles pédagogiques du XXIème siècle. Sans notes, ces pratiques d’un autre âge assimilées à des brimades insupportables… [...] Ici et maintenant que l’on a suicidé les vrais impératifs pédagogiques sous une « conception purement économique et techniciste de l’éducation ». « En termes crus », la machine-école fabrique 10% de cadres (il n’en faut pas plus, prétend l’OCDE) dans ce qu’il reste d’établissements prestigieux, « images d’Epinal » soigneusement entretenues dans la naphtaline des beaux quartiers, et 90% de racailles taillables et corvéables à merci, formés dans des Zones d’Exclusion Programmée, et remplacées, à terme, par des sous-traitants installés dans des paradis sous-développés. Désormais, l’école des pauvres fabrique des pauvres. Et même des barbares, note Polony. Le produit de l’Ecole du XXIème siècle, ce sont « des jeunes qui ont passé douze ou treize ans de leur vie sur les bancs de cette école française, dénués de toute compassion, de toute capacité d’identification à l’autre, capables d’actes relevant de la plus pure barbarie ». Le barbare, c’est d’abord celui qui ne sait pas parler — et qui finit par vous massacrer. Ne nous y trompons pas : c’est ce que l’Europe, l’OCDE, et la mondialisation exigent désormais de l’Ecole. [...] « De la civilisation héritée de l’Humanisme et des Lumières, il n’y a plus trace dans l’esprit d’une jeunesse sans mémoire, soumise à l’air du temps et à la concurrence généralisée. La tyrannie des imbéciles étend son empire, et le Nouvel Observateur, organe de l’air du temps, peut devenir sa nouvelle Pravda… » [...] Un retour en arrière est nécessaire pour expliquer le débat entre « pédagos » et « républicains ». Polony se lance donc dans une analyse des pédagogies nouvelles « pour les nuls », expliquant qu’une idéologie — le « constructivisme », en fonction duquel l’élève « construit ses savoirs tout seul » sans passer par la médiation intellectuelle d’un maître désormais réduit au rôle d’« animateur du groupe-classe » — a fini par se donner pour une pratique, et exclut automatiquement tous les (vrais) pédagogues qui ne souscrivent pas à ses oukases. Pour le grand public, ce sera sûrement instructif. Autant désigner au bon peuple ceux qui détruisent lentement et sûrement ses enfants depuis les années 1980. Avec un peu de chance, les classes laborieuses redevenues dangereuses pourraient être tentées de mettre leurs têtes d’œuf au bout de leurs fourches. Il est tout de même sidérant que tant d’apparatchiks survivent et prospèrent en détruisant sur leur passage de carriéristes lèche-culs l’école qui les a formés, eux — et qu’ils veulent interdire à tous les autres, pour être les derniers à y avoir appris quelque chose. [...] Parmi ces « bonnes pratiques », la question de l’apprentissage de la lecture est au cœur du débat. Quand les élèves n’entendent plus ce qu’on leur dit, quand ils ne parviennent à retranscrire le discours de l’enseignant que par une bouillie verbale incompréhensible, on peut effectivement penser qu’un crime quelque part s’est commis, qu’une génération entière a été sacrifiée — et va porter longtemps, économiquement parlant, cette tare si patiemment greffée par des pédagogues si prétentieusement incompétents.

31 août 2011

Que pensez-vous de l'enseignement privé ?

Pensez-vous que l'école privée offre de meilleures chances de réussite aux enfants ? Au contraire, défendez-vous l'enseignement public ? Donnez-nous votre avis.

 

Que pensez-vous de l'enseignement privé ? Quels en sont les avantages, les inconvénients ?

Dans le privé on peut virer plus facilement eleves qui foutent la merde.

Avez-vous une expérience personnelle de l'école privée (votre expérience dans ce type d'école, celle de vos enfants...) ?

Non ai connu que le public en tant que eleve lyceen etudiant et enseignant c'est pour ca que je ne suis pas tendre envers l'enseignement public car jai eu tout loisir de voir ses tares et que malheureusement ca s'arrange pas.

Si vous deviez comparer l'enseignement public et l'enseignement privé...

Les profs du public envie les profs du privée qui peuvent virér les eleves n ayant aucune motivation et générateur de desordre.

Posté par stetienne à 13:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,