17 octobre 2018

Une équipe gouvernementale au parcours parfois tumultueux

bof le ps c est la pégre de toute facons

bref la racaille du haut micron s'entoure d'autre racailles

Posté par stetienne à 11:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 septembre 2018

agnes Saal et jean paul Cluzel ont des disciples

Une école rennaise paye près de 10 000 euros de taxi à ses étudiants pour aller à Disneyland

Après Agnès Saal, c'est Jean-Paul Cluzel, ex-patron du Grand Palais à Paris, qui a explosé le budget taxi : 410 000 euros de 2011 à 2014...

Posté par stetienne à 18:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 septembre 2018

Quand Benalla dégainait son arme pour un selfie... en plein restaurant

va bien falloir qu il crache le morceau le minuscule mini tout petit  micron

pourquoi il a embauche se taré  du bulbe de benalla

Surréaliste, la scène se déroule le 28 avril 2017, entre les deux tours de la présidentielle qui a vu Emmanuel Macron l'emporter. Nous sommes à une semaine du second tour, et le candidat est en meeting à Poitiers.

Selon Mediapart [article payant], Alexandre Benalla est alors sollicité pour un selfie. Surprise: sur le cliché, Alexandre Benalla apparaît avec deux autres hommes et l'auteure du selfie... arme à la main.

Une photo qui pose deux problèmes: premièrement, Alexandre Benalla n'avait aucune autorisation pour détenir une arme à l'époque. 

Deuxièmement, il a toujours assuré n'avoir "jamais" sorti son arme en dehors du QG de campagne du candidat Macron.

La photo a été authentifiée

Préventivement à toute accusation, Mediapart a fait analyser la photographie: réalisée avec un Iphone SE, elle a bien été prise à la date dite, le 29 avril 2017, à 0h30. Les données du cliché font par ailleurs apparaître les coordonnées GPS correspondant exactement à celles du restaurant "Les Archives", 14 rue Édouard Grimaux, à Poitiers.

Enfin, Mediapart a soumis la photo à un test "ELA" (Error Level Analysis), afin de démontrer qu'elle n'a pas été truquée.

Or jusqu'ici, la version d'Alexandre Benalla n'avait pas varié sur ces deux points: il a reconnu avoir fait la demande "d’acquérir et de détenir des armes dans le QG" d’En Marche! pendant la campagne. Et rappelle que cette demande a été acceptée par la préfecture de police, pour détenir "des armes, des Glock 17 de mémoire, mais dans le QG uniquement".

"On n'est pas mabouls"

Face à deux journalistes du Monde, qui lui demandaient: "N’êtes-vous jamais sorti avec?", la réponse de Benalla était sans ambiguïté: "Non, jamais. On n’est pas mabouls, il y a un risque pour la réputation du candidat…"

Une fois M. Macron élu, M. Benalla n’obtiendra un permis de port d’arme que le 13 octobre 2017 dans le cadre de ses missions à l’Elysée, avait indiqué le 23 juillet le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb devant la commission d’enquête de l’Assemblée nationale.

Ce permis lui a depuis été retiré après son licenciement et sa mise en examen le 22 juillet pour des violences sur un manifestant en marge du défilé du 1er-Mai place de la Contrescarpe à Paris.

Son avocat: "Lâchez-le"!

Son avocat Me Laurent-Franck Liénard a minimisé ces révélations: "Je m’étonne, alors qu’il y a des choses sérieuses à traiter dans ce dossier, qu’on continue à chercher des éléments tous azimuts pour nuire à la réputation de Monsieur Benalla. Lâchez-le !", a déclaré l’avocat, qui souhaite se concentrer sur l’audition de son client prévue vendredi chez les juges d’instruction parisiens.

Si le parquet de Poitiers, compétent territorialement, décidait d’enquêter sur les faits exposés par Mediapart, il devrait notamment déterminer s’il s’agit bien de l’arme de M. Benalla et s’il disposait des autorisations requises. A moins que les faits ne soient joints à l’instruction en cours à Paris.

Posté par stetienne à 12:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 septembre 2018

On l'appelait "Emmanuel le bien-aimé". Et il finira comme Louis XV, mais ce sera moins long !

On l'appelait "Emmanuel le bien-aimé". Et il finira comme Louis XV, mais ce sera moins long !

moi je dirais plutot louis 16

sinon bon si le micron veut se faire ramoner par un arabe il fait ce qu il veut tant que ca reste  dans sa vie privé or la il en a fait un favori de son amant et ca c est inaxceptable.

Posté par stetienne à 18:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 septembre 2018

mohamed ben allah

à mon avis il a du serieusement  ramoner le tou du cul micron   ou de vieielle rombiere

Ses agissements et sa mise en examen ont pourri l'été d'Emmanuel Macron. Avec la rentrée et le retour des auditions devant la commission d'enquête du Sénat, Alexandre Benalla est à nouveau au centre de l'attention. Avec à la clé un nouveau lot de révélations.

Dans son enquête "Alexandre Benalla - L'homme du président", diffusée mardi soir, BFMTV nous apprend ainsi que l'ancien chargé de mission de l'Elysée est né, en 1991, avec un autre prénom : Maroine, comme l'indique la déclaration d'état civil faite par son géniteur, un professeur de chimie.

Un salaire de 6 000 euros net

Mais un divorce tumultueux et trois tentatives violentes de son père de l'emmener au Maroc, dont il est originaire, vont persuader la mère de Benalla de le cacher et, pour cela, de demander auprès du ministère de la Ville de "franciser" son prénom en Alexandre.

Par ailleurs, la chaîne d'info en continu a (enfin) eu accès à la fiche de paie de l'ancien préposé à la sécurité du couple présidentiel. Alors que le chiffre de 10 000 euros avait couru dans les premiers jours de l'affaire, c'est un salaire brut de "seulement" 7 113 euros (soit environ 6 000 euros net) que touchait l'ancien homme de confiance.

Une future installation au Maroc ?

D'après RTL, Alexandre Benalla envisagerait désormais de monter sa propre société de sécurité au Maroc, où il a des attaches familiales.

Il aurait dans ce sens effectué de nombreux rendez-vous depuis son licenciement de l'Elysée et se serait notamment rendu à Rabat.

 

Posté par stetienne à 10:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
05 septembre 2018

Un déplacement d'Edouard Philippe dans les Alpes... à 150.000 euros

y coute cher le gerard philippe d'opérette

et on vous demande de faire des effots pour payer toutes ces vermines du gouvernement

quand on demande aux Français de faire des efforts la 1er chose à faire c est d'en faire soi meme or les vermines du gouvernement et d'en marche en sont bien incapables

Nouvelle polémique en vue pour le gouvernement ? D'après Le Canard Enchaîné, cité par nos confrères du Dauphiné Libéré, le Premier ministre Edouard Philippe aurait effectué un déplacement de quelques heures le 29 août dernier à Chaillol, dans les Hautes-Alpes, qui aurait coûté la "modique" somme... de 150 000 euros !

Cargos militaires et hélicoptères

Le Premier ministre, qui se rendait aux Assises de l'eau, était accompagné d'une élue, d'un secrétaire d'État au ministre de la Transition écologique et d'un groupe de journalistes.

Un des deux cargos militaires qui devait transporter le groupe depuis Paris étant tombé en panne, il a dû être remplacé par deux hélicoptères Puma.

Un autre cargo militaire a été déplacé jusqu'à Grenoble (Isère) pour assurer ensuite le retour. Edouard Philippe et son équipe ont donc été transférés de Chaillol à Grenoble par hélicoptère, avant de reprendre le cargo. Les journalistes sont tous repartis à Paris par hélicoptère.

À partir des tarifs définis par la Cour des comptes, Le Canard Enchaîné estime que l'ensemble de l'opération aurait coûté quelque 150 000 euros.

Posté par stetienne à 11:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,