18 septembre 2019

Si tous les véhicules européens étaient électriques, les émissions de CO2 baisseraient de... 0,4%

http://students.washington.edu/aodhan/webgl_globe.html

Si l'ensemble du parc automobile européen était renouvelé du jour au lendemain, ce serait sans conséquence face aux Etats-Unis et à la Chine qui restent les premiers pollueurs de la planète.

La voiture électrique est souvent considérée par le grand public comme l'un si ce n'est le moyen d'enrayer les causes du réchauffement climatique et de lutter contre les émissions de gaz à effet de serre.

Un gain de CO2 dérisoire même pour un territoire aussi large que l'Europe

Une récente étude de la CLEPA, l'association européenne des équipementiers automobiles, vient doucher un peu ces espérances. Son président Roberto Vavassori vient de déclarer lors d'un sommet organisé par le quotidien Financial Times que même si le parc automobile européen se convertissait du jour au lendemain à l'électrique, ça n'aurait que peu d'incidence sur les émissions globales de CO2.

« L'Europe est responsable de 10% des émissions mondiales de CO2, tandis que la Chine, les États-Unis et l'Inde en représentent 66%. Nous savons donc que 7% des émissions mondiales de CO2 sont dues aux véhicules légers et si nous électrifions toute l'Europe du jour au lendemain, nous économiserons 0,7% des émissions mondiales de CO2 chaque année », explique t-il.

Pire encore : l'électricité étant massivement produite grâce à l'exploitation de combustibles fossiles, ce chiffre tomberait à seulement 0,4% de CO2 en moins rejetés dans l'atmosphère.

Plus que la simple voiture électrique qui reste une réelle avancée, une modification radicale de nos processus de production est indispensable pour changer le cours des choses. Les transports, la production d'électricité et l'industrie sont aujourd'hui les trois principaux responsables des émissions mondiales de CO2 et seule une réponse mondiale aura un réel impact sur la planète.

Posté par stetienne à 16:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
08 août 2019

l'agriculture productiviste rechauffe la planete

la seul solution: instauré le controle des naissances et sortir de l agriculture productiviste exportatrice

L'agriculture émet environ un quart des émissions de gaz à effet de serre produits par l'activité humaine, selon le rapport du World Resources Institute (WRI) ( AFP / Jean-Francois MONIER )

L'agriculture émet environ un quart des émissions de gaz à effet de serre produits par l'activité humaine, selon le rapport du World Resources Institute (WRI) ( AFP / Jean-Francois MONIER )L'agriculture émet environ un quart des émissions de gaz à effet de serre produits par l'activité humaine, selon le rapport du World Resources Institute (WRI) ( AFP / Jean-Francois MONIER ) Comment l'agriculture contribue à réchauffer le climat? Une meilleure gestion des sols agricoles aiderait-elle à refroidir la planète? A l'heure où le GIEC publie un rapport sur le sujet, seules des solutions complexes émergent, car la terre compte toujours plus de bouches à nourrir.

Quel rôle joue l'agriculture sur l'évolution du climat?

Si les hommes utilisent plus de 70% des terres émergées et non recouvertes par les glaces selon le GIEC, la production de nourriture utilise 37% de la surface (25% de prairies et 12% de cultures), hors Antarctique et hors pêche, selon un rapport du World Resources Institute (WRI) publié en juillet avec la Banque Mondiale et les organismes de recherche français INRA et CIRAD.

L'agriculture, la sylviculture, l'élevage et les incendies émettent 23% des émissions de gaz à effet de serre produits par l'activité humaine, selon le GIEC. Plus de 13% viennent de la production agricole elle-même, et autour de 10% du changement d'affectation de sols, lorsque forêts et savanes deviennent des champs (deforestation), selon un calcul du WRI.

L'élevage est pointé du doigt avec les émissions de méthane des bovins, mais surtout la déforestation qu'il induit depuis le début de l'humanité. 

Combien de personnes la planète devra-t-elle nourrir d'ici 2050? 

Plus de 820 millions de personnes dans le monde souffrent actuellement de la faim. Et la demande mondiale en alimentation va augmenter avec la population, attendue à 9,8 milliards d'habitants en 2050 contre 7,5 milliards aujourd'hui. La hausse du niveau de vie devrait entraîner une demande accrue en viande, légumes et huiles végétales.

A conditions stables de productivité, le WRI a calculé qu'il faudrait 593 millions d'hectares de terres arables supplémentaires pour nourrir cette population, ce qui n'est pas soutenable. Le GIEC souligne qu'il faut aussi lutter contre le gaspillage alimentaire, car "25 à 30%" de la nourriture produite est "gaspillée ou perdue".

Que peut faire l'agriculture pour réduire le réchauffement?

L'agriculture est à la fois victime, coupable, mais aussi partie de solution au réchauffement.

Répartition de l'occupation des terres libres de glace dans le monde, selon le dernier rapport du Giec ( AFP / )

Répartition de l'occupation des terres libres de glace dans le monde, selon le dernier rapport du Giec ( AFP / )

Répartition del'occupation des terres libres de glace dans le monde, selon le dernier rapport du Giec ( AFP / )

Pour le WRI, il faudrait rendre à la forêt une bonne part des zones d'élevage de ruminants, afin de réduire les émissions en capturant plus de carbone, et augmenter les rendements pour arrêter d'étendre les surfaces cultivées, souligne Patrice Dumas, spécialiste de l'économie de l'environnement au CIRAD et modélisateur du rapport du WRI.

Il admet que ce choix radical, qui fait la part belle à l'agriculture industrielle, aurait des impacts négatifs sur l'environnement et la santé (plus de pesticides). 

Ces conclusions sont contestées par les tenants de l'agro-écologie et de l'agro-foresterie à la FAO et les ONG comme Oxfam: ils misent sur une agriculture familiale et des mélanges d'activités --l'élevage pouvant avoir un impact positif notamment dans des zones montagneuses ou désertiques-- pour recréer des écosystèmes agricoles durables.

Les prairies utilisées par l'élevage ont, d'ailleurs, un rôle positif reconnu pour le climat: elles sont classées parmi les meilleurs stockeurs de carbone dans les sols, avec les forêts, selon l'INRA.

L'érosion des sols agricoles contribue-t-elle au réchauffement?

Oui, et le réchauffement accélère l'érosion aussi: l'érosion des sols par le labour, utilisé depuis des millénaires pour oxygéner la terre, dépasse de 10 à 100 fois le taux de formation de nouveaux sols, selon les experts du GIEC. Mais le changement climatique lui-même "exacerbe la dégradation des terres notamment sur les côtes, dans les deltas, les zones sèches et dans le permafrost".

"Dans les endroits trop travaillés, lorsqu'il n'y a plus de réserve de sol, et que la roche-mère apparaît après des centaines d'années de charrue, il y a moins de transpiration de l'eau, et moins d'eau libérée dans l'atmosphère", explique Paul Robert, ingénieur français qui a créé en 2018 la société Novalis Terra pour former agronomes et responsables de coopératives.

"Des régions australiennes qui étaient vertes il y a 200 ans sont aujourd'hui désertiques à cause de l'agriculture", selon lui. Au Sahara, le projet de reboisement de la "ceinture verte" sert à lutter contre l'avancée du désert en créant des micro-climats locaux pour essayer d'inverser la tendance. 

"Ce qui est désastreux, ce sont les sols nus" qui favorisent les ruissellements, tassements et/ou déplacements de terrain, ajoute l'ingénieur.

L'agriculture "de conservation des sols", une solution?

L'agriculture de conservation des sols (ACS), largement utilisée aux Etats-Unis et au Brésil, est un système de culture qui permet au sol d'augmenter sa matière organique, d'améliorer sa fertilité, et de limiter l'érosion, en utilisant la nature et en ne laissant jamais les sols nus.

Elle requiert l'abandon du labour, la plantation de cultures intermédiaires comme les légumineuses porteuses d'azote pour enrichir le sol. Mais au moins une fois par an, elle nécessite un désherbant chimique de type glyphosate pour implanter une culture en semis direct sans labour.

L'INRA ne se prononce pas sur ce type d'agriculture en tant que tel, mais soutient les pratiques qu'elle induit: couverts végétaux, haies, réduction des intrants chimiques et semis direct, précisant que ce dernier est efficace seulement en climat sec. La rotation des cultures est aussi un impératif contre les dégâts des monocultures sur la biodiversité.

 

29 juin 2019

Effet de serre : pourquoi on meurt tous de chaud ?

Posté par stetienne à 13:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
19 juin 2019

micron et ses putes en marche détuit nos acquis sociaux

nos grands parents se sont battus en 1936 pour avoir des acquis sociaux et le minuscule mini micron et ses putes en marches est en train de detruire tous nos acquis sociaux pour faire plein de cadeaux  aux ultra riches

ensuite un chomeur pollue moins la planete qu un abrutis qui prend sa bagnole de plus d'une tonne pour aller gratter du papier au boulot

micron c'est l'ancien monde il est no futur micron démission on veut plus voir ta sale gueule de con a toi et ta vieille rombiere qui se caresse la chatte avec le pognon

Posté par stetienne à 08:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
09 juin 2019

fin du monde dans 50 ans

http://www.leparisien.fr/environnement/yves-cochet-l-humanite-pourrait-avoir-disparu-en-2050-07-06-2019-8088261.php

tous le monde veut proteger la planete  sauf que:

moi je veux pouvoir continuer à utiliser un gros 4*4 de  2 tonnes pour faire mes 20 bornes quotidienne

moi je veux continuer a prendre l avion

moi gros pegouzes  productiviste je veux continuer à épendre massivement pesticide qui detruit tout et labourer plusieur fois par an  et planter maïs au sommet du mont blanc

moi je veux des lampadaires  tous les  10 metres  car je suis un trouillard et tant pis pour la biodiversité nocturne ( 1/3 de la biodiversité)

moi patrons btoneurs et bitumeurs je vais du chantage à l emploi  si je peux betonner ou bitumer un peu plus la france

moi je travaille en ville car mon patron veut bureau en ville mais je veux habiter une maison a la campagneet je veux qu on construise route pour aller travailler en voiture

moi abruits sportive je veux qui on construise plein de terrain de foot et de golf

....................

la liste est tres tres tres  longue

bref la fin du monde c est peut etre bien pour dans 50 ans

Posté par stetienne à 14:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
16 décembre 2018

On vous raconte le plus violent réchauffement climatique que notre planète ait connu... jusqu'à aujourd'hui

https://mobile.francetvinfo.fr/meteo/climat/on-vous-raconte-le-plus-violent-rechauffement-climatique-que-notre-planete-a-connu-jusqu-a-aujourd-hui_3098489.amp

le monde est sans glace, sans calotte, sans neige éternelle. Les paysages blancs de l'Antarctique ont cédé la place à des forêts. Des palmiers ont même pris racine au pôle Nord. On ne vous décrit pas là le futur que nous promet le réchauffement climatique, mais un passé très lointain. Il y a 56 millions d'années, la température a grimpé de 6°C en seulement 10 000 à 20 000 ans,

Posté par stetienne à 20:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 octobre 2018

les teutons et le rechauffement climatique

il crache sur le nucléaire mais utilise le charbon qui rechauffe  enormement la planete

leur gros tas de ferraille sur roues consomment et roulent vite

https://www.clubic.com/mag/environnement-ecologie/actualite-846119-ecosia-debourser-1-sauver-foret-allemande.html

Depuis six ans, c'est un véritable bras de fer qui a lieu dans la forêt de Hambach entre les défenseurs de la Nature et RWE, l'énergéticien allemand qui exploite le plus gros parc à charbon d'Europe.

Jacey Bingler ajoute "Environ 142 espèces vivent dans la forêt, et 13 d'entre elles sont en voie de disparition, ce qui explique pourquoi la destruction de la forêt serait une telle catastrophe". En outre, dans le cas de l'exploitation de Hambach il s'agit d'une mine à ciel ouvert qui exploite le lignite, ce type de mines ont un impact environnemental très important, d'autant plus que la combustion du charbon qui en résulte contribue à rejeter d'énorme quantité de dioxyde de carbone dans l'atmosphère. L'Allemagne est le plus gros producteur mondial de lignite, en 2017 cette production a engendré l'émission d'environ 59 millions de tonnes de CO2 !

Posté par stetienne à 15:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,