31 décembre 2013

trop de placard dans les regiosn et departements

http://www.bvoltaire.fr/patrickcrasnier/conseil-general-limpossible-reforme,45240

pour les regions c est pareil en france il y a trop de politicards trop de senateurs trop de deputards  trop de commission bidon trop de conseil constitutionnel c est ce qui nous ruine tous ces parasites inutiles à la societé

Posté par stetienne à 10:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
23 novembre 2013

helas tellement vrai

supprimons le senat

virons 50% des fonctionnaires des conseils regionnaux general ....des deputes des ministres des commissions bidons des conseils bidon

chez moi je recois la revue de la ville la revue de la region la revue du département qui sont sans le moindre interet a part cassé bien au chaud dans un placard des petits copain

1639775808271782778123712622122506736n

 

Posté par stetienne à 14:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
16 mai 2013

gaspillage de l'argent du contribuable dans les fracs

projet pour la france,frac,fond regional d'art contemporain,contribuable,impots,regions,conseil regional,elus,impots,gaspillage de l argent du contribuable,hollande,ps,ump,

qu attend donc hollande pour faire le menage . la culture ne doit pas etre payer par le contribuable surtout quand c est meme pas de la culture mais juste une grosse arnaque et rien d'autre ils serait grand temps de faire le menage la dedans.

personnelement je compte en finir avec la sous culture assistée et sous perfusion de l argent du contribuable.

 

Frac Regions Ps Ump Art Contemporain Impot Contribuable

Posté par stetienne à 14:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
13 décembre 2012

dans la serie mega gaspillage:Le Grand Paris Express coûtera 9,5 milliards d'euros de plus que prévu

un truc inutile de plus on ferait mieux de decentralisé de stopper l immigration et de rentrer en decroissance de population

ca va se terminer comme le titanic ce bidule

Le projet de supermétro francilien Grand Paris Express coûtera 9,5 milliards de plus que prévu, affirme le rapport du haut fonctionnaire Pascal Auzannet remis jeudi à la ministre de l'Egalité des territoires, Cécile Duflot.

Le montant acté dans l'accord Etat-région de janvier 2011 était de 20,5 milliards d'euros. "Depuis ce montant a évolué et le travail d'expertise engagé conduit à un montant de l'ordre de 30 milliards d'euros en valeur 2012, soit une majoration de 9,5 milliards d'euros, mais sur des périmètres différents", affirme le rapport qu'a pu consulter l'AFP.

Ce surcoût a plusieurs explications: trois milliards supplémentaires sont à imputer à la "ligne orange", pour laquelle seuls deux milliards correspondant à la contribution de la Société du Grand Paris avaient été inscrits dans l'accord du 26 janvier 2011.

1,8 milliard correspond au coût des interconnexions, qui n'avait pas fait l'objet d'une évaluation.

Le reste correspond à la dérive monétaire (3 milliards d'euros), à une dérive des coûts des projets sous maîtrise d'oeuvre de la Société du Grand Paris (1,4 milliard d'euros), au surcoût du rallongement de la ligne 14 (500 millions).

Cette nouvelle évaluation des coûts du projet conduit Pascal Auzannet, qui fut notamment un dirigeant de la RATP, à envisager trois scénarios pour la réalisation des travaux. Le plus réaliste conduirait à un étalement des travaux jusqu'à 2030.

Le projet du Grand Paris, lancé par l'ancien président Nicolas Sarkozy, prévoit la construction de trois lignes de métro automatique (bleue, rouge et verte) formant une double boucle autour de la capitale, longue de 175 km et jalonnée de 57 gares.

Posté par stetienne à 14:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
04 décembre 2012

François Hollande inaugure le Louvre-Lens, en plein bassin minier

mes commentaires: je pense que les regions doivent avoir des beaux musées aussi en effet la plus part des grands musées sont a paris: musée de la marine,le louvre,orsay,............ donc une redistribution aux profils des regions est une excellente chose le pres de tableau ou de copie pour des expositions itinerantes dans les musées provinciaux est une obligation pour les grands musées nationaux

Une femme regarde le tableau "La liberté guidant le peuple" d'Eugène Delacroix le 3 décembre 2012 au Musée Louvre-Lens (Photo Philippe Huguen/AFP)

Mardi 04 décembre 2012, 10h15
Le président François Hollande inaugure mardi le musée du Louvre-Lens, posé sur un carreau de mine de l'agglomération la plus pauvre de France, brillant tel un diamant par son architecture lumineuse et épurée, et ses chefs-d'oeuvre envoyés par le Louvre.

"C'est un merveilleux joyau", s'enthousiasme le député-maire (PS) de Lens Guy Delcourt lors d'une visite de presse lundi. "Cela va nous permettre de sortir des images souvent négatives sur le bassin minier", ajoute-t-il.

"Nous savons qu'un musée ne fait pas le printemps. Mais il signe au moins la fin de l'hiver" pour cette ville de 35.000 habitants, meurtrie par les guerres et la désindustrialisation, déclare Daniel Percheron, président (PS) du Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais qui porte le projet depuis le départ.

Lorsqu'il apprend que le Louvre songe à créer une antenne dans le cadre de la décentralisation culturelle lancée en 2003 par le ministre de la Culture d'alors Jean-Jacques Aillagon, M. Percheron, qui a grandi à Lens, se jette à l'eau. Il demande au patron du musée Henri Loyrette si la candidature de Lens serait "ridicule". "Non, au contraire", lui répond le président-directeur du Louvre.

Jack Lang, vice-président de la région Nord-Pas-de-Calais à l'époque, se souvient avoir écrit en 2004 au chef de l'Etat Jacques Chirac pour plaider en faveur de Lens alors que six villes étaient en compétition pour accueillir l'antenne du Louvre, dont Amiens gérée par la droite.

Vue du musée du Louvre-Lens, le 3 décembre 2012 à la veille de son inauguration (Photo Philippe Huguen/AFP)

Renaud Donnedieu de Vabres, successeur de M. Aillagon rue de Valois, tient à rappeler avoir milité lui aussi en faveur de Lens. Jacques Chirac tranche en novembre 2004 pour une "ville rouge et rose", relève M. Percheron.

"Deux cathédrales"

Si le Louvre-Lens a tant de pères et de parrains revendiqués, c'est sans doute parce que le bébé est beau et plein de promesses.

D'abord architecturalement. Le musée de verre et d'aluminium poli, conçu par l'agence japonaise Sanaa, s'est posé sur un ancien carreau de mine à charbon. Les bâtiments bas mais très longs réfléchissent la lumière, semblant se fondre dans le ciel lorsqu'il pleut et étincelant lorsque le soleil revient.

Surtout, pour réussir son pari, le Louvre n'a pas hésité à envoyer à Lens toute une série de chefs-d'oeuvre, notamment "La Liberté guidant le peuple" (1831) de Delacroix mais aussi "Balthazar Castiglione" de Raphaël ou "Louis-François Bertin" de Ingres, qui s'installeront pour un an.

Le Louvre-Lens, qui ouvrira au public le 12 décembre, a pour épine dorsale une Grande Galerie qui sera accessible gratuitement la première année.

Sous le nom temporaire de Galerie du temps, elle présente pour cinq ans plus de 200 oeuvres dans un accrochage remarquable qui part de la plus Haute Antiquité pour aller jusqu'en 1850, retraçant le Louvre dans toute son amplitude chronologique et géographique en un seul espace.

D'ambitieuses expositions temporaires seront également proposées. La première porte sur la Renaissance et présente notamment "La Sainte Anne" de Léonard de Vinci.

Le Louvre-Lens mise sur une fréquentation de 700.000 visiteurs la première année, et 500.000 les années suivantes. Située à une heure de Paris en TGV, la ville est au coeur du bassin minier, non loin de Lille et de la Belgique.

"Le Louvre-Lens est une cellule souche qui va modifier l'ADN de notre région", assure M. Percheron. "Désormais il y a deux cathédrales à Lens, le stade Bollaert et le Louvre", sourit Henri Loyrette.

Le Louvre-Lens a coûté plus de 150 millions d'euros. "On est plus proche des 200 millions d'euros, en incluant des aménagements autour", précise M. Percheron. La Région finance l'investissement à hauteur de 59%.

Posté par stetienne à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 novembre 2011

supprimons le senat et la moitie des deputés

Après la CGT et FO, la CFTC a également condamné dimanche une éventuelle nouvelle journée de solidarité et a avancé une "contre-proposition" pour des économies budgétaires: réduire de 577 à 300 le nombre des députés pour un gain annuel de "277 millions d'euros".

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/1 ... eputes.php

il faut aussi supprimer le senat

reduire le nombre d'elections interdire l'affichage electorale

1 seul election depute president a la proportionnelle en un tour le partit ayant la majorite à le president de la republique

suppressions du senat  du conseil constitutionnel des conseils regionals et generaux

 

http://grincheux.typepad.com/weblog/2011/11/348-senateurs-pourquoi-pas-100.html