19 juin 2016

un sénateur en suisse

ceci dit depuis quand les sénateurs representent la france et les francais?????

Source: Externe

Posté par stetienne à 10:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 juin 2016

Les dépenses faramineuses du Sénat en 2015

Un rapport sur les comptes du Sénat en 2015 révèle les frais de fonctionnement disproportionnés du palais du Luxembourg. Les sénateurs sont loin de se serrer la ceinture, puisque leurs notes d'hôtel, de taxi ou d'avion ont connu une augmentation spectaculaire.

http://www.valeursactuelles.com/politique/ce-tres-cher-senat-62445

 

je suis pour la suppression pur et simple du sénat qui ne sert à rien du tout

Posté par stetienne à 09:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 mai 2016

les sénatueurs d'abeilles

Source: Externe

MAIS OÙ SONT LES "SénaTUEURS" D'ABEILLES ?

Le 12 mai 2016, une majorité de sénateurs se sont prononcés pour continuer d'utiliser les insecticides néonicotinoïdes, dits « tueurs d’abeilles ».

Sur les 348 sénateurs, seuls 59 sénateurs se sont prononcés pour interdire l'utilisation de ces insecticides considérés par la recherche publique française comme 5000 à 10000 fois plus toxique dans l'environnement que le DDT (interdit en 1972).

Vous pouvez interpeler vos sénateurs sur http://reponses.agirpourlenvironnement.org/neonicotinoides…/
(cliquez sur la photo de vos sénateurs pour leur envoyer un email de contestation)

Infographie réalisée par Guillaume Bodin sur les bases des données de Agir Pour l'Environnement.

Posté par stetienne à 09:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 mars 2016

a faire absolument

supprimer tous les avantages des députes et minsitre ( mettre retraite de base ) et ce rétroactivement dans le temps

supprimer le senat qui sert a rien du tout

projet pour la france train de vie des élus ps ump

Posté par stetienne à 09:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 mai 2015

Corée du Nord: un ministre exécuté au missile pour s'être assoupi, selon Séoul

Corée du Nord: un ministre exécuté au missile pour s'être assoupi, selon Séoul

 

hihi on ferait la meme chose avec les sénateurs ils n y en auraient plus

Posté par stetienne à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 septembre 2014

Argent public : les surprises de la cagnotte des sénateurs

Argent public : les surprises de la cagnotte des sénateurs
Argent public : les surprises de la cagnotte des sénateurs

Quinze sénateurs (sur 348) s'arrogent 30 % de la cagnotte du Sénat, qui s'élevait à 53,9 M€ en 2013. C'est ce qui ressort de l'analyse des données de la réserve parlementaire des sénateurs, publiée ce week-end par Bercy, à une semaine des élections sénatoriales. Comme la loi relative à la transparence de la vie publique l'y oblige, le Parlement est désormais contraint de dévoiler l'utilisation de cet argent public, qui peut servir à subventionner soit des associations, soit des projets locaux (rénovation d'école, aménagement urbain, etc.). Pour les députés, le détail avait été révélé en janvier. Place maintenant aux sénateurs.

« C'est une bonne chose, cette transparence », affirme Philippe Marini, sénateur de l'Oise et président UMP de la commission des Finances, qui arrive en deuxième position des élus les mieux dotés. Comment fonctionne le système ? Chaque groupe politique reçoit entre 130 000 € et 150 000 € par sénateur. A charge ensuite au groupe de répartir la manne entre ses membres. Et c'est là qu'apparaissent d'étonnantes disparités. Alors que 7 élus disposent chacun de plus d'1 M€ à distribuer, ils sont, d'après nos calculs, 214 à devoir se contenter de 100 000 € ou moins.

Deux profils de « sénateurs donateurs » apparaissent : ceux qui financent des projets sur toute la France, et les autres qui se concentrent sur leur fief. Ainsi, le sénateur PS François Marc (Finistère) arrive en tête des élus les mieux dotés. Mais il joue un rôle de coordonnateur et porte sur son nom des subventions accordées par d'autres élus socialistes. Des projets qui concernent le Lot, la Corrèze, etc. Ou encore la Fondation Jean Jaurès, un centre d'études de gauche, que François Marc a doté l'an dernier de 90 000 €.

Générosité bien ordonnée commence par soi-même

Pas question cependant d'oublier sa propre commune, La Roche-Maurice (Finistère), qui a reçu « 50 000 € pour des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Posté par stetienne à 10:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
15 juin 2014

quel cretin celui ci et c'est sénateur!!!!!!!!!!!!!!!!!!

sénat,terroriste,ps,hollande,islamiste,Jean-Pierre Michel,racailles,projet pour la france

http://www.bvoltaire.fr/francoisfalcon/senateur-jean-pierre-michel-compare-les-djihadistes-aux-resistants,88951

une raison de plus de supprimer le sénat institution couteuse et totalement inutile.

Posté par stetienne à 11:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
23 mars 2014

les 400 qui ruinent la france

bon cest un article de capital donc il faut aussi nuancer un peu

400 qui ruinent la france by stetienne

Posté par stetienne à 19:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 février 2014

SNCF : les syndicats défendent le "droit" aux billets gratuits pour les cheminots et leurs proches!!!!!!

guillaume pepy,sncf,contribuables,billet de train,tarif,reseau ferre de france,cgt,fsu,unsea,syndicat,scandale,hollande,ps,projet pour la france,cheminots

pour moi c est scandaleux d'ailleurs je suis pour la mise en concurence de la sncf qui marche tres tres mal coute une fortune aux francais

comme je l ai deja dit un bon president doit avoir un bon crochet du droit pour taper sur les syndicat maffieux ( qui en france sans l aide de l etat represent plus rien et disparaitrons) et un bon crochet du gauche pour taper sur les patrons maffieux

si je suis pour renationaliser certaine entreprise dans le cas de la sncf il faut privatiser et si il faut un referendum et ben on organise un referendum

Les syndicats de la SNCF s'opposent à tout rabotage des billets gratuits et tarifs préférentiels accordés aux cheminots et à leurs proches, épinglés mardi par la Cour des comptes, en défendant un "droit" inscrit au "contrat du cheminot".

Ces facilités sont "un droit qui fait partie du contrat de travail des cheminots et il n'y a pas de raison de les mettre en cause", a déclaré à l'AFP Alain Cambi (SUD-Rail, troisième syndicat).a partir du moment ou la sncf ai payer par le contribuable ben si ce n est pas un droit

De façon "classique", "on cherche à faire passer les cheminots pour des nantis", s'indigne-t-il.sont pas à plaindre non

"Nous n'avons pas d'inquiétude car la SNCF a clairement dit qu'elle ne souhaitait pas supprimer les facilités", composantes "du contrat de travail" et "marqueur extrêmement fort de la culture cheminote", a commenté pour sa part Thierry Marty (Unsa, deuxième syndicat).la sncf est deficitaire et l etat renflou donc ca concerne les francais point barre

Selon lui, la Cour "remet la pression sur la SNCF qui n'évalue pas financièrement de la même façon qu'elle le coût de ces billets". Selon la méthode, ce coût va "d'une cinquantaine de millions d'euros à des sommes dépassant significativement 100 millions", selon la Cour.

Dans son rapport, la Cour des comptes recommande une "remise à plat" du dispositif en supprimant notamment les facilités de circulation pour les ascendants et en les fiscalisant comme tout autre avantage en nature.normal

La perspective de l'ouverture totale du transport ferroviaire à la concurrence rend "nécessaire d'ouvrir le dossier", estime-t-elle.

la la concurence fera du bien

La SNCF a depuis sa création en 1938 "progressivement amplifié ces avantages qui étaient à l'origine une contrepartie de l'exigence de mobilité imposée aux personnels des entreprises de chemin de fer", note la Cour.

En dépit d'une "amélioration de la gestion" depuis 2009, celle-ci pointe une "dérive du champ des bénéficiaires", avec environ 15% d'agents de la SNCF en activité parmi le million de bénéficiaires recensé fin 2011.

Le représentant de SUD-Rail rappelle que les facilités sont également accordées à des personnalités et aux parlementaires: "le président de la Cour des comptes a été député pendant 12 ans, il a oublié à l'époque de protester", a ironisé M. Cambi alors que selon lui "les facilités des parlementaires sont bien plus importantes".on supprime billet gratuit pour mlinistre depute senateur aussi ( il faut supprimer le senat de toute facon)

Posté par stetienne à 16:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
23 janvier 2014

La limitation du cumul des mandats définitivement adoptée par les députés

La statue de Marianne devant l'Assemblée nationale le 18 juin 2012 à Paris ( AFP/Archives / Joel Saget)

La réforme limitant le cumul des mandats a été définitivement votée mercredi par le Parlement mais elle devra ensuite passer le cap du Conseil constitutionnel et, à plus long terme, survivre à l'épreuve d'une éventuelle alternance en 2017.

Passant outre l'avis du Sénat, et au terme d'un parcours parlementaire de sept mois, l'Assemblée nationale, qui a le dernier mot, a approuvé le projet de loi interdisant, à partir de 2017, aux députés et sénateurs d'exercer une fonction exécutive locale, ce qui est actuellement le cas de 60% d'entre eux.

Le texte, qui ne s'appliquera donc pas aux élections municipales de mars prochain, a recueilli 313 voix pour -une dizaine de plus que lors des précédentes lectures-, 225 contre et 14 abstentions (25 députés ne prenant pas part au scrutin).

En raison de l'opposition des sénateurs, qui auraient voulu être épargnés, le texte devait recueillir la majorité absolue des 577 députés, soit 289 voix, car il s'agit d'un projet de loi organique, c'est-à-dire touchant les institutions.

Les parlementaires ne pourront plus être maires, adjoints, présidents ou vice-présidents d'intercommunalité, de conseil départemental (ex-conseil général), de conseil régional ou du conseil d'administration d'une société d'économie mixte locale. Ils pourront en revanche continuer à être conseillers municipaux, départementaux ou régionaux.

Pour "permettre la diversité des candidatures, un renouvellement de générations, davantage de parité, davantage de diversité", selon les mots du Premier ministre Jean-Marc Ayrault après le vote, la très grande majorité des députés PS (moins divisés sur la question que leurs collègues sénateurs), les écologistes et les communistes ont soutenu cette "révolution démocratique", comme l'a appelée le ministre de l'Intérieur Manuel Valls.

A l'inverse, l'UMP, la plupart des députés UDI et les radicaux de gauche se sont opposés à une réforme qui "mettra les élus à la merci des appareils politiques", car ils ne pourront plus s'appuyer sur leurs mairies pour garder une certaine indépendance, et qui les "coupera de la réalité du terrain".

Applicable dans trois ans ?

 

Les opposants ont souligné aussi avec ironie que l'interdiction du cumul ne s'appliquerait que dans trois ans, et non pour les élections municipales de mars prochain, illustration, selon eux, du peu d'empressement de beaucoup de socialistes à s'appliquer à eux-mêmes la réforme. L?Assemblée, qui comprend actuellement 240 maires, suspendra d'ailleurs ses travaux pendant cinq semaines pour ce scrutin.

La réforme a déjà des "effets", a répliqué Jean-Marc Ayrault. "Aux prochaines élections municipales, certains choisissent le mandat local ou choisissent le mandat parlementaire", a-t-il dit. Le sénateur-maire de Lyon Gérard Collomb (PS) a ainsi annoncé mardi qu'il préférerait la mairie.

Pour entrer en vigueur, le texte doit d'abord être approuvé dans le mois qui vient par le Conseil constitutionnel, automatiquement saisi des projets de loi organiques.

Devant les Sages, les opposants, en particulier le PRG Jacques Mézard, vont plaider que le texte n'aurait pas dû être voté sans l'accord des sénateurs, car aux termes de la Constitution, "les lois organiques relatives au Sénat doivent être votées dans les mêmes termes par les deux assemblées".

Un argument balayé par le rapporteur du projet à l'Assemblée, Christophe Borgel (PS): "Depuis 2009, la jurisprudence constante du Conseil constitutionnel précise qu'une loi organique applicable sans distinction aux deux assemblées n'est pas une loi organique relative au Sénat".

Cumul des mandats ( AFP / S. Ramis/P. Defosseux, pld/soh)

Mais, ensuite, l'application de la loi, à l'occasion des élections législatives de 2017, pourrait coïncider avec un éventuel retour au pouvoir de la droite, qui annonce son intention de l'abroger. "Nous reviendrons dessus, soyez-en certains", a lancé mardi à la majorité, le député-maire UMP Daniel Fasquelle.

Il suffira, a-t-il expliqué, que le Sénat vote avant les législatives de 2017 un texte d'abrogation que la nouvelle Assemblée nationale adoptera dès son élection.

Une menace à laquelle François Hollande, pour qui la réforme est "irréversible", ne croit pas. "Au-delà de ce qui peut se produire au cours des prochaines alternances, les Français seront attachés à ce que cette règle nouvelle puisse être appliquée dans toute sa rigueur", a-t-il déclaré mardi.

Les députés ont aussi adopté définitivement mercredi un texte interdisant le cumul aux parlementaires européens, là aussi après 2017, et qui ne s'appliquera donc pas pour les élections européennes de juin prochain.

Posté par stetienne à 08:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,