16 mars 2015

le saccage du Tribunal administratif de Toulouse

Le tribunal avait ordonné 514 expulsions d'étrangers et comme d'hab ... [smilie=icon_smile066.gif]

L’étrange black­out sur le saccage du Tribunal administratif de Toulouse
http://www.atlantico.fr/decryptage/etra ... 36739.html

 

vivement marine qu on flingue les merdes qui font ca

Posté par stetienne à 17:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 novembre 2014

oui a l expulsion des sans papiers

Les sans-papiers toujours autant enfermés, une "machine folle" à réformer

la machine folle cest de les laisser rentrer en france il faut remettre des frontieres fermes sortir de l espace de shengen et renvoyer les sans papiers  par bateau militaire dans leur pays

ne pas oublié peine de prison pour employeur de sans papiers y compris gros donneurs d'ordre ,perte des droits civiques et amendes minimum 1000€  pour les tiers mondiste qui les hebergent.

les sans papiers sont des délinquants ceux qui les protegent sont leur complice point barre

en finir avec l angelisme des tiers mondistes irresponsables

Posté par stetienne à 16:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 octobre 2013

oui a l expulsion des sans papiers

AFFAIRE LEONARDA - Manuel Valls essuie de nombreuses critiques mais, depuis une dizaine d'années, nombreux sont les cas d'enfants sans-papiers arrêtés en milieu scolaire.

 a partir du moment ou c'est immigre ca plait aux bisounours tiers mondiste mais un sdf francais lui peut bien crever ils s'en tapent

un sans papier est un delinquants et doit etre traite comme t elle.

quand a ceux qui les protegent il faut leur enlever leur droit civique

oui au zero immigration et  l'argent des francais pour les francais

 

Posté par stetienne à 10:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 juillet 2013

expulsion des roms et des sans papiers possible

Arabie saoudite : 180.000 «sans-papiers» expulsés en deux mois

L’Arabie saoudite a expulsé en deux mois 180.000 étrangers en situation irrégulière, qui ont accepté de partir avant l’expiration le 3 juillet d’une amnistie royale, a rapporté dimanche la presse locale. L’Arabie saoudite compte 8 millions de travailleurs étrangers selon des chiffres officiels et le nombre des clandestins est estimé à deux millions

«Entre début avril et début juin, 180.000 étrangers ont quitté définitivement le royaume», a déclaré le porte-parole des services des passeports, Badr Malek, cité par le quotidien Okaz. Ils s’ajoutent à quelque 200.000 autres sans papiers expulsés au début de l’année en application de nouvelles réglementations visant à traquer les immigrés en situation irrégulière.

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/0 ... pulses.php

 

donc tres facile a faire surtout que les biens pensants qui manifestent sont poil de cul dans les urnes

brer l expulsion de tous les roms et sans papiers et autre delinquants juste une question de volonté politique rien d'autre

Posté par stetienne à 19:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
02 septembre 2011

Clandestins : ces pays qui ne jouent pas le jeu

mes propositions:

ne plus donner un centime d'aide a ses pays, peine de prison a vie pour les maffias de l immigration et confisquation tout les biens, retablir frontiere francaise et sortir de leurope qui est une passoir, expulsion par bateau de tous les illegaux qui je le rappel aux bonne conscience sont des delinquants qui ne fuient pas la misere car les vrais misereux n ont meme pas de quoi faire 50km mais viennent en france pour voler notre systeme de protection sociale que nos anciens ont mis si longtemps a obtenir par la souffrance et le combat ses illegaux sont de veritables parasites et ceux qui les protegent des irresponsable dangereux a qui il faut enlever les droits civiles

 

Claude Guéant dénonce huit pays qui rechignent à reprendre leurs nationaux.

Mali, République démocratique du Congo, Congo, Angola, Mauritanie, Pakistan, Bangladesh et Sénégal. Ces huit pays à forte émigration sont pointés du doigt au ministère de l'Intérieur. En cause: leur refus quasi systématique de réintégrer leurs nationaux lorsque ceux-ci ont été arrêtés en France en situation irrégulière. Et pourtant, ce groupe des huit fait l'objet de sollicitations pressantes. Claude Guéant l'a rappelé jeudi devant les ambassadeurs français réunis à Paris, lors d'une grande conférence: «Un plan spécifique» a été mis en place, a déclaré le ministre, «qui vise notamment à exercer ce qu'il est bien convenu d'appeler des pressions» sur ces huit pays «prioritaires».

Claude Guéant le reconnaît: «Pour éloigner des étrangers, nous sommes tributaires de la bonne volonté des pays d'origine -souvent proches de nous politiquement- à délivrer des laissez-passer consulaires.» Or, l'«affaire», selon son expression, «n'est pas une question subalterne; c'est une question importante, car elle conditionne au moins en partie l'efficacité de notre effort pour limiter l'immigration clandestine.»

Il faudra, en conclut Claude Guéant, «insister encore» auprès de ces États qui ne jouent pas le jeu, sans trop détailler les éventuelles mesures qui pourraient les viser, en cas de refus. Une chose est sûre: au-delà de ces huit pays, la non-délivrance de laissez-passer représente la première cause d'échec des procédures d'éloignement, soit un tiers des quelque 100.000 mesures prononcées par Paris. La clé du problème migratoire est donc largement diplomatique. D'où les efforts déployés jeudi par le «premier flic de France» pour séduire les ambassadeurs réunis jeudi pour leur conclave annuel.

Politique plus restrictive  

Depuis la mi-juillet, la durée de rétention des étrangers en situation irrégulière peut aller jusqu'à 45 jours, au lieu de 32 précédemment. Cet allongement devrait en théorie augmenter les chances de l'administration d'obtenir des laissez-passer consulaires de la part des pays qui traînent des pieds pour reprendre leurs ressortissants. La Chine, par exemple, attend en moyenne 35 jours avant de délivrer le précieux sésame, et le Mali, environ 38.

Aux ambassadeurs désormais de trouver les mots pour convaincre ces États «proches» qu'une solution est toujours possible. La place Beauvau s'est fixée comme objectif au moins 30.000 reconduites à la frontière pour 2011. Elle prône également une politique plus restrictive en matière d'immigration légale, avec 20.000 entrées de moins dès cette année. Et comme pour verrouiller ce changement de cap, le patron de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii), Dominique Paillé, proche de Jean-Louis Borloo et recruté au temps où le gouvernement voulait augmenter l'immigration professionnelle, a annoncé jeudi qu'il serait remplacé. Le puzzle de l'avant-présidentielle se met en place.